Accueil > Du coté de la théorie/Around theory > Revue CHUANG : « L’Ermite et l’Empire: la Chine après l’effondrement du régime de développement »

Revue CHUANG : « L’Ermite et l’Empire: la Chine après l’effondrement du régime de développement »

La revue CHUANG continue sa très intéressante analyse de l’intégration de la Chine dans le cycle mondial du Capital.

L’article ci-dessous est un extrait du deuxième numéro de Chuǎng, « Red Dust », dont la sortie est prévue pour 2018. Il s’agit d’une version légèrement modifiée de l’introduction de la deuxième des trois parties de notre histoire économique de  la Chine, la première ayant exploré la montée du régime de développement socialiste. Seront également inclus dans le numéro d’autres articles originaux, des interviews, des traductions et des articles sur le territoire frontalier de la Chine et la région large.


L’Ermite et l’Empire
La Chine après l’effondrement du régime de développement

Réclusion
Lorsque les armées nomades sont descendues du nord pour conquérir la dynastie occidentale Jin, les classes supérieures ont fui par le fleuve Jaune dans l’arrière-pays méridional de leur empire qui  s’effondrait. Au Sud, ils rétablirent la cour impériale de Jiankang (aujourd’hui Nanjing), décrétant la naissance d’une nouvelle capitale dynastique. Mais le nouvel empire du prétendu Jin oriental existait plus en théorie que dans la réalité. Le pouvoir était extrêmement décentralisé, défini par une tension constante entre les factions des réfugiés du Nord qui s’étaient installés dans différentes régions, chacune ayant sa propre base militaire et économique largement autonome. Ces factions elles-mêmes dépendaient d’alliances ténues avec la noblesse méridionale culturellement distincte et divers groupes indigènes, tous lentement forgés par l’intermariage et la conquête militaire. Au milieu d’une telle balkanisation, le désir de reconquérir la patrie perdue du nord unifia vaguement une cour paranoïaque, à peine capable de rassembler le pouvoir central requis pour collecter des impôts, et encore moins une nouvelle armée capable de combattre les royaumes «barbares» militarisés qui s’étaient soulevés dans le nord. Rétrospectivement, cette dynastie éphémère fut simplement l’une des étapes inférieures du déclin impérial du siècle après l’effondrement des Han [1].

Mais c’est aussi dans ce contexte de déclin impérial et de décentralisation que «l’ermite» de la tradition érémitique est-asiatique prend sa forme archétypale. Bien que la pratique culturelle de la réclusion ait une longue histoire qui remonte bien avant l’ère impériale [2], c’est sous le Jin oriental que l’empire et l’érémitisme devinrent inséparablement symbiotiques. Avec peu de choses à faire à la cour infirme de Jiankang, la plupart des élites réfugiées se sont retirées dans leurs grandes propriétés des forêts humides du sud. Accompagnés de serviteurs, d’esclaves et de concubines, ils ont créé des complexes ruraux relativement autosuffisants, dotés de sentiers et de parcs cultivés à des fins esthétiques. Libérés des corvées de l’administration impériale, ils passaient leur temps à se réunir avec des amis en des pavillons magnifiquement sculptés au-dessus de leurs parcs et plantations, festoyant, buvant du vin et écrivant des poèmes sur la beauté d’une vie simple en communion avec la nature. Des poètes comme Xie Lingyun, le riche fils de deux importantes familles Jin orientales, pouvaient ainsi se présenter comme des ermites à la manière des anciens sages, même si leur exil (souvent volontaire) se passait dans des domaines luxueux construits sur les hiérarchies brutales du travail forcé. La relation entre l’ermite et l’empire n’a jamais été une vraie opposition, alors. Xie lui-même voyait ces domaines comme des empires miniatures tournés sur eux-mêmes, modelés sur la dynastie Han déchue. [3]

 

Pendant ce temps, presque tous les grands poètes ruraux de l’époque vivaient en réalité entre la vie de cour et l’exil rustique, la réclusion devenant une étape de plus en plus régulière de l’administration impériale.
Au moment de la véritable réunification sous les Tang, l’érémitisme était devenu une pratique omniprésente dans laquelle les futurs officiers rivalisaient les uns avec les autres dans leur réclusion vertueuse, dans l’espoir d’obtenir une position à la cour. De célèbres poètes-lettrés-officiels comme Li Bai se pressaient dans des ermitages, dans des endroits comme la montagne Zhongnan, fréquemment visités par des recruteurs impériaux. La recentralisation du pouvoir politique a donc vu une fusion plus rigoureuse de l’érémitique et de l’impérial, dans laquelle même les ermites exilés de la cour étaient chargés de gérer le flot de tribut de la périphérie de l’empire. Tout au long du processus, cependant, les lettrés reprirent les attributs extérieurs de leurs prédécesseurs Jin de l’Est, louant la solitude religieuse de la vie rurale et condamnant la capitale et ses intrigues courtoises. Même s’il servait d’aide de confiance à l’empereur à l’époque des Tang, Li Bai pouvait s’imaginer dans un «monde au-delà de la poussière rouge de la vie», une métaphore du détachement religieux bouddhiste et de la réclusion rustique loin de l’agitation des rues urbaines.

 

La nation ermite
Ce n’est donc pas une coïncidence si la construction de la Chine par le biais du régime de développement socialiste a joué sur des contradictions similaires. Simultanément  tête de pont d’une révolution socialiste mondiale et d’une nation autarcique isolée de l’économie capitaliste (et plus tard même du commerce avec ses anciens alliés soviétiques), l’isolement de la Chine socialiste était à la fois contradictoire et trompeur. À mesure que le régime de développement atteignait ses derniers stades, le langage de «l’autonomie»  proliférait à tous les niveaux. Mais parallèlement à la volonté d’autosuffisance, l’ossification de la production a créé de nombreuses pressions locales pour briser cette autarcie à l’échelle nationale et internationale. L’économie avait subi une décentralisation généralisée, les collectivités rurales et les entreprises industrielles urbaines devenant leurs propres cloîtres érémitiques,  travailleurs et paysans dépendants des unités de production locales pour la nourriture, le logement et les biens de consommation de base – plutôt que d’être directement fournis par le gouvernement central ou indirect, sur un marché national. Mais au cours de la même période, les marchés noirs avaient commencé à proliférer, les biens de production indispensables devenaient de plus en plus indisponibles ou obsolètes, et la scission sino-soviétique avait presque fait de la frontière chinoise un front de guerre potentiel. Ces dernières décennies de l’ère socialiste, semblables à celles de l’ermite, furent donc aussi la période de gestation de l’ouverture sans précédent de la Chine au commerce mondial.

 

L’ère de la réforme est souvent décrite comme un changement sans précédent dirigé par une faction du parti presque voyous, se terminant par un «miracle chinois» qui verrait la nation catapultée à la pointe de la production mondiale. Mais la réalité est que l’intégration rapide de la Chine dans la communauté matérielle du capital était préfigurée par les conditions structurelles qui imprègnent et encerclent la nation ermite, sa poussée autarcique de développement finalement aussi éloignée des pulsions du capital mondial que les propriétés autarciques des lettrés médiévaux l’étaient de l’intrigue courtoise de leurs propres capitaux. Alors que  la première partie de notre histoire économique, « Sorghum & Steel » [4] a exploré le caractère interne du régime développemental et l’édification de la Chine en tant que nation, cette seconde partie s’intéresse aux conditions globales qui finiront par traîner le socialisme ermite du régime de développement à la poussière rouge de la production capitaliste mondiale. Notre thèse de base est que, comme pour les ermites du Jin oriental, la réclusion et l’expansion impériale ne sont pas nécessairement des termes opposés. La montée de la faction réformiste au sein du Parti communiste chinois (PCC) semble soudaine ou inattendue seulement pour ceux qui prennent la poésie de l’ermite pour argent contant, oubliant que le reclus n’est qu’une étape dans la vie de l’administrateur impérial.

Dans notre deuxième numéro, qui sera publié en 2018, nous allons maintenant nous intéresser à l’histoire de la Chine, non seulement comme une nation nouvellement forgée, mais comme l’un des nombreux territoires d’un réseau mondial de bassins d’emploi et de chaînes d’approvisionnement. Nous nous concentrons donc sur les thèmes largement nationaux abordés dans «Sorghum & Steel» pour adopter une perspective à la fois nationale et internationale, nécessaire pour comprendre les structures parallèles qui ont formé les réformes progressives de la Chine. Nous explorerons à la fois les pressions endogènes et exogènes pour ouvrir l’économie qui existait aux derniers stades de l’ère socialiste, ainsi que le caractère inégal et incomplet de la transition capitaliste une fois qu’elle serait en marche. Cette histoire, bien que bouleversée par le libéralisme évangélique de la fin du 20ème siècle, n’est en aucun cas aussi obscurcie et déformée que celle du régime développemental qui l’a précédée. Une grande partie de l’histoire de l’ère de la réforme est déjà bien documentée dans la littérature académique générale. Cet épisode se concentrera donc sur la synthèse des recherches existantes et leur mise dans un cadre marxiste adéquat, en insistant sur les aspects de cette histoire qui sont les plus utiles pour comprendre le capitalisme tel qu’il existe dans le monde aujourd’hui.

Crises convergentes
Les sujets clés seront abordés de manière séquentielle, organisés en trois sections thématiques couvrant les grandes périodes de la transition capitaliste. Mais le thème dominant ici est l’idée de crises convergentes. Nous visons à raconter l’histoire des nombreuses contingences historiques qui sous-tendaient le prétendu  «miracle chinois», qui n’était ni miraculeux ni entièrement chinois. Cela implique une compréhension du «miracle» comme étant, en fait, une réponse émergente banale à deux crises se produisant à deux échelles, l’une dans le régime de développement chinois et l’autre dans l’économie capitaliste mondiale. La crise endogène du régime de développement a atteint son apogée dans les années 1970. Ceci était en grande partie conditionné par les limites domestiques du projet de développement déjà exploré dans « Sorghum & Steel » [5], mais a été amplifié par l’exclusion géopolitique croissante et la possibilité de guerre imminente avec l’URSS. Au cours de la même période, la production capitaliste mondiale était confrontée à son premier ralentissement mondial majeur depuis la Grande Dépression. À la fin des années 70, toutes les tentatives de gérer la crise naissante par le biais des mesures de relance d’après-guerre avaient échoué. Alors que la croissance stagnait, que le chômage grimpait et que l’inflation montait en flèche, les diverses réformes structurelles qui seraient bientôt entreprises pour tenter de restaurer la rentabilité (plus tard regroupées sous le nom de «néolibéralisme») se profilaient à l’horizon. Mais il y avait aussi la conscience que ces réformes, si elles s’appliquaient seulement aux principaux territoires capitalistes, feraient disparaître les salaires, éventreraient le filet de sécurité sociale, créeraient des niveaux dangereux de dette et provoqueraient ainsi des troubles généralisés. Les mouvements sociaux et les insurrections de la fin des années 60 avaient déjà préfiguré  la possibilité d’une telle déstabilisation – et dans le contexte de la guerre froide, la déstabilisation risquait d’enflammer un conflit militaire mondial incroyablement dévastateur.

Pour que l’accumulation capitaliste continue dans son élan de croissance, l’économie devrait sauter à une échelle entièrement nouvelle, intégrant des territoires sous-développés et construisant de nouveaux complexes industriels adaptés au volume et à la vitesse de production toujours plus intensifs. On espérait que ce processus réussirait à relancer la rentabilité (même temporaire) et contribuerait à tempérer les troubles dans les pays capitalistes en faisant coïncider les services sociaux en déclin et la stagnation des salaires avec une baisse des biens de consommation et une expansion du crédit. Ce processus s’était déjà centré en Asie de l’Est, ancré dans l’ascension japonaise facilitée par les Etats-Unis après la guerre. À mesure que la crise grandissait, le capital commençait à pencher de plus en plus vers la côte Pacifique. La géopolitique de la guerre froide combinée à la nouvelle centralité économique du Japon pour faciliter la montée des Tigres d’Asie de l’Est, chacun conduit par une combinaison unique de dictature anticommuniste (ou d’appareil colonial, comme à Hong Kong) et d’investissements américains et japonais.

C’est le moment où la crise intérieure de la Chine converge avec la longue crise du capitalisme mondial. En termes d’économie dominante, la main-d’œuvre abondante et bon marché de la Chine offrait un «avantage comparatif» essentiel dans les étapes clés du processus de production industrielle légère. Mais ce compte grand public ne rend compte que d’une partie de la dynamique globale. L’ouverture de la Chine a marqué le début d’un vaste processus d’intégration dans la communauté matérielle du capital, poussé par le besoin croissant d’exporter les premiers biens et, plus tard, les capitaux, depuis les économies développées souffrant de surproduction. Après les premières expansions de la production capitaliste ailleurs en Asie de l’Est, la Chine a pu offrir de vastes territoires d’investissement et une main-d’œuvre lettrée et bon marché sans précédent par sa taille, sa santé et son éducation de base. L’offre de main-d’œuvre ajoutée au système capitaliste mondial par ce processus était à peu près égale à celle de toutes les nations industrielles du monde réunies [6]. De plus, cette main-d’œuvre avait été produite par le régime de développement socialiste, de sorte que ses coûts initiaux étaient extérieurs à la production capitaliste. De plus, les coûts de sa reproduction étaient facilement externalisés vers les périphéries internes encore dominées par la production de subsistance – au moins pour les deux premières générations. La masse pure de la population chinoise a ainsi ravivé l’ancien espoir de l’Occident, datant au moins de la dynastie Ming, d’un marché apparemment illimité capable à la fois de conduire la production capitaliste et de combler son excès croissant.

 

Dans une tentative de s’attaquer au cœur d’une telle dynamique, il y a toujours un risque d’attribuer une importance non méritée aux présidents,  patrons et milliardaires. La réalité est que les décisions prises à la tête des États ou des entreprises sont toujours des décisions prises en réponse à des limites matérielles confrontées à des systèmes politiques et économiques complexes. La classe dirigeante désigne un ensemble non-homogène d’individus qui occupent des postes de décision au sein de ces citadelles du pouvoir politico-économique, pour qui la poursuite du statu quo est de la plus haute priorité. Mais ces personnes occupent des postes très structurés, obéissant aux exigences intrinsèques des actionnaires (pour un profit plus élevé) et des considérations politiques (pour des niveaux minimaux de stabilité et de prospérité, pas tellement pour que les choses s’améliorent, mais simplement pour qu’elles n’aillent pas vite trop vite). Il n’y a donc pas de véritable intention malveillante derrière de telles décisions, et il n’y a pas non plus de possibilité pour ces détenteurs de pouvoir de vraiment se transformer ou de se libérer du système lui-même. Ils sont enchaînés comme nous tous, même s’ils se trouvent enchaînés à son sommet.

Tout le processus est donc une adaptation contingente plutôt qu’une conspiration de classe dirigeante. Son résultat n’est pas celui d’un conseil d’élite caché et intrigant, mais simplement le résultat de l’expérimentation continuelle par laquelle différentes factions de la classe dirigeante tentèrent de résoudre la crise naissante et échouèrent, leurs efforts étant alors remplacés par de nouvelles possibilités non testées par de nouveaux dirigeants générant de nouveaux résultats qui ont dû être traités à leur tour. Le processus en est un de transformation continue en réponse aux manifestations locales du déclin global de la rentabilité. Le «néolibéralisme» n’est donc pas un programme politique complètement conscient, désinvolte et malveillant, comme le prétendent certains auteurs [7], mais simplement un terme attribué à un large consensus formé autour de nombreuses solutions locales à la crise qui semblaient dépasser le court terme, limites de l’époque. L’importance d’un Etat de plus en plus militarisé dans cette période est elle-même un symptôme de l’incohérence fondamentale de ce consensus, puisque la gestion de la crise toujours en construction, toujours différée mais toujours présente, devient de plus en plus monumentale. Nous avons finalement atteint le point où ce consensus s’effondre face au déclin du commerce mondial et à la montée du nationalisme populiste, alors même que l’appareil militaire massif qui s’accroche au sommet des chaînes d’approvisionnement mondiales reste alimenté par sa propre inertie. Mais le développement de ce consensus qui s’effondre demeure le contexte historique de l’insertion de la Chine dans les circuits globaux d’accumulation.

Dans la période que nous explorons dans cette deuxième partie de notre histoire économique, la géopolitique a joué un rôle clé dans l’union des crises mutuelles. Ce fut, en fait, l’un des rares moments de l’histoire chinoise où les décisions des dirigeants politiques individuels (bien que répondant aux demandes locales) ont véritablement réorienté le cours des décennies à venir. Et s’il eut un seul moment où cette convergence de crises devint une possibilité concrète, ce fut probablement l’Incident de l’île de Zhenbao en 1969. Au sommet d’un vaste conflit frontalier sino-soviétique qui a vu vingt-cinq divisions de l’armée soviétique déployées à la frontière chinoise (dont quelque deux cent mille soldats), les événements de l’île de Zhenbao ont menacé la Chine et l’URSS de la guerre nucléaire totale. Bien que la guerre ait été évitée, ce fut le point où les liens sino-soviétiques furent définitivement rompus, concluant un demi-siècle de diplomatie précaire entre les deux plus grands membres du bloc socialiste. Dans le contexte de la guerre froide, cet incident a également marqué les premières ouvertures de la Chine vers l’ouverture des relations avec les États-Unis.

