récréation

03/12/2016 Aucun commentaire

« Le racisme de l’intelligence »

03/12/2016 Aucun commentaire

Nous relayons ici le très intéressant article de Serge Halimi dans le Monde Diplomatique de décembre 2016, au sujet de la victoire de Mr Donald TRUMP.

  « (…) Le gouvernement du peuple par le peuple est le seul système dans lequel j’aie envie de vivre, mais au fond, qu’est-ce que je connais du peuple ? Je vis à Paris, puis là je suis à Genève ; je fréquente des écrivains, des journalistes, des cinéastes. Je vis complètement déconnecté de la souffrance du peuple. Ce n’est pas une autocritique, c’est un simple constat sociologique. Je sillonne le pays, mais les gens que je rencontre s’intéressent à la culture — une minorité d’intellectuels non représentatifs de la révolte profonde du pays. » Frédéric Beigbeder

La déroute de l’intelligentsia par Serge Halimi

Les Américains n’ont pas seulement élu un président sans expérience politique : ils ont également ignoré l’avis de l’écrasante majorité des journalistes, des artistes, des experts, des universitaires. Le choix en faveur de M. Donald Trump étant souvent lié au niveau d’instruction des électeurs, certains démocrates reprochent à leurs concitoyens de ne pas être assez cultivés.

Il existe un pays au moins où les élections ont des effets rapides. Depuis la victoire de M. Donald Trump, le peso mexicain s’écroule, le coût des prêts immobiliers s’élève en France, la Commission européenne desserre l’étau budgétaire, les sondeurs et les adeptes du microciblage électoral rasent les murs, le peu de crédit accordé aux journalistes agonise, le Japon se sent encouragé à réarmer, Israël attend le déménagement de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, et le partenariat transpacifique est mort. Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Endnotes : « LA theses »

24/11/2016 2 commentaires

Un texte qui, bien qu’ancien, vient s’articuler de façon étonnamment actuelle aux problématiques qui agitent le « milieu » depuis quelques mois: segmentation de la classe, problématique et articulation classe/genre/race, tension à l’unité de la classe et programmatisme, unité de la classe dans la confrontation des différentes identités qui résultent de la segmentation, affrontements récents autour de la racisation, etc, etc….. Donc, on publie!!

HTTPS://ENDNOTES.ORG.UK/OTHER_TEXTS/EN/ENDNOTES-LA-THESES

« Dans cette société l’unité apparaît comme accidentelle, la séparation comme normale »

-Marx, Theories of Surplus Value

   1- Nous vivons dans une ère de crise sociale, qui dure depuis longtemps et qui est fondamentalement la crise des sociétés du mode de production capitaliste. En effet, les relations de travail qui régissent la production et la consommation dans les sociétés capitalistes se dégradent. Le résultat en est la réapparition d’une situation structurelle que Marx appelait « le capital excédentaire au côté de la population excédentaire ». Les transformations technologiques continuent d’évoluer malgré la stagnation économique, donnant lieu à une situation où il y a trop peu d’emplois pour trop de monde. Pendant ce temps, d’énormes réserves d’argent labourent la planète à la recherche de profits, conduisant à l’expansion périodique de bulles qui éclatent en éruptions massives. La montée de l’insécurité et de l’inégalité de l’emploi sont des symptômes de l’impossibilité croissante de ce monde en tant que tel.

2- Dans le moment présent, ces contradictions, contenues dans les sociétés capitalistes, sont prêtes à exploser. La crise de 2008 en est une manifestation. Elle a donné lieu à une vague mondiale de luttes qui continuent encore aujourd’hui. Afin de garder un certain contrôle sur une crise en ébullition, les États ont organisé des plans de sauvetage coordonnés des sociétés financières et d’autres sociétés. La dette de l’État a atteint des niveaux inconnus depuis la Seconde Guerre mondiale. Le sauvetage des capitalistes devait donc s’accompagner d’une cure d’austérité pour les travailleurs, car les États cherchent à gérer leurs bilans tout en recréant les conditions de l’accumulation. Pourtant, ces actions de l’État n’ont été que partiellement couronnées de succès. Les économies riches continuent de croître de plus en plus lentement, même si elles absorbent d’énormes quantités de dettes à tous les niveaux. Les économies pauvres sont également vacillantes. Nous appelons cette situation globale la structure d’attente (the holding pattern) et nous affirmons que d’autres turbulences économiques sont susceptibles d’advenir lors d’un crash capitaliste.

Lire la suite…

« Un parfum d’insurrection anarchiste en Algérie »?

22/11/2016 2 commentaires

Un nouveau blog sur « Lutte des classes / Guerre civile / Communisation »

21/11/2016 Aucun commentaire

Carbure

https://carbureblog.com/

Lutte des classes / Guerre civile / Communisation

Que dire ?

L’objet de ce blog, outre rassembler des textes épars écrits sur une quinzaine d’années – ça ne fait pas lourd – est de poser au fil du temps quelques balises critiques et théoriques, qui pourront peut-être servir à alimenter les réflexions personnelles de quelques personnes, ou dans le meilleur des cas donner des pistes pour des travaux ultérieurs.

Notes sur les classes moyennes et l’interclassisme

https://carbureblog.com/2016/11/21/notes-sur-les-classes-moyennes-et-linterclassisme/

Gilles Dauvé, à propos de « Solitude de la théorie communiste » (août 2016) de Bruno Astarian.

21/11/2016 Aucun commentaire

LPR / Sommes-nous seuls dans l’univers ?

https://t.co/3cfaQJ5d7O

Bruno Astarian, Solitude de la théorie communiste, août 2016.

« Comment demeurer révolutionnaire sans révolution ? », demandait Maresia Dalua1. Pour répondre, il faut aller en amont: comprendre ce que peuvent faire « les révolutionnaires » suppose de s’interroger sur quelle révolution on envisage, sur ce que serait son « contenu ». C’est ce que fait Bruno Astrarian en se demandant à quoi sert la théorie communiste.

Le marxisme – et souvent l’anarchisme – ont longtemps cru que renverser le capitalisme, c’était instaurer le pouvoir des producteurs (incluant le métallo, l’infirmière, l’institutrice…) et leur travail en commun. Dans cette vision, les luttes quotidiennes préparent la révolution, l’autonomie dans l’action aujourd’hui (contre l’Etat, les patrons, les syndicats, les partis, toutes les institutions soutiens de la société actuelle) préparant l’autonomie individuelle et collective dans la gestion de l’ensemble de la vie après-demain. Par conséquent, la grève, l’émeute, l’insurrection, voire la coopérative ou la scoop, sont comme un apprentissage du futur travail associé. La théorie communiste aurait pour rôle de mettre en valeur tout ce qui favorise l’action autonome des prolétaires, et d’aider ainsi à son intensification, à son propre dépassement.

Pour Bruno Astarian, cette vision méconnait la rupture qualitative entre la lutte revendicative, où le travail s’efforce de modifier à son avantage la répartition du salaire et du profit, et l’insurrection communiste. Dans celle-ci, les insurgés forment « entre eux un rapport interindividuel qui n’a plus le travail pour contenu », et « les éléments de capital dont le prolétariat insurgé s’empare sont transformés par l’insurrection. De moyens de production, ils deviennent moyens de lutte, voire de divertissement. »2

Lire la suite…

« La cigarette sans cravate » à la radio

18/11/2016 Aucun commentaire

Emission de radio sur « Offensive sonore » avec
un des camarades du collectif auteur du bouquin.

Cliquer sur l’image pour y accéderarton17-509x800

A propos de l’élection de trump

16/11/2016 Aucun commentaire

Second texte sur l’élection étasunienne emprunté au blog « le cours des choses »

« les comptes non soldés de l’échec du cycle de lutte des années 60 et 70 »

Notes sur trump (2)

http://www.lecoursdeschoses.com/2016/11/remarques-sur-trump-2.html

Publié le 14 Novembre 2016

Back to 65 ?

L’enquête annuelle sur les « valeurs des américains » menée par l’institut public de recherche sur la religion et publiée le 25 octobre, portait ce titre assez révélateur : « La grande division sur l’avenir de l’Amérique : 1950 ou 2050 ? ». L’étude indiquait que pour 92% des républicains interrogés, le pays allait dans la mauvaise direction et ce – pour la moitié d’entre eux- depuis au moins 1950.

Sans aller jusque là, plusieurs livres récents font de 1965, année des émeutes de Watts, de la marche de Selma, du tournant de la guerre du Vietnam et de la politique volontariste du président Johnson, l’année charnière à laquelle ramènent beaucoup de phénomènes contemporains. Comme l’écrit Bill Bishop dans The Big Sort (paru en 2009): «  C’était 1965. Chaque événement représentait le début d’alignements politiques qui allaient s’étendre sur les quarante années suivantes. » Il note ainsi que c’est à partir de cette année là que les affiliations traditionnelles aux deux grands partis commencent à se réduire et se modifier et que s’effondre littéralement la confiance dans le gouvernement, notamment dans la classe ouvrière blanche qui était pourtant sensée profiter le plus du projet de « grande société » de Johnson. De même, le chercheur sur les religions Martin Marty décrit 1965  comme « l’épicentre d’un tremblement de terre dans la vie religieuse » avec le début du déclin des églises protestantes classiques et l’essor des congrégations indépendantes et évangélistes, qui deviendront bientôt les fourriers du néo-fondamentalisme. Enfin, Nicolas Ebersatdt dans Men’s without work  date précisément de la même année le début de la fuite devant le travail d’une partie des mâles américains et l’explosion de la criminalité.

Bien évidemment, ce qui s’engage plus généralement en 1965, c’est pour les noirs, la récolte des quelques fruits de la lutte pour les droits civiques et, pour les femmes, le début d’une série de mouvements qui leur permettront de bousculer l’ordre patriarcal. Bref, avant même la fuite du capital des années 70 en réponse à l’insubordination ouvrière de ces années là, le début de la fin de la mouture américaine du compromis fordiste. Dans le délitement actuel du compromis néo-libéral, il semblerait donc que les comptes non soldés de l’échec du cycle de lutte des années 60 et 70 continuent à projeter leur ombre portée sur l’époque, le « whitelash » électoral n’étant qu’un épisode de plus d’une contre-révolution qui n’en finit plus. Et si la rétro-utopie du « great again » keynésiano-raciste d’un Trump et de ses électeurs risque fort de se faner bien vite, le message envoyé aux minorités remuantes de toutes sortes est quant à lui bien concret : ils seront plus que jamais la variable d’ajustement.

Un nouveau blog d’analyses…

09/11/2016 Aucun commentaire
Categories: Nouvelles du monde Tags:

Sur le mouvement contre la « loi travail » – Traductions

02/11/2016 Aucun commentaire

De débordements en imbordements jusqu’à l’épuisement
Traduction anglaise/English translation

Débordements, imbordements et épuisement (suite)
Traduction anglaise/English translation

Sur le mouvement du Printemps 2016 : « Carambolage à République »

30/10/2016 Aucun commentaire

Dernier texte mis en ligne sur le blog DDT21

Carambolage à République

 

  Un gouvernement « socialiste » qui attaque à nouveau les travailleurs, résolu à ne rien céder sur l’essentiel de sa Loi Travail, et des syndiqués de base qui réclament une grève générale à des directions préoccupées par leurs propres survies. Des journées de mobilisation nationale à répétition où l’énergie s’épuise sans se renouveler (tactique qui depuis vingt ans montre son inefficacité), des salariés lancés dans la grève de manière bureaucratique et en ordre dispersé, et de maigres cortèges rassemblant principalement des militants et des syndiqués. Une mobilisation bien inférieure à celle de 2010, où lycéens et étudiants ne participent qu’avec parcimonie tandis que chômeurs, précaires, « quartiers populaires » et même fonctionnaires s’abstiennent prudemment. Une faiblesse compensée par des actions et des blocages symboliques qui n’entraînent qu’un impact de même ordre sur la production et les transports.

