Archive

Archives pour la catégorie ‘Du coté de la théorie/Around theory’

À paraître aux éditions ENTREMONDE, collection « SENONEVERO »: « L’Émeute prime – La Nouvelle Ère des soulèvements »

16/04/2018 un commentaire

L’annonce de la parution de la traduction du livre de Joshua Clover est l’occasion d’annoncer une fusion récente: les éditions SENONEVERO ont rejoint les éditions ENTREMONDE et en sont donc, aujourd’hui, devenues une collection. Tout le catalogue de SENONEVERO, passé et à venir, est donc a retrouver ici. La page est en construction mais annonce déjà la sortie du bouquin que nous présentons ici et qui va faire l’objet d’une tournée avec l’auteur au mois de juin, dont nous publierons rapidement les dates et lieux en France et en Belgique. A suivre donc.

Dans la collection— senonevero

« L’émeute est géné­ra­le­ment négli­gée par les marxis­tes, taxée d’apo­li­tisme et ren­voyée à l’ins­tant pur, à la spon­ta­néité. Joshua Clover s’atta­che à la théo­ri­ser et à com­pren­dre la suc­ces­sion des formes de contes­ta­tion dans la longue durée. Quand le capi­ta­lisme appa­raît, l’émeute est la forme de lutte domi­nante, s’atta­quant à la cir­cu­la­tion des mar­chan­di­ses. Puis, au moment de la révo­lu­tion indus­trielle et jusqu’à l’immé­diate après-guerre, la grève lui suc­cède, avec cette fois la sphère de la pro­duc­tion en ligne de mire. Depuis les années 1960 à 1970, une période mar­quée par la désin­dus­tria­li­sa­tion, le chô­mage de masse et le ralen­tis­se­ment de l’accu­mu­la­tion en Occident, l’émeute rede­vient la forme de contes­ta­tion par excel­lence ; cette émeute nou­velle, c’est l’émeute prime. Lire la suite…

« Cyber-Marx » Entretien avec Nick Dyer-Witheford

14/04/2018 Aucun commentaire

Texte paru dans la revue « Période »

On déclare souvent en grande pompe que les technologies de l’information et de la communication annoncent la fin du travail, et par conséquent la disparition du prolétariat. C’est à cette nouvelle illusion générée par le capitalisme que s’oppose Nick Dyer Witheford en rendant compte de la formation de « populations excédentaires » à une échelle inconnue jusqu’alors. Il n’y a pas substitution du travail immatériel (capitalisme cognitif) à sa forme classique, matérielle, mais dualisation : la technologie ne conduit pas à l’anéantissement de la composition de classe, mais à sa reconfiguration. Il s’agit dès lors de penser l’articulation des formes d’exploitation et, par là même, le devenir des luttes des « cyber-prolétaires ».

Lire la suite…

Carbure : « Printemps 2018 : sur les mouvements sociaux et la défense du service public »

02/04/2018 3 commentaires

Dernier texte mis en ligne sur le blog « Carbure  Lutte des classes / Guerre civile / Communisation

Printemps 2018 : sur les mouvements sociaux et la défense du service public »

Depuis une trentaine d’années en France, toute la conflictualité sociale paraît devoir s’exprimer à travers les luttes de la fonction publique, par le biais de grandes grèves orchestrées par les syndicats, dans ce qu’on appelle des mouvements sociaux. La plupart de ces mouvements ont eu pour enjeu de s’opposer à une réforme touchant le service public, ou la gestion par l’Etat de différents éléments ayant trait à la reproduction globale de la force de travail (assurance chômage, sécurité sociale, retraites, etc.).

Il y a à cela tout un ensemble de raisons, qui ont été mille fois analysées, qui vont du poids effectif et du rôle idéologique qu’a pris le service public dans ce vieil Etat-nation à l’organisation centralisée depuis le Moyen Age qu’est la France, jusqu’à l’affaiblissement des syndicats du secteur privé, résultat des transformations sociales du capital dans sa forme la plus récente, qui ont fait du secteur public le dernier bastion de luttes ouvrières massives. Lire la suite…

Il Lato Cattivo : « Photos à travers la vitre « (deuxième partie)

31/03/2018 Aucun commentaire

 Nous continuons la traduction de ce long texte de 18 pages sous la forme d’épisode apériodique.

