Accueil > Du coté de la théorie/Around theory, Nouvelles du monde > Revue Chuang : “Ajouter  l’outrage à la blessure: les expulsions de Pékin et le discours sur la «population bas de gamme»

Revue Chuang : “Ajouter  l’outrage à la blessure: les expulsions de Pékin et le discours sur la «population bas de gamme»

Article paru sur la revue chinoise Chuang à propos des expulsions des migrants dans les grandes villes, comme Pékin
Nous avons traduit uniquement le commentaire

Commentaire de Chuǎng

Après l’incendie mortel du 18 novembre et le dégagement de masse subséquent des quartiers satellites de Pékin, le terme «population bas de gamme»  est devenu le centre d’un débat national sur la place des migrants des zones rurales vivant dans les  centres urbains chinois. Bien que ce terme soit à l’origine utilisé par l’État, il est devenu si populaire et de connotation si critique que les censeurs sont intervenus sur plusieurs plates-formes de réseaux sociaux pour en limiter l’utilisation. L’objectif était de faire échanger les réseaux sociaux sur le caractère des relations entre les différentes strates dans les zones urbaines et la direction des projets de développement dans les plus grandes villes de Chine.

Le premier article traduit ci-dessus, par la plateforme marxiste indépendante Tootopia, orientée vers la jeunesse, a été écrit en réponse à un autre texte largement diffusé qui avait rejeté le terme «bas de gamme» et affirmé que tous les citadins sont également «humains». Tootopia considère l’étiquette comme une description exacte de la condition réelle des travailleurs migrants, mais ils estiment qu’elle pourrait être étendue à de nombreux citadins plus élevés dans la hiérarchie sociale, en ce sens qu’ils sont eux aussi réduits à des «outils de production» par l’économie de marché. Ceci est un exemple, indicatif d’une plus large utilisation du terme par de jeunes militants qui fait écho à l’utilisation américaine du terme “99%” dans le mouvement Occupy de 2011. Comme ce dernier, il sert de réplique pour “le prolétariat », une tentative populaire d’exprimer un certain sens de la classe face aux disparités croissantes et à la précarité de plus en plus répandue. Mais, comme “les 99%”, il est principalement utilisé par des prolétaires relativement privilégiés d’une manière qui minimise les réalités matérielles qui divisent encore la classe. Et, contrairement à l’implication du terme américain d’un antagoniste au «1%», des tentatives telles que cet article pour unir le «bas de gamme» au «haut de gamme» de la «main-d’œuvre» hésitent encore à définir qui  leur ennemi commun devrait être.

Tootopia a raison de souligner les distinctions qui existent entre les strates de la population active urbaine. Comme ils l’illustrent avec la description du village de Zhejiang – l’une des communautés de migrants les plus connues de Pékin – il existe un mépris et une crainte généralisée et historique des travailleurs migrants parmi les mieux nantis, même lorsque ces derniers sont des travailleurs. Beaucoup de cols blancs, dont les conditions économiques stagnent, ressentent une pression encore plus grande pour obtenir des tranches de revenu plus élevées, et leur crainte de «glisser vers le bas» vers les échelons inférieurs de l’échelle n’a fait que croître. Comme dans les mouvements anti-immigrés à travers le monde, la population migrante dans les villes chinoises est ainsi devenue l’objet irrationnel du mépris des couches moyennes menacées. Comme Wang Hongzhe, professeur à l’Université de Pékin l’a affirmé, au lieu de considérer l’anxiété de la classe moyenne comme une sorte d’abjection qui rend le sort des travailleurs migrants plus proche, elle est comprise comme une double anxiété concernant son propre avenir : gravir l’échelle sociale associée à la peur de finir comme des travailleurs migrants.

Alors pourquoi sont-ils maintenant si préoccupés par les travailleurs migrants? Est-ce parce que, tout d’un coup, ils reconnaissent une humanité commune chez les gens qui livrent leurs repas et leurs colis? Ou ont-ils identifié un ennemi commun qu’ils partagent avec les migrants? Tandis que Tootopia présente une base à partir de laquelle une telle solidarité pourrait être ressentie, le ressentiment existant entre les fractions d’une même classe pourrait être plus susceptible de s’envenimer lorsque les conditions économiques se détériorent, soulignant le besoin urgent de communiquer une compréhension claire de la position de classe.

À la suite des expulsions brutales, l’auteur, comme beaucoup d’autres, se demande où iront les migrants: resteront-ils à Pékin, comme beaucoup dans les générations passées après de telles expulsions, pour se réinstaller un peu plus loin dans la périphérie de la ville? ? Ou seront-ils forcés de rentrer chez eux? Ou dans  l’une des villes satellites en développement rapide autour de la capitale ?

Replaçant la purge actuelle dans une histoire plus longue d’expulsions de migrants à Beijing, l’auteur suggère que le développement de la ville poussera ces communautés encore plus loin dans ses limites. Mais, soutient-on, il existe une demande structurelle pour ces travailleurs dans l’économie urbaine qui ne peut tout simplement pas être comblée par d’autres moyens – comme le montre l’exemple des technologies «I.A.». L’article décrit la trajectoire du village de Zhejiang pour souligner que les expulsions ont eu tendance à éloigner les migrants «bas de gamme» et leurs enfants du centre de la ville tout en leur permettant de rester dans ses limites extrêmes, restant connectés au cœur de son économie. Mais il y a des signes que cela peut ne sera plus possible.

Pékin est au cœur d’une reconfiguration politique et économique majeure qui s’étend bien au-delà des frontières de la ville. Le gouvernement local a des projets ambitieux visant à plafonner la population de Beijing à 23 millions d’ici 2020, tandis que le gouvernement central est engagé dans des investissements majeurs et dans le développement, en périphérie, d’un un plan connu sous le nom de Jingjinji ou « Pékin-Hebei-Tianjin – Région métropolitaine.”

Les récentes campagnes de nettoyage urbain sont allées jusqu’à déplacer des éléments ciblés de la ville aussi loin que les villes environnantes de la province du Hebei. En 2016, par exemple, le marché de gros du zoo de Pékin a été déplacé et ses occupants réorientés vers les villes de Shijiazhuang, Cangzhou et Tianjin (290, 220 et 130 km respectivement) pour faire place aux entreprises financières et de haute technologie. Le marché était géré par des migrants qui vendaient des vêtements et des articles divers, contribuant ainsi à rendre la ville plus abordable pour de nombreux autres migrants à faible revenu.

L’autorisation plus récente, qui a débuté en novembre, ne fait l’objet d’aucun plan de réinstallation annoncé publiquement, ce qui remet en question la façon dont les planificateurs locaux et nationaux ont l’intention de gérer la population expulsée. Un article du SCMP mentionne que les propriétaires fonciers de Langfang – une ville d’importance économique croissante à la périphérie de Pékin qui dépend de la migration de travail temporaire «bas de gamme» du grand centre urbain – ne devaient pas louer à ceux qui fuyaient les expulsions. Une autre ville voisine, la Xiongan New Area au Hebei (annoncée comme “deuxième capitale chinoise” par le gouvernement central en avril dernier), devrait devenir une autre partie importante du vaste plan d’intégration économique de Jingjinji, mais son but est d’atténuer la congestion urbaine en forçant les industries hautement qualifiées, telles que les biopharmaceutiques, à délocaliser, plutôt que d’absorber l’exode des migrants peu qualifiés de la capitale.

Même avant le cycle actuel d’expulsions, Beijing était au cœur de sa transformation urbaine la plus significative depuis 2006 (lorsque la ville a commencé à préparer les Jeux olympiques d’été de 2008). Le mois de novembre faisait suite à plusieurs mois d’une campagne d’embellissement à l’échelle de la ville qui visait à nettoyer la ville des restaurants, des magasins et des unités de logements «trou dans le mur». Un objectif secondaire de la campagne est de réduire la croissance démographique de Beijing. La campagne ciblait les maisons illégales, qui sont ensuite détruites, et les magasins et restaurants qui opèrent dans les zones zonées pour la résidence. [5]

Bien sûr, la grande majorité des migrants n’ont jamais vraiment été inclus dans les plans de développement urbain – en Chine ou ailleurs. Ils doivent trouver du travail dans les restaurants et les supermarchés, balayer les rues et conduire les taxis (ou travailler pour des applications de covoiturage), dans des emplois de plus en plus précaires qui tournent autour de l’économie de la ville. En outre, la Chine est maintenant au-delà du point où la main-d’œuvre non désirée pourrait être renvoyée dans les champs pour cultiver, comme les décideurs l’avaient déjà fait par le passé. Récemment, les prérogatives de l’État en matière d’emploi pour les travailleurs migrants se sont tournées vers l’espoir qu’elles pourraient retourner dans leur ville natale pour devenir des entrepreneurs et aider à absorber la main d’œuvre loin des villes de premier rang. Pendant ce temps, ces villes (y compris Pékin et Shanghai) ont mis en place des plafonds de population pour lutter contre les «maux urbains» un terme subliminal associé aux migrants indésirables.

On peut se demander dans quelle mesure des plafonds de population peuvent vraiment être mis en œuvre. Les mesures contre les migrants non enregistrés utilisées dans les années 1990 et au début des années 2000 ne pourraient pas être facilement rétablies aujourd’hui. Avec une profusion significativement plus importante de médias sociaux, la probabilité d’une résistance populaire organisée contre de telles mesures a augmenté. C’est précisément la raison pour laquelle les gouvernements des États et des municipalités doivent déguiser, bien que superficiellement, ces expulsions en problèmes de santé et de sécurité. Dans cet esprit, même certaines campagnes de la guerre dramatique contre le smog, menées au nom de la classe moyenne de Pékin, qui traitent la «population à bas régime» comme des dommages collatéraux, semblent beaucoup plus inquiétantes [6]. Mais que se passerait-il si les migrants se mettaient à abandonner les villes de premier rang et commençaient à retourner dans leurs provinces d’origine? [7] Comme l’illustre l’article de Tootopia ci-dessus, ces villes sont dans un dilemme structurel. Beijing et d’autres grandes villes côtières cherchent actuellement à recentrer définitivement leurs économies autour d’industries de haute technologie et de services haut de gamme, imitant l’expérience de villes telles que Tokyo, New York et Londres. Mais il a été bien documenté que de telles «villes globales», regroupant une main-d’œuvre bien rémunérée, produisent également un «double marché du travail» dans lequel l’emploi est divisé entre les travailleurs bien payés du haut de la hiérarchie et ceux du « bas de gamme » ( souvent migrants) . Les entreprises technologiques qui peuplent San Francisco ou les sociétés financières qui dominent Londres ont toutes besoin d’une main-d’œuvre croissante pour fournir des services de base, tant au sein des entreprises (comme concierges) que dans l’économie des services (chauffeurs de taxi, commis, etc.), ainsi que dans la vaste infrastructure logistique qui sous-tend toute grande ville. La croissance substantielle des populations immigrées dans des villes apparemment «post-industrielles» comme New York ou Londres est le résultat direct de cette demande [8].

Dans le cas de Pékin, les conditions structurelles imposées par l’économie offrent peu d’options. Soit les travailleurs sont délocalisés plus loin, soit l’économie commence à connaître une pénurie de main-d’œuvre qui aura des effets sur les profits des entreprises de l’économie de base. Cette dernière se produit parce que, avec une pénurie de main-d’œuvre de « bas de gamme », le coût des services bas de gamme va commencer à augmenter. Au sein des entreprises, cela signifie que plus d’argent devra être alloué pour la partie de la masse salariale qui couvre les tâches non qualifiées. Dans l’économie en général, les travailleurs les mieux payés devront payer davantage pour les services de base. Cela peut entraîner à la fois une fuite des cerveaux (car les travailleurs qualifiés peuvent choisir de déménager dans d’autres villes) et / ou de nouveaux cycles d’agitation parmi les couches moyennes. Les pressions qui existent déjà parmi les «cols blancs» contribuent clairement au sentiment anti-migrant, comme mentionné plus haut. Si les boucs émissaires actuels pour cette colère sont déplacés, cependant, cette colère peut commencer à être dirigée vers le haut. Lorsque le bas de la hiérarchie s’érode, les couches moyennes se sentent perchées sur un vaste abîme, leur position devenant plus précaire et la structure de classe de l’économie plus évidente. Si le développement ultérieur des villes et des villages de l’intérieur permet réellement l’exil de masse de la «main-d’œuvre de bas de gamme», alors cela peut devenir un risque réel. Qui va nettoyer le gâchis alors?

Notes des traducteurs
[1] Bien sûr, les gens ont commencé à émigrer à Beijing pour travailler beaucoup plus tôt que dans les années 1980. Ce genre de déclaration – communément entendue dans les discussions chinoises et étrangères à travers le spectre politique – semble refléter un ensemble de croyances idéologiques sur les différences entre les époques Mao et post-Mao. Le grain de vérité est qu’entre 1960 et 1980 (à l’exception de 1967-1968), l’État a contrôlé plus strictement le mouvement de la population chinoise, permettant progressivement à plus de ruraux d’aller travailler dans les zones urbaines en fonction des pressions du marché et de leurs propre volonté des années 1980 à nos jours. Mais avant 1960, un tel mouvement était également courant, non seulement avant la création de la République populaire, mais aussi dans les années 1950, quand un demi-million de personnes ont déménagé à Beijing et que la population a triplé. (Pékin: De la capitale impériale à la ville olympique par Lillian M. Li, et autres, page 183.) Et les contrôles étatiques plus strictes dans les années 1960-1970 ne signifiaient pas la fin de la migration de main-d’œuvre mais simplement le remplacement des forces du marché volontaires avec l’allocation de l’Etat de la force de travail des zones rurales vers les zones urbaines (et vice versa) – souvent dans des conditions précaires comparables à celles vécues par les migrants à Beijing aujourd’hui.
[2] Le village de Zhejiang est un ghetto à Pékin où les migrants de la préfecture de Wenzhu, province du Zhejiang, se sont installés depuis les années 1980. Pour les études de ce ghetto, voir Strangers in the City: Reconfigurations de l’espace, du pouvoir et des réseaux sociaux dans la population flottante chinoise par Li Zhang (Stanford University Press, 2004), et Transcender Boundaries: Zhejiangcun, l’histoire d’un village migrant à Beijing par Xiang Biao (Brill, 2004).
[3] À moins que nous ne manquions quelque chose, nous soupçonnons que l’auteur confond le «travail intensif» avec la quantité absolue de travail absorbée, sinon cette affirmation ne semblerait pas logique, puisque la modernisation industrielle signifie généralement le contraire: devenir plus capitaliste (ou en termes marxistes, augmentant la composition organique du capital).
[4] Le «Singles Day» du 11 novembre était une fête mineure et facétieuse observée par une poignée de jeunes citadins chinois jusqu’à ce qu’Alibaba la transforme en la Chine et maintenant le plus grand événement commercial (en volume des ventes) au cours des dernières années. Le compte à rebours de l’entreprise est un événement télévisé majeur mettant en vedette des célébrités internationales. Pharrell Williams et Nicole Kidman ont participé au Gala de Shanghai l’an dernier.
[5] Dans le passé, les propriétaires de magasins et de restaurants – qui sont souvent des migrants – ont pu obtenir des licences commerciales légales pour opérer dans ces zones. Au lieu de révoquer les licences, les entrées et les fenêtres sont murées, ce qui rend leur fonctionnement difficile. Lorsque leurs licences expirent, les propriétaires sont expulsés. Là où ils finiront par aller et ce qu’ils vont faire n’est toujours pas clair.
[6] Suite à la confiscation de fourneaux à charbon dans le village de Zhouzhou, dans le cadre de la campagne anti-smog de Beijing, de nombreuses maisons ont été laissées sans chauffage adéquat à des températures inférieures à zéro. Voir: https://www.theguardian.com/world/2017/dec/04/poor-bear-brunt-beijing-coal-cleanup-with-no-heating-at-6c
[7] La ​​situation dans l’après-Brexit Royaume-Uni, souffrant de pénuries de main-d’œuvre (en particulier dans l’agriculture et parmi le personnel hospitalier), indique déjà ce qui pourrait arriver dans les villes chinoises de premier niveau. Mais cette pénurie de main-d’œuvre est un phénomène complexe qui dépasse le sentiment d’insécurité que les migrants ressentent vis-à-vis de leur statut futur au Royaume-Uni et qui est également lié à la dévaluation de la livre, à une baisse des salaires réels UE. Voir: https://www.nytimes.com/2017/12/16/world/europe/britain-european-union-farming-immigration-labor-shortage.html ethttps://www.theguardian.com/society/ 2017 / nov / 02 / european-nurses-sages-femmes-part-uk-nhs-brexit-vote
[8] Il y a eu de nombreuses études sur ce phénomène, mais deux textes clés sont: Saskia Sassen, The Global City: New York, Londres, Tokyo, 1991, Princeton University Press. Et: Michael Piore, Oiseaux de passage: les travailleurs migrants et les sociétés industrielles, 1979, Cambridge University Press.

  1. Pas encore de commentaire