Accueil > Du coté de la théorie/Around theory, Nouvelles du monde > Mexique « Derrière ce mouvement, la faim. Si vous ne le comprenez pas , fermez votre bouche et apprenez. »

Mexique « Derrière ce mouvement, la faim. Si vous ne le comprenez pas , fermez votre bouche et apprenez. »

Bonne année! (La révolte a commencé)

january 11, 2017by edicionesineditos, posted in mexicotranslation

Originally posted to Facebook by Alerta Proletarios, Wed. Jan. 11th, 2017 at this linkTranslated from the Spanish by ediciones inéditos.

mexico pillage
Les premiers jours de la nouvelle année ont vu une hausse du prix du carburant au Mexique, suivi d’un blocage des routes, de l’occupation  de péages et de blocages de stations-service. Mais ce qui a suscité le plus d’attention a été une série de pillages  dans de nombreuses villes. Les pilleurs prenaient surtout des téléviseurs, des appareils électroniques, mais aussi des jouets et des articles de première nécessité. Il y a eu plus de 500 arrestations en une semaine, quelques  tués, la panique dans le gouvernement, dans le monde des affaires et dans tous les partis politiques.


La société adore la forme marchandise: elle l’adore, l’élève sur l’autel où elle doit être vénérée. Et la plus grande expression de cette adoration n’est pas la consommation, mais le travail. À travers et par le travail, l’activité humaine se transforme en marchandise. Bien qu’il puisse sembler que nous ne travaillions que pour produire ce qui deviendra une marchandise ou pour y avoir accès, notre activité est elle-même une marchandise qui doit être échangée contre d’autres marchandises: le strict minimum pour que nous puissions retourner au travail. En résumé: nous travaillons pour pouvoir acheter des produits de base et nous finissons par ne pouvoir qu’acheter assez pour pouvoir nous présenter au travail le lendemain.

Ce n’est pas le pillage qui a engendré la peur. L’idée d’une société terrorisée a été diffusée par l’État, par les médias, par la presse et surtout par les réseaux sociaux. Cela a été répandu non seulement par les robots internet, mais aussi par des zombies qui répètent sans penser ce que les autres leur disent. Ce sont les bourgeois qui ont peur. Ce sont les leaders qui ont peur. Ils sont incapables de comprendre le langage de la révolte, ils ont sombré dans la panique et ils veulent que leur réaction soit la nôtre. Ils ne s’attendaient qu’à des marches, à des blocages dirigés et à des actions pacifiques: tout cela peut être plus ou moins toléré, contrôlé ou facilement réprimé.

Mais la révolte a éclaté. Les gens sont sortis de leurs maisons d’eux même, et entre autres choses, ils se sont dirigés vers les magasins et ont pris ce qu’ils voulaient. Ils profanent la morale du Capital qui nous dit que nous devons travailler pour ce que nous voulons. Ils profanent la morale de l’Etat qui dit que nous devons protester pour les causes habituelles. Rapidement les gens se rendent compte qu’il n’est pas nécessaire de se tuer à travailler la semaine, de façon bihebdomadaire, mensuelle, annuelle ou toute la vie juste pour obtenir ce dont on a besoin. Rapidement, les politiciens professionnels se montrent encore plus inutiles à tout le monde, quand les gens prennent les choses en main.

Des pillards sans nom, souvent à visages découverts: une multitude qui n’a pas besoin de se cacher ou de se nommer. Qu’attendaient-ils? Un communiqué? Une conférence de presse? Un porte-parole? Un chef? Une explication? Que quelqu’un donnerait une règle du jeu? Que quelqu’un dirait «nous allons arrêter tout cela quand ils obéiront à nos demandes, ou signeront des documents, nous recevront dans leurs bureaux, nous donneront ceci ou cela, ou même ne nous donneront rien»? Ils s’attendaient à ce que nous mendions une longue négociation d’un mois? S’attendaient-ils à ce que nous leur demandions de démissionner? S’attendaient-ils à ce que nous disions «c’est notre candidat»?

C’est la politique des multitudes. Sans vous: sans vos sauveurs, vos représentants. Sans pièges. Sans traîtres. Sans héros, sans les braves, sans les désintéressés. C’est la politique du peuple sans vous: sans les «experts», sans avant-gardes, sans «révolutionnaires», sans négociateurs. C’est une révolte du désespoir: une révolte qui n’attend rien de vous, de vos partis, de vos campagnes, de vos grands groupes. Avoir confiance en ceux qui font la même chose que moi, avec ceux avec qui je collabore, en ceux qui ne meurent pas, faisant  confiance à nos propres forces.

Ils disent que tout cela a été orchestré, que tout le monde connaît quelqu’un qui connaissait quelqu’un  qui a dit qu’ils avaient été achetés pour faire tout cela. Qu’importe si cela s’est produit ou non. La plupart de ceux qui ont participé au pillage étaient des gens ordinaires. S’ils vous paient 80 pesos par jour pour que vous puissiez mourir de faim tout en travaillant et que vous sentez un sentiment de fierté à cela, alors ne venez pas me voir avec une conférence sur la dignité. Beaucoup de gens se sont joints et n’ont pas payé un seul peso. Beaucoup de gens participaient et risquaient eux-mêmes, non au nom de la valeur, mais à cause de la nécessité. Au lieu de ne rien prendre, ils ont récupéré un petit quelque chose. Derrière ce mouvement, il y a la faim. Si vous ne comprenez pas, reculez, fermez votre bouche et apprenez.

Certains se plaignent que les gens « volent » des téléviseurs et d’autres appareils, au lieu de haricots et de tortillas. Leur idéologie veut qu’ils voient les pauvres voler de la pauvreté.

Ils se plaignent que les pillards ont servi à écraser toute protestation, qu’ils détournent l’attention. Mensonges: Les protestations ont déjà été écrasées, puisque personne ne s’attendait à ce que quelque chose se produise et s’attendait à ce que nous nous résignions juste à regarder la même pièce de théâtre que précédemment: quelques marches-processions, une certaine violence bien canalisée et contenue, les citoyens, la société civile et les gens « Se rebeller correctement: tous en ligne et sans oser marcher sur l’herbe. Ceux qui ont détourné l’attention vers la «peur» des «provocateurs» ce fut vous, les politiciens, les journalistes, les citoyens faibles et la police. Les gens qui pillaient étaient trop occupés à leurs affaires pour être distraits par vos inanités.

Ceux qui n’ont rien, ne craignent rien. Ceux qui ont peur, ce sont les entreprises, les hommes d’affaires et les petits d’esprit. Vous ne voulez pas que les gens vous prennent quelque chose? Alors, partagez ce que vous avez et qui est plus que suffisant. Vous ne voulez pas que les gens viennent dans votre magasin, sauf si c’est pour acheter? Alors, fermez-le. Allez-vous continuer à vendre à crédit et à facturer vos clients qui ne peuvent pas déposer un dépôt de plus du double? Alors, vous devez vous attendre à ce que les pillards viennent vous facturer un jour pour ce que vous avez vendu et facturé et avec intérêt. Tout ce qui nous a été refusé, nous le prendrons petit à petit et sans faute.

Une puissante clameur pour la paix, mais ce sont eux qui déclarent la guerre. Les politiciens plaideront pour le calme, mais notre patience est épuisée. Les tièdes demanderont de la prudence, mais cela est devenu incontrôlable. Mais tout cela n’est-il pas prudent? Abandonner la mendicité et mourir de faim!
Ceux qui ne peuvent pas voir au-delà de leur propre nez demanderont un programme, une lutte «bien organisée». Notre programme: nous voulons tout. C’est notre parti: nous ne vous suivrons plus.

En appui aux pillards.

 

  1. Pas encore de commentaire