Accueil > Nouvelles du monde > Election du pape

Election du pape

« Assurément, me dit le Saint-Père, il faut que le sang coule pour que les orgies soient bonnes. » (Sade)

 

Quelle était la position du cardinal Bergoglio durant la dictature argentine ?

Des médias internationaux ont fait état de soupçons quant à l’attitude du cardinal Jorge Mario Bergoglio, devenu le pape François, durant les années de la dictature en Argentine (1976-1983).

Le journal britannique The Guardian rapporte qu’un livre, Le silence, écrit en 2005 par le journaliste argentin Horacio Verbitsky, a mis en lumière un rôle qui pourrait être qualifié de trouble joué par le cardinal Bergoglio dans l’emprisonnement de deux prêtres qui œuvraient auprès des démunis dans les bidonvilles.

Le cardinal Bergoglio n’aurait pas protégé les deux hommes après qu’ils eurent refusé d’arrêter de travailler dans les bidonvilles.

L’auteur du livre s’est basé sur le témoignage de l’un des prêtres, Orlando Yoro, qui est décédé en 2000.

Par ailleurs, le livre avance que les autorités cléricales de Buenos Aires ont aidé la dictature à dissimuler les prisonniers politiques aux enquêteurs des droits de l’homme.

Le cardinal Bergoglio a démenti ces accusations et a affirmé qu’il avait aidé plusieurs opposants durant la dictature des militaires.

Les évêques argentins ont toutefois présenté leurs excuses l’année dernière pour avoir échoué à protéger la population contre la dictature.

Dans un jugement du 7 décembre dernier contre trois militaires, le tribunal de La Rioja, dans le nord-ouest de l’Argentine, a souligné « l’indifférence » et aussi « la complicité » de l’Église avec l’appareil répressif des généraux argentins.

Le tribunal a affirmé également que la hiérarchie catholique argentine faisait la sourde oreille aux rapports faisant état de persécution des membres du Mouvement des prêtres pour le tiers-monde, une des bêtes noires du régime.

Par ailleurs, le quotidien français La Croix a rapporté sur son site Internet qu’une juge française souhaiterait entendre le cardinal Bergoglio au sujet de l’assassinat du prêtre français Gabriel Longueville, survenu au début de la dictature.

La juge voudrait savoir s’il existe à l’archevêché de Buenos Aires ou au Vatican des archives sur le dossier.

 (Radio-Canada.ca, 13 mars 2013)

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. Adé
    15/03/2013 à 13:26 | #1

    habemus austeritate

  2. Adé
    16/03/2013 à 18:44 | #2

  3. Adé
    16/03/2013 à 19:08 | #3

    Traduction de la chanson :
    J’ai demandé à mon grand-père où est-ce qu’il Dieu ?
    Mon grand-père est devenu triste et ne m’a rien répondu.
    Mon grand-père est mort au champ, sans prêtre,ni confession
    Les indiens l’ont enterré :
    Flûte en roseau et tambourin.

    Une autre fois j’ai demandé à mon père
    Où est-ce qu’il est dieu ?
    Mon père est devenu sérieux et il ne pas répondu
    Mon père est mort à la mine sans docteur,ni confession
    Sueur et sang de mineur voilà l’or du patron.
    Et les indiens l’ont enterré….

    Mon frère vit dans la montagne et ne connaît pas une fleur
    sueur, malaria, serpent, c’est la vie du bûcheron
    Et que personne ne lui demande s’il sait où est le bon dieu
    Chez lui n’est pas passé, un monsieur si important.
    Je chante quand je suis libre et quand je suis en prison
    j’entends les voix du peuple qui chantent bien mieux que moi.

    Il y a une chose sur terre plus importante que dieu,
    C’est que personne sur terre, ne crache du sang
    Pour qu’un autre vive mieux
    Si dieu au ciel à veille sur les pauvres,
    peut-être oui, peut-être non,
    Ce qui est sûr en tout cas, c’est qu’il
    déjeune à la table du patron

  1. Pas encore de trackbacks