Merci à Amparo pour la traduction et Robert pour la relecture

Mots d’hier, mots d’aujourd’hui

Le rejet de la notion de « période de transition », de « socialisme inférieur », de « programme » etc. qu’intègre le concept de communisation n’équivaut pas à nier le caractère processuel du passage révolutionnaire ou la médiation temporelle que celui-ci nécessairement comportera, comme si une sorte de paradis communiste déjà tout prêt pouvait tomber du ciel d’un jour à l’autre. La destruction des rapports capitalistes à l’échelle mondiale durera certainement quelques dizaines d’années, peut-être plus. Parler de communisation signifie nier que le passage au communisme puisse être victorieux sans tendre nettement et d’emblée à la négation de tels rapports. Plus précisément, cela signifie nier toute actualité et valeur révolutionnaire à toutes les formes crypto-marchandes envisagées et parfois pratiquées par les trois courants du socialisme historique (marxisme, anarchisme et syndicalisme révolutionnaire), afin de substituer – ne serait-ce que de façon provisoire, après la conquête ou la suppression de l’État – les rapports de production et de distribution capitalistes (système des bons de travail, échange de produits entre entreprises auto-gérées, etc.). Bien que cela puisse sembler tautologique, le passage au communisme ne proviendra de rien d’autre que du communisme lui même, c’est-à-dire du fait que des masses humaines suffisamment importantes auront commencé à produire sans aucune contrepartie matérielle ou monétaire. Contrairement à l’idée que s’en fait le bon sens commun, c’est seulement sur cette base que pourra émerger une consommation également libre de toute contre partie, c’est à dire « gratuite ». Une telle transformation ne peut attendre d’avoir vaincu militairement telle ou telle autre fraction de la classe capitaliste, dans telle ou telle autre partie du globe, et encore moins de l’avoir vaincu à l’échelle mondiale. La destruction intégrale de l’appareil d’état bourgeois (parlement, gouvernement, administration, armée, police) et la dispersion de ses soutiens à l’intérieur de la population (corps intermédiaires etc.) ne peut se produire que de façon simultanée et liée à la véritable « expropriation des expropriateurs », laquelle ne se décrète pas comme un acte de vente ou une nationalisation (en tous cas un changement de propriété juridique), mais se pratique matériellement par l’expropriation de tout ce qui sert à la vie et à la lutte des prolétaires insurgés. Pour vaincre, ceux-ci sont contraints de nier leur condition de « sans réserves » : s’ils restent tels quels – insurgés mais à mains nues, et séparés des moyens pour vivre – ils sont déjà morts. Le concept de communisation – différent en cela de celui de socialisation (des moyens de production)  – n’indique ni une transformation pacifique et/ou graduelle, ni un acte de nature juridique, inhérent aux seuls rapports de propriété : on se réfère clairement à un contexte insurrectionnel, de déchaînement de la violence (y compris armée), et à un chamboulement dans la manière de reproduire la vie matérielle dans son sens le plus « terrestre » qui soit.

Lire la suite…

« Race et nouvelle droite »

31/03/2018 Aucun commentaire

Nous relayons ce texte du site DDT 21 au sujet de la race car il nous parait d’actualité dans le contexte des débats qui traversent le « milieu » de la communisation , entre autres !!

Ce texte a les inconvénients de ses avantages : bien documenté il comporte un intérêt historique certain mais présente l’inconvénient majeur d’éclairer un épisode de la lutte des classes sous un angle trop exclusivement discursif : l’importance ou l’influence des idéologies et théories diverses sur le cours historique des rapports de classes.

C’est un parti pris de départ, l’auteur n’avance pas masqué,  et ce n’est pas critiquable en soi. Disons que nous sommes d’autant plus impatients de l’arrivée du texte de la revue Théorie Communiste sur le sujet de la racialisation, texte annoncé depuis des mois et qui semble sur le point d’être publié…..

https://ddt21.noblogs.org/?page_id=2004

Le PDF

 

La théorie de la communisation et la question du fascisme

30/03/2018 Aucun commentaire

Nous avions publié ce texte en novembre 2012  mais dans sa version originale anglaise avec une présentation.  

Voici la version française parue sur le site « Agitations »

La théorie de la communisation et la question du fascisme

Texte original extrait du n°12 de la revue anglophone Datacide

Cherry Angioma, 20 octobre 2012

Cela fait maintenant plus de 5 ans que la crise financière a débuté et que l’austérité et l’insécurité progressent sans répit. Ni la vieille gauche des partis et des syndicats ni les mouvements sociaux plus récents davantage portés sur l’action directe ne semblent à même d’y proposer une solution. A la recherche de nouveaux chemins pour analyser la crise et offrir la possibilité d’une vie au-delà du capitalisme, le concept de « communisation » est devenu un enjeu théorique de plus en plus débattu. Lire la suite…

Revue Chuang : « Ajouter  l’outrage à la blessure: les expulsions de Pékin et le discours sur la «population bas de gamme»

23/03/2018 Aucun commentaire

Article paru sur la revue chinoise Chuang à propos des expulsions des migrants dans les grandes villes, comme Pékin
Nous avons traduit uniquement le commentaire

Commentaire de Chuǎng

Après l’incendie mortel du 18 novembre et le dégagement de masse subséquent des quartiers satellites de Pékin, le terme «population bas de gamme»  est devenu le centre d’un débat national sur la place des migrants des zones rurales vivant dans les  centres urbains chinois. Bien que ce terme soit à l’origine utilisé par l’État, il est devenu si populaire et de connotation si critique que les censeurs sont intervenus sur plusieurs plates-formes de réseaux sociaux pour en limiter l’utilisation. L’objectif était de faire échanger les réseaux sociaux sur le caractère des relations entre les différentes strates dans les zones urbaines et la direction des projets de développement dans les plus grandes villes de Chine.
Lire la suite…

Carbure : « Questions et réponses sur le prolétariat, l’alternative et la communisation « ici et maintenant »

17/03/2018 Aucun commentaire

Dernier texte mis en ligne sur le site Carbure Lutte des classes / Guerre civile / Communisation

Ce qui suit est extrait d’un échange de mails avec un lecteur de ce blog.

TF : (…) Si je partage vos remarques à propos des limites des alternatives, je ne comprends pas vraiment ce que signifie « c’est le prolétariat qui fait la révolution qui abolit des classes ». Qui est donc ce prolétariat ?

Si votre citation (1) à propos du rapport de production signifie que c’est ne rien avoir compris des dynamiques dans lesquelles nous sommes pris que de croire qu’on peut décréter en un lieu restreint un nouveau rapport social voire une nouvelle ontologie, alors je crois que nous sommes d’accord. Nous n’avons nullement cette prétention. Mais si toute action issue de ce monde hériterait forcément des travers de sa filiation (le sujet, le rapport social, etc) alors de quelles extériorités pourraient bien provenir si immédiatement, si globalement cette communisation ? Le prolétariat lui-même où en tout cas ceux qui le constituent,  est-il extérieur au capitalisme ?

La communisation ne pourrait-elle pas être une, la, pratique qui détruirait le capitalisme ? (Reste encore à en définir précisément les contours car la plupart du temps toute communisation partielle n’en est pas vraiment une puisque évidemment elle est absorbée.) Lire la suite…

Hic Salta – Communisation : « Ménage à trois dans la lutte de classes : Episode 7 – Tunisie 2011 : entre révolte fiscale et droit au développement

12/03/2018 Aucun commentaire

Episode 7 – Tunisie 2011 : entre révolte fiscale et droit au développement

Nous abordons maintenant le cas de la Tunisie, pays où la « révolution de jasmin » éclate en décembre 2010. Elle ouvre la période dite des printemps arabes. Par rapport aux cas que nous avons traités jusqu’à présent, elle présente la caractéristique d’être franchement interclassiste. Rappelons quelques dates : en décembre 2010, la révolte éclate à Sidi Bouzid après le suicide par le feu de Mohamed Bouazizi. Elle se répand rapidement dans les villes avoisinantes, puis dans tout le pays jusqu’à Tunis même. Le 14 janvier, Ben Ali s’enfuit. Son premier ministre, Mohamed Ghannouchi1, le remplace provisoirement. Il reste premier ministre de deux gouvernement successifs (14-17 janvier 2011 ; 17 janvier-27 février 2011). Il est contraint de démissionner par des manifestations massives et le deuxième sit-in de la Kasbah (place du centre de Tunis où se trouve le siège du gouvernement). La situation ne s’est jamais stabilisée depuis 2011. Les gouvernements qui se sont succédés, d’abord dominés par les islamistes d’Ennahda, puis contrôlés par les « sécularistes » de Nidaa Tounès (parti qui regroupe beaucoup d’anciens ben-alistes) ne sont jamais parvenus à une formule de gestion unifiant les fractions socio-régionales antagoniques du capitalisme tunisien, Tunis et le Sahel d’un côté, l’intérieur et le Sud de l’autre. Ce blocage a provoqué de multiples émeutes, manifestations, grèves et sit-ins dans tout le pays, et a finalement abouti à l’explosion générale de janvier 2018. Lire la suite…

Il Lato Cattivo : « Photos à travers la vitre « (première partie)

09/03/2018 Aucun commentaire

En septembre dernier nous avons publié l’introduction du texte des camarades de « Il Lato Cattivo ».

En raison de nos modestes forces de traduction, nous continuons la traduction de ce long texte de 18 pages sous la forme d’épisode apériodique.

Merci à Amparo pour la traduction et Robert pour la relecture

Introduction

Au cours des quatre rencontres consacrées à la présentation du deuxième numéro de « Il Lato Cattivo », nous avons tenté d’esquisser les contenus de la revue, ainsi que son orientation générale sous-jacente, de la façon la plus synthétique et adéquate à l’exposition orale. La forme même de la rencontre publique imposait un travail d’écrémage sur les matériaux de départ ; il en est ressorti un digest sûrement schématique et assez appauvri : pour dire tout ce qu’on aurait voulu dire, il nous aurait fallu une journée entière ; et pour le dire de la façon la plus satisfaisante, il aurait fallu de nouveau avoir recours à la parole écrite – qui a certainement beaucoup de défauts, mais permet une marge de réflexion et une recherche de la bonne formule que la parole parlée ne concède pas. L’exercice s’est révélé tout de même stimulant. Il en a été ainsi pour ceux qui se sont préparés et ont exposé, et – on l’espère – également pour ceux qui ont eu la patience d’écouter. Quoi qu’il en soit, le brouillon initial a été ultérieurement retravaillé en tenant compte, d’une part, des évolutions les plus récentes intervenues à différents niveaux et, d’autre part, des interventions faites par certains camarades au cours des rencontres – questions et remarques qui nous ont parues justifier des éclaircissements et des précisions ultérieures, ou tout simplement la reformulation écrite des réponses déjà fournies à l’occasion des présentations. Ce qui suit est donc un petit condensé des rencontres de novembre 2016 (Turin et Milan) et mars 2017 (Rome et Viterbe), de ce qui y a été dit et des réactions suscitées. Nous espérons qu’il s’avère utile, aussi bien pour ce ceux qui étaient là que pour ceux n’y étaient pas. Lire la suite…

Trésor de guerre

24/02/2018 Aucun commentaire

DDT 21 : « A propos de l’agression de l’armée turque sur le canton d’Afrin »

22/02/2018 Aucun commentaire

Texte paru sur le site des camarades de DDT 21

Depuis le 20 janvier la Turquie a lancé l’opération « Rameau d’olivier » contre l’enclave kurde d’Afrin avec l’appuie de plusieurs milices islamistes syriennes (dont certaines portant l’étiquette ASL). L’offensive turque n’est pas une surprise : les accrochages entre YPG et pro-Turcs étaient monnaie courante depuis des mois, et depuis plusieurs semaines l’armée turque déployait des troupes et du matériel autour de l’enclave. De leur côté les YPG s’y préparaient en construisant fortifications et tunnels sur leurs frontières. Lire la suite…

Revue CHUANG : « L’Ermite et l’Empire: la Chine après l’effondrement du régime de développement »

15/02/2018 Aucun commentaire

La revue CHUANG continue sa très intéressante analyse de l’intégration de la Chine dans le cycle mondial du Capital.

L’article ci-dessous est un extrait du deuxième numéro de Chuǎng, « Red Dust », dont la sortie est prévue pour 2018. Il s’agit d’une version légèrement modifiée de l’introduction de la deuxième des trois parties de notre histoire économique de  la Chine, la première ayant exploré la montée du régime de développement socialiste. Seront également inclus dans le numéro d’autres articles originaux, des interviews, des traductions et des articles sur le territoire frontalier de la Chine et la région large.


L’Ermite et l’Empire
La Chine après l’effondrement du régime de développement

Lire la suite…

Vient de paraître : « MAI-68 À LYON »

11/02/2018 Aucun commentaire

« Nous avons bien été battus, mais nous ne voulions pas non plus « gagner » ; ce que nous voulions, c’était tout renverser … ».


Ni témoignage ni travail d’historien, Mai-68 à Lyon est le récit circonstancié et argumenté de ce mouvement par l’un de ses protagonistes, alors membre du Mouvement du 22 mars lyonnais et actuellement co-directeur de la revue Temps Critiques.

Lire la suite…

Notes sur le nationalisme grec et la Macédoine

24/01/2018 Aucun commentaire

Traduction d’un texte publié sur le site ami grec « ALERTA COMUNISTA »

Notes sur le nationalisme grec et la Macédoine

Le dimanche 21 janvier 2018, environ 30.000 personnes ont manifesté à Thessalonique, en Grèce, contre le fait d’appeler «  Macédoine » la République de Macédoine. Sur la banderole de tête de la  manifestation : « la Grèce n’est pas à vendre parce que c’est la propriété de Jésus ». Pendant la manifestation, les nationalistes ont attaqué deux squats à Thessalonique, brûlant complètement l’un d’entre eux (heureusement, personne n’était à l’intérieur). Ils ont également mis une bombe la veille dans un autre squat, causant seulement des dommages mineurs à la porte. Dans l’attaque qui a conduit à l’incendie du squat, ont participé certains hooligans du PAOK FC, dont les fans se décrivent généralement comme des antifascistes. Quelques mois avant ces événements, des hooligans du PAOK avaient également attaqué des immigrés pakistanais à Athènes, en Grèce.

Lire la suite…

Hic Salta – Communisation : « Ménage à trois dans la lutte de classes Episode 5 »

22/01/2018 Aucun commentaire

Episode 5 : Iran 2009 – Faux printemps

Nous abordons maintenant un premier cas de révolte où la classe moyenne salariée se trouve pratiquement seule face à l’État. Bien que bref, le Mouvement Vert du printemps 2009 en Iran a été massif, déterminé, et très coûteux pour la CMS, en termes de tués, de prisonniers, de torturés. La rage et la détermination des enfants de la classe moyenne de Téhéran (principalement) n’ont cependant pas produit de grand changement dans la société iranienne. Au moment où nous finissons cet épisode, une nouvelle révolte éclate en Iran (décembre-janvier 2017-18). Il est trop tôt pour évaluer son impact, mais on peut dire tout de suite que les révoltés ne sont pas les mêmes qu’en 2009. Le soulèvement d’aujourd’hui est qualitativement différent de celui de 2009 (on y reviendra).

Lire la suite…

« Pour une critique de l’« homosexualité », le dernier épisode de la série « Homo»

20/01/2018 Aucun commentaire

« Pour une critique de l’« homosexualité », le dernier épisode de la série « Homo », est en ligne sur le blog DDT21.

« Dans la présentation de cette série, nous demandions pourquoi le capitalisme, au lieu de voir seulement dans les amours entre hommes etentre femmes des pratiques sexuelles (auparavant souvent réprimées et toujours marginales), avait inventé l’« homosexualité » comme réalité à part, ensuite comme question à résoudre. Notre but n’était pas d’écrire une nouvelle histoire de l’homosexualité, mais d’éclairer quelques moments significatifs dans le développement d’une « construction sociale ». Au terme de ce voyage dans le temps et dans l’espace, nous verrons comment, vers la fin du XXe siècle, l’homosexualité a pu devenir une source d’identités imaginaires, un enjeu social et politique capable de mobiliser des opinions, des gouvernements, des militants et parfois même des foules. »

 

La suite ici : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1935

Le texte en PDF ici :
https://ddt21.noblogs.org/files/2017/12/Pour-une-critique-de-l%E2%80%99%C2%AB-homosexualit%C3%A9-%C2%BB.pdf

Une petite recension du livre de Jan Makhaïski, « Le socialisme des intellectuels »

26/12/2017 Aucun commentaire

Une petite recension du livre de Jan Makhaïski, « Le socialisme des intellectuels » par Lola Miesseroff est en ligne sur le blog DDT21. 

