Accueil > Nouvelles du monde > Esprit de résistance à Berkeley

Esprit de résistance à Berkeley

La rage a éclaté le 20 novembre à l’Université de Berkeley contre la décision de la direction de l’Université d’approuver une hausse de 32% des frais pour les étudiants de premier cycle et d’autres coupes budgétaires énormes et des licenciements. Les étudiants ont prit hardiment le Wheeler Hall à 6 h l Le Wheeler Hall est l’un des plus grands bâtiments et il est situé à proximité de Plaza Sproul, donc quand il a été pris, des milliers de personnes ont été rapidement au courant. Des centaines de personnesont afflué pour soutenir tout au long de la journée.[print_link]

Cette occupation à electrisé l’University of California. Tous les cours ont été annulés à Wheeler, affectant près de 4000 étudiants. Cette augmentation drastique des frais va ajouter 2500 $ à des frais de premier cycle à l’automne prochain, ce qui rend les frais de scolarité supérieur à 10.000 dollars / an pour la première fois. S’y ajoute l’’hébergement, la nourriture et les livres qui coûtent environ 16.000 dollars / an, cette hausse touchera de nombreux étudiants de l’université.
Les étudiants ont exigé la suppression de la hausse de 32%, la réintégration de 38 gardiens congédiés, la démission du Président de l’UC Mark Yudof et qu’il n’y ait aucune sanction judiciaire, lorsque l’occupation aura pris fin.

Un esprit de résistance et de bouleversement était dans l’air. Wheeler est un grand bâtiment avec sept entrées différentes. Les portes étaient verrouillées Wheeler fermée, avec les étudiants qui occupent le premier étage. Mais lorsque les autorités ont forcé le chemin à travers les portes, les étudiants ont fui  au 2ème étage depuis lequel ils se sont adressés à la foule dehors.

Les Étudiants à l’intérieur ont parlé par la fenêtre avec un mégaphone et ont accusé la police de les avoir gazés avec un spray au poivre. Des centaines d’étudiants à l’extérieur étaient pressés contre des barrières métalliques érigées par la police pour éloigner les gens de l’immeuble. Des escarmouches et des affrontements avec la police ont éclatés dans la journée et la police à sauvagement tabassé les gens à la matraques, souvent en chargeant des gens qui se tenait devant les barricades.

Beaucoup d’étudiants ont accusé la police d’utiliser la force inutilement. Les Vigiles d’UC Berkeley et la police portaient des tenues anti-émeute, des matraques et des fusils avec des balles en caoutchouc. Une femme a dit que la police lui a cassé la main, alors qu’elle se tenait sur une barricade . Une jeune femme a été frappée au visage sur l’arcade sourcilière avec une matraque. La télé a interviewer un étudiant qui avait une grosse blessures sur le ventre qui était due à un tir de balle en caoutchouc, après avoir été frappé par un bâton. Un étudiant a décrit avoir vu une femme être frappée à la tête entraînant une grande entaille, et un autre a été piétiné par la police poussant les barricades en métal sur les étudiants.

Pendant la journée, des milliers de personnes sont sorties sous la pluie, souvent froide et lourde pour rejoindre la manifestation et soutenir l’occupation. Les gens étaient en colère contre les brutalités policières. Pour beaucoup d’étudiants il s’agissait de leur première manifestation. Certains ont dit que cela ressemblait à un État policier. Certains eurent un choc en voyant la police délibérément blesser les étudiants qui protestaient pacifiquement. Les alarmes d’incendie ont été tirés dans quatre bâtiments différents,  vidant les salles de classe. Ce fut un jour sans travail.

Les étudiants qui occupaient Wheeler ont parlé à la foule à l’extérieur d’une fenêtre du 2ème étage toute la journée. [..]Les gens leur jetaient de la nourriture et de l’eau.

Lors d’un rassemblement devant le bâtiment, les étudiants ont dénoncé la hausse des frais. Les Amérindiens qui commémoraient le 40e anniversaire de l’occupation d’Alcatraz sont venu en parler, en faisant le lien entre l’occupation UC et la résistance des Amérindiens. […]

Les 12 heures d’occupation ont pris fin lorsque la SWAT a sorti les portes verrouillées de leurs gonds et a commencé à arrêter les 41 occupants pour délit de violation de propriété. Les étudiants ont été cités et libérés, et ont été accueillis par les acclamations sauvages et des chants d’un foule de 2.000 personnes à l’extérieur. Trois autres ont été arrêtées pour cambriolage félonie, prétendument pour des utilisation du mobilier  pour faire une barricade. Les manifestants devront comparaître devant le tribunal pour répondre des accusations le lundi 23 novembre. Après l’occupation l’équipe SWAT montait la garde devant Wheeler Hall dans une démonstration de force destinée à intimider les gens.

A UC Berkeley, les étudiants, les professeurs et le personnel ont protesté contre les hausses de frais et les compressions budgétaires pendant des mois. L’occupation de vendredi a été planifiée pour augmenter la protestation si les Régents approuvaient les hausses de frais. Elle faisait partie d’une grève de trois jours qui a inclus des rassemblements, marches, et une décharge d’ordures dans le California Hall, le bâtiment principal de l’administration. Certains élèves ont quitté l’Université de Berkeley, le jeudi 19 Novembre  pour rejoindre les manifestations à l’UCLA à la Regents Réunion où 14 étudiants ont été arrêtés et deux ont reçu des décharges de Taser.

L’université prétend que ces hausses sont nécessaires en raison d’un écart de 535 millions de dollars de budget du à un financement public réduit.

A UC, des élèves sur d’autres campus ont également protesté: 30-50 étudiants de l’UCLA ont pris Campbell Hall, le jeudi et plus de 50 ont été arrêtés à l’UC Davis. A  UC Santa Cruz des étudiants ont occupés Kerr Hall, la résidence de l’administration.

Au milieu de la lutte, il ya eu de nombreuses discussions animées et des débats avec les étudiants. Les lecteurs de “Revolution” ont distribué un tract reprenant  l’éditorial du numéro 170, “Nous avons besoin de la Révolution…”

Il y avait un fort sentiment parmi les nombreux étudiants que la lutte autour de l’éducation est lié à des questions beaucoup plus profondes. Plusieurs étudiants ont vu les similitudes entre la violence de la matraque que brandissait flics à Cal et les photos dans le numéro spécial de Révolution ou la police bat un homme de race noire et les victimes des avions de guerre américains en Irak. «Ouais, depuis longtemps, je ne pensais vraiment pas que la démocratie soit réelle dans ce pays mais je n’ai jamais vraiment considéré cela comme une dictature basée sur la règle de la force. Mais quand on y pense vraiment cela, il s’agit d’une dictature».

Une femme a dit: «C’est tellement bizarre quand vous voyez des milliers d’étudiants, de travailleurs, et de professeurs manifester contre les coupures et les augmentations de frais et qu’une toute petite poignée de gens protégés par des centaines de flics ont le pouvoir de prendre des décisions importantes.” Un autre a convenu que les hausses de frais sont directement liées a des grands enjeux beaucoup plus important – les gens qui perdent leurs maisons et leurs d’emploi l’effondrement économique et même la guerre “, Obama parle d’envoyer des milliers de soldats pour tuer plus de personnes en Afghanistan. Il ne dit rien A propos des coupes budgétaires. Il est foutu. “

d’après  Futur Rouge, (source : http://www.revcom. us/a/184/ UC_berkeley- en.html)

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks