Accueil > Nouvelles du monde > Recul de l’état égyptien à procéder à la conscription des conducteurs de trains en grève

Recul de l’état égyptien à procéder à la conscription des conducteurs de trains en grève

State backs down on forcing striking train drivers into army

Thu, 04/11/2013 – 20:43

Jano Charbel

Les Autorités de l’Etat ont arrêté les tentatives de procéder à la conscription des conducteurs de trains en grève dans le service des Forces armées, mercredi, une campagne qu’ils avaient commencé la veille. L’état de «mobilisation publique » ordonnance a été annulée suite aux protestations de solidarité et une foule de plaintes en justice intentées par les avocats du travail.

La tentative de recruter 97 conducteurs de trains en grève dans le service militaire est venu après que les précédents efforts de briser de grève avait échoué.

Photo: des syndicalistes et des militants  au Caire en solidarité avec les travailleurs du rail, 10 avril (via revsoc.me)

Lors d’une conférence  jeudi ( 11 avril ) au Centre égyptien pour les droits économiques et sociaux, les avocats du travail ont fait remarquer que, conformément à la loi, les actes de mobilisation du public ne peuvent être délivrés par le bureau du président qu’en temps de guerre ou de catastrophe naturelle.

« Il n’y avait aucune annonce d’une catastrophe ou d’état de guerre », a plaidé l’avocat du travail Mohamed Adel. « En outre, ce n’était pas le président qui a émis cet ordre de mobilisation du public. Par conséquent, cette demande est nulle et non avenue. « 

L’ordre de mobilisation du public a été publié mardi par le ministre des Transports Hatem Abdel Latif par l’intermédiaire de l’Agence centrale pour la mobilisation publique et les statistiques (CAPMAS), et a été appliqué par le Ministère de la Défense .

Par force les grévistes enrôlement dans le service du ministère de la Défense, en vertu du présent décret leur arrêt de travail continu aurait été considéré comme un acte de sédition – punissable par un tribunal militaire.

Les conducteurs de train ont lancé la plus grande grève nationale de chemin de fer depuis 1986, le dimanche de la demande pour l’augmentation des salaires, plus de temps libre et d’autres avantages. Lundi soir la grève avait largement fait long feu, et les quelques manifestants qui sont restés ont été convoqués dans caserne de l’armée dans le quartier du Caire Sharabiya mardi.

«le ciblage des grévistes par l’administration Morsy  s’est avéré être bien pire et plus oppressant que les actions du régime de Moubarak« , a déclaré Ashraf Momtaz conducteur de train.

Momtaz a expliqué que lui et 96 de ses collègues ont été détenus à la caserne de Sharabiya pendant près de 24 heures. «Nous n’étions pas autorisés à rentrer chez eux, et on nous a refusé les visites. »

 «Nous avons été désignés comme étant les principaux dirigeants de la grève. L’armée nous a détenu, comme si nous étions des criminels de guerre; nous n’avons pas eu de nourriture ou de boisson. Nous souhaitons donner de l’argent aux soldats pour qu’ils puissent nous acheter la nourriture et les boissons », raconte Mohamed Khalil, un autre conducteur de train qui a eu lieu à la mobilisation du public dans Sharabiya.

L’Egyptian National Railways Authority (ENRA) et le ministère des Transports ont eu recours à cette tactique après avoir menacé de remplacer les conducteurs de train avec des membres des forces armées, mais il ont dû faire marche arrière lorsque le ministère de la Défense a reconnu qu’il ne disposait pas du personnel qualifié faire circuler des trains.

Le ENRA et le ministère des Transports ont ensuite cherché à recruter des conducteurs de train à la retraite pour briser la grève, mais en vain. Des primes ont été offertes aux conducteurs du métro pour prendre en charge l’exploitation des trains, mais ils ont refusé par solidarité avec les conducteurs de train, a déclaré Khaled Ali, un avocat du travail et ancien candidat à la présidentielle.

Refaat Arafat, membre du Syndicat indépendant des travailleurs du métro, a dénoncé les «mesures punitives» prises contre les grévistes.

«Les autorités sont prompts à promulguer des lois contre les grèves et les manifestations, tandis qu’ils continuent à traîner les pieds quand il s’agit de promulguer des lois qui protègent nos droits du travail», at-il déclaré.

Le ENRA avait également demandé au ministère public d’engager des poursuites pénales contre les chauffeurs en grève, les accusant d’entraver le transport et nuire à l’économie. Le corps a affirmé que la grève de deux jours a entraîné une perte de plusieurs millions de livres de chiffre d’affaires.

 «Des dizaines de nos noms ont été envoyés au procureur pour les enquêtes criminelles, alors que l’autorité ferroviaire s’installe à suspendre 17 de nous pilotes pendant trois mois », a affirmé Khalil.

« Apparemment, ces suspensions ont été révoqués, mais nous ne savons pas si nous sommes encore à l’étude ou non », at-il ajouté.

Un autre conducteur de train, Karim Ibrahim, a expliqué: «On nous avait promis que la conscription ne serait pas imposé à nous. L’autorité nationale de chemin de fer nous a également promis que nos échelles de salaire seraient augmenté en Juin. « 

«Nous avons entendu beaucoup de promesses de la part de l’autorité dans le passé, mais aucune de ces promesses ont été tenues », at-il ajouté.

La récente tentative de la conscription n’est que la dernière d’une série de violations perpétrées par le gouvernement du travail Morsy, selon l’avocat Haitham Mohamadein travail.

«Des dizaines de syndicalistes et de travailleurs en grève ont été renvoyées à des poursuites et des enquêtes criminelles pour avoir exercé leur droit de grève », at-il dit.

«Nous avons vu également que le régime est disposé à la répression contre les grèves par tous les moyens,» a-t-il affirmé, se référant à l’utilisation récente de chiens policiers contre les travailleurs en grève de ciment à Alexandrie.

L’armée a aussi activement impliquée dans des actes de briser la grève. Les Forces armées exploitent des services de bus de rechange pendant la grève des travailleurs de bus de Delta en Février et Mars 2012. Avant cela, en mai 2011, la police militaire dans le centre industriel de Mahalla auraient menacé les médecins grévistes par des tribunaux militaires s’ils n’ont pas repris leur travail.

 

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks