DDT21 : « Virus, le monde d’aujourd’hui »

25/09/2020 Aucun commentaire

Dernier texte mis en ligne sur le blog DDT21

« Virus, le monde d’aujourd’hui »

Jusqu’aux premiers jours de 2020, quand il entendait parler d’un « virus », c’est d’abord à son ordinateur que pensait l’Occidental (l’Asiatique était sans doute mieux avisé). Bien sûr, personne n’ignorait le sens médical du mot, mais ces virus-là restaient loin (Ebola), relativement silencieux malgré les 3 millions de morts annuels du Sida, voire banals (grippe hivernale, cause de « seulement » 10 000 morts en France chaque année, en majorité vieux et atteints de maladies chroniques). Et si la maladie frappait, la médecine faisait des miracles. Elle avait même aboli l’espace : de New York, un chirurgien opérait une patiente à Strasbourg. En ce temps-là, c’étaient plutôt les machines qui tombaient malades. Jusqu’aux premiers jours de 2020. LIRE LA SUITE.

A paraître : “STOFF”

25/09/2020 Aucun commentaire

« Stoff est une revue publiée en France par un groupe de discussion dont les intervenants sont basés dans divers pays européens. Elle est une réflexion vivante et collective autour de la critique de l’économie politique, en n’oubliant pas cependant que les rapports de production n’ont d’existence que dans l’histoire à travers des médiations singulières. Attentive par conséquent à ce qui relève également de l’esthétique, de la culture ou de l’idéologie, la revue Stoff ne connaît pas de sujet dont elle s’interdirait de parler.

Ce site sera bientôt la caisse de résonance numérique de ces discussions.

En attendant l’imminente sortie en librairies du premier numéro papier, nous avons voulu rendre accessibles ici deux textes sur les luttes actuelles aux États-Unis. »

STATES : “LETTRE DEPUIS UN ÉTAT CHANCELANT”

25/09/2020 un commentaire

Texte mis en ligne sur le site “STOFF”

« LETTRE DEPUIS UN ÉTAT CHANCELANT »

par Jasper Bernes

traduit de l’anglais (États-Unis) par Julien Guazzini

août 2020

site02.jpg

Ce texte de Jasper Bernes revient sur les confrontations déclenchées par les meurtres de George Floyd, Breonna Taylor et Ahmaud Arbery. Il donne une perspective depuis les États-Unis des manifestations et des émeutes qui font rage et se poursuivent depuis des mois dans un contexte de plus en plus tendu. Dans le flot continu de scandales politiques autour du président américain, juxtaposé à un discours médiatique dominé par la crise du COVID-19, ce texte vient  combler le manque d’informations sur les luttes en cours. Mouvements anti-police, suprématisme blanc, extrême-droite américaine et gestion trumpienne de la crise y sont abordés. Lire la suite…

LIBAN : « La fête est définitivement terminée »

22/09/2020 Aucun commentaire

Le dernier paragraphe d’un texte in english qui nous rappelle que la vie est possible à l’extérieur dans l’excellent texte paru sur le blog DDT21 «  Lutte des glaces (à propos de « Snowpiercer, le Transperceneige »)

« La révolution post-explosion – Une lettre du Liban »

« La simple réalité de la tragédie a modifié le terrain dans l’esprit des gens. Au-delà de la simple colère, il y a un niveau accru d’intensité, d’émotivité et de négativité. Les émotions vont du désespoir à la rage, puis à nouveau à la colère. La fête est définitivement terminée, et l’atmosphère est émotionnellement et littéralement, dans le langage de ma génération, toxique. Pourtant, comme je le disais récemment à un ami de New York, il y a ici une détermination singulière, une sorte de détermination que je n’avais pas perçue auparavant dans la Révolution. Il s’agit d’une détermination robuste et brutale, née de la colère et du désespoir, et non de l’espoir ou du bonheur. La rage et la colère sont peut-être, en dernière analyse, plus fortes que l’espoir, la vengeance est peut-être un facteur de motivation plus puissant que l’aspiration révolutionnaire. Le désespoir peut être une force de renouveau, car il n’y a littéralement nulle part où aller. En effet, notre vision de l’horizon qui s’ouvre devant nous est, au mieux, incertaine. Il n’y a pas de rêve à réaliser parce que ce que nous voulons n’est pas tout à fait clair. Nous quittons une maison parce que cette maison a déjà commencé à s’effondrer, et si nous restons à l’intérieur, nous mourrons. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous frayer un chemin à travers les décombres et de sortir. Nous marchons parce que nous n’avons pas d’autre choix. Mais cette option, l’absence d’option, est peut-être à la fin la meilleure façon d’avancer. »

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Blog DDT 21 : « Abolir la police ? »

15/09/2020 un commentaire

Dernier article mis en ligne sur le blog DDT 21

« Abolir la police ? »

La mort de George Floyd, le 25 mai 2020 à Minneapolis, déclenche une flambée de violence à travers les États-Unis qui, dans un premier temps, se traduit par des attaques contre les forces de l’ordre et leurs locaux, des incendies, des émeutes nocturnes et des pillages de magasins. Pour les manifestants – essentiellement des prolétaires à la couleur de peau variée issus des quartiers pauvres des villes –, les violences et le racisme de la police semblent un prétexte pour exprimer une colère plus profonde – à noter que les commerces sont pris pour cibles quelle que soit, là encore, la couleur de peau de leur propriétaire. Mais la répression policière et judiciaire est sévère et efficace. Après quelques jours, un second type de mobilisation se fait jour et tend à remplacer la première, celle de manifestants surtout issus des classes moyennes noire et blanche avec parmi eux, et les encadrants, de très nombreux militants d’organisations et d’associations citoyennes, de gauche et d’extrême gauche, en particulier celles se revendiquant peu ou prou du mouvement Black Lives Matter ; les modes d’action changent : manifestations de jour, déboulonnages de statues, tentatives d’occupation d’espaces publics (à la mode Occupy et Nuit Debout), et non-violence généralement brandie comme étendard. L’ennemi est clairement désigné, le racisme ; et son principal vecteur identifié, la police. LIRE LA SUITE

Réédition du classique de Pierre Souyri : “Le marxisme après Marx”.

13/09/2020 3 commentaires

Préface de Jean-Pierre Souyri. Postface de Jean-Christophe Brault et Mylène Gaulard sur les courants hétérodoxes du marxisme.

Categories: Nouvelles du monde Tags:

A paraître « Hinterland. Nouveau paysage de classes et de conflits aux États-Unis »

11/09/2020 un commentaire

« Au cours des dernières années, la structure socio-spatiale des États-Unis a été fondamentalement transformée. Si la métamorphose est visible dans les pôles côtiers scintillants de la finance et de l’infotech, la majeure partie de ces transformations demeure cachée dans un territoire rural en déclin ou sur la frange des mégalopoles.

Hinterland, c’est l’arrière-pays américain, peuplé de batteuses à grains imposantes et de fermiers courbés, où des ouvriers venus de tous les coins du monde se pressent dans des usines et des « centres de distribution ». À la veille de l’élection américaine, Phil A. Neel nous livre ici les clés pour lire le conflit de classes et sa nouvelle géographie aux États-Unis. »

Octobre 2020.
13×20 – 240 pages – 18€

« La Révolte des Gilets jaunes. Histoire d’une lutte de classes »

03/09/2020 un commentaire

 

Sur le blog DDT21, présentation et critique du livre publié par le collectif Niet !éditions

« L’insurrection ne devient communiste que si elle ne se borne pas à se saisir des instruments de production, mais commence à transformer ce dont s’emparent les insurgés. Elle consiste donc aussi à se transformer soi-même, à créer collectivement les conditions d’une autre vie pour les autres et pour soi. Il s’agit de remettre en cause le salariat, non de demander une autre forme de revenu. Et de s’en prendre non seulement au rapport entre salaire et profit, mais à l’existence du salaire et du profit, c’est-dire leur l’interdépendance. Comme l’écrivent très justement les auteurs : « La révolution, ça se fait en s’attaquant […] à ce qui fait qu’on est ce qu’on est. Ça se fait en acceptant et en provoquant une situation dans laquelle on ignore de quoi seront faits les lendemains » (p. 212). »

IRAN : l’oracle a parlé !

02/09/2020 Aucun commentaire

«Des événements politiques / sociaux inattendus sont attendus avant Noël»

Iran, 1er septembre 2020-Hassan Biadi, un initié du régime en Iran, exprime les graves inquiétudes des hauts responsables du régime des mollahs qui dirige l’Iran sur un futur soulèvement en cours. Jusqu’à Noël de cette année, il y a une forte probabilité que nous soyons témoins de développements politiques et sociaux inattendus. Si l’on prend en considération toute la mauvaise gestion que nous constatons à travers le pays, les gens n’écoutent plus les différents partis et ne sont pas satisfaits des circonstances actuelles. Les remarques et les promesses faites dans le passé n’ont servi à rien”, a déclaré cet initié du régime le dimanche 30 août. Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Etats Unis : L’incendie impossible à éteindre

25/08/2020 2 commentaires

« La garde nationale du Wisconsin a été déployée à Kenosha lundi avant d’autres manifestations attendues après qu’un homme semble avoir été abattu à plusieurs reprises dans le dos par la police de la ville dimanche. »

https://www.theguardian.com/us-news/2020/aug/24/protests-in-wisconsin-after-video-appears-to-show-police-shooting-black-man-in-the-back

La police du Wisconsin tire des gaz lacrymogènes lors de la deuxième nuit de protestation contre la fusillade d’un homme noir

«pas de justice, pas de paix»

« La police a lancé pour la première fois des gaz lacrymogènes lundi environ 30 minutes après l’entrée en vigueur du couvre-feu de 20 heures pour disperser les manifestants qui scandaient «pas de justice, pas de paix» alors qu’ils affrontaient une file d’agents qui portaient un équipement de protection et se tenaient côte à côte devant le palais de justice »

https://www.theguardian.com/us-news/2020/aug/25/wisconsin-police-fire-teargas-during-second-night-of-protest-over-shooting-of-black-man

Categories: Nouvelles du monde Tags:

“LETTER FROM A TOTTERING STATE”

24/08/2020 Aucun commentaire

une traduction française est en préparation de ce texte en anglais paru sur le blog des camarades de « Endnotes »

LETTER FROM A TOTTERING STATE

by Jasper Bernes

Originally written for the discussion group and publishing project Stoff, who are currently translating the letter into French. Thanks to Zaschia Bouzarri and Endnotes for help with the editing.

« A propos des marches en Biélorussie et de leur signification »

15/08/2020 un commentaire

Traduction google d’un texte paru sur le blog « Our baba doesn’t say fairy tales »

  1. Introduction à la question générale

Le 9 août, l’élection présidentielle au Bélarus a pris fin. À la surprise générale, le président Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans, est sorti vainqueur avec 80,24% des voix. La raison pour laquelle cela est problématique ne ressort pas seulement de ces près de trois décennies au pouvoir, c’est-à-dire que le problème ne doit pas être réduit à des discussions inutiles sur la démocratie. Jusqu’à présent, nous avons des barrages routiers, des cocktails Molotov, des milliers de personnes à travers le pays dans les rues, des fusillades de manifestants, 6 000 arrestations et un manifestant mort par un camion de police. La dernière étoile rouge de l’Europe scintille.

L’accession au pouvoir de Loukachenko en 1994 s’est accompagnée d’un retour à plusieurs lois soviétiques. Contrairement aux médias occidentaux libéraux qualifiant la Biélorussie de la dernière “dictature” de l’Europe, il serait plus juste de la décrire comme la première démocratie sociale pure en Europe, du moins économiquement. Contrairement à d’autres anciennes républiques soviétiques qui ont essayé de passer du capitalisme d’État soviétique au marché libre par des «politiques économiques de transition», en Biélorussie, l’objectif était précisément de combiner le libre investissement avec un monopole d’État dans d’autres domaines. Les professions de service, et celles liées à la circulation des marchandises, pouvaient être privées, mais les télécommunications, l’industrie lourde et les transports restaient strictement propriété de l’État. 80% du total des mouvements de capitaux et du PIB restent sous le contrôle de l’État pendant toutes ces années. Le but de ce choix politique était d’éviter les phénomènes observés dans d’autres démocraties post-soviétiques et en particulier dans l’Ukraine voisine. Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Explosion de Beyrouth: les forces de sécurité libanaises tirent des gaz lacrymogènes sur les manifestants alors que la colère monte

07/08/2020 3 commentaires

« Les forces de l’ordre libanaises ont utilisé jeudi soir 6 août des gaz lacrymogènes pour disperser des dizaines de manifestants très remontés après la gigantesque explosion meurtrière dans le port de Beyrouth cette semaine, devenue le symbole de l’incompétence et de la corruption des autorités.

Les manifestants ont vandalisé des magasins et jeté des pierres sur les policiers dans le quartier du parlement, selon l’Agence nationale de l’information »

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Tres breves textos de crítica de la Wertkritik/Crítica del Valor

01/08/2020 un commentaire

Tres breves textos de crítica de la Wertkritik/Crítica del Valor”: uno es de un viejo compañero de Jacques Camatte, el siguiente es de un comunizador anónimo poco afín a « Théorie Communiste » y el último es de Roland Simon.

Trois courts textes de critique de la Wertkritik/Critique du valeur” : l’un est d’un ancien collègue de Jacques Camatte, le suivant est d’un communisateur anonyme pas très proche de “Théorie Communiste” et le dernier est de Roland Simon.

Textes sélectionnés et traduits par Fédérico Corriente

****

François Bochet – A propósito de algunos textos recientes: Anselm Jappe, Jaime Semprún, Robert Kurz, Jean-Marc Mandosio (2004)

Para Bordiga, el valor dejaba de existir bajo el socialismo, lo mismo que la moneda, el salariado, la empresa y el mercado; allí donde existe el valor, como en la URSS, no puede haber socialismo. Anselm Jappe —ya autor de un Guy Debord publicado en 2001— ha escrito un libro ambicioso e interesante: Les aventures de la marchandise – Pour une nouvelle critique de la valeur[1], Denoêl, 2003. Distingue en él entre un Marx exotérico partidario de la Ilustración y de una sociedad industrial dirigida por el proletariado —un Marx que se interesaba por los problemas contingentes, políticos, de la lucha de la clases y del movimiento proletario, el del Manifiesto y la Crítica del programa de Gotha— y un Marx esotérico, el de la Contribución a la crítica de la economía política, los Grundrisse, el Urtext, el Sexto capítulo inédito y los cuatro volúmenes de El capital, que se plantea el problema del capital, de su definición, su origen, su devenir y su superación en el comunismo y la comunidad. Jappe escribe (página 17) que el pensamiento de Marx ha servido para modernizar el capital —lo cual es innegable— y que los marxistas tradicionales sólo se plantearon el problema de la distribución del dinero, la mercancía y el valor sin cuestionarlos como tales. Según Jappe, el movimiento revolucionario habría aceptado el valor, el salariado, el mercado, el trabajo, el fetichismo, etc., —lo cual es falso y exacto a la vez— mientras que él, Jappe, se propone «reconstruir la crítica marxiana del valor de una manera muy precisa» (página 21). Reprocha justamente a Rubel que diluyera el lenguaje hegeliano de Marx en su edición de las obras de este autor, y que denominase obras «económicas» a unas obras «anti-económicas» (hace mucho tiempo que Paul Mattick ya hizo esta crítica al Tratado de economía marxista de Ernest Mandel). Lire la suite…

“Karl Marx y el fin de la filosofía clásica alemana”

25/07/2020 Aucun commentaire

Traduction en espagnol de “Karl Marx et la fin de la philosophie classique allemande”, extrait de la revue Théorie Communiste N°21

Karl Marx y el fin de la filosofía clásica alemana.pdf

Blog Hic Salta – Communisation « ACCOUCHEMENT DIFFICILE – CHRONIQUE D’UNE CRISE EN DEVENIR »

24/07/2020 Aucun commentaire

Dernier texte mis en ligne sur le blog  Hic-Salta communisation

Épisode 1 : Beaucoup d’argent pour quoi?

“Nous entamons ici un journal de la crise qui a commencé au début de 2020 avec la pandémie du Covid-19. C’est un exercice périlleux en ce que nos analyses vont manquer de recul. L’écriture de l’histoire immédiate n’est parfois pas loin du simple commentaire d’actualité. Nous nous lançons quand même. Nous nous appuierons de temps en temps sur le dernier chapitre de notre ouvrage *Le Ménage à trois de la lutte de classes*, que ce soit pour infirmer ou pour confirmer les projections de la crise alors à venir, que nous tentions d’anticiper. Pour le reste, nos analyses se développeront dans le cadre normal de la théorie marxienne de l’accumulation du capital. L’apparition d’un virus plus dangereux que les autres ne change pas l’axiome de base : l’histoire du mode de production capitaliste est l’histoire de la lutte de classe entre prolétariat et capital. Toute crise manifeste un emballement dans ce rapport entre classes, plus ou moins critique selon les cas.

“Évidemment, la première question qui nous est venue à l’esprit a été : la crise qui éclate est-elle la crise, non pas au sens de la crise « finale », mais au sens d’une crise suffisamment profonde pour poser la nécessité d’un changement d’époque : révolution communiste ou restructuration radicale du mode de production en place. Pour le moment, on en est pas là, comme on le verra dans les premiers épisodes. Mais avec le temps, ne va-t-on se rapprocher de plus en plus de ce point de bifurcation? C’est l’interrogation à laquelle nous serons sans cesse confrontés dans ce journal, car il y a longtemps déjà que le « monde d’avant » est gros d’un « monde d’après » – pas forcément celui dont il est question dans le discours politique et médiatique.”

« L’organisation des travailleurs sous la pandémie : réflexions de Chine »

23/07/2020 Aucun commentaire

Dernier article de la revue Chuang

« L’organisation des travailleurs sous la pandémie : réflexions de Chine »

Vous trouverez ci-dessous la traduction d’un article chinois anonyme du blog Worker Study Room, publié en mai 2020. C’est la seule tentative que nous connaissons pour fournir un aperçu systématique de la vie et des conditions de travail des travailleurs, des luttes ouvrières et de l’activisme connexe en Chine depuis le déclenchement de la pandémie Covid-19 en janvier, bien qu’il y ait eu des comptes rendus de cas individuels, dont certains sont cités ici. Il est également écrit dans une perspective avec laquelle nous sommes largement en accord. Cela dit, l’accent est mis ici, comme dans beaucoup d’écrits de ce style, sur une documentation quelque peu schématique et sèche des revendications exactes formulées sur le lieu de travail et de l’ordre précis des événements, à l’exclusion de toute enquête substantielle sur la psychologie plus large des prolétaires confrontés à un moment comme celui-ci. Ce texte est une bonne représentation de ce que nous considérons comme le courant de gauche le plus fécond de la Chine contemporaine, qui s’intéresse principalement à l’enquête sur les travailleurs et à la transmission des histoires des travailleurs entre les usines. Parfois, écrire à partir de ce courant peut produire une forme d’analyse “ouvrière” qui risque parfois de rater la forêt du capitalisme dans les arbres des luttes individuelles des usines, et qui peut même parfois échouer dans les tâches qui lui sont assignées lorsque ses descriptions des événements sont trop banales pour tenir l’intérêt de qui que ce soit à l’écart d’autres militants tout aussi ouvriers. Lire la suite…

IRAN : « nous aurons à nouveau des émeutes »

18/07/2020 Aucun commentaire

L’état explosif de la société iranienne est un sujet qui est abondamment discuté dans les médias d’Etat et parmi les fonctionnaires ces jours-ci.

Un des experts du régime a déclaré le dimanche 12 juillet dans le quotidien Sharq : « Dans la situation actuelle, si la pression sur la société est supprimée, il y aura un débordement illimité de demandes. Si la pression est maintenue, nous aurons à nouveau des émeutes. Nous sommes dans une situation d’impasse, ce qui signifie que le maintien ou la suppression de la situation posera des problèmes ».

Le quotidien Mostaghel a écrit : « Le coronavirus se terminera un jour et à ce moment-là, cette armée de personnes blessées n’aura plus rien à perdre. Quand sa colère éclatera, elle se battra pour la destruction complète et deviendra ce que nous ne voulons pas ».

