Accueil > Nouvelles du monde > EQUATEUR : “Brève analyse sur le «Paquetazo» “

EQUATEUR : “Brève analyse sur le «Paquetazo» “

Traduction automatique de l’anglais : https://ediciones-ineditas.com/2019/10/07/brief-analysis-on-the-paquetazo-and-the-coming-protests-in-ecuador-from-a-radical-critique/

Brève analyse sur le «Paquetazo» et des manifestations à venir en Équateur à partir d’une critique radicale

Ce qui suit est la traduction d’un texte de Proletarios Revolucionarios , un groupe d’extrême gauche de Quito, en Équateur. Bien que le groupe se soit dissous en 2016, il nous offre cette analyse publiée le 2 octobre 2019. Le texte original en langue espagnole est disponible ici .

Les récentes mesures économiques prises par le gouvernement équatorien sont des mesures d’austérité utilisées en période de crise capitaliste, qui ont été appliquées par la droite, les «néolibéraux», la gauche et le 21e s. socialistes »dans le monde entier, parce qu’ils sont liés par la même logique de production capitaliste, qui vit de l’exploitation de la classe ouvrière. En fait, en période de crise, le capital applique toujours la même politique économique partout contre notre classe: il est temps de se serrer la ceinture, sinon il y aura un appauvrissement plus important ou une augmentation de l’exploitation.

Dans le dernier paquetazo 1 de [le président équatorien Lenín] Moreno, il y a tout d’abord une augmentation du coût de la vie due à une hausse des prix du gaz (car ici en Équateur, nous savons up »); et deuxièmement, il y a toutes les réformes du travail imposées pour apporter plus de flexibilité et de précarisation (réduction des salaires, des pensions, des vacances, des contrats de travail flexibles , des trajets de distance, etc.).

Néanmoins, le problème ne concerne pas uniquement le paquetazo, ni le gouvernement néolibéral de Moreno, ni le FMI 2 . Le problème fondamental est de savoir comment le Capital attaque directement et massivement la classe ouvrière en temps de crise et comment nous réagissons. La lutte est le chemin bien sûr. Mais nous devons aussi analyser et élaborer des stratégies critiques pour la lutte de notre classe.

Ainsi, lorsque la chaleur de la lutte très concrète du prolétariat éclate sur le terrain démocratique et centré sur le citoyen, qui est le terrain de la bourgeoisie et de l’État, ainsi que sur la typographie des syndicats et des partis de gauche vouloir coopter et mener la lutte du prolétariat pour pouvoir négocier avec la classe dirigeante leurs propres objectifs particuliers et ascendants: dès que cela se produit, la réponse la plus puissante et la plus légitime de la classe ouvrière à ces attaques d’austérité a été, est et sera une action directe, autonome et antagoniste pour défendre et imposer nos besoins concrets vitaux; ou du moins nous devons nous battre pour que les riches et les puissants n’aggravent pas nos conditions matérielles d’existence déjà terribles.

À cette fin, les revendications et les protestations de la classe ouvrière se généraliseront et se radicaliseront au point que ni le gouvernement ni l’ensemble du système ne pourront se conformer à des demandes sociales aussi «impossibles»; seuls le renversement du capital et de l’État pourraient les affronter et nous nous battrions alors pour une sortie révolutionnaire de la crise capitaliste. Mais il reste encore beaucoup à faire ici et partout, en particulier dans ce pays où le niveau de l’histoire accumulée de la lutte des classes, malgré certains épisodes sauvables, a été généralement faible et inconstant.

Pour le moment, ce qui est nécessaire et bon, c’est de manifester avec les slogans «À bas le paquetazo», «À bas Moreno» et «À bas le FMI», «Bâtir des affinités dans les rues» et collectivement. , plus ou moins organisé, plus ou moins autonome, plus ou moins combatif… mais il faut aller plus loin (comme on l’a dit ce soir en assemblée générale): «à bas le gouvernement», à bas le capitaliste, «que se vayan todos, que no quede ni uno solo 3 »,« à bas Capital, à bas État, à bas tous les gouvernements et leurs laquais! »

Inverser le paquetazo et renverser le président Moreno (comme l’ont été Bucaram, Mahuad & Gutierrez au cours des années précédentes) constitueraient de véritables «victoires» pour un «mouvement» désormais possible et nouveau de manifestations sociales dans ce pays. Mais, étant objectif, ici et maintenant, il manque toujours les conditions réelles et les forces sociales nécessaires, comme le niveau de la lutte des classes, mais quelque chose se prépare. Il se peut que ce gouvernement d’hommes d’affaires et de banquiers réussisse, mais la lutte de classe prolétarienne dans les rues tentera de les en empêcher et ce ne sera pas en vain. La lutte [de classe] est la voie à suivre et elle existe dans la lutte où nous apprenons, en particulier lors de coups d’État et d’échecs, afin de pouvoir les transformer à notre avantage lors de batailles ultérieures.

Le fait que demain il y aura davantage de manifestations sociales dans ce pays «endormi» depuis une décennie, n’est pas un mince exploit. Au contraire, tirés par les protestations fortes et exemplaires des dernières semaines de septembre à Bolívar et Carchi 4 , demain pourrait être le début des 5 jours d’ octobre de 2019 pour l’Équateur. La protestation grandira et il y aura peut-être des sauts. Certaines organisations sociales ont déjà déclaré que le 3 octobre serait le début d’une “grève nationale”. Des manifestations ont déjà eu lieu dans tout le pays. Voyons ce qui se passera demain alors que les rues commencent à se réchauffer…

Oui, nous devons partir et protester, mais nous devons être clairs: ce n’est que le début et nous devons nous aventurer au-delà. Il faut être clair, en dernière instance, que les riches et les puissants ne vont pas payer pour la crise; il ne s’agit pas simplement d’un problème national ou «néolibéral», mais d’un problème mondial et capitaliste; que tout cela ne soit définitivement éliminé que si nous éliminons le capitalisme, qui continuera à attaquer et à aggraver nos vies avec davantage de mesures de crise et d’austérité; que nous sommes encore loin d’un nouveau cycle de luttes prolétariennes (internationales et locales) qui modifiera la corrélation entre les forces sociales et qui imposerait au système capitaliste une situation de crise révolutionnaire; mais en même temps, la lutte pour défendre nos besoins contre l’exploitation et l’accumulation du capital est la façon dont elle commence. Quoi qu’il arrive, en termes de lutte, d’organisation et de conscience, les manifestations à venir laisseront de nombreuses leçons et incendies à la classe ouvrière dans cette «moitié du monde». C’est le moment. Voyons ce qui se passe dans les rues demain.

Un prolétaire en colère dans la région équatoriale

 

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. Pas encore de commentaire