 

Contrairement à ceux qui situent le début de l’Ere des Réformes en 1976, avec la mort de Mao Zedong, ou 1978, avec l’ascension de Deng Xiaoping, nous soutenons donc que la période de transition capitaliste commence réellement en 1969, à la fin de Révolution culturelle «courte», lorsque l’incident de l’île de Zhenbao entraîne une rupture irrévocable des relations avec l’URSS (dernière étape d’un long processus de rupture diplomatique) et initie des contacts informels avec les États-Unis, suivis d’un contact officiel en 1971. Bien que finalement achevé sous la direction de Deng et initialement dirigé par Zhou Enlai, les mouvements géopolitiques essentiels à cette période avaient une base suffisamment large parmi les dirigeants du parti pour aller de l’avant, tous avec l’approbation de Mao. Initialement partie d’une stratégie politique plus large visant à acquérir des biens d’équipement avancés afin d’inverser la stagnation économique du régime de développement – une «ouverture» minimale au nom de la préservation du statu quo – ces mesures partielles ont vécu leur propre vie, créant des dépendances à l’offre (principalement dans les biens d’équipement agricoles) qui ont encouragé une plus grande libéralisation. Bien que cette stratégie politique évoluât rapidement vers une réforme du marché à grande échelle, elle était donc ancrée dans les tentatives de l’ère socialiste de surmonter les limites du régime de développement.

 

Pierre à pierre
Alors que la région se déformait vers l’est sous l’influence du Capital, la Chine  commençait à s’orienter vers la côte. Bien que ses réformes du marché soient survenues en cycles courts (2 à 4 ans) d’expérimentation et de retranchement, il est également possible de diviser grossièrement la période en trois étapes de dix ans. Cela ne faisait nullement partie d’une stratégie intentionnelle à long terme. Mais chaque étape, une fois achevée, met en place de nouvelles caractéristiques structurelles qui rendent les futures réformes plus probables. La première étape, de 1969 à 1978, a été définie par la politique. Sur le plan intérieur, c’était une période d’ossification croissante. Après l’écrasement de la «courte» Révolution culturelle en 1969, la production, la distribution et la société étaient de plus en plus directement gérées directement par l’État via l’armée. Le nombre des cadres est monté en flèche au cours de ces années et l’économie a pris un caractère directement militaire, défini par la stratégie du « troisième Front », qui cherchait à délocaliser l’industrie vers l’intérieur montagneux plus sûr de la Chine. Cette décennie verrait la dernière «grande poussée» des stratégies industrielles du régime de développement socialiste. Dans le même temps, il verrait également les premières tentatives d’importer des usines et des équipements complets depuis les pays capitalistes pour les utiliser dans les villes côtières chinoises, un processus rendu possible uniquement par les grands changements géopolitiques mentionnés ci-dessus. Avec un pied toujours bien dans le régime de développement, cette étape a été marquée par l’ouverture politique stratégique et la réforme économique extrêmement minime. Mis à part quelques importations clés, l’interaction avec l’économie capitaliste mondiale était essentiellement inexistante.

La deuxième étape a été définie par la réforme de l’économie nationale. Cette période peut être datée de l’ascension de Deng Xiaoping en 1978 jusqu’à la répression de Tiananmen en 1989. Les réformes internes ont été définies par la mise en œuvre du système de responsabilité des ménages dans l’agriculture, la restauration des marchés ruraux et l’essor des entreprises cantonales ( TVE) en tant que secteur de l’industrie à la croissance la plus rapide. Cependant, la croissance intérieure dépasse encore largement l’interaction avec les marchés internationaux. La Chine a conservé plusieurs niveaux d’isolement par rapport au marché mondial, limitant le contact le plus direct à une poignée de zones économiques spéciales (ZES), dont la plus importante était Shenzhen, car elle faisait office d’interface entre le continent et Hong Kong. Pendant toute cette période, la Chine n’avait pas de bourse nationale, la propriété des entreprises nationales était souvent mal définie, et la propriété étrangère était limitée aux ZES – et même là, elle était souvent limitée. Hong Kong a été la principale source d’investissement direct au cours de cette période, représentant plus de la moitié des IDE en Chine continentale chaque année sauf une entre 1979 et 1991, suivie de loin par le Japon [8]. Mis à part l’investissement direct, une partie de la part de Hong Kong était aussi un investissement indirect de Taïwan et de la population chinoise d’outre-mer, acheminé par le système financier de Hong Kong pour éviter les restrictions politiques. La deuxième étape du processus de réforme était donc non seulement motivée par le capital asiatique, mais aussi par le capital tiré de la sinosphère plus large, souvent coordonnée par des réseaux familiaux qui s’étendaient au-delà de la frontière. [9] Ce sont donc les années où le sommet de la hiérarchie des classes capitalistes prit forme en Chine, alors que ces réseaux de capital commençaient à fusionner avec la classe bureaucratique qui avait dirigé le régime développementaliste.

 

La troisième étape de la réforme remonte à environ 1990 jusqu’au début des années 2000. Cette période a été définie par son caractère international et peut être comprise comme la décennie au cours de laquelle la transition capitaliste a été achevée, à la fois en termes d’intégration des marchés et de formation des classes, malgré un recul de la production rurale de subsistance.[10] L’écrasement des manifestations de Tiananmen en 1989 a été suivi par la réinsertion sélective des étudiants rebelles dans le parti et dans la classe dirigeante qui officie maintenant. C’est dans cette décennie que la classe dirigeante du régime socialiste de développement a commencé à agir comme le corps majeur d’une classe résolument capitaliste poursuivant des intérêts en accord avec la directive primaire du capital: l’accumulation. Ceci en dépit (et en fait aidé par) de la fusion directe de cette classe dirigeante avec l’Etat. Cette période a également vu la pleine intégration de la production chinoise dans le capitalisme mondial. Les années 90 s’ouvrirent avec un regain d’investissement dans les années qui suivirent la répression des troubles de Tiananmen, poussés par le Japon, Taiwan et la Corée du Sud, parallèlement à l’importance continue de Hong Kong. Les bourses ont été formellement fondées à Shenzhen et à Shanghai en 1990. [11] Bien que les investissements directs de l’Europe et des États-Unis soient restés minoritaires, les produits fabriqués par les entreprises chinoises sont devenus de plus en plus axés sur l’exportation, et les destinations finales de ces exportations étaient maintenant souvent à l’Ouest. Beaucoup de TVE côtières ont été réorganisées pour servir ces nouvelles chaînes d’approvisionnement, entraînant une vague massive d’industrialisation sub-urbaine et extra urbaine qui a abouti à la mégapole chinoise tentaculaire.

 

Cette période – et plus généralement l’ère de la réforme – a été couronnée par l’effondrement de la vieille ceinture industrielle socialiste du Nord-Est, par des fermetures d’usines et des licenciements massifs. Avec la réforme de l’agriculture dans la décennie précédente suivie de la destruction du «bol de riz en fer» à partir de 1997, la classe privilégiée des travailleurs industriels urbains consommant du grain a été éliminée et la structure de classe du régime socialiste a été considérablement brisée. Dans le même temps, un grand nombre des TVE apparues dans de nombreuses zones rurales pauvres dans les années 1980 ont également fait faillite, ont été privatisées ou simplement fermées par l’État dans le cadre de la vague plus large de fermetures d’usines. Les TVE ont ainsi agi comme une phase transitoire clé dans la réforme de l’industrie, leur privatisation stimulant la croissance de l’économie de marché dans certaines régions et leur fermeture dans d’autres produisant un plus grand réservoir de main-d’œuvre rurale excédentaire, à partir de laquelle les centres de fabrication côtiers se dessineraient. L’éviscération de la ceinture de rouille s’est accompagnée d’une restructuration massive des industries publiques, définie par la consolidation des entreprises et des bureaux d’urbanisme en plusieurs grands «conglomérats» (jituan), conçus en partie par des intérêts financiers occidentaux et capitalisés par des introductions en bourse sur les marchés mondiaux. Ces entreprises résiduelles, «appartenant à l’Etat», aux côtés de leurs homologues plus petites, fonctionneraient de plus en plus selon les impératifs capitalistes, et la main-d’œuvre chinoise serait définie par la combinaison d’un nouveau prolétariat migrant employant les industries privées du Sunbelt et une nouvelle main-d’œuvre prolétarisée employée par ces conglomérats à financement international, directement supervisée par la bureaucratie-bourgeoisie au sein du parti. La fin de cette dernière étape de la réforme en 2001, qui a vu l’accession de la Chine à l’OMC, marque la fin de la réforme, tout comme l’emploi dans le secteur manufacturier a atteint son point bas (11% de la population active). Une nouvelle vague de croissance orientée vers l’exportation dans le Sunbelt le ramènerait à une nouvelle base entièrement capitaliste.

 

La communauté matérielle

Aujourd’hui, l’ère de la nation socialiste érémitique est révolue depuis longtemps. Tous les ermites sont revenus à la poussière rouge de la ville, leurs utopies communautarisées reconstituées et nourries dans la communauté matérielle du capital. Mais cela signifie aussi que la composition actuelle de l’économie capitaliste mondiale a été fondamentalement façonnée par son absorption du régime socialiste de développement. Pour comprendre l’avenir immédiat de la production capitaliste, il est donc essentiel de comprendre ce processus de transition. Les éléments de l’ère socialiste qui ont ensuite été exagérés par l’économie capitaliste revêtent une importance particulière. La notion d’«exaptation», tirée de la biologie évolutionniste [12], désigne le processus par lequel des fonctions au sein d’une espèce initialement adaptées à un but (plumes utilisées dans la régulation thermique) sont ensuite cooptées pour des fonctions qualitativement différentes plus tard dans la lignée évolutionnaire (plumes utilisées en vol). De même, de nombreuses caractéristiques du régime de développement socialiste seraient finalement cooptées pour remplir des fonctions intégrales au sein de l’économie capitaliste. Le succès de ces caractéristiques exagérées aide à expliquer les taux de croissance remarquables de la période de transition chinoise tout en offrant un indice sur la façon dont la production capitaliste elle-même évolue en réponse à la crise persistante.

 

En décrivant les crises domestiques et les réformes qui ont suivi, nous plaçons donc ces processus d’exaptation au centre de notre récit. Les caractéristiques exagérées qui deviendraient les plus importantes pour le capitalisme chinois étaient largement associées à la façon dont la structure de classe de l’ère socialiste était recomposée en un système de classe capitaliste. En bas, cela impliquait la cooptation du système hukou (enregistrement des ménages) afin de créer une population prolétarienne de travailleurs ruraux migrants pour doter les industries en plein essor de la Sun Belt côtière. Au sommet, cela impliquait la cooptation du système des partis de l’ère socialiste, un processus marqué par la fusion des élites politiques et techniques en une seule classe dirigeante étroitement liée au PCC et complétée par l’arrivée d’entrepreneurs dans le parti dans les années 1990.

 

Parallèlement à ces changements, une autre exaptation clé avait lieu dans le système industriel. À mesure que les entreprises d’État ont été restructurées, les entreprises des «industries clés» telles que l’acier, les mines et la production d’énergie n’ont jamais été entièrement privatisées. Au lieu de cela, la propriété étatique de l’ère socialiste a été exagérée et les nouveaux conglomérats dans ces secteurs ont été réorganisés et recapitalisés pour être compétitifs sur le plan international tout en conservant leur allégeance politique ultime au parti, maintenant un organe de gestion pour une classe dirigeante capitaliste. Bien que la classe ouvrière urbaine de l’ère socialiste ait été progressivement éliminée et que de nombreuses entreprises plus petites ou improductives aient été simplement fermées, les entreprises d’État chinoises joueraient finalement un rôle essentiel dans la dernière période de transition. Aujourd’hui, ces entreprises font partie intégrante de l’expansion internationale de l’économie chinoise. En même temps, ce sont des sites où se concentrent de nombreuses crises, car la dette croissante, la surproduction et l’effondrement écologique sont externalisés de l’économie privée et concentrés dans des secteurs qui peuvent être gérés directement par l’État.

 

L’histoire que nous raconterons dans notre deuxième numéro est alors celle dans laquelle de nombreuses caractéristiques du socialisme rural ermite de la Chine deviendront finalement des composants fondamentaux de son capitalisme cosmopolite. La description de l’ère socialiste que nous avons développée dans Sorghum & Steel est insuffisante quand elle est isolée, simplement parce que la période en question n’était pas isolée de l’histoire. Non seulement l’ermite est-il revenu de la forêt, mais, rétrospectivement, il devient évident que la recluse n’a jamais été aussi isolée du système politique qu’elle en a l’air au premier abord. Dans la communauté matérielle du capital, il ne peut y avoir de véritable royaume d’ermite. Tout est encerclé par l’accumulation capitaliste – la poussière rouge de la mort vivante – et tous ceux qui tentent de s’enfuir y sont finalement retournés. Les perspectives communistes futures ne trouveront donc aucun espoir dans la réclusion. La seule politique émancipatrice est celle qui pousse en dedans et contre la poussière rouge de la communauté matérielle du capital. Dans cette seconde partie de notre histoire économique, nous continuons donc à rechercher une meilleure compréhension de cette communauté telle qu’elle est actuellement composée, dans l’espoir que de telles connaissances pourraient finalement s’avérer utiles à sa destruction.

 

*************************

 Chuǎng collecte actuellement des fonds pour l’impression de notre deuxième numéro, via Patreon. Nous pouvons également accepter des dons ponctuels via PayPal. À côté de la deuxième édition inédite, nous réimprimerons notre premier numéro (maintenant épuisé) sur des matériaux de qualité supérieure augmentés. (Nos sincères remerciements à ceux qui nous ont aidés à vendre le premier tirage dans les deux mois suivant l’impression, et nos excuses pour toute pression sur les yeux causée par les petits caractères.) Toute personne qui souscrit via Patreon au niveau de «soutien» 5 $ ou plus par mois recevront une copie gratuite du nouveau numéro (plus tous les numéros à venir et toute autre œuvre imprimée que nous produisons), ainsi que la réimpression du numéro 1.

Ces fonds serviront également à payer de nouvelles traductions et des entrevues sur le terrain. Si nous sommes en mesure de maintenir le financement, nous espérons publier un certain nombre de longues traductions imprimées et d’autres de plus petite taille disponibles en premier aux abonnés. Ceci vient s’ajouter au matériel que nous publions régulièrement sur notre blog, comme les récentes traductions de lettres ouvertes par trois des huit jeunes gauchistes accusés de « conspiration pour perturber l’ordre social » après l’incident du 15 novembre à Guangzhou, et, avant cela, nos traductions et nos commentaires sur les expulsions massives à Pékin et le discours de «population bas de gamme» qui a surgi dans leur sillage.

*********************************

Remarques

[1] Pour en savoir plus sur cette période, voir: Mark E. Lewis, China Between Empires: The Northern and Southern Dynasties. Belknap Press, 2011.

[2] Voir: : Aat Vervoorn, Men of the Cliffs and Caves: The Development of the Chinese Eremitic Tradition to the End of the Han Dynasty, Hong Kong, The Chinese University Press, 1990.

 [3] Voir Xie Lingyun’s Fu on Returning to the Mountains.

[4] Voir“Sorghum & Steel: The Socialist Developmental Regime and the Forging of China”, Chuang, Issue 1: Dead Generations. 2016. <http://chuangcn.org/journal/one/sorghum-and-steel/>

[5] Voir en particulier ibid., Sections 3 et 4.

[6Koo, Richard, The Holy Grail of Macroeconomics: Lessons from Japan’s Great Recession, Wiley & Sons, 2009.P.185

 [7] Ceci est plus ou moins l’hypothèse latente de la plupart des progressistes aujourd’hui, et constitue la pierre angulaire de nombreux récits académiques de la période. Pour les plus cités, voir: David Harvey, A Brief History of Neoliberalism, New York: Verso, 2005.

[8] Wei, Shang-Jin, “Foreign Direct Investment in China: Sources and Consequences” in Financial Deregulation and Integration in East Asia, University of Chicago Press, 1996, p.81

[9] Voir Lin, George C.S., Red Capitalism in South China: Growth and Development of the Pearl River Delta, UBC Press, 1997.

 [10] Bien qu’encore important au début des années 2000, ce reste était, vers 2008, directement intégré ou fondamentalement remodelé par le marché. La vague de délocalisation rurale (entreprise dans le langage de « l’élimination de la pauvreté rurale ») actuellement entrepris par le régime de Xi Jinping nettoie les derniers restes de ces petites zones de subsistance locale en déplaçant des villages entiers dans de nouveaux logements construits par le gouvernement. la production peut être remplacée à la fois par l’accès au marché et la dépendance à l’égard de l’État.

[11] La Bourse de Shenzhen avait été fondée de manière informelle en 1987, mais n’avait été officiellement reconnue qu’en 1990.

[12] Le terme a été inventé par les paléontologues Stephen Jay Gould et Elisabeth Virba pour remplacer le langage trop téléologique de «pré-adaptation». Il est devenu un élément important de la théorie plus large de Gould d’un processus évolutif marqué par «équilibre ponctué, « Exposé dans Structure of Evolutionary Theory.

 

  1. Pas encore de commentaire

%d blogueurs aiment cette page :