« À la jonction entre les XIXe et XXe siècles, le révolutionnaire polonais Jan Makhaïski (1866-1926) entendait démontrer que les « travailleurs intellectuels », ceux qui sont rétribués pour penser (ingénieurs, gestionnaires, comptables, professeurs, journalistes, écrivains…), constituent une fraction de la bourgeoisie aux intérêts de classe opposés à ceux des ouvriers. Grâce à leurs études, payées par une partie des dividendes du travail des ouvriers, ils acquièrent un capital de connaissance qu’ils vont mettre au service de l’entreprise ou de l’État. Les diverses fonctions de gestion, de contrôle, d’encadrement, de « dressage » du prolétariat qu’ils occupent ensuite les situent du côté de la classe dirigeante. C’est aussi cette intelligentsia qui fournit au capital l’idéologie du progrès nécessaire à sa croissance, d’où naît une « nouvelle classe moyenne » bénéficiant d’une partie du « profit national net… ».

LIRE LA SUITE ICI : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1885

DDT21 : « Califat et barbarie : la lutte finale ? »

19/12/2017 un commentaire

Nouvel article de Tristan Leoni sur l’État islamique et le conflit syro-irakien avec au programme la fin de Daech, la reconstruction de la Syrie, la rivalité russo-américaine, l’expansion militaire du Rojava, etc.

« Peut-on lire dans les ruines comme dans les lignes de la main ? La capitale politique de l’État islamique (EI) est tombée le 17 octobre 2017, épilogue annoncé d’une bataille qui a véritablement débuté quatre mois plus tôt. Pourtant, pas de foule en liesse dans les rues pour accueillir les libérateurs, et pour cause. […] L’effondrement de l’EI semble refermer une parenthèse, celle de l’affrontement entre le Mal et le reste du monde ; désormais, l’actualité syrienne sera celle du conflit initial, cette guerre civile qui a mis fin et fait suite à la contestation sociale de 2011. En dépit des années d’un processus de libanisation qui a vu s’affronter des centaines de milices et groupes armés plus ou moins soutenus par des puissances étrangères, le conflit touche à sa fin. Les prolétaires avaient eu le choix entre se faire tout petits, émigrer ou choisir un camp (le métier de soldat, le seul en tension dans la région, ayant l’avantage de fournir un salaire et un repas). Mais, désormais, la normalisation approchant, chacun se prépare à une exploitation plus rationnelle et plus classique de toute cette main-d’œuvre qu’on imagine docilisée par des pluies de bombes et de ruines. »

LA SUITE ICI : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1906

L’ARTICLE EN PDF AU FORMAT A4 :
https://ddt21.noblogs.org/files/2017/12/Califat-et-barbarie-La-Lutte-finale.pdf

Les articles précédents :

« Califat et barbarie » première partie (décembre 2015) :
https://ddt21.noblogs.org/?page_id=667
« Califat et barbarie » deuxième  partie (décembre
2015) :https://ddt21.noblogs.org/?p=727
« Califat et barbarie : En attendant Raqqa » (juillet 2016) :
https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1030

 

DDT 21 « Homo : entretiens avec deux prolétaires »

06/12/2017 Aucun commentaire

Dernier texte mis en ligne sur le blog DDT21

L’épisode 13 de la série Homo est composé de deux entretiens ; il est en ligne sur le blog DDT21.

«  Avant d’aborder le chapitre final de la série Homo, il nous a paru utile de publier la transcription d’entretiens réalisés avec une infirmière et un ouvrier qui, tous deux, ont des pratiques homosexuelles. Nés à la fin du XXe siècle, comment ces prolétaires vivent-ils aujourd’hui leur sexualité et, notamment au travail, ces catégories de gay et lesbienne ? Quid du mariage pour tous, de la PMA et de la GPA ? Nous n’avons pas choisi Alix et Fabrice parce qu’ils nous paraîtraient « représentatifs » mais, tout simplement, parce que ce sont des amis. »

La suite du texte ici :

https://ddt21.noblogs.org/?p=1845

Les deux entretiens en PDF ici :

https://ddt21.noblogs.org/files/2017/12/LES-DEUX-ENTRETIENS.pdf

« Principe d’incertitude, lutte des classes et théorie »

23/11/2017 3 commentaires

Dernier texte mis en ligne sur le blog Carbure

CARBURE /Lutte des classes / Guerre civile / Communisation

Aux débuts de la physique contemporaine, Heisenberg formula le fameux « principe d’incertitude », mieux nommé « principe d’indétermination », qui postule qu’on ne peut connaître simultanément la vitesse et la position d’une particule donnée. Si par métaphore nous devions reprendre ces termes, le principe d’indétermination propre à notre démarche théorique pourrait se résumer en ceci qu’il nous est devenu impossible de saisir simultanément la situation objective du prolétariat dans le capital et son devenir révolutionnaire, alors même que c’est la tâche théorique que nous nous sommes assignés. Cette impossibilité est similaire à la situation de la classe elle-même, à son impossibilité propre. La théorie de la communisation est une théorie de la rupture, elle ne peut être scientifique : elle est emportée dans le mouvement de son objet et contient toutes les contradictions et les apories qui lui sont propres. La fin de son objet est sa fin propre. C’est une théorie aussi impossible que l’est le prolétariat, cette impossibilité est l’objet de ce texte.

Lire la suite…

Nouvelles notes de lecture sur « Théorie Communiste, la soute »

27/10/2017 Aucun commentaire

Notes sur les Marches

1983 et 1984

  • Christian Delorme : La Marche, éd. Bayard
  • Salika Amara : La Marche de 1983, éd. FFR (Filles et Fils de la République)
  • Michelle Zancarini–Fournel : Les luttes et les rêves, éd. La Découverte, pp. 871 à 878.
  • Collectif : Convergences 84, la ruée vers l’égalité, éd. Mélanges
  • Catherine Wihtol de Wenden : Ruptures postcoloniales, p. 258, éd. La Découverte (la réapparition de la citoyenneté)
  • Ahmed Boubeker : Ruptures …, Les Minguettes et la Marche, pp. 268 et sq, éd. La découverte.
  • Houria Bouteldja : Les Blancs, les Juifs et nous, pp.110 et sq., éd. La Fabrique et Sadri Khiari : La contre- révolution coloniale en France, pp.105-111, éd. La Fabrique

Les Marches (malgré leurs différences) entérinent le passage du travailleur immigré à l’immigré comme autre culturel (mais un « autre » paradoxal : une « reconnaissance » – et un enfermement – d’une altérité essentielle à l’intérieur de la négation de l’altérité au nom « l’universalisme républicain », « l’autre » est perdant à tous les coups). Lire la suite…

La Catalogne dans le moment populiste

11/10/2017 un commentaire

le dernier texte mis en ligne sur le blog « Carbure »

La Catalogne dans le moment populiste

Le 1er octobre 2017, en Catalogne, des masses de gens ont bravé la police afin d’aller voter, et se sont trouvés confrontés à la répression pour avoir participé à un référendum organisé par leur gouvernement, et déclaré inconstitutionnel par l’Etat espagnol. L’image de personnes pacifiques, traînées au sol et battues par la Guardia civil dans le cadre familier d’une école servant de bureau de vote a en effet de quoi choquer. Ce référendum a dès lors pris l’aspect d’un « soulèvement démocratique » au cœur de l’Europe (quoi de plus démocratique qu’un référendum ? et qu’un pays européen ?) plongeant dans l’embarras y compris ceux qui y étaient opposés, de Podemos aux instances de l’Union européenne. On peut facilement condamner des politiciens ou des partis extrémistes, mais l’organisation du référendum est parvenue à donner l’image d’un peuple allant pacifiquement voter, ce qui est au fondement idéologique de l’Etat moderne, et brutalement réprimé par son propre Etat.

Lire la suite…

Ménage à trois dans la lutte de classes : Episode 4

10/10/2017 Aucun commentaire

 La « commune » de Oaxaca

Après avoir examiné le mouvement de 2016 contre la Loi Travail, il convient d’élargir notre regard à l’international. Il nous faudra reconstruire, au moins partiellement, la mosaïque des luttes les plus significatives qui ont eu lieu un peu partout dans le monde après la crise de 2008. Selon les cas, et à peu d’exceptions près, ces luttes ont été interclassistes ou n’ont concerné que la CMS. Elles ont touché les aires centrales de l’accumulation aussi bien que les aires semi-périphériques et périphériques, mais c’est dans ces aires semi-périphériques qu’elles ont été les plus dures et les plus massives. On en retrouve une puissante anticipation dans un mouvement qui s’est déroulé peu avant le tournant de la dernière crise, dans l’état de Oaxaca (Mexique) en 2006. C’est donc par la «commune» de Oaxaca que nous commençons cet aperçu international. lire la suite…

 

A propos de l’article CATALOGNE : PRENDRE PARTI DANS UNE SITUATION ÉTRANGE

02/10/2017 un commentaire

Une critique publiée sur la page facebook d’AC d’un texte paru sur le site https://lundi.am/

« C’est ce « n’importe quoi peut arriver » avec lequel nous ne serons jamais d’accord. Dans une situation, aussi confuse soit-elle, il peut arriver beaucoup de choses, et même des choses imprévisibles, mais jamais « n’importe quoi », ou alors on se met à croire aux miracles. En l’occurrence, ce qui se produit en Catalogne produira peut-être rien, peut-être un tournant autoritaire en Espagne, peut-être un État catalan libéral qui comprendra peut-être, à la faveur des recompositions politiques à l’œuvre, un volet « social », mais sûrement pas, dans l’état actuel des choses, une mouvement tendant à abolir les rapports sociaux capitalistes. Ca n’est tout simplement pas ce qui est en jeu, car ce qui est en jeu, c’est bel et bien l’indépendance de la Catalogne, et les espoirs et les oppositions qu’elle suscite. Que cette indépendance ait des contenus divers selon les acteurs, c’est-à-dire qu’elle reflète les luttes de classes en Espagne et en Catalogne, c’est évident. Mais on ne peut pas, à la faveur d’une sorte de « matérialisme aléatoire » venu de nulle part, se noyer dans un supposé infini des possibles. On peut descendre dans la rue si on considère que là est notre place, mais ça n’implique pas forcément de se bercer d’illusions (surtout dès lors que l’on sait que  » le plus probable est que chaque opposant réalise ce qu’on attend de lui »), et encore moins de considérer que par magie, le vote en faveur d’un État puisse aboutir à autre chose qu’un État. Prendre les luttes au sérieux, c’est aussi éviter de leur faire dire ce qu’elles ne disent pas. La bourgeoisie fournit assez d’idéologues dont c’est le métier de faire mourir les révoltes dans les urnes pour venir y ajouter des contributions bénévoles. »

AC

CATALOGNE : PRENDRE PARTI DANS UNE SITUATION ÉTRANGE

https://lundi.am/PRENDRE-PARTI-DANS-UNE-SITUATION-ETRANGE

Brésil « la vie quotidienne prend les contours de la guerre asymétrique »

01/10/2017 Aucun commentaire

Texte publié dans le  LARB Print Quarterly Journal

https://lareviewofbooks.org/article/heliopolis-and-helipad#

traduction dndf

Je pense souvent à Daslu, le grand magasin de São Paulo qui, dit-on, n’a pas de portes. On y entre par le garage ou en hélicoptère, par le toit. On dirait un putain de film de James Bond! Quand j’en ai entendu parler, cela m’a évoqué une occasion manquée pour Fredric Jameson, qui fonde «Le postmodernisme, ou la Logique culturelle du capitalisme tardif » sur L’hôtel Bonaventure de Los Angeles et en particulier sur son « non-accès », une caractéristique qui commence par le défi d’entrer dans l’hôtel depuis la rue. Vous désirez ne pas être identifié? Vous désirez éviter le trafic piéton? Vous devez vraiment voir Daslu.

Mais ce n’est pas tout à fait vrai. A certains égards, le magasin correspond à la description de Jameson. Il se distingue de la ville qui l’entoure, une caractéristique que Jameson identifie de différentes façons au modernisme et postmodernisme. Son intérieur est conçu de façon extravagante. Et pourtant, construit dans la carapace d’un ancien manoir, il ne caractérise pas vraiment l’hyperespace postmoderne que Jameson a pris comme allégorie du « grand réseau multinational de communications internationales et décentrées dans lequel nous nous trouvons pris individuellement». On ne force pas les analogies pour la simple raison que toute personne intelligente peut le faire. J’ai donc cessé de m’inquiéter du postmodernisme et de l’occasion manquée de Jameson.

Lire la suite…

Renouer avec l’Histoire. À propos de quelques propositions pour « aller au-delà du cortège de tête » et du regard porté sur nos actions.

23/09/2017 Aucun commentaire

texte trouve sur http://paris-luttes.info/renouer-avec-l-histoire-a-propos-8740

Renouer avec l’Histoire. À propos de quelques propositions pour « aller au-delà du cortège de tête » et du regard porté sur nos actions.

Pourquoi le mouvement contre la loi travail 2 ferait-il mieux que le précédent ? Que s’est-il vraiment passé au printemps 2016 ? Comment peut-on inscrire ces réflexions dans la situation actuelle, et comment définir cette situation ? Autant de questions dont les conclusions pourraient nous aider à formuler quelques réflexions stratégiques pour dