Accueil > Du coté de la théorie/Around theory > Le quatrième épisode de la série « Homo » est en ligne sur le blog DDT21

Le quatrième épisode de la série « Homo » est en ligne sur le blog DDT21

Le quatrième épisode de la série « Homo » est en ligne sur le blog DDT21 : « Des rapports de classes chez les homos (victoriens) »

Les premières phrases de l’article :

« De tout temps les dominants ont exploité sexuellement les dominés, hommes et femmes, et plus encore quand ils disposent sur l’esclave et le serviteur d’un pouvoir sans limites.
Mais l’érotisation de la masculinité du travailleur ne pouvait naître que lorsque les classes s’agencent comme elles le font sous le capitalisme.
Le bourgeois ne se rapporte pas au prolétaire comme le maître à l‘esclave ou le seigneur au serf. Théoriquement libre, en fait obligé de vendre sa force de travail pour vivre, le prolétaire est payé par le bourgeois pour la location de son corps et de son énergie. L’omniprésence de l’échange marchand a conduit le capitalisme à une gestion originale de la prostitution, avec des conséquences considérables sur son traitement de l’homosexualité. »

La suite ici : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1145

Présentation de la série « Homo » ici : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1116

  1. salle des machines
    21/11/2016 à 14:03 | #1

    Le cinquième épisode de la série « Homo » est en ligne sur le blog DDT21 : « Qu’est-ce qu’un homme ? (fairy et queer à New York) »

    Les premières phrases de l’article :

    « Nous aurions une sexualité, déterminée par la distinction hétéro/homo.
    Telle est l’idée dominante dans les sociétés occidentales depuis la fin du 20e siècle. L’ajout à ce tableau d’une palette aux nuances de plus en plus fines (bi, queer, trans, etc.) n’en modifie pas l’axe central de la sexualité : être homo ou hétéro. Quoi qu’on en pense, qu’on considère le fait bon ou mauvais, choisi ou contraint, il passe pour un trait fondamental de l’espèce humaine, longtemps nié, marginalisé et réprimé, mais qui heureusement a fini par être accepté dans les pays les plus « éclairés ».
    Or, ce qui semble aujourd’hui une réalité (pas « banale » puisqu’il a fallu se battre pour l’imposer) a été historiquement « construit » : pour mieux le comprendre, nous partirons de ce qu’il en était aux Etats-Unis dans la première moitié du 20e siècle, surtout à New York, un peu aussi au Sud profond. »

    La suite ici : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1234

    Présentation de la série « Homo » ici : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1116