Accueil > Nouvelles du monde > BANGLADESH : ELLES lâchent rien

BANGLADESH : ELLES lâchent rien

Article du journal Le Monde sur ce mouvement gréviste ou le terme « ouvriers » est employé 8 fois alors que majoritairement ce sont des FEMMES qui y participent, voir photo

Garment workers gather to protest for higher wages in Dhaka, Bangladesh, January 10, 2019. REUTERS/Mohammad Ponir Hossain

Au Bangladesh, des milliers d’ouvriers du textile en grève pour réclamer de meilleurs salaires

 extraits

Depuis une semaine, les salariés de l’industrie du textile se mobilisent dans les usines, pour demander une augmentation de leur salaire.

Dimanche soir, le gouvernement a annoncé une hausse des salaires pour ces derniers, après une rencontre entre dirigeants d’usines et syndicats. Tous les syndicats n’ont pas dit s’ils soutenaient l’accord. Babul Akhter, un responsable syndical présent à la réunion, a estimé que l’accord devrait satisfaire les grévistes.

« Ils ne devraient pas le rejeter, et devraient calmement retourner au travail »

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/01/14/au-bangladesh-des-milliers-d-ouvriers-du-textile-en-greve-pour-reclamer-de-meilleurs-salaires_5408710_3210.html

Malgré une augmentation de salaire, les ouvrières de RMG poursuivent leur manifestation à Ashulia

«Nous rejetons également la structure salariale révisée car le montant n’a été que très peu augmenté dans la structure révisée»

https://www.dhakatribune.com/bangladesh/nation/2019/01/14/despite-pay-raise-rmg-workers-continue-demo-in-ashulia

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. Christian L
    15/01/2019 à 11:34 | #1

    Une reprise du travail bien encadrée

    Affirmant qu’il n’y a pas de troubles chez les travailleurs de RMG dans les usines, il a déclaré: “Une enquête est en cours. Nous essayons d’identifier les instigateurs. Nous avons arrêté quelques suspects. Des efforts incessants sont en cours pour arrêter les autres.

    Nous avons déployé des forces de l’ordre supplémentaires pour assurer la sécurité des usines situées dans la zone industrielle d’Ashulia.”

    https://www.dhakatribune.com/bangladesh/nation/2019/01/15/rmg-protest-instigators-to-be-investigated

    «À ce jour, les travailleurs du vêtement sont allés travailler dans les usines et ont accepté la nouvelle structure des salaires. En conséquence, il n’y a pas de troubles ni de manifestation dans la capitale. ”

    des membres supplémentaires de la police industrielle, de la police métropolitaine et de la police de district ont été déployés dans les zones marquées afin d’éviter toute situation indésirable

    https://www.dhakatribune.com/bangladesh/nation/2019/01/15/rmg-workers-back-at-work-in-gazipur

  2. 15/01/2019 à 15:32 | #2
  3. Christian L
    17/01/2019 à 11:16 | #3

    “La police m’a dit de ne pas créer d’ennuis. Sinon, je disparaîtrai.”

    Des centaines de personnes licenciées à la suite des grèves des travailleurs des usines de confection du Bangladesh

    Un dirigeant syndical de haut rang a déclaré qu’au moins 750 travailleurs de diverses entreprises du centre manufacturier d’Ashulia avaient trouvé des affiches accrochées aux portes de l’usine les informant de leur licenciement, accompagnées de photos de leur visage

    https://tribune.com.pk/story/1889597/3-hundreds-sacked-bangladesh-garment-factory-workers-strikes/

  4. Adé
    17/01/2019 à 15:19 | #4

    http://leftvoice.org/General-Strike-in-India-200-Million-Workers-Oppose-the-Government-s-Labor-Law

    200 millions de travailleurs et de travailleuses en grève en Inde sur 500 millions.