Accueil > Nouvelles du monde > Angleterre : Les plus pauvres paient le prix à l’austérité : les travailleurs confrontés à la plus forte baisse de leur niveau de vie depuis l’époque victorienne

Angleterre : Les plus pauvres paient le prix à l’austérité : les travailleurs confrontés à la plus forte baisse de leur niveau de vie depuis l’époque victorienne

lu dans la presse anglaise

http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/the-poorest-pay-the-price-for-austerity-workers-face-biggest-fall-in-living-standards-since-victorian-era-8991842.html

Les plus pauvres paient le prix à l’austérité : les travailleurs confrontés à la plus forte baisse de leur niveau de vie depuis l’époque victorienne

La plus forte baisse du niveau de vie depuis l’époque victorienne voit salariés faibles et moyens souffrir de restrictions sans précédent sur leurs revenus, alors que les mesures d’austérité continuent à mordre de façon disproportionnée les femmes et les travailleurs à temps partiel, comme le révèlent des études aujourd’hui.

Plus de 5 millions de personnes sont officiellement classées comme peu rémunérées, et un nombre croissant de travailleurs du secteur public ont du mal à joindre les deux bouts, selon le groupe de réflexion New Economics Foundation (NEF).

Il avertit : « Les travailleurs à revenu faible et intermédiaire sont confrontés à la plus forte baisse de leur niveau de vie depuis le début de relevés fiables, au milieu du XIXe siècle. »

La NEF a calculé que le secteur public emploie aujourd’hui 1 million travailleurs à faible revenu – double de l’estimation précédente – avec la santé et le personnel des soins sociaux, les assistants d’enseignement et les employés de conseils municipaux, pris au piège des petits salaires.

Vendeuses et travailleurs dans le commerce de détail constituent le plus fort groupe de travailleurs faiblement rémunérés dans le secteur privé, un grand nombre travaillant comme serveurs, personnels de bars et caissiers.

L’étude fustige la baisse continue du revenu disponible, le gel du salaire et l’inflation conduisant avec régularité aux retards des salaires sur les prix.

La Joseph Rowntree Foundation a conclu hier que, pour la première fois, le nombre de familles vivant dans la pauvreté dépasse celui des familles sans travail. L’agenda politique de ces derniers mois est bousculé par le coût de la vie, faisant valoir que le salaire moyen de 1 600 £ par personne appartient au passé – c’était son niveau quand le gouvernement de Coalition a pris ses fonctions en mai 2010.

Des ministres compte sur la reprise économique, alors que les niveaux d’emploi ont cessé de croître. Ils affirment qu’ils ont programmé les étapes pour réduire le coût de l’essence et de l’énergie et augmenter le seuil de l’impôt sur le revenu. Cependant, le personnel communal un sur quatre est maintenant réduit au plus bas salaire, défini comme moins de 60 % du salaire national moyen, soit l’équivalent de 7,47 £ l’heure ou 13 600 £ par an.

Helen Kersley, économiste, a déclaré : « jusqu’à maintenant, on a supposé que la faible paye se limitait au secteur public. Mais prenez en compte les 500 000 travailleurs à faible revenu utilisés par les fournisseurs de services externalisés, et vous verrez que le problème est beaucoup plus profond que cela. »

Pressé de souscrire des contrats aux fournisseurs les moins chers, ces travailleurs sont souvent encore moins bien lotis que leurs homologues employés directement par le secteur public. « Un éducateur gagne seulement £6,44 à 7,38 £ par heure dans le secteur privé par rapport aux 9 £ £11 dans le secteur public » ajoute le rapport.

Karen Jennings, Secrétaire général adjoint de l’unisson, qui a commandé le rapport, a déclaré :  » les salaires sont actuellement comparables aux pires du secteur privé… le secteur public doit commencer à prouver qu’il peut offrir des salaires décents. »

Frances O’Grady, Secrétaire général du TUC, a déclaré : « Le chancelier s’est félicité dans ses attaques du niveau de vie de ceux qui éduquent et prennent soin de nos familles. »

Un porte-parole du ministère du travail et des retraites a déclaré : « nos réformes de la protection sociale sont conçues pour augmenter les incitations au travail et améliorer la vie de certaines des familles plus pauvres dans nos communautés, avec le [nouveau système avantages] universel de crédit des ménages, 3 millions seront mieux lotis. »

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. adé
    08/12/2014 à 23:16 | #1

    http://www.courrierinternational.com/article/2014/12/08/la-faim-hante-le-royaume-uni

    Lire la presse et ressentir des envies de meurtre, c’est tout un.

  2. Stive
    09/12/2014 à 11:37 | #2

    Après le modèle allemand, pourquoi pas le modèle britannique :

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/01/28/la-croissance-britannique-en-pleine-forme_4355743_3234.html

    La « pleine forme » est redevable au passage de la pauvreté à la misère du prolétariat surnuméraire. Le retour à la charité remplace les dames patronnesses de l’ère victorienne par la distribution des denrées passablement frelatées des grandes surfaces. Les miséreux britanniques sont les nouvelles décharges de la « croissance ». Mais, « cachons cette misère que je ne saurai voir ».

%d blogueurs aiment cette page :