Revue Chuang : « Covid, capitalisme, grèves et solidarité: un entretien avec Asia Art Tours »

21/11/2020 Aucun commentaire

Traduction d’un texte publié sur le blog Chuang

Covid, Capitalisme, Grèves et Solidarité : Un entretien avec Asia Art Tours

Voici un compte-rendu de notre récente interview avec Matt Dagher-Margosian du blog Asia Art Tours, où elle a été publiée en deux parties le 25 octobre et le 9 novembre 2020. (1)

Asia Art Tours : Comme tu l’exposes dans ton article sur la Covid-19 (semblable à l’oeuvre de Mike Davis ou Achille Mbembe), les pandémies et autres catastrophes environnementales sont inévitables sous la nécro-politique du capitalisme. Dans une Chine qui a dû (et dis-moi si j’exagère) risquer de “sacrifier” Wuhan pour contenir l’épidémie, y a-t-il eu une réflexion du gouvernement ou une transformation à grande échelle sur les pratiques capitalistes qui ont déclenché la Covid-19 en Chine ? De plus, que nous dit le traitement des cols blancs et des migrants sur la façon dont la Chine (et le capital mondial) traitera le travail dans le futur lors de la prochaine (inévitable) crise biologique ou environnementale ? Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

« de la sueur et du sang »

22/11/2020 Comments off

Comme l’écrivent les camarades de la revue Chuang « de la sueur et du sang »

 Guatémala, des manifestants incendient le Congrès alors qu’une colère bouillonnante déborde 

«Je pense que ce n’est que le début»

«Ils nous laissent sans rien manger»

« Un projet de loi budgétaire controversé a poussé des milliers de personnes dans la rue pour exiger la fin de la corruption, entre autres griefs….

Le Congrès du Guatemala a adopté le projet de loi budgétaire mardi soir, augmentant les allocations des législateurs pour les repas et autres dépenses et réduisant le financement des programmes de défense des droits de l’homme et du système judiciaire.

Ils ont également supprimé 25 millions de dollars destinés à lutter contre la malnutrition, provoquant l’indignation nationale. Un amendement ultérieur qui a rétabli ces fonds n’a rien fait pour apaiser la colère des gens…

Le Guatemala a l’un des taux de malnutrition chronique les plus élevés au monde et les ouragans ont exacerbé la faim; pour beaucoup, la réduction du financement affectant la malnutrition était la goutte d’eau. »

https://www.aljazeera.com/news/2020/11/21/guatemala-protesters-torch-congress-as-simmering-anger-boils-over

Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

“Restructuration et rentabilité statistique à travers la gestion pandémique”

18/11/2020 Aucun commentaire

 

Nous avons reçu l’avis de publication d’une série d’articles relatifs à la Covid 19 sur  le site “L’orage se fait attendre, analyses communistes sur la situation actuelle” . dndf

En voici l’introduction:

“A posteriori, certaines décisions politiques dans la gestion de la crise pandémique du COVID-19 ont pu sembler socialement et économiquement irrationnelles. Il parait en effet difficile de justifier aujourd’hui la communication sur la non-dangerosité du virus, la suppression des réserves de masques de protection, l’absence de dépistage massif ou encore la mise en place tardive de mesures de confinement. Le sentiment d’incohérence découlant de ces choix politiques pousse un nombre conséquent de personnes à envisager le complot comme forme possible d’explication. Cette série d’articles vise à démontrer et à expliquer qu’au contraire, ces choix relèvent d’un processus rationnel inhérent au fonctionnement du système économique actuel basé sur la rentabilité statistique. Au-delà de l’incompétence particulière de certains personnels politiques, pénétrer le fonctionnement des indicateurs statistiques nous permet de nous rendre compte de leur faible lien avec la réalité sociale qu’ils prétendent représenter sous forme modélisée. Pourtant, ils demeurent l’élément principal utilisé pour orienter les choix des décideurs publics ainsi que pour établir les protocoles standardisés guidant chaque tâche. L’utilisation de ces éléments a eu un impact décisif dans les choix de gestion de cette pandémie. Donnant l’illusion de fonctionner tant bien que mal en temps normal, les périodes de crise comme celle de la pandémie de COVID-19 soulignent les contradictions internes liées au fonctionnement du système économique actuel. A la lumière de cette pandémie, cette suite d’articles ambitionne de s’y pencher en détail.”

La suite ici:

 

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Parution : « INTRODUCCIÓN A LA HISTORIA CRÍTICA DEL COMUNISMO CONTEMPORÁNEO »

06/11/2020 Aucun commentaire

Traduction de l’épilogue d’un livre sur la communisation produit par des camarades d’Amérique latine.

La version originale se trouve après cette traduction.

Voir aussi la vidéo sur facebook 

Dans “L’Espagne et la théorie de la communisation : passé et présent”, Federico Corriente réfléchit : “Peut-être qu’un article sur le processus de gestation de la théorie de la communisation depuis ses origines dans la critique de l’ultra-gauche et sa réception en Espagne devrait commencer par une référence à un ou deux homologues espagnols des grands théoriciens révolutionnaires – Luxemburg,  Gorter,  Pannekok et  Bordiga – qui se sont imposés à la suite du cycle mondial de luttes ouvrières révolutionnaires qui a commencé en 1917. Mais malheureusement, aucun nom ne me vient à l’esprit”.

Quelque chose de similaire au Mexique. Ricardo Flores Magón et le Parti libéral mexicain, programmatiques et anarchistes, ne se distinguent pas par leur réflexion théorique sur le développement capitaliste ; en tout cas, ils sont un courant pratique qui participe à l’époque : les Magonistes se battent pour affirmer le prolétariat dans les rapports de production capitaliste ; ils se battent pour une redistribution radicale de la richesse sociale, malgré leur critique démolissante de la démocratie et leur intuition communiste sur la propriété. La révolution n’est pas une question de propriété !

Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

USA 2020: Guerre civile et lutte des classes

03/11/2020 un commentaire
Nous avons relayé un article de la revue ILL WILL au moment de l’embrasement qui a suivi le meurtre de Georges Floyd.
Aujourd’hui, nous proposons la traduction de leur dernier article, au moment  ou les élections présidentielles ébranlent si fortement les tensions entre les classes et les races aux USA que certain.e.s envisagent ce qu’ils (elles) appellent “une deuxième guerre civile”. dndf
Prélude à une nouvelle guerre civile
2 novembre 2020
En se basant sur l’analyse qu’ils ont présentée dans leurs articles de cet été [1,   2,   3], Shemon et Arturo retracent les hostilités croissantes de notre moment présent jusqu’au travail inachevé de la première guerre civile américaine et de la contre-insurrection qui a écrasé sa promesse émancipatrice. L’escalade de la violence qui nous entoure doit-elle sombrer dans une guerre armée ? Dans quelle mesure la race continue-t-elle à servir de condition limite à notre capacité d’imaginer une vie libre et digne en commun dans ce pays, au-delà des diktats de l’économie et de la police ? La libération d’une vie en commun doit-elle se faire à partir d’un affrontement frontal, ou ressemble-t-elle plutôt à un processus décentralisé de désertion et de sécession fragmentant le territoire ? La révolution aujourd’hui ressemble-t-elle plutôt à la reconstruction, à l’État libre de Jones, ou ni l’un ni l’autre ? Comment la nouvelle géographie des conflits – qui ne sont plus divisibles entre le Nord et le Sud, mais qui traversent chaque ville, chaque village – complique-t-elle l’image que nous avons reçue de la guerre civile ? Si la rébellion de cet été était le préambule d’une nouvelle forme de guerre civile, quels sont les tourbillons qui permettent à ses potentiels émancipateurs de s’approfondir et de s’étendre, plutôt que de s’enfermer dans des trous noirs sacrificiels ? Si cet essai tente une première esquisse provisoire des racines historiques de nos horizons, nous espérons qu’il servira d’invitation à d’autres à jeter leurs paris sur le présent.
“C’est la grève générale prolétarienne des anciens esclaves qui a véritablement mis le dernier clou dans le cercueil de l’esclavage. C’est précisément cette lignée d’une guerre civile émancipatrice, libératrice, mais néanmoins violente, qui doit être actualisée pour sa seconde venue. “
-Idris Robinson, “How It Might Be Done”

Lire la suite…

A propos des émeutes en Italie

01/11/2020 Aucun commentaire

Traduction automatique de l’un des nombreux textes parus sur les émeutes en Italie depuis le 23 octobre dernier. Dndf

Turin: la ville des submergés, la pandémie et nous

 

Qu’est-il arrivé?

Après Naples, avant la tempête.

Vendredi 23 octobre 2020, il est tard dans la soirée, les images de la révolte de Naples commencent à circuler sur le réseau et à la télé. Les proportions énormes de ce qui se passe sont claires pour quiconque les regarde et sont à la base de ce qui s’est passé à Turin et dans le reste du pays trois jours plus tard, lundi 26.

Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Blog DDT 21 : « Pommes de terre contre gratte-ciel. À propos d’écologie »

31/10/2020 Comments off

Épisode 01 : Question ancienne et nouvelle

Les conditions de vie sur Terre dépendent en particulier d’un climat dont l’évolution multi-millénaire a des causes diverses, où l’activité humaine a sa part, petite ou grande.

Au XVIe siècle, la conquête européenne de l’Amérique du sud, par les massacres et l’exportation de maladies, cause 50 millions de morts en quelques décennies, entraînant réduction des cultures, reboisement, diminution du carbone dans l’atmosphère, et donc baisse de l’effet de serre, accentuant ainsi le « petit âge glaciaire » (du milieu du XIIIe siècle au milieu du XIXe). Mais cela n’a pas transformé l’ensemble des conditions de vie sur Terre. Depuis, l’industrialisation a des conséquences d’une tout autre échelle, provoquant une « grande accélération » qui nous approche d’un effet de seuil… LIRE LA SUITE

ITALIE : « …aller travailler soulagés, même en bus pleins ».

26/10/2020 Aucun commentaire

Dans une brève note ironique, les travailleurs lucaniens de la FCA de Melfi “remercient chaleureusement le président Bardi pour avoir interdit le karaoké pendant cette urgence, afin d’éviter tout rassemblement”.

Sur une photo, envoyée à notre rédaction, vous pouvez voir clairement un bus complet sans distanciation physique. L’image fait référence à un bus qui a emmené des travailleurs de Potenza à la zone industrielle de San Nicola di Melfi hier soir, 22 octobre.

«Sachant que notre président est si attentif à la santé de ses concitoyens – écrivent les travailleurs – nous fait aller travailler soulagés, même en bus pleins ».

« pour la somme de 28 €/semaine ».

25/10/2020 Aucun commentaire

Couvre-feu, on vous dit !!

15/10/2020 3 commentaires

« LA SPIRALE » Épilogue

12/10/2020 Aucun commentaire

« LA SPIRALE »

 Épilogue pour l’édition française de Hinterland de Phil A. Neel

« Nous publions ici l’ultime chapitre de l’édition française, paru également en anglais sur le site du Brooklyn Rail et dans lequel Phil A. Neel actualise les analyses de son livre à travers les soulèvements des deux dernières années : des Gilets Jaunes aux soulèvements suite à la mort de George Floyd en passant par Hong Kong. Il met l’accent sur la manière dont ces dernières luttes ont pu briser le cadre sclérosé du « mouvement social » – les disputes idéologiques, identitaires, la soif de contrôle et la fascination du pouvoir – en imposant d’autres manières de prendre la rue et de se battre. »….

« La crise économique va quant à elle s’aggraver avec le temps, et la police sera, de fait, bien plus agressive et s’attaquera à la population des régions où l’assiette fiscale s’est de nouveau effondrée à cause de la pandémie. Pendant ce temps, la dévastation de l’environnement va encore s’aggraver avant d’aboutir à une extinction massive. Alors peut-être que pendant que les militants restants seront occupés et que la police fera face, finalement, à un mécontentement public croissant, davantage de jeunes de l’hinterland ramasseront une partie de ces braises tombées qui, depuis des années, font le tour du monde. Il s’agira peut-être d’un gilet ou d’un casque jaune, quelque chose qui sera à même de rassembler le prolétariat fragmenté et de l’unir, ne serait-ce qu’un instant, au moins suffisamment longtemps pour lancer un premier assaut sur les piliers qui soutiennent cet enfer. Ce que j’ai écrit il y a plusieurs années de cela, à la fin d’un cycle similaire, et dans des termes aujourd’hui répétés par des gens que je n’ai encore jamais rencontré, reste vrai : notre avenir a été pillé. Il est grand temps de riposter. »

https://lundi.am/La-spirale

“Lettre depuis un Etat chancelant”

06/10/2020 Aucun commentaire

Le texte que nous annoncions plus bas est maintenant en ligne sur le site de la revue STOFF

“Ce texte de Jasper Bernes, écrit pour stoff, revient sur les confrontations déclenchées par les meurtres de George Floyd, Breonna Taylor et Ahmaud Arbery. Il donne une perspective depuis les États-Unis des manifestations et des émeutes qui font rage et se poursuivent depuis des mois dans un contexte de plus en plus tendu. Dans le flot continu de scandales politiques autour du président américain, juxtaposé à un discours médiatique dominé par la crise du COVID-19, ce texte vient  combler le manque d’informations sur les luttes en cours. Mouvements anti-police, suprématisme blanc, extrême-droite américaine et gestion trumpienne de la crise y sont abordés”

« Critique de la raison révolutionnaire »

02/10/2020 3 commentaires

Traduction d’un texte de camarades de la revue « Endnotes » paru sur le site « COMMUNISTS IN SITU »

John Clegg et Rob Lucas (Endnotes)

Trois révolutions agricoles

Il n’y a de tendresse que dans la demande la plus grossière : que plus personne n’ait faim.

-Adorno, Minima Moralia

Critique de la raison révolutionnaire

On peut dire sans risque de se tromper qu’il n’existe pas aujourd’hui de consensus particulièrement évident sur ce à quoi le dépassement du capitalisme pourrait ressembler. En parcourant le champ des scénarios imaginés, on trouve de tout, des offres néo-sociales-démocratiques visant à éloigner progressivement le capitalisme, aux visions apocalyptiques d’effondrement social marquées par la redistribution spontanée des biens. Il n’existe pas non plus de définition simple et incontestable du communisme. Cela pourrait en principe aller de l’antique exploitation collective des ilotes à Sparte à une reprise des modes de vie des chasseurs et des cueilleurs, de l’État bureaucratique perfectionné aux conseils ouvriers fédérés, des visions cybernétiques de Stafford Beer à un retour aux biens communs pastoraux.

Marx, bien sûr, était très réticent à donner un contenu positif à ce terme, en le plaçant plutôt dans le contexte du déroulement historique du mouvement du même nom. Il a affirmé préférer “l’analyse critique des faits réels” à “écrire des recettes pour les cuisines du futur” (Marx 1976 : 99). Et les marxistes de diverses tendances ont souvent fait appel à ce précédent d’une manière ou d’une autre pour justifier une focalisation non pas sur l’avenir spéculatif, mais sur le “vrai” présent. Dans le milieu largement “d’ultra-gauche” de Endnotes, un passage de l’idéologie de Marx fonctionne souvent comme une sorte de mantra : “le communisme n’est pas pour nous un état de choses qui doit être établi, un idéal auquel la réalité [devra] s’adapter. Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel des choses” (Marx 1970 : 56). Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

DDT21 : « Virus, le monde d’aujourd’hui »

25/09/2020 Aucun commentaire

Dernier texte mis en ligne sur le blog DDT21

« Virus, le monde d’aujourd’hui »

Jusqu’aux premiers jours de 2020, quand il entendait parler d’un « virus », c’est d’abord à son ordinateur que pensait l’Occidental (l’Asiatique était sans doute mieux avisé). Bien sûr, personne n’ignorait le sens médical du mot, mais ces virus-là restaient loin (Ebola), relativement silencieux malgré les 3 millions de morts annuels du Sida, voire banals (grippe hivernale, cause de « seulement » 10 000 morts en France chaque année, en majorité vieux et atteints de maladies chroniques). Et si la maladie frappait, la médecine faisait des miracles. Elle avait même aboli l’espace : de New York, un chirurgien opérait une patiente à Strasbourg. En ce temps-là, c’étaient plutôt les machines qui tombaient malades. Jusqu’aux premiers jours de 2020. LIRE LA SUITE.

A paraître : “STOFF”

25/09/2020 Aucun commentaire

« Stoff est une revue publiée en France par un groupe de discussion dont les intervenants sont basés dans divers pays européens. Elle est une réflexion vivante et collective autour de la critique de l’économie politique, en n’oubliant pas cependant que les rapports de production n’ont d’existence que dans l’histoire à travers des médiations singulières. Attentive par conséquent à ce qui relève également de l’esthétique, de la culture ou de l’idéologie, la revue Stoff ne connaît pas de sujet dont elle s’interdirait de parler.

Ce site sera bientôt la caisse de résonance numérique de ces discussions.

En attendant l’imminente sortie en librairies du premier numéro papier, nous avons voulu rendre accessibles ici deux textes sur les luttes actuelles aux États-Unis. »

STATES : “LETTRE DEPUIS UN ÉTAT CHANCELANT”

25/09/2020 2 commentaires

Texte mis en ligne sur le site “STOFF”

« LETTRE DEPUIS UN ÉTAT CHANCELANT »

par Jasper Bernes

traduit de l’anglais (États-Unis) par Julien Guazzini

août 2020

site02.jpg

Ce texte de Jasper Bernes revient sur les confrontations déclenchées par les meurtres de George Floyd, Breonna Taylor et Ahmaud Arbery. Il donne une perspective depuis les États-Unis des manifestations et des émeutes qui font rage et se poursuivent depuis des mois dans un contexte de plus en plus tendu. Dans le flot continu de scandales politiques autour du président américain, juxtaposé à un discours médiatique dominé par la crise du COVID-19, ce texte vient  combler le manque d’informations sur les luttes en cours. Mouvements anti-police, suprématisme blanc, extrême-droite américaine et gestion trumpienne de la crise y sont abordés. Lire la suite…

LIBAN : « La fête est définitivement terminée »

22/09/2020 Aucun commentaire

Le dernier paragraphe d’un texte in english qui nous rappelle que la vie est possible à l’extérieur dans l’excellent texte paru sur le blog DDT21 «  Lutte des glaces (à propos de « Snowpiercer, le Transperceneige »)

« La révolution post-explosion – Une lettre du Liban »

« La simple réalité de la tragédie a modifié le terrain dans l’esprit des gens. Au-delà de la simple colère, il y a un niveau accru d’intensité, d’émotivité et de négativité. Les émotions vont du désespoir à la rage, puis à nouveau à la colère. La fête est définitivement terminée, et l’atmosphère est émotionnellement et littéralement, dans le langage de ma génération, toxique. Pourtant, comme je le disais récemment à un ami de New York, il y a ici une détermination singulière, une sorte de détermination que je n’avais pas perçue auparavant dans la Révolution. Il s’agit d’une détermination robuste et brutale, née de la colère et du désespoir, et non de l’espoir ou du bonheur. La rage et la colère sont peut-être, en dernière analyse, plus fortes que l’espoir, la vengeance est peut-être un facteur de motivation plus puissant que l’aspiration révolutionnaire. Le désespoir peut être une force de renouveau, car il n’y a littéralement nulle part où aller. En effet, notre vision de l’horizon qui s’ouvre devant nous est, au mieux, incertaine. Il n’y a pas de rêve à réaliser parce que ce que nous voulons n’est pas tout à fait clair. Nous quittons une maison parce que cette maison a déjà commencé à s’effondrer, et si nous restons à l’intérieur, nous mourrons. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous frayer un chemin à travers les décombres et de sortir. Nous marchons parce que nous n’avons pas d’autre choix. Mais cette option, l’absence d’option, est peut-être à la fin la meilleure façon d’avancer. »

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Blog DDT 21 : « Abolir la police ? »

15/09/2020 2 commentaires

Dernier article mis en ligne sur le blog DDT 21

« Abolir la police ? »

La mort de George Floyd, le 25 mai 2020 à Minneapolis, déclenche une flambée de violence à travers les États-Unis qui, dans un premier temps, se traduit par des attaques contre les forces de l’ordre et leurs locaux, des incendies, des émeutes nocturnes et des pillages de magasins. Pour les manifestants – essentiellement des prolétaires à la couleur de peau variée issus des quartiers pauvres des villes –, les violences et le racisme de la police semblent un prétexte pour exprimer une colère plus profonde – à noter que les commerces sont pris pour cibles quelle que soit, là encore, la couleur de peau de leur propriétaire. Mais la répression policière et judiciaire est sévère et efficace. Après quelques jours, un second type de mobilisation se fait jour et tend à remplacer la première, celle de manifestants surtout issus des classes moyennes noire et blanche avec parmi eux, et les encadrants, de très nombreux militants d’organisations et d’associations citoyennes, de gauche et d’extrême gauche, en particulier celles se revendiquant peu ou prou du mouvement Black Lives Matter ; les modes d’action changent : manifestations de jour, déboulonnages de statues, tentatives d’occupation d’espaces publics (à la mode Occupy et Nuit Debout), et non-violence généralement brandie comme étendard. L’ennemi est clairement désigné, le racisme ; et son principal vecteur identifié, la police. LIRE LA SUITE

Réédition du classique de Pierre Souyri : “Le marxisme après Marx”.

13/09/2020 3 commentaires

Préface de Jean-Pierre Souyri. Postface de Jean-Christophe Brault et Mylène Gaulard sur les courants hétérodoxes du marxisme.

Categories: Nouvelles du monde Tags:

A paraître « Hinterland. Nouveau paysage de classes et de conflits aux États-Unis »

11/09/2020 un commentaire

« Au cours des dernières années, la structure socio-spatiale des États-Unis a été fondamentalement transformée. Si la métamorphose est visible dans les pôles côtiers scintillants de la finance et de l’infotech, la majeure partie de ces transformations demeure cachée dans un territoire rural en déclin ou sur la frange des mégalopoles.

Hinterland, c’est l’arrière-pays américain, peuplé de batteuses à grains imposantes et de fermiers courbés, où des ouvriers venus de tous les coins du monde se pressent dans des usines et des « centres de distribution ». À la veille de l’élection américaine, Phil A. Neel nous livre ici les clés pour lire le conflit de classes et sa nouvelle géographie aux États-Unis. »

Octobre 2020.
13×20 – 240 pages – 18€

« La Révolte des Gilets jaunes. Histoire d’une lutte de classes »

03/09/2020 2 commentaires

 

Sur le blog DDT21, présentation et critique du livre publié par le collectif Niet !éditions

« L’insurrection ne devient communiste que si elle ne se borne pas à se saisir des instruments de production, mais commence à transformer ce dont s’emparent les insurgés. Elle consiste donc aussi à se transformer soi-même, à créer collectivement les conditions d’une autre vie pour les autres et pour soi. Il s’agit de remettre en cause le salariat, non de demander une autre forme de revenu. Et de s’en prendre non seulement au rapport entre salaire et profit, mais à l’existence du salaire et du profit, c’est-dire leur l’interdépendance. Comme l’écrivent très justement les auteurs : « La révolution, ça se fait en s’attaquant […] à ce qui fait qu’on est ce qu’on est. Ça se fait en acceptant et en provoquant une situation dans laquelle on ignore de quoi seront faits les lendemains » (p. 212). »

IRAN : l’oracle a parlé !

02/09/2020 Aucun commentaire

«Des événements politiques / sociaux inattendus sont attendus avant Noël»

Iran, 1er septembre 2020-Hassan Biadi, un initié du régime en Iran, exprime les graves inquiétudes des hauts responsables du régime des mollahs qui dirige l’Iran sur un futur soulèvement en cours. Jusqu’à Noël de cette année, il y a une forte probabilité que nous soyons témoins de développements politiques et sociaux inattendus. Si l’on prend en considération toute la mauvaise gestion que nous constatons à travers le pays, les gens n’écoutent plus les différents partis et ne sont pas satisfaits des circonstances actuelles. Les remarques et les promesses faites dans le passé n’ont servi à rien”, a déclaré cet initié du régime le dimanche 30 août. Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Etats Unis : L’incendie impossible à éteindre

25/08/2020 2 commentaires

« La garde nationale du Wisconsin a été déployée à Kenosha lundi avant d’autres manifestations attendues après qu’un homme semble avoir été abattu à plusieurs reprises dans le dos par la police de la ville dimanche. »

https://www.theguardian.com/us-news/2020/aug/24/protests-in-wisconsin-after-video-appears-to-show-police-shooting-black-man-in-the-back

La police du Wisconsin tire des gaz lacrymogènes lors de la deuxième nuit de protestation contre la fusillade d’un homme noir

«pas de justice, pas de paix»

« La police a lancé pour la première fois des gaz lacrymogènes lundi environ 30 minutes après l’entrée en vigueur du couvre-feu de 20 heures pour disperser les manifestants qui scandaient «pas de justice, pas de paix» alors qu’ils affrontaient une file d’agents qui portaient un équipement de protection et se tenaient côte à côte devant le palais de justice »

https://www.theguardian.com/us-news/2020/aug/25/wisconsin-police-fire-teargas-during-second-night-of-protest-over-shooting-of-black-man

Categories: Nouvelles du monde Tags:

“LETTER FROM A TOTTERING STATE”

24/08/2020 Aucun commentaire

une traduction française est en préparation de ce texte en anglais paru sur le blog des camarades de « Endnotes »

LETTER FROM A TOTTERING STATE

by Jasper Bernes

Originally written for the discussion group and publishing project Stoff, who are currently translating the letter into French. Thanks to Zaschia Bouzarri and Endnotes for help with the editing.

« A propos des marches en Biélorussie et de leur signification »

15/08/2020 un commentaire

Traduction google d’un texte paru sur le blog « Our baba doesn’t say fairy tales »

  1. Introduction à la question générale

Le 9 août, l’élection présidentielle au Bélarus a pris fin. À la surprise générale, le président Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans, est sorti vainqueur avec 80,24% des voix. La raison pour laquelle cela est problématique ne ressort pas seulement de ces près de trois décennies au pouvoir, c’est-à-dire que le problème ne doit pas être réduit à des discussions inutiles sur la démocratie. Jusqu’à présent, nous avons des barrages routiers, des cocktails Molotov, des milliers de personnes à travers le pays dans les rues, des fusillades de manifestants, 6 000 arrestations et un manifestant mort par un camion de police. La dernière étoile rouge de l’Europe scintille.

L’accession au pouvoir de Loukachenko en 1994 s’est accompagnée d’un retour à plusieurs lois soviétiques. Contrairement aux médias occidentaux libéraux qualifiant la Biélorussie de la dernière “dictature” de l’Europe, il serait plus juste de la décrire comme la première démocratie sociale pure en Europe, du moins économiquement. Contrairement à d’autres anciennes républiques soviétiques qui ont essayé de passer du capitalisme d’État soviétique au marché libre par des «politiques économiques de transition», en Biélorussie, l’objectif était précisément de combiner le libre investissement avec un monopole d’État dans d’autres domaines. Les professions de service, et celles liées à la circulation des marchandises, pouvaient être privées, mais les télécommunications, l’industrie lourde et les transports restaient strictement propriété de l’État. 80% du total des mouvements de capitaux et du PIB restent sous le contrôle de l’État pendant toutes ces années. Le but de ce choix politique était d’éviter les phénomènes observés dans d’autres démocraties post-soviétiques et en particulier dans l’Ukraine voisine. Lire la suite…

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Explosion de Beyrouth: les forces de sécurité libanaises tirent des gaz lacrymogènes sur les manifestants alors que la colère monte

07/08/2020 3 commentaires

« Les forces de l’ordre libanaises ont utilisé jeudi soir 6 août des gaz lacrymogènes pour disperser des dizaines de manifestants très remontés après la gigantesque explosion meurtrière dans le port de Beyrouth cette semaine, devenue le symbole de l’incompétence et de la corruption des autorités.

Les manifestants ont vandalisé des magasins et jeté des pierres sur les policiers dans le quartier du parlement, selon l’Agence nationale de l’information »

Categories: Nouvelles du monde Tags:

Tres breves textos de crítica de la Wertkritik/Crítica del Valor

01/08/2020 un commentaire

Tres breves textos de crítica de la Wertkritik/Crítica del Valor”: uno es de un viejo compañero de Jacques Camatte, el siguiente es de un comunizador anónimo poco afín a « Théorie Communiste » y el último es de Roland Simon.

Trois courts textes de critique de la Wertkritik/Critique du valeur” : l’un est d’un ancien collègue de Jacques Camatte, le suivant est d’un communisateur anonyme pas très proche de “Théorie Communiste” et le dernier est de Roland Simon.

Textes sélectionnés et traduits par Fédérico Corriente

****

François Bochet – A propósito de algunos textos recientes: Anselm Jappe, Jaime Semprún, Robert Kurz, Jean-Marc Mandosio (2004)

Para Bordiga, el valor dejaba de existir bajo el socialismo, lo mismo que la moneda, el salariado, la empresa y el mercado; allí donde existe el valor, como en la URSS, no puede haber socialismo. Anselm Jappe —ya autor de un Guy Debord publicado en 2001— ha escrito un libro ambicioso e interesante: Les aventures de la marchandise – Pour une nouvelle critique de la valeur[1], Denoêl, 2003. Distingue en él entre un Marx exotérico partidario de la Ilustración y de una sociedad industrial dirigida por el proletariado —un Marx que se interesaba por los problemas contingentes, políticos, de la lucha de la clases y del movimiento proletario, el del Manifiesto y la Crítica del programa de Gotha— y un Marx esotérico, el de la Contribución a la crítica de la economía política, los Grundrisse, el Urtext, el Sexto capítulo inédito y los cuatro volúmenes de El capital, que se plantea el problema del capital, de su definición, su origen, su devenir y su superación en el comunismo y la comunidad. Jappe escribe (página 17) que el pensamiento de Marx ha servido para modernizar el capital —lo cual es innegable— y que los marxistas tradicionales sólo se plantearon el problema de la distribución del dinero, la mercancía y el valor sin cuestionarlos como tales. Según Jappe, el movimiento revolucionario habría aceptado el valor, el salariado, el mercado, el trabajo, el fetichismo, etc., —lo cual es falso y exacto a la vez— mientras que él, Jappe, se propone «reconstruir la crítica marxiana del valor de una manera muy precisa» (página 21). Reprocha justamente a Rubel que diluyera el lenguaje hegeliano de Marx en su edición de las obras de este autor, y que denominase obras «económicas» a unas obras «anti-económicas» (hace mucho tiempo que Paul Mattick ya hizo esta crítica al Tratado de economía marxista de Ernest Mandel). Lire la suite…

“Karl Marx y el fin de la filosofía clásica alemana”

25/07/2020 Aucun commentaire

Traduction en espagnol de “Karl Marx et la fin de la philosophie classique allemande”, extrait de la revue Théorie Communiste N°21

Karl Marx y el fin de la filosofía clásica alemana.pdf

Blog Hic Salta – Communisation « ACCOUCHEMENT DIFFICILE – CHRONIQUE D’UNE CRISE EN DEVENIR »

24/07/2020 Aucun commentaire

Dernier texte mis en ligne sur le blog  Hic-Salta communisation

Épisode 1 : Beaucoup d’argent pour quoi?

“Nous entamons ici un journal de la crise qui a commencé au début de 2020 avec la pandémie du Covid-19. C’est un exercice périlleux en ce que nos analyses vont manquer de recul. L’écriture de l’histoire immédiate n’est parfois pas loin du simple commentaire d’actualité. Nous nous lançons quand même. Nous nous appuierons de temps en temps sur le dernier chapitre de notre ouvrage *Le Ménage à trois de la lutte de classes*, que ce soit pour infirmer ou pour confirmer les projections de la crise alors à venir, que nous tentions d’anticiper. Pour le reste, nos analyses se développeront dans le cadre normal de la théorie marxienne de l’accumulation du capital. L’apparition d’un virus plus dangereux que les autres ne change pas l’axiome de base : l’histoire du mode de production capitaliste est l’histoire de la lutte de classe entre prolétariat et capital. Toute crise manifeste un emballement dans ce rapport entre classes, plus ou moins critique selon les cas.

“Évidemment, la première question qui nous est venue à l’esprit a été : la crise qui éclate est-elle la crise, non pas au sens de la crise « finale », mais au sens d’une crise suffisamment profonde pour poser la nécessité d’un changement d’époque : révolution communiste ou restructuration radicale du mode de production en place. Pour le moment, on en est pas là, comme on le verra dans les premiers épisodes. Mais avec le temps, ne va-t-on se rapprocher de plus en plus de ce point de bifurcation? C’est l’interrogation à laquelle nous serons sans cesse confrontés dans ce journal, car il y a longtemps déjà que le « monde d’avant » est gros d’un « monde d’après » – pas forcément celui dont il est question dans le discours politique et médiatique.”

« L’organisation des travailleurs sous la pandémie : réflexions de Chine »

23/07/2020 Aucun commentaire

Dernier article de la revue Chuang

« L’organisation des travailleurs sous la pandémie : réflexions de Chine »

Vous trouverez ci-dessous la traduction d’un article chinois anonyme du blog Worker Study Room, publié en mai 2020. C’est la seule tentative que nous connaissons pour fournir un aperçu systématique de la vie et des conditions de travail des travailleurs, des luttes ouvrières et de l’activisme connexe en Chine depuis le déclenchement de la pandémie Covid-19 en janvier, bien qu’il y ait eu des comptes rendus de cas individuels, dont certains sont cités ici. Il est également écrit dans une perspective avec laquelle nous sommes largement en accord. Cela dit, l’accent est mis ici, comme dans beaucoup d’écrits de ce style, sur une documentation quelque peu schématique et sèche des revendications exactes formulées sur le lieu de travail et de l’ordre précis des événements, à l’exclusion de toute enquête substantielle sur la psychologie plus large des prolétaires confrontés à un moment comme celui-ci. Ce texte est une bonne représentation de ce que nous considérons comme le courant de gauche le plus fécond de la Chine contemporaine, qui s’intéresse principalement à l’enquête sur les travailleurs et à la transmission des histoires des travailleurs entre les usines. Parfois, écrire à partir de ce courant peut produire une forme d’analyse “ouvrière” qui risque parfois de rater la forêt du capitalisme dans les arbres des luttes individuelles des usines, et qui peut même parfois échouer dans les tâches qui lui sont assignées lorsque ses descriptions des événements sont trop banales pour tenir l’intérêt de qui que ce soit à l’écart d’autres militants tout aussi ouvriers. Lire la suite…