Accueil > Nouvelles du monde > Critique de TC 26

Critique de TC 26

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. BD
    07/11/2018 à 14:33 | #1

    Il serait utile de savoir d’où vient, au juste, cette critique. Est-ce que quelqu’un en sait quelque chose ?

  2. Bernard Lyon
    07/11/2018 à 21:39 | #2

    Il est facile d’invoquer l’unité de classe mais pour y travailler c’est plus dur ( c’est peu dire) on va donc plutôt tenter de disqualifier ( dans un infime milieu) ceux qui analysent la réalité qui ne peut pas être l’unité de ” LA CLASSE” sauf dans le mouvement de son abolition.
    Les critiques de TC lui reprochent de ne pas mettre la “puissance de feu” théorique – que de fait,’ils lui accordent – au service de la construction du réel qui rêvent.
    Et plus gravement ( pour eux) de manière purement autoréférentielle ils se prennent comme la preuve en acte de la possibilité de l’unité de la classe.
    A l’évidence lecteurs de TC -leur revue (sans doute) préférée – ils sont désapointés et se sentent trahis.
    Le dépassement des identités de genres de races de nations et de bien sûr (!) de classe c’est pour la fin des fins n’en déplaise aux”communisateurs” qui n’y seront pour rien
    Niente

  3. Anonyme
    07/11/2018 à 22:24 | #3

    @BD

    Cette critique est signée ISSN WALOU, qui l’a publiée d’abord chez Indymédia Nantes où elle a déclenché un grand débat modéré : https://nantes.indymedia.org/zines/43388

    Elle est tellement bonne qu’elle est promise à un grand avenir pour mettre en valeur TC26.

    Question pour un champion : pourquoi ont-ils tant de choses à se dire ?

  4. Anonyme
    12/11/2018 à 13:23 | #4

    @Bernard Lyon

    Pour avoir lu TC26 et cette critique, il ne me semble pas que l’enjeu soit là.
    Répondre à cette critique par cela – TC décrit la réalité, leurs critiques se mentent et veulent l’unité de la classe ici et maintenant – c’est passer à côté de l’essentiel du texte. Ou alors c’est de la provoc vu que c’est précisement démenti (ça se répète même un peu) tout le long du texte…

  5. Anonyme
    13/11/2018 à 01:14 | #5

    Alors c’est quoi l’essentiel ? On a tendance à répéter un peu dans ce texte, jusqu’à-là on est d’accord, mais ce qui serait exactement “démenti” par des arguments dignes de ce nom, je ne vois pas trop…

  6. Anonyme
    14/11/2018 à 10:21 | #6

    @Anonyme

    Utilisation des sources et manière de les utiliser / En quoi la racialisation serait un phénomène plus palpable aujourd’hui qu’hier? / Qu’est-ce que cette étape intermédiaire créée par TC ? / Segment vs fragment / Une “race” plus objective qu’une “classe” ? / l’interclassisme…
    Bref de toute manière chacun dira que le texte de l’autre est “vide”, grand classique.

  7. Bill Sadarenthes
    15/11/2018 à 15:03 | #7

    Un petit commentaire de “béotien”ou presque.
    J’ai lu TC 26 et j’ai trouvé ça passionnant, très documenté, complet. Et j’ai trouvé que cela repositionnait bien les problématiques entre “entrepreneurs en racialisation” et classistes purs. Sans les renvoyer dos à dos. On lit très clairement que les uns font partie du camp “ennemi”, les racialisateurs et que les autres sont des camarades ou d’anciens camarades avec qui on débat âprement…
    J’ai lu “Telenovela confusionniste” et je trouve leurs critiques souvent très pertinentes.
    Mais j’ai une petite question de forme: quelle est l’urgence à délimiter des territoires qui justifie ces tons définitifs, excommunicateurs, guerriers….?
    Dérisoire, ridicule, prétentieux, ce sont les mots qui viennent devant la petitesse des enjeux réels, de la population concernée par ces débats (le milieu communisateur). Quelle est l’urgence à désigner les faux communistes, les ennemis, les ex ceci ou contre cela?
    Tous ces débats me semblent majeurs et se passeraient largement de la logghorrée post situationniste ou post stalinienne….

  8. stive
    16/11/2018 à 07:57 | #8

    TC est un chantier en perpétuel aménagement dont le curseur est la lutte des classes multiple et changeante. Bien sûr que TC est critiquable, bien sûr que le 26 bis recèle quelques critiques pertinentes, mais le ressentiment personnel prend le dessus sur la critique théorique, la forme ternit le fond et l’excommunication montre la prégnance de l’idée stalinienne que le pire ennemi est dans son propre camp.

%d blogueurs aiment cette page :