Seuls les autonomes, anarchistes et apparentés ont, semble-t-il, pris des forces mais uniquement en termes de pratiques de destruction et d’affrontement avec la police, certes spectaculaires et davantage partagées (d’où l’enthousiasme de certains), mais sans ébauche d’auto-organisation du mouvement. Cette violence est d’ailleurs restée localisée et généralement condamnée par la majorité des manifestants et militants.
Globalement, le mouvement du Printemps 2016 a tourné sur lui-même, incapable d’atteindre une masse critique susceptible, sinon de faire reculer le gouvernement comme lors du CPE, du moins de bousculer institutions et évidences.

 

LIRE LA SUITE

 

Tiens, ça bouge!!

26/10/2016 4 commentaires

Le blog de travail de « Théorie communiste » vient de faire une mise à jour en rapport avec les discussions actuelles autour de la racisation, entre autres, voir le post ci dessous  « Ou t’es? TC ou t’es? » et autres post précédents.

Cliquer ci-dessous pour y aller

blogtc

Les murs parlent….

22/10/2016 Aucun commentaire

Récréation

07/10/2016 un commentaire

Ca ne peut faire de mal à personne…..

Les paroles ci-dessous Lire la suite…

Le quatrième épisode de la série « Homo » est en ligne sur le blog DDT21

05/10/2016 un commentaire

Le quatrième épisode de la série « Homo » est en ligne sur le blog DDT21 : « Des rapports de classes chez les homos (victoriens) »

Les premières phrases de l’article :

« De tout temps les dominants ont exploité sexuellement les dominés, hommes et femmes, et plus encore quand ils disposent sur l’esclave et le serviteur d’un pouvoir sans limites.
Mais l’érotisation de la masculinité du travailleur ne pouvait naître que lorsque les classes s’agencent comme elles le font sous le capitalisme.
Le bourgeois ne se rapporte pas au prolétaire comme le maître à l‘esclave ou le seigneur au serf. Théoriquement libre, en fait obligé de vendre sa force de travail pour vivre, le prolétaire est payé par le bourgeois pour la location de son corps et de son énergie. L’omniprésence de l’échange marchand a conduit le capitalisme à une gestion originale de la prostitution, avec des conséquences considérables sur son traitement de l’homosexualité. »

La suite ici : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1145

Présentation de la série « Homo » ici : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1116

« Où t’es, TC où t’es ? »

03/10/2016 14 commentaires

il nous a paru pertinent de proposer à la réflexion ce texte sur « Théorie Communiste N°25» que nous a fait parvenir un camarade

Où t’es, TC où t’es ?

oh-lala

La balle quitte le pied et fonce dans le sol. Fin de la trajectoire ?

Si on s’échauffe avec le dernier numéro de la revue Théorie Communiste,  c’est pour mieux continuer sur la question de l’appartenance de classe,  de la catastrophe que constituerait notre défaite et du contenu de celle-ci. On n’épuisera pas ces questions ici. Il s’agit plutôt d’une mise en bouche.

Pourquoi, alors qu’une mobilisation sociale battait son plein, se donner le mal d’écrire là-dessus ? C’est que pour une partie des membres d’un courant qu’à défaut on appelera communiste antigestionnaire, TC est une des références théoriques. Ce texte a donc semblé nécessaire afin de marquer une rupture politique.

Lire la suite…

Mais où est la poudre ?

03/10/2016 Aucun commentaire

« Solitude de la théorie communiste » de Bruno Astarian

25/09/2016 3 commentaires

Dernier texte mis en liste sur le blog de Bruno Astarian

 http://www.hicsalta-communisation.com/

Solitude de la théorie communiste

Dans le texte qui suit, je cherche à comprendre la situation d’isolement sévère où se trouve la théorie communiste à notre époque. Il est difficile pour les théoriciens de ne pas voir à quel point le langage qu’ils tiennent, qu’ils doivent tenir, est incompréhensible pour la plupart des prolétaires, même de bonne volonté. Cela est vrai quelles que soient les options théoriques retenues. Parmi les groupes ou individus qui réfléchissent théoriquement à la situation actuelle de la société capitaliste et à son dépassement possible, aucun n’a trouvé le langage et/ou le point de vue qui lui permettraient de sortir d’un petit milieu qui tourne en vase clos. Cette situation remet-elle en question la théorie communiste dans sa spécificité historique ? Ou bien la remet-elle plus simplement à sa place ?

Lire la suite…

« Pour en finir avec la critique du travail »

19/09/2016 Aucun commentaire

En contrepoint du texte de la Banquise, publié ci-dessous, il nous a paru pertinent de proposer à la réflexion ce texte de Théorie Communiste N°17, sorti en septembre 2001.

« Pour en finir avec la critique du travail » 

La critique du travail ne peut avoir d’objet et se justifier elle-même que si elle construit son objet antérieurement aux rapports sociaux, mais alors elle devient purement spéculative ; inversement si ce sont les rapports sociaux historiquement déterminés qu’elle se met à critiquer, elle entre alors en contradiction avec son premier moment de formalisation abstraite de son objet. La critique du travail voudrait le travail comme rapport social antérieurement à tout rapport social. La critique du travail est une impasse. Premièrement, elle construit un objet d’analyse qui est le travail en soi ; deuxièmement, elle veut déduire de l’analyse de cette activité, qui telle qu’elle l’a posée est une abstraction spéculative, les rapports sociaux contradictoires dans lesquels évoluent les hommes. Cela, soit par un développement contradictoire interne de cette activité, soit de par un caractère irréductible à l’aliénation que, par nature, cette activité possèderait. Les modulations particulières de cette impasse générale aboutissent toutes à la transformation de la critique de la société capitaliste et de son rapport social fondamental, l’exploitation, en critique du travail, critique de l’activité.

              Le sujet abordé ici est en conséquence un peu paradoxal. Il s’agit de définir le travail pour dire que le travail n’est pas un objet de la critique théorique. Cela pour deux raisons : la « critique du travail » est comme théorie une impasse ;  l’abolition du travail ne passe pas par la « critique du travail ». Notre démarche est cependant nécessaire, car, si le travail n’est pas un objet de la critique théorique et si sa critique ne mène à rien, la critique théorique ne peut en revanche faire l’impasse sur les idéologies de la « critique du travail ». C’est donc comme un moment de la critique de ces idéologies, qu’il est nécessaire de critiquer la notion de travail en tant qu’objet de cette critique et parce que cette notion de travail joue un rôle actif, pratique, de mise en forme des luttes dans les courants les plus radicaux du démocratisme radical. Lire la suite…

« Sous le travail, l’activité  » réédition

13/09/2016 2 commentaires

Publié initialement à l’été 1986 dans la revue n° 4 « La Banquise »

http://archivesautonomies.org/spip.php?article306

Collectif. Sous le travail, l’activité (Under the work, the activity)  

(Réédition, Postface de Gilles Dauvé).

(Republication, Gilles Dauvé’s afterword).

8 € TTC – 11 x 17,8 cm – 96 p.

ISBN : 979-10-96441-01-3 

Collection Réverbération.

a8786-asymc25cc25a7trie-sous_le_travail_lactivite-couv2b-2bcopie

Sortie le 8 septembre 2016.

 Le travail n’est pas la liberté, c’est certain. Pour autant, si le travail implique effectivement coercition et soumission, cela ne suffit pas à le définir. Le travail animé par un collectif de producteurs associés reste du travail, tant que l’activité ainsi autogérée demeure séparée de l’ensemble de la vie.

Plus que jamais un renouveau de la critique du travail s’impose, et c’est pourquoi nous republions dans la collection « Réverbération », ce texte vieux de trente ans qui n’a pas pris une ride. Ce texte est suivi d’une postface de Gilles Dauvé.

« le Monde ou rien » remarques sur l’agitation sociale en France au printemps 2016

05/09/2016 2 commentaires

« le Monde ou rien » remarques sur l’agitation sociale en France au printemps 2016

Alèssi Dell’ Umbria est l’auteur entre autres d’une Histoire universelle de Marseille, De l’an mil à l’an deux mille (Agone, 2006) et de C’est de la racaille ? Eh bien, j’en suis ! À propos de la révolte de l’automne 2005(L’Échappée, 2006). Sollicité par des amis latino-américains, il a rédigé à leur attention une analyse de la situation politique française.

(Ce texte a été écrit à l’intention de camarades latino-américains qui, du Mexique à l’Argentine, me demandent des éléments d’information et d’analyse sur l’agitation en France. Ce qui explique que beaucoup de précisions y soient formulées qui n’ont évidemment pas raison d’être pour des camarades français.)

« Le confort est la pire chose qui puisse arriver à un mouvement social, et c’est ce qui a accablé l’insurrection de Gezi. Pour qu’un mouvement reste en mouvement, il faut que quelque chose d’insupportable continue de le démanger, jour et nuit. Si rien ne vous gêne, si au contraire vous commencez à prendre vos aises, vous allez vous arrêter, et c’est normal ; le besoin de repères, de stabilité, est naturel. Or, se révolter, c’est être prêts à lutter contre ses propres besoins naturels. Pour se révolter, il faut se sentir fort mais démuni, démuni mais fort. L’inconfort est la seule force qui nous incitera à aller de l’avant. » 
Kenan Görgün, Rebellion Park. Lire la suite…

Septembre gris

05/09/2016 Aucun commentaire

Pour mémoire, c’est 2 200 salariés à la porte de l’usine et 6 000 en tenant compte des sous traitants

Belgique Caterpillar: les syndicats invitent les ouvriers à respecter leurs contrats de travail

Un millier de travailleurs assistaient selon les syndicats à la première assemblée générale lundi matin, depuis l’annonce de la fermeture de l’usine Caterpillar à Gosselies.

D’autres rencontres de ce type sont prévues durant la journée au moment des pauses de travail

 http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/caterpillar-les-syndicats-invitent-les-ouvriers-a-respecter-leurs-contrats-de-travail-57cd05d635709333b7f9990d

Les syndicats de l’entreprise Caterpillar Belgium ont invité les travailleurs du site de Gosselies à se présenter chaque jour à l’usine durant la période de la procédure Renault.

« Il n’est pas question de se mettre en porte-à-faux par rapport au contrat de travail », a indiqué Ivan Del Percio, président de la délégation syndicale ouvrière (FGTB), à l’issue de la première assemblée générale qui s’est tenue lundi matin à Gosselies (Charleroi). Le représentant syndical a toutefois précisé que se présenter au travail ne signifiait pas travailler tout le temps.

Selon ce dernier, depuis vendredi, la colère est montée chez les travailleurs mais «  nous ne voulons pas apparaître comme des terroristes  ».

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Coup de gueule

26/08/2016 3 commentaires

Partout sur les murs, la dernière campagne pour le parfum Bad de Diesel.

On est pas sorti de l’auberge!!

bad

Une nouvelle rubrique sur ddt21 (notes de lecture)

22/08/2016 Aucun commentaire

Création d’une nouvelle rubrique sur ddt21 (notes de lecture)

LPR-Les-Petites-Recensions.03

Un court message pour vous informer qu’une nouvelle rubrique vient de voir le jour sur le blog DDT21, elle est consacrée a la publication de très courtes notes de lecture. Pour débuter ces « Petites recensions », deux livres passent sur la table de dissection :

– Chantal Mouffe, « L’illusion du consensus » (Albin, Michel, 2016, 200 p.)

– Geoffrey Parker, « Global Crisis : War, Climate Change & Catastrophe in the 17th Century » (Yale University Press, 2013, 904 p.)

Les Petites recensions (LPR) sont à consulter ici : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1074

Bonne lecture !

Categories: Récréation Tags:

Chine : affrontement lors d’une manif contre un projet nucléaire sino-français

09/08/2016 Aucun commentaire

Chine : manifestation de milliers d’opposants à un projet nucléaire sino-français

https://francais.rt.com/international/24858-chine–manifestation-contre-projet

sur la vidéo on voit un flic pointer son flingue sur la tête d’un manifestant

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Nouvel article sur le blog DDT21 : « Sur la « question » des « femmes » », G. D., juillet 2016

23/07/2016 37 commentaires

Nouvel article sur le blog DDT21 : « Sur la « question » des « femmes » », G. D., juillet 2016.

Début du texte :

« Si, comme dit Marx dans les Manuscrits de 1844 en reprenant une idée de Fourier, le rapport entre sexes « permet de juger de tout le degré du développement humain », il doit permettre aussi de juger du degré du développement des révolutions. Mesurées à ce critère, les insurrections passées ont piètre figure, car on aurait du mal à en trouver où la domination masculine n’ait pas prévalu.  Ce fait indéniable, la théorie radicale ne le prend guère au sérieux. Traditionnellement, l’anarchisme n’y voyait pas une question particulière : la libération de l’humanité libérerait les femmes et les hommes. Depuis les années 1970 et la montée d’un mouvement féministe, de nombreux groupes anarchistes traitent les femmes comme une catégorie de plus – trop longtemps oubliée – à ajouter à la liste des catégories opprimées et porteuses de potentialités révolutionnaires. Quant aux marxistes, sous prétexte de replacer la partie « femmes » dans le tout « prolétariat » et de distinguer entre bourgeoises et prolétaires (distinction certainement essentielle), la plupart dissolvent « la femme » dans la classe. Malheureusement, sans cette partie-là, la totalité n’existe pas. Nous estimons au contraire impossible de penser l’émancipation des femmes comme une simple conséquence de l’émancipation humaine en général : c’en est une composante indispensable. »

LA SUITE ICI : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1010

ARTICLE AU FORMAT PDF ICI : https://ddt21.noblogs.org/files/2016/07/La-Question-des-Femmes-GD.pdf

« Califat et barbarie : En attendant Raqqa ». Nouvel article sur le blog DDT21

21/07/2016 Aucun commentaire

« Califat et barbarie : En attendant Raqqa » fait suite et prolonge « Califat & Barbarie », texte de Tristan Leoni publié en deux épisodes en novembre et décembre 2015, considérant cette fois moins l’État islamique lui-même que le sort de ses voisins immédiats, rebelles syriens, forces kurdes ou habitants cherchant à fuir cette zone de chaos.

« L’État islamique (EI) reculant sur tous les fronts et Raqqa, sa capitale politique, semblant sur le point de tomber aux mains des forces armées réunies de la liberté, de la démocratie, de la laïcité et peut-être même du féminisme. C’était fin 2015, mais huit mois plus tard c’est toujours le cas. Mais si le Califat n’en finit pas de mourir, la situation a évolué et une page se tourne. » LA SUITE ICI : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1030

L’ARTICLE EN PDF ICI : https://ddt21.noblogs.org/files/2016/07/Califat-et-Barbarie.-En-attendant-Raqqa.pdf

Premier numéro de la revue chinoise « Chuang » qui vient de paraître

19/07/2016 un commentaire

Le premier numéro de la revue « Chuang » vient de paraître . Cette revue se reconnait dans le « cadre théorique de collectifs éditoriaux similaires à Endnotes, Sic, Kosmoprolet et d’autres qui parlent du communisme au présent. »

Nous en avons traduit l’éditorial http://chuangcn.org/journal/one/a-thousand-li/

chuang n)1

Quand la dynastie Qing a commencé son lent effondrement, des milliers de paysans ont été concentrés dans les villes portuaires pour remplir les docks et les sweatshops actifs, alimentés par l’argent étranger. Lorsque ces migrants sont morts du travail éreintant et de la violence de la vie dans les ports, leurs familles durent  souvent envoyer l’argent pour ramener les corps chez eux dans une pratique appelée «transporter un cadavre sur plus de mille li (mile chinois) » (qian li xing shi), sinon les âmes risquaient de se perdre et le malheur s’abattre sur toute la lignée.

La logistique de cette cérémonie était complexe. Après les bénédictions et les rituels prodigués par un prêtre taoïste, « les conducteurs de cadavres » devaient lier les corps debout en file indienne le long de poteaux de bambou, attachant les bambous à chaque extrémité de sorte que, quand ils marchaient, les corps rigides tendus entre eux semblent sauter de leur propre gré. Voyageant seulement de nuit, les « pilotes de cadavres » devaient faire sonner des cloches pour éloigner les vivants, la vue des migrants morts étant considérée comme apportant la malchance. Bien que quelque peu apocryphes, de nouveaux mythes sont nés de cette pratique, comme la transformation des cadavres sauteurs en Jiangshi, créatures vampiriques amenées à se nourrir de la force de vie des autres. Leur propre sang ayant été siphonné par les quais et les usines, ces travailleurs migrants ont été transformés en monstres digne d’une nouvelle réalité, celle des empires en ruine, des guerres civiles et de l’expansion insatiable de marchandises. Lire la suite…

« Turquie : Erdogan, Gülen et la bourgeoisie pieuse et …l’armée »

17/07/2016 Aucun commentaire

Ces pages ont été écrites il y a un peu plus d’un an dans le cadre de la rédaction d’un ouvrage sur les turbulences qui affectent le Proche et le Moyen Orient (inachevé). Il ne s’agit pas d’une analyse directe des événements actuels en Turquie mais elles peuvent fournir un éclairage intéressant sur eux.

Turquie : Erdogan, Gülen et la bourgeoisie pieuse et …l’armée

« Tous les peuples n’ont pas les mêmes dispositions pour la production capitaliste. Quelques peuples d’origine très ancienne, comme les Turcs, n’en ont ni le tempérament ni les dispositions. Mais ce sont là des exceptions »  (Marx, Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, t. 3, p. 532.)

La réalisation d’une totale libéralisation économique en Turquie a favorisé l’émergence d’une « bourgeoisie pieuse » parfaitement intégrée aux marchés internationaux[1]. En revanche, en Egypte, un programme de libéralisation plus contrôlé et réduit a limité le niveau de développement et d’intégration de cette bourgeoisie pieuse. Selon Sebnem Gumuscu, ce nouveau type de bourgeoisie se distingue des « classes populaires » de musulmans pieux par son niveau de revenus et de consommation et de la bourgeoisie séculière par sa piété et le maintien de ses croyances et pratiques religieuses.

            Par son étude comparative de la Turquie et de l’Egypte, Sebnem Gumuscu veut expliquer pour quelles raisons cette bourgeoisie pieuse s’est puissamment développée en Turquie tandis qu’elle est demeurée relativement faible en Egypte. Pour elle, la raison principale tient à la différence de degré de libéralisation économique entre les deux pays. En Turquie, principalement en Anatolie, une classe de petits entrepreneurs (marchands et industriels) ont bénéficié d’un vaste programme de libéralisation favorisant les exportations. En intégrant le marché mondial, ils ont connu une importante croissance de leur production et de leurs profits. Cette bourgeoisie qui avait tout à perdre dans une confrontation avec l’Etat a évité de s’engager dans des mouvements islamistes trop radicaux et a choisi des partis modérés à l’intérieur de l’islam politique, marginalisant tous ceux qui avaient une ligne dure. A l’inverse, en Egypte, la grande bourgeoisie pieuse, du fait d’une libéralisation constamment sous contrôle et inachevée (si ce n’est même en trompe-l’œil dans le cas des privatisations), demeure lourdement dépendante de l’Etat et pour cela doit préserver une grande distance avec les mouvements politiques islamiques, tandis que la petite bourgeoisie relativement plus indépendante soutient ces mouvements dont la tendance modérée des Frères musulmans. Le caractère particulier de la libéralisation en Egypte renforce le « big business » et refuse toutes chances de croissance au « small business ». La bourgeoisie pieuse apparait alors faible et divisée entre grande et petite bourgeoisies et ayant de grandes difficultés pour influencer le cours de l’islam politique. Lire la suite…

Nous vivons une époque moderne….

12/07/2016 5 commentaires