Le quotidien Jahan-e Sanat a écrit : « S’ils ne pensent pas à une solution, il y aura des protestations à l’avenir que nous ne pourrons plus arrêter ».

https://english.mojahedin.org/i/ali-khamenei-remarks-majlis-message-20200714?fbclid=IwAR2dEC2Ii-0jMn6zCNxmjL7_a6zWOyD4EVUQtILYvTg49FPKgTcy0z0qjks

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Leur monde d’après ressemble à celui d’avant…

16/07/2020 Aucun commentaire
Categories: Nouvelles du monde Tags:

“I CAN’T BREATHE”, NON RIESCO A RESPIRARE

08/07/2020 Aucun commentaire

« sur les chaînes de montage à la FCA de Cassino en Italie »

Categories: Nouvelles du monde Tags:

On a reçu….

06/07/2020 un commentaire

Nous avons reçu le texte suivant, disponible en PDF ICI

Perpétuer la ZAD de Notre-Dame-des-Landes : l’énergie de l’impossible ?
Juin 2020
Ce texte est rédigé à partir d’une position d’ « usager » régulier de la zad pendant et après la lutte contre le projet ’aéroport, dans le cadre d’activités agricoles collectives et non-lucratives, sans y avoir habité.

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Revue Endnotes : « La passion du communisme »

05/07/2020 Aucun commentaire

Publié dans la revue Endnotes n°5.

 

 «Le plus important réside dans tout ce qui n’est pas dit : tout ce qui fut laissé aux générations suivantes, notamment la notre. De manière cruciale, on peut dire que trois pistes de réflexion demeurent ouvertes : (1) comment rendre concret le fondement ontologique de la domination réelle du capital notamment dans la relation qu’entretiennent subjectivité et mouvement dialectique de l’histoire – la subjectivation ; (2) quelle place faut-il faire, s’il faut en faire une, aux « révolutionnaires professionnels » après la faillite du militantisme, du parti et du gauchisme tous ensemble – à savoir, reste-t-il une vocation politique spécifique ? Et enfin (3) en suivant le « contenu originel du programme communiste » de Bordiga, que signifierait la destitution de ces formes historiques particulières, de la propriété à l’argent, qui nous constituent comme individus capitalisés séparés du commun81 ? La façon dont on répond à ces questions détermine la manière dont on peut distinguer les différents courants de communisation contemporains. Elle détermine également la manière d’éviter la résignation mélancolique face à la communauté du capital – de même que toute forme de substitution impatiente à la communauté humaine non réalisée, ou toute hypostase des processus révolutionnaires apparents. »

 

https://editionslatempete.com/2020/07/02/la-passion-du-communisme/?fbclid=IwAR3A6pky0_xcyTqwkFccO4nkkUGjEALnNUexTcSWA96i6EqdfypIdqAbvRQ

Liban, les jours d’après…

04/07/2020 Aucun commentaire

« L’effondrement du pays a entraîné un triplement des prix de la viande et du poulet au cours des deux dernières semaines, ainsi que des pénuries de carburant et de farine…

Les protéines ont été retirées du menu des casernes de l’armée tandis que les Libanais ordinaires ont recouru à la vente de meubles afin de récolter suffisamment d’argent pour acheter de la nourriture. Les chaînes de magasins ont fermé en masse au cours de la semaine, et presque tous les hôtels du pays restent fermés – les espoirs d’un pic du tourisme estival ont été anéantis par la pandémie de Covid-19 et les craintes croissantes concernant la sécurité à travers le pays.

Vendredi, deux hommes se sont suicidés, apparemment poussés au désespoir par la crise

https://www.theguardian.com/world/2020/jul/04/it-feels-like-a-failed-state-lebanon-crisis-deepens-as-it-awaits-bailout

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Nous vivons une époque moderne….

25/06/2020 Aucun commentaire


Cette photo illustre un article du site ILL WILL, article très justement intitulé:

“On the Black Leadership and Other White Myths”

 

Categories: Nouvelles du monde Tags:

“Mesurer la rentabilité de l’industrie chinoise : Données en bref “

24/06/2020 Aucun commentaire

“Mesurer la rentabilité de l’industrie chinoise : Données en bref” par la revue CHUANG

Extrait :« Ce qui suit est un long article, avec beaucoup de détails sur les méthodes exactes utilisées, ainsi que des anatomies détaillées de nos résultats. Il est finalement assez ennuyeux à lire de près, et un survol des visualisations de données associé à une lecture de la dernière section suffira pour saisir l’essentiel de notre argumentation »

Comme suggéré par le résumé ci-dessus, nous commençons ce post par la dernière section, traduite et relue par dndf et qui résume l’ensemble du texte.
Vous trouverez
ici en pdf le texte complet dans une traduction automatique de bonne facture…., y compris sa dernière section qui aura alors retrouvé sa place. dndf

DERNIERE SECTION

Périodisation de la rentabilité

Une fois ces facteurs pris en compte, il devient possible de diviser l’évolution de la rentabilité en trois étapes approximatives, chacune correspondant à une “courte” décennie. Combinons notre propre compréhension plus théorique et contextuelle de l’époque avec tous les éléments ci-dessus pour obtenir un récit cohérent de chacune de ces trois courtes décennies, fondamentalement définies par les tendances de la rentabilité industrielle et de la mécanisation : Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

“66 jours – Les États-Unis entre confinement et émeutes”

22/06/2020 un commentaire

Joshua Clover parle des manifestations et des émeutes actuelles qui ont éclaté à travers les États-Unis à la suite du meurtre de George Floyd à Minneapolis, et de leur contexte en période de crise économique et sociale.(traduction dndf)

Il a fallu 66 jours pour passer du premier ordre de confinement à la première émeute. Outre l’indignation absolue suscitée par le meurtre de George Floyd, on peut aussi un peu espérer qu’il reste possible, pour les gens, de lutter contre l’organisation du monde qui est pour eux toujours source de violence, de lutter pour la possibilité même de leur épanouissement, de lutter ensemble et dans la rue. Certes, pendant l’intervalle, l’angoisse que ce potentiel disparaisse a rongé tous ceux que je connais. Il n’a pas disparu.

Les événements sont encore en cours et je ne veux pas tirer de conclusions faciles. Il devrait y avoir une réelle humilité dans le fait de savoir que toute théorie vient de la lutte, elle ne la précède pas et prétend encore moins la diriger. Il semble important, pour ceux d’entre nous qui ne peuvent pas être actifs, d’être attentifs à ce qui est intolérablement familier : le meurtre d’un Noir par la police, le mensonge selon lequel la police agissait en légitime défense, la révélation du fait que ce grossier mensonge couvre un lynchage. La banalité de la chose ne diminue en rien sa gravité. L’assassinat extrajudiciaire des Noirs est au cœur de l’organisation de la société américaine, au cœur non seulement de la manière dont le pouvoir se maintient, mais aussi de la manière dont il se connaît. Et la légitimité et la nécessité de la rage noire est en partie une tentative de survivre à cet ordre social, de construire un ordre contre l’ordre du pouvoir. Malgré tous les bêlements désespérés des sources d’information et des politiciens sur le chaos dans les rues, il n’y a de désordre que dans le sens le plus littéral du terme : une tentative de défaire l’ordre fondé sur la violence racialisée Lire la suite…

A propos du « privilège blanc »

20/06/2020 14 commentaires

Lu sur Carbureblog

Sur le “privilège blanc” : bien ou mal choisie, cette expression rend aujourd’hui publiquement compte d’une réalité qui est constamment voilée. Il faut aller au cœur du problème : ce n’est pas seulement qu’il “vaille mieux” être un prolétaire blanc que racisé, c’est surtout que pour des masses de prolétaires français, une relative ascension sociale, lors des Trente glorieuses, a été permise par l’assignation des “travailleurs immigrés” d’abord, puis des nationaux racisés, aux travaux les moins qualifiés.

Ce processus de racisation s’est effectué socialement non seulement par l’assignation au travail, mais par l’assignation territoriale, lorsque les prolétaires Blancs se sont mis à quitter les banlieues, engageant un procès de séparation sociale qui n’a jamais cessé. Lire la suite…

“Bienvenue en première ligne”, au delà de la violence et de la non-violence.

11/06/2020 Aucun commentaire

Tactiques et stratégies de manifs qui se répandent et se répondent, de Hong Kong au Chili, des Etats-Unis en feu à la France des gilets jaunes… Une excellente analyse de la revue Chuang sur les fameuses “premières lignes” qu’on a vu apparaitre ici et là, à Hong Kong, lors un certain premier mai à Paris,  dans les manifs de l’an dernier, à Minneapolis et ailleurs….. Une intelligence collective des affrontements semble montrer son nez….Traduction dndf

Bienvenue en première ligne : Au-delà de la violence et de la non-violence

Au cours des deux dernières semaines, les États-Unis ont connu certaines des manifestations et émeutes les plus importantes et les plus offensives depuis des décennies. Le mouvement, qui s’étend désormais à l’ensemble du pays a débuté à Minneapolis à la suite du meurtre de George Floyd par la police. La colère qui a suivi a conduit à des manifestations de masse, des affrontements avec la police, des incendies criminels et des pillages, des manifestations de deuils et une rébellion qui se sont répandus dans tout le pays en quelques heures. Le bâtiment de la troisième circonscription de Minneapolis, où les meurtriers travaillaient, a été réduit en cendres, et des voitures de police ont été incendiées de New York à Los Angeles, causant les dommages les plus importants de ce siècle aux édifices répressifs de l’État américain, alimentés par des décennies de colère contre les pratiques policières racistes et le flot incessant de meurtres de Noirs par la police. Aujourd’hui, même la gauche électorale réformiste discute sérieusement d’une version adoucie de l’abolition de la police au niveau national, ré-imaginée comme “définancée”, et le conseil municipal de Minneapolis s’est engagé à “dissoudre” le service de police de la ville. Il n’y a pas si longtemps, une telle revendication aurait été considérée comme utopique. Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Notes on the police and the banlieues

03/06/2020 un commentaire

[Publié initialement par Carbure, le 17 février 2017. Traduit en anglais par feu ediciones inéditos devenues depuis prolewave.noblogs.org].

One could say of the police what has been said about the army, that is a much too serious thing to be confided to the police; but we must not forget that capitalism has also allowed the military to wage war as they wished for as long as it has been necessary for capitalism to go to war.

Like any institution, the police enjoy a certain amount of relative autonomy in relation to its internal and external authorities: the State has its own hierarchy. This autonomy exists at all its levels: in the streets, at the police station and at the regional level the police defend their own interests as a corporation and as an institution. As a corporation, it depends on the material and legal means which the State accords it and as an institution, it depends on ideological justification from the State, by what is known as its security doctrine.

This doctrine bases itself on a general appreciation for the situation of the State, from its point of view. This is a theoretical and strategic form, based on the presuppositions of the State, taking into consideration its own legitimacy, and on the other hand its specificity in bringing into form, according to its operative categories, class relations under the dominant class. At its level the police, with its legitimized violence, is entrusted with the maintenance of these class relation in a form determined by the State. Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Blog Carbure : « Notes sur le rôle de l’Etat dans la reproduction de la force de travail »

03/06/2020 Aucun commentaire

Mis en ligne sur le blog de nos camarades de « Carbure »

« Notes sur le rôle de l’Etat dans la reproduction de la force de travail »

Ces notes ont été prises dans le cadre d’un travail en cours sur la crise pandémique actuelle. On a assisté durant cette crise à ce fait extraordinaire : en quelques jours, on est passés d’un marché du travail libre à une situation où c’est l’Etat qui décide qui doit travailler ou pas, et dans quelles conditions. Se poser, entre autres questions, celle de la reproduction de la force de travail et du rôle que l’Etat y joue vise à chercher à comprendre un des aspects de la place qu’occupe l’Etat dans la société capitaliste, quels enjeux et quelles pratiques recouvre la gestion des populations par l’Etat. Cette question se situe à la croisée des problèmes économiques, politiques, sanitaires, etc., soulevés par la crise. On ne posera pas ici directement ces problèmes, on se contentera pour l’heure de chercher à se donner quelques outils théoriques pouvant servir à leur résolution. Ce sont des notes de travail, mises en forme pour être lisibles. Elles n’ont pas une vocation d’élaboration théorique mais de mise à plat préparatoire pour ce gros chantier. Lire la suite…