Déambuler sans repos

27/02/2015 Aucun commentaire

Dernier texte mis en ligne par nos camarades de « il lato cattivo » http://illatocattivo.blogspot.it/2015/02/lorganizzazombie.html

L’organizzazombie

Il Lato Cattivo

[ febbraio 2015 ]

De temps en temps, à intervalles plus ou moins irréguliers, surgit  une bande de tristes lurons – poussés souvent pas des lectures hâtives, mais aussi par le fait de s’être imprudemment auto-investit  du rôle de guide de la révolte prolétarienne (un peu à la manière du mandat divin des souverains de l’ancien régime) s’entraînent à la critique de  ce qui leur paraît indubitablement  un grand péril contre-révolutionnaire à la solde de la bourgeoisie : la théorie de la communisation. C’est donc au tour de DemeD, publication de l’Instituto Onorato Damen qui dans son n° de Janvier 2015 commet un curieux article : la communisation entre théorie et pratique, idéalisme et évanescence. Nous le publions intégralement sur notre site, non seulement pour partager avec nos lecteurs notre hilarité, mais aussi pour monter quel excellent exemple de décomposition touche le courant qui l’a produit. Nous ne réagirons pas à cet article par une critique, vu le ton et le contenu ce serait lui faire trop d’honneur,  mais par quelques réflexions en marge sur le drame trop ignoré par les institutions, la société civile et les média, le futur zombie dans la société contemporaine qui vaut comme réplique à tous les Institut Onorato Damen d’hier, d’aujourd’hui et demain. Des séries télévisées comme  Deathset,  The Walking Dead  ou encore des films comme la Nuit des mort-vivants ont déjà abordé le sujet. Mais le problème des morts-vivants qui errent dans nos cités va encore, une fois de plus, se heurter au mur de l’indifférence. Ceci est encore plus vrai pour les organisations –organisations et regroupements politiques de zombies à prétentions révolutionnaires –qui languissent aux marges de la société . Mais il est temps de soulever la question ! Malgré tout, ils sont (furent) des humains eux aussi !

Lire la suite…

récréation

24/02/2015 Aucun commentaire

Sister Rosetta Tharpe

« The blues had a baby and they named it Rock’n roll »
M.W.

Grèce : le ministre de l’intérieur de 2008 comme président de la république

18/02/2015 3 commentaires

No comment 

Grèce : le gouvernement Syriza propose un ex-ministre de droite à la Présidence de la République

http://www.romandie.com/news/Grece–le-gouvernement-Syriza-propose-un-exministre-de-droite-a/566832.rom

actu-2009-2-emeutes-grece

7 décembre 2008, Athènes, Grèce – Un officier de police pointe son arme en direction des manifestants alors qu’un autre simule l’action de tirer lors du 3e jour d’émeutes après la mort du jeune Grigoropoulos. © AFP

Athènes – L’ex-ministre conservateur Prokopis Pavlopoulos sera le candidat du nouveau gouvernement de gauche radicale à la présidence de la République grecque, a annoncé mardi le Premier ministre Alexis Tsipras.

L’élection du président par les 300 députés du Parlement grec est prévue mercredi à 17h30 GMT.

Nous avons besoin d’un président qui ait une sensibilité démocratique, un sentiment élevé de conscience nationale et qui soit accepté par le plus grand nombre au Parlement, a commenté M. Tsipras lors d’un discours devant son groupe parlementaire, Syriza.

 

La réputation de M. Pavlopoulos au sein de la droite a été doublement entachée fin 2008, lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, par des émeutes dans toute la Grèce qui ont duré plus d’un mois, après la mort d’un lycéen de 15 ans tué par un policier à Athènes. Mais ses soutiens louent sa finesse diplomatique.

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Une belle image du stalinisme

17/02/2015 Aucun commentaire

photo-dogma--le-temple-communiste-aur-lien-villette

Aurélien Villette

Syriza ne peut pas sauver la Grèce : Pourquoi il ne peut pas y avoir de sortie électorale à la crise

16/02/2015 Aucun commentaire

texte paru sur le site : http://www.crimethinc.com/texts/r/syriza/

Syriza ne peut pas sauver la Grèce : Pourquoi il ne peut pas y avoir de sortie électorale à la crise

Traduction par le collectif Les Ponts Tournants

Le 25 janvier, après des années de crise économique et de mesures d’austérité, les électeurs grecs ont choisi  de confier les rênes de l’Etat au parti politique Syriza. Constitué d’une coalition de socialistes, communistes et Verts, Syriza se veut favorable aux mouvements sociaux autonomes et ses dirigeants promettent de prendre des mesures contre l’austérité et contre la violence policière.

C’est en 2008 que Syriza a fait pour la première fois parler de lui hors de la Grèce, à une époque où, en tant que groupe d’extrême gauche recueillant moins des 5 % des voix, ce parti a été quasiment le seul à ne pas condamner les émeutes qui ont suivi l’assassinat d’Alexandros Grigoropoulos par la police. Depuis, Syriza est devenu le parti le plus puissant du pays, en ayant réussi à attirer beaucoup d’électeurs qui avaient jusqu’alors soutenu des partis moins radicaux, ainsi que quelques activistes qui n’avaient jamais soutenu de parti auparavant. Même certains anarchistes grecs espèrent qu’après des années de violence et de répression féroces, l’élection de Syriza va enfin apporter le moment de répit dont tout le monde a grand besoin. Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

TPTG : Sur Syriza et sa victoire aux récentes élections générales en Grèce

07/02/2015 2 commentaires

Traduction paru sur le blog  spartacus1918 du texte du groupe grec TPTG http://dialectical-delinquents.com/?page_id=8609

un résumé de ce long texte : Comment Syriza (S) est devenu le parti majoritaire

C’est la partie la plus intéressante du texte. Rappel de l’histoire de S (confluence de divers petits partis gauchistes en général provenant de scission des deux partis communistes grecs). La montée en puissance coïncide avec l’époque des mouvements anti-globalisation., mais surtout plus spécifiquement en Grèce avec le mouvement des places et encore plus (selon TPTG) les assemblées de quartiers qui ont suivi décembre 2008 : remise en cause de la politique classique et de la représentation (« démocratie réelle »). S promeut dans le mouvement les thèmes suivants : indépendance nationale, la reconstruction productive de l’économie grecque, l’annulation d’une partie de la dette « odieuse ». Pour TPTG : « ce mécanisme  a donné « son meilleur » en limitant la lutte à un pur niveau symbolique, minant toute proposition pratique visant au développement de la lutte sur les lieux de travail et les bureaux de chômage, et traitant de provocateurs ceux qui affrontaient  les forces de l’ordre dans les manifs de masse ».

Dans les assemblées, S remplaçait les actions de base de refus des paiement (taxes, électricité, etc.) par des actions de protestation légales. Là TPTG note : « Les tentatives de S de récupérer la mobilisation étaient grandement un succès et assez facile en raison de la composition interclassiste des assemblées et de leur contenu politique : les assemblées, même quand elles étaient majoritairement composées de prolétaires de toutes sortes, ne se sont jamais définies comme des collectivités ouvrières, elles étaient plutôt perçues par la majorité de ses membres comme assemblées locales de citoyens, d’individus privés, de petits propriétaires ». Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

L’Espagne et la Théorie de la communisation:Passé et Présent

02/02/2015 14 commentaires

Traduction d’un texte préparatoire à une réunion qui s’est tenue en novembre 2014

L’Espagne et la Théorie de la communisation:
Passé et Présent:
Federico Corriente

«[…]Si je m’en souviens bien, le mot en lui-même a surgi entre 1972 et 1974 parmi certaines personnes critiques envers l’IS, la Gauche allemande et italienne, etc., mais inspirées par celles-ci. Peut-être que la première personne à l’employer a été Pierre Guillaume, le libraire (et ex-membre de Socialisme ou Barbarie) de la Vieille Taupe (c’était le nom de la librairie). En tout cas, il a été le premier a donner à ce concept toute son importance. Ce terme a peut-être été forgé par Dominique Blanc, alors principal animateur du groupe La Guerre Sociale, et auteur d’un essai très stimulant et pionnier, Un Monde sans Argent…Ce qui est dommage c’est que cette notion si décisive n’ait pas été réellement développée par le petit milieu qui en a été à l’origine, ce qui semblerait être un indice de la faiblesse du mouvement communiste (en tant que mouvement social, et non d’individus comme toi et moi).
[…]De toutes façons, je n’ai jamais fait que me heurter à de l’hostilité de la part des héritiers de la Gauche germano-hollandaise, de ICO et dernièrement de Echanges et Mouvement. Je suppose que leur agressivité procède d’une profonde incompréhension. S’inspirer autant de Bordiga que de Pannekoek devait leur faire la même impression que des travelos à ma mère».

Correspondance entre une fraction du collectif Riff-Raff et Gilles Dauvé (alias Jean Barrot) -Riff-Raff #7 [1], (Mars 2004)

Préliminaires: communisation et ultra-gauche

Peut-être qu’un article sur le procès de la gestation de la théorie de la communisation à partir de ses origines dans la critique de l’Ultra-gauche en Espagne devrait commencer par l’un ou l’autre des homologues espagnols des grands théoriciens révolutionnaires -Luxembourg, Gorter, Pannekoek et Bordiga- qui rentrèrent en lice lors du cycle mondial de luttes ouvrières révolutionnaires débutant en 1917. Malheureusement pourtant, pas un seul nom ne nous vient à l’esprit. Ce fait est en lui-même frappant, surtout lorsque l’on considère que lors de la Sainte Année 1917 l’Espagne fût le théâtre d’une grève générale révolutionnaire, et que selon Guy Debord, dans La Société du Spectacle, la Révolution de 1936 créa supposément «la tentative la plus avancée d’un pouvoir ouvrier qui ait jamais eu lieu». Si cette assertion est exacte, il ne reste plus qu’à se demander pourquoi ce soulèvement révolutionnaire n’a pas eu d’impact théorique contrairement à la Russie, l’Allemagne ou l’Italie. Cependant, l’énorme bibliographie à propos de la «Révolution espagnole»- dont les meilleurs ouvrages ont été significativement écrits presque en totalité par des auteurs étrangers-, cette absence paraît confirmer la sentence bordiguiste selon laquelle les événements espagnols de 1936 n’ont fait que corroborer en négatif les leçons théoriques apprises bien des années auparavant par la Gauche communiste en Allemagne comme en Italie. Lire la suite…

« KURDISTAN? »

30/01/2015 3 commentaires

Un nouvel article est en ligne sur DDT21 :  » KURDISTAN ? « 

Quand les prolétaires sont contraints de prendre leurs affaires en mains pour assurer leur survie, ils ouvrent la possibilité d’un changement social.

Des Kurdes sont forcés d’agir dans les conditions qu’ils trouvent et qu’ils tentent de se créer au milieu d’une guerre internationalisée peu favorable à l’émancipation.

Nous ne sommes pas là pour les « juger ». Ni pour perdre la tête.

La suite  ici :

http://ddt21.noblogs.org/?page_id=324

Kurdistan : Tout commence par la contrainte

30/01/2015 un commentaire

Texte écrit initialement pour SIC , revue internationale pour la communisation,  et publié sur le site http://peaceinkurdistancampaign.com/2014/12/22/a-revolution-in-daily-life/ et repris sur libcom.org

Tout commence par la contrainte

Canton de Cizîrê, Rojava

« Le rapport d’exploitation contient de façon immanente un rapport de domination directe, d’assujettissement et de contrôle social et policier. Mais si on prend le rapport de domination, d’assujettissement, pour l’ensemble du rapport d’exploitation, la partie pour le tout, on perd en route le rapport d’exploitation et les classes. Le moment de la coercition, pris comme point de départ et posé comme la totalité du rapport de l’individu à la société, sombre inéluctablement dans le point de vue de l’individu isolé et de la critique de la vie quotidienne. »

Théorie Communiste, Le Plancher de verre.

Une révolution dans la vie quotidienne

Dans tous  les secteurs administratifs du canton de Cizîrê, les gens travaillent, principalement sur la base du volontariat, pour mener à bien d’ambitieuses transformations de la société. Des médecins veulent construire un système moderne d’assurance maladie gratuite mais aussi, nous ont-ils dit, collecter  et diffuser  le savoir local sur les remèdes qui avaient été étouffé et changer les conditions de vie dans leur ensemble. Ils nous ont expliqué que leur objectif était de construire un mode de vie libéré des séparations (entre les gens et entre les gens et la nature) qui sont la cause des maladies physiques et mentales. Les universitaires veulent orienter l’éducation vers les problèmes sociaux actuels. Ils ont l’intention, c’est eux qui le disent, d’abandonner les examens et de d’abolir  les clivages entre professeurs et étudiants et entre les disciplines en vigueur. La nouvelle discipline de la « gynologie » (la science des femmes) élabore  une interprétation alternative de la mythologie, de la psychologie, des sciences et de l’histoire. Toujours et partout, nous a-t-on dit, les femmes sont les principaux acteurs économiques et ce sont elles qui sont chargées des questions concernant « l’éthique et l’esthétique », « la liberté et la beauté », « le fond et la forme ». La révolution vise à dépasser les limitations posées à  ces activités quand l’État est pris comme modèle du pouvoir. Lire la suite…

A propos de Charlie (suite)

29/01/2015 6 commentaires

Du citoyen Charlie à la « dernière instance »

(sur le commentaire n° 10 de Rataxès)

 Je suis désolé de la longueur de cette réponses, mais les questions soulevées par Rataxès, parfois en un ou deux mots, nécessitent d’ouvrir beaucoup de tiroirs pour y répondre.

            Je suis en gros d’accord avec le commentaire (n° 10) de Rataxès (R) : « chaque classe sera renvoyée à sa propre situation », c’est aussi ce que suggère, paraphrasant la citation des Luttes de classes en France, la fin de ma réponse précédente (commentaire 9). Mais comment se fait ce « renvoi », quel est sa mécanique et au final : qu’est-ce qu’une classe ?

C’est là où j’ai du mal à partager la belle assurance de R ou celle de Marx dans La Sainte Famille (voir plus loin). Comme si ce qu’il se passe n’était finalement qu’une sorte de mauvais moment à passer, je ne parle pas ici forcément de la situation actuelle mais plus globalement de la relation entre d’une part le cours quotidien de la lutte des classes, les formes dans lesquelles elle n’apparaît pas « en clair » et, d’autre part, son concept dans lequel existerait ce que l’on sait comme nécessaire de son aboutissement (ce qui devrait bien un jour ou l’autre nous « tomber sur la tête du fait de la loi de la pesanteur » comme dit R).

Dans l’appréhension ordinaire, convenue, allant de soi de la lutte de classe, tout se passe comme si on avait d’un côté les classes dans leur situation, leur contradiction, ce qu’elles doivent être et faire conformément à leur être. Comme disait Marx dans La Sainte famille : « Il ne s’agit pas de savoir quel but tel ou tel prolétaire, ou même le prolétariat tout entier, se représente momentanément. Il s’agit de savoir ce que le prolétariat est et ce qu’il sera obligé de faire, conformément à cet être. » (Marx, op. cit., éd. Soc., p. 48. ) ; et de l’autre, des circonstances, des dires, des façons d’être immédiates, des idéologies, en un mot des accidents. Et, entre les deux, rien. Comme si cet autre coté ne venait que comme une gêne ou une entrave momentanées, extérieures à l’être et à son devenir nécessaire. En bref, quelque chose dont on ne saurait pas trop quoi faire, sinon qu’il faut « faire avec ». Pour reprendre les questions abordées dans le texte A propos de Charlie c’est comme si l’on disait que l’ « ordre républicain », la citoyenneté nationale, la définition de « l’Autre » etc., ne faisaient que perturber désagréablement la structure des relations et des contradictions de classes qui ne sauraient manquer d’affirmer leurs prérogatives. C’est vrai, mais comment ? Lire la suite…

GRECE : Le lundi la fête est finie

26/01/2015 2 commentaires

http://www.wsws.org/en/articles/2015/01/24/syri-j24.html

Dans son principal rassemblement final avant l’élection de dimanche, SYRIZA (Coalition de la gauche radicale) le chef de file Alexis Tsipras c’est adressé à une foule d’environ dix mille personnes à Athènes pour appeler à « une nouvelle alliance patriotique. » Il a promis que, si son parti arrive au pouvoir, il garantirait l’ordre politique et social existant.

Tsipras a commencé en faisant appel à «tous les hommes et les femmes grecques pour une nouvelle harmonie nationale, une nouvelle alliance sociale et patriotique … à mettre en pratique la nouvelle libération. »

Tspiras a de nouveau frappé le tambour nationaliste, en déclarant: «Le lundi la fête est finie et nous sommes de retour à la légalité pour tout le monde sans distinction … Le lundi, humiliation nationale sera terminée ».

Dans un appel spécial pour les forces de l’Etat, il a déclaré, « Nous allons donner aux gens en uniforme la capacité de faire leur travail en harmonie avec les citoyens et à des conditions dignes, pour permettre aux policiers de protéger les citoyens contre la criminalité et de leur côté en cas de besoin, mais aussi pour les gens dans l’armée au service de la patrie loin de leurs familles « .

Categories: Nouvelles du monde Tags:

A propos de Charlie

16/01/2015 40 commentaires

« le citoyen, l’Autre et l’Etat »

(english translation below)

Il y eut Reiser et son prolo, baguette sous le bras, béret sur la tête et clope au bec, tout triste en apprenant de Georges Marchais qu’il ne serait jamais dictateur ; toujours Reiser avec son Vietnamien sur son vélo disant « Aujourd’hui la paix, demain l’usine » ; il y eut aussi le « bal tragique » et « Georges le tueur ». Pour les gens comme moi, de ma génération, ce n’est pas sans un pincement au cœur qu’on apprend le massacre des dessinateurs de Charlie, bien sûr Charlie ce n’était plus ça depuis longtemps, mais ils avaient été les dessinateurs de l’Enragé en 68, alors…

Ce ne sont pas quatre millions d’ « idiots utiles » qui sont descendus dans la rue, en France, le dimanche 11 janvier. Ils ne réclamaient pas une « opération militaire intérieure » mobilisant 10 000 soldats déployés sur le « territoire national » (déclaration du gouvernement le lundi 12). Dès l’après-midi et la soirée du mercredi 7 (le jour de la tuerie à la rédaction de Charlie) c’est spontanément que se sont organisés les premiers rassemblements et les premières manifestations citoyennes sur les « valeurs de la République » et la « liberté d’expression », contre « la barbarie », et qu’est apparu le slogan « Je suis Charlie ». Il n’était pas besoin de « l’exhortation de l’Etat » et de la mise en branle qui a suivi de l’écrasante machine de propagande. L’Etat a pris le train en marche, non sans quelques maladresses au départ comme celle de l’organisation des manifestations sous l’égide d’un cartel des organisations politiques. Le 11 janvier, le personnel politique était plutôt discret face à un cadeau en partie empoisonné pour la nature actuelle de l’Etat que l’on ne peut plus qualifier simplement de national. Lire la suite…

« Charlie, c’était mieux avant! »

16/01/2015 un commentaire

68, année théorique, etc.

13/01/2015 un commentaire

Une nouvelle brochure de Théorie Communiste

On peut appeler ultragauche, toute pratique, organisation, théorie, qui définissent la révolution comme affirmation du prolétariat et simultanément critiquent et rejettent toutes les médiations qui sont la montée en puissance de la classe à l’intérieur du mode de production capitaliste (organisations politiques, syndicalisme, parlementarisme…) par laquelle seulement peut exister cette affirmation. En cela, l’ultragauche est une contradiction en procès.

Au travers des luttes de la «  période 68  », puis durant les années 1970-80, émerge par bribes, de façon heurtée, par des impasses et des critiques successives, un nouveau paradigme de la lutte de classe, de la révolution et du communisme  : la théorie de la communisation. Autonomie, autonégation du prolétariat, refus du travail, révolution à titre humain, la théorie de la communisation est née d’un bricolage théorique dans le cours chaotique des luttes et de la restructuration du capital.

La distinction de genre, l’idéologie, la pratique révolutionnaire comme autotransformation des individus et conjoncture font de la théorie de la communisation un chantier permanent.

118 pagesCouverture_Brochure_Mai_687€

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Je ne suis pas Charlie

09/01/2015 6 commentaires

L’idée de la publication de ce texte de réaction est d’essayer de faire état d’autres expressions que le torrent de consensus compassionnel républicain, de frontisme que provoque l’évènement du massacre à Charlie.
Et même si on y trouve des notions qui nous sont complètement étrangère, « je suis citoyenne…notre pays… » , et tout le verbiage gauchiste sur les manquements de l’Etat….

En voici un autre, pas complètement satisfaisant non plus mais bon….
http://www.millebabords.org/spip.php?article27281

et celui-ci, proposé en commentaire:
http://www.non-fides.fr/?Je-ne-suis-pas-Charlie-et-je-t

Lu sur le site mondialisme.org

Au-delà de l’émotion, et si on réfléchissait un peu ? (Marie-Cécile Plà)

Reçu un énième sms avec « Je suis Charlie » en 25 langues, qui me demande d’allumer une bougie à ma fenêtre et je n’en ferai rien. Je vais peut-être me faire des ennemis mais tout ce compassionnel m’insupporte.

Je ne suis pas Charlie, j’ai un nom à moi merci et je suis une citoyenne de ce pays, enfin j’essaie.

Je n’ai aucun souci à défendre la liberté d’expression et je suis comme vous, horrifiée par ce qui vient de se produire . Cela dit, je tente de réfléchir un peu à cette question dérangeante : « Mais à qui profite le crime ? »

Alors je n’irai pas manifester avec les hérault de l’unité nationale, tous unis contre la barbarie, suivez mon regard. Je ne dis pas comme un gentil toutou : « Oui je suis Charlie », parce que ça ne signifie absolument rien. Je n’étais pas plus juive allemande que je suis une sans-papiers , je ne suis pas sans droit ou sans toit mais je suis avec eux . Howard Zinn disait que dans l’histoire il y a les victimes, les bourreaux et les passants, ceux qui jettent un œil avec « objectivité « sur le monde et ses horreurs. Moi je suis en mouvement, en action, enfin j’essaie.

Je n’accepte pas qu’au nom d’une prétendue liberté qu’on se garde bien de définir, on transforme mes rues, ma ville, mon quartier en forteresse assiégée. Croiser des uniformes avec des gros fusils, moi, ça m’angoisse. Et puis j’aimerais bien qu’on m’explique un jour en quoi des types armés de fusils mitrailleurs pourraient bien empêcher une bombe d’exploser ou en quoi multiplier les contrôles au faciès augmenterait ma sécurité ; je ne sais pas vous, mais moi ça augmente désespérément mon sentiment d’insécurité. Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

« Éloge du zombie »

30/12/2014 Aucun commentaire

Un « Éloge du zombie » sur DDT21 ? A partir du livre de Max Brooks « World War Z » ? Oui, c’est possible, et c’est même le nouvel article qui vient d’être publié sur ce blog.

DDT21.WWZ_.-Leningrad-1937-300x215

«  Nous avons à souffrir non seulement de la part des vivants, mais encore de la part des morts. Le mort saisit le vif ! »

(Karl Marx, Le Capital, préface de la 1ère édition, 1867.)

A découvrir sur http://ddt21.noblogs.org/?page_id=309

Bonne lecture !

La minute culturelle

25/12/2014 Aucun commentaire

Kate Tempest….

Les textes ici/ Lyrics there: End times

 

 

Ford Genk : foutage de gueule

18/12/2014 un commentaire

Deux minutes de bruit en hommage aux travailleurs de Ford Genk

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1783/Usines-d-auto/article/detail/2156459/2014/12/18/Deux-minutes-de-bruit-en-hommage-aux-travailleurs-de-Ford-Genk.dhtml

ford

UITGANG = SORTIE en néerlandais

L’action est une initiative de l’administration communale de Genk destinée à mettre du baume au coeur des quelque 5.300 personnes qui perdent, directement ou indirectement, leur emploi après une première vague de 1.288 licenciements

Vendredi, les travailleurs inscrits pourront encore prendre part à une sorte de fête d’adieu, au cours de laquelle ils recevront une photo et un livre comme souvenirs

A son apogée, en 1994, Ford Genk a compté jusqu’à 14.700 travailleurs

Categories: Nouvelles du monde Tags:

chine : la « tribu rat »

09/12/2014 Aucun commentaire

http://www.zerohedge.com/news/2014-12-08/meet-chinas-morlocks-1-million-beijing-residents-live-undeground

 tribu rat

 PEKIN : Comme le rapporte NPR, avoir un appartement plus petit coûte une fortune (et 21 millions de personnes qui se battent pour l’espace), on a vu émerger une nouvelle option «abordable» de logement … en dessous des rues animées de la ville

Face aux prix de l’immobilier exorbitants, vivre clandestinement est souvent la seule option pour cette légion de travailleurs migrants à bas salaires, qui représente un tiers des quelque 20 millions d’habitants de Pékin.

Serveurs, hôtesses de karaoké, coiffeurs, cuisiniers, gardes de sécurité, travailleurs domestiques et  aides de cuisine, ces habitants du sous-sol sont l’épine dorsale de l’industrie des services de Beijing. Mais ils ont été méchamment surnommé la «tribu rat » pour avoir fait une maison dans les sous-sols et les 6000 abris de raid aérien de Pékin – environ un tiers de l’espace souterrain de la ville.

Categories: Nouvelles du monde Tags:

un samedi à Toulouse

07/12/2014 8 commentaires

image

 

manif des précaires et chômeurs/euses, banderole du Réseau Communiste Antigestionnaire

Mise à jour….

01/12/2014 Aucun commentaire

bandeauAccueil.jpegLa revue Théorie communiste a mis à jour ses deux sites :

– Le site Théorie Communiste, avec, en particulier, une compilation des textes parus en anglais.

Le blog TC, site de travaux en cours, qui publie, entre autres, la préface de la future réédition de « l’HISTOIRE CRITIQUE DE L’ULTRA GAUCHE »chez SENONEVERO.

Ferguson : L’incendie impossible à éteindre

25/11/2014 11 commentaires

version intégrale de l’article sur la question raciale paru sur le site étatsnusiens http://www.metamute.org/

Ferguson : L’incendie impossible à éteindre

ferguson3

L’assassinat policier de Mike Brown et l’éruption qui s’en est suivie à Ferguson et un peu partout aux États-Unis ont soulevés des questions sur la valeur de la vie racialisée et sur les formes de lutte contre la race qui émergent par rapport au déplacement, à la paupérisation et militarisation de la police.

RL (l’auteur, NDT) fait état de l’évolution d’une jeune génération militante qui a un rapport différent à la race et l’appartenance de classe

Nous vivons encore dans l’ombre de la crise financière mondiale. Maintenant, bien qu’apparaissant comme un lointain souvenir, avec la vague de luttes qui traînait dans son sillage, les ramifications de la crise sont encore en œuvre aujourd’hui. Ralentissement du PIB autour du Monde, taux de chômage élevé, paupérisation diffuse parmi la population … tous les gouvernements portent une fonction purement négative, s’engageant dans un méli-mélo de demi-mesures inefficaces destinées à prévenir la dissolution sociale. À cet égard, nous sommes tout à fait d’accord avec l’analyse d’End Notes d’un présent pris dans une logique d’attente, dans laquelle la crise mondiale du capital est pour l’instant au point mort et les forces de désintégration sont tenues à distance. [1] Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Saisir la question du communisme

22/11/2014 3 commentaires

Version intégrale du texte de nos camarades de  » il lato cattivo »

Remerciements à Stive pour la traduction, à Alain pour les corrections et à l’auteur pour la relecture

« Qestion Kurde », Etat islamique, USA et autres considérations

Il Lato Cattivo

Isis3

Le texte qui suit a été initialement prévu pour une rencontre publique – qui s’est tenue à Bologne, début septembre 2014 – avec Daniele Pepino, auteur de l’article « Kurdistan, dans l’œil du cyclone » (dans Nutanak, n° 35, été 2014). N’ayant pu participer à cette rencontre, nous avons, ultérieurement, remanié le texte initial ; ce qui en résulte peut être lu soit comme une série de notes en marge de l’article de Pepino, soit comme un texte indépendant.

« Kurdistan, dans l’œil du cyclone » a le mérite de présenter d’une façon claire le cadre des forces politiques qui interviennent dans la région kurde ; mais l’article appelle une série de questions qu’il faut souligner. Au-delà de la simple mise en valeur de l’intervention des milices du PKK dans leur soutien aux kurdes yezidi menacés par l’EI dans le nord de l’Irak, l’auteur procède à une véritable apologie de cette organisation et de son prétendu tournant d’ « ouverture » (le confédéralisme démocratique). De plus, l’absence d’une description des forces sociales et des organisations qui en sont les expressions politiques, tend à faire apparaître leurs interventions comme comme de simples choix subjectifs opérés par des individus socialement indéterminés. Enfin, entre autres questions, celles du financement du PKK ou des alliances qui caractérisent le Moyen-Orient sont trop rapidement évoquées.

Lire la suite…

kommunisierung

20/11/2014 2 commentaires

Introduction aux trois volumes sur la communisation (texte de Doc Sportello) paru sur le site de nos camarades

http://www.kommunisierung.net/spip.php?article28

La communisation décrit une révolution communiste sans phase de transition, pas une révolution « pour le communisme, mais par le communisme» [1].La prise de mesures communistes  affaiblit l’ennemi capitaliste et, dans le même temps, décrit le monde post-révolutionnaire. Le terme est apparu dans les débats théoriques intenses dans le milieu de la gauche communiste en  France après mai 1968. Le terme est généralement attribuée à Gilles Dauvé et utilisé d’abord dans la revue Le Mouvement Communiste [2].
En coopération avec d’autres communistes de gauche comme François Martin et Karl Nesic, Dauvé a essayé de rassembler les différents courants communistes de gauche, de critiquer et de développer, par exemple, le mouvement italien en rapport avec Amadeo Bordiga, Invariance,  la revue de Jacques Camatte, le communisme de conseil germano-néerlandais,  et, en France, des courants comme Socialisme ou Barbarie et l’Internationale situationniste.
Ces développements théoriques sont étroitement liés à la traduction initiale des textes centraux de Marx. Les Grundrisse publiés en  1967-1968 pour la première fois en français ont eu une influence considérable sur les débats dans le milieu de la gauche communiste en  France. Le chapitre 6 du Capital , « Résultats du processus de production immédiat », paraît, pour la première fois en 1968 en français dans la Pléiade, vec l’édition de  Maximilien Rubel et Louis Janover. Lire la suite…

Post-capitalisme ou communisme ?

19/11/2014 3 commentaires

La revue Multitudes publie et même met en scène au Centre Pompidou un « Manifeste de l’accélérationnisme », publié en anglais en 2013,dont voici une réjouissante critique.

Traduction d’un texte paru sur le site de nos camarades «http://www.kommunisierung.net/  »

 traduit par le collectif « Les Ponts Tournants »

 Post-capitalisme ou communisme ? Une critique de l’accélérationnisme

Tout d’un coup, la Frankfurter Allgemeine Zeitung n’en peut plus d’attendre et titre : «La Révolution doit se dépêcher »  [1] sa critique d’un recueil de textes sur l’accélérationisme [2]. La parution de ce petit opuscule a également été saluée comme un événement par d’autres feuilles de la presse bourgeoise. Dans Der Spiegel, Georg Diez exprime parfaitement l’enthousiasme de la bourgeoisie pour ce «nouveau courant théorique de gauche» : «Ils sont contre la nostalgie et pour plus de progrès. » [3]  En avant toute vers le post-capitalisme ? Regardons alors d’un peu plus près où est censé nous mener ce voyage. Lire la suite…

la police anti-émeute attaque les étudiants grecs à l’extérieur de l’École Polytechynique d’Athènes

14/11/2014 un commentaire

http://www.hellasforce.com/en/coalition-government-riot-police-showed-new-governance-model-targeted-attack-students-video/

le 13 Novembre 2014. Quatre jours avant l’anniversaire de la révolte des étudiants en Grèce contre le régime de la dictature en 1973, le gouvernement auto-proclamé démocratique grec, en collaboration avec les autorités des universités d’Athènes, sans notification préalable, a entouré et fermé toutes les universités Athènes avec des dizaines de policiers anti-émeute et les motards de la police.

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Les Black Blocks belges déguisés en travailleurs

06/11/2014 8 commentaires

compte rendu de la journée nationale revendicative en belgique

Si l’ambiance générale de la manifestation était bon enfant, 1.000 à 2.000 manifestants plus radicaux, emmenés notamment par des dockers d’Anvers et de Gand, des métallos liégeois (journal Le Soir) , ont renversé deux voitures, incendié des poubelles et affronté la police en fin de cortège. La police a répliqué avec gaz lacrymogène et jets d’eau, et en chargeant les manifestants à plusieurs reprises. AFP

 4519588_7_0dce_des-dizaines-de-milliers-de-manifestants-ont_04b787b939b2820ece7c767a6f047315

http://www.lesoir.be/699955/article/actualite/belgique/politique/2014-11-05/manifestation-nationale-douze-policiers-blesses-photos-et-videos

 

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Femmes de Barcelone

03/11/2014 2 commentaires

La protestation féministe massive complètement ignorée par le monde anglo-saxon

barcelone femmes

http://mic.com/articles/102420/the-massive-feminist-protest-the-western-world-completely-ignored

Si la saga  Gamergate en cours et le souvenir décevant, la semaine dernière d’héritage et de viol de Bill Cosby sont décourageants pour les féministes américaines, elles devraient jeter un œil de l’autre coté de l’Atlantique pour apercevoir une lueur d’espoir.

Mercredi dernier, une grève féministe massive a paralysé les rues de Barcelone, avec des milliers de femmes et leurs alliés, arrêtant le trafic et les métros, taguant des slogans féministes partout sur les murs de la ville et occupant les bureaux de puissantes institutions politiques et économiques. Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

ON A LES CHEFS QU’ON MÉRITE

31/10/2014 12 commentaires

dernier article mis en ligne sur le blog DDT21

ON A LES CHEFS QU’ON MÉRITE. À propos du mouvement des intermittents du spectacle

 

DDT21.Mouvement des intermittents du spectacle, Avignon, juillet 2014

Des camarades ayant participé au mouvement des intermittents du spectacle ont fait parvenir à DDT21 l’article suivant dans lequel ils reviennent sur les événements avignonnais de juillet dernier. Au-delà du classique récit de lutte, ce texte est une réflexion sur le militantisme en ce début de XXIème siècle.

***

L’édition 2003 du Festival d’Avignon, fameuse car annulée, avait été précédée d’un fort mouvement de grève contre la réforme des retraites et d’une mobilisation d’ampleur autour de la renégociation de l’accord de l’UNEDIC. Grèves, blocages, annulations de festivals et auto-organisation des intermittents et précaires avaient marqué le début de l’été.
Tel ne fut pas le cas en 2014 et si des frémissements étaient sensibles à Alès, Marseille ou Aix, seul le festival de Montpellier fut sérieusement perturbé. L’espoir que se développe un réel mouvement dans la Cité des papes était donc assez mince. 
LIRE LA SUITE ICI.

 

Publication de brochures sur la communisation

31/10/2014 Aucun commentaire

Les éditons autrichiennes Bahoe Livres ( http://bahoebooks.tumblr.com/ ) ont publié trois volumes de traductions sur la communisation. Vous pouvez trouver une bref avant-propos en allemand ici:

http://www.kommunisierung.net/spip.php?article28 .

Die Kommunisierung beschreibt eine kommunistische Revolution ohneÜbergangsphase, eine Revolution nicht «für den Kommunismus, sonderndurch den Kommunismus». Durch die Ergreifung kommunistischerMassnahmen wird gleichzeitig der kapitalistische Feind geschwächt unddie post-revolutionäre Welt skizziert. Aufgekommen ist der Begriff in denintensiven theoretischen Debatten in den links-kommunistischen Milieus inFrankreich nach dem Mai 1968.<br />
Doc Sportello (Hg.), Die Revolution als Kommunisierung. Kommunisierung Band 1 | 141 Seiten | 2014

Il y aura une présentation à Vienne le 5 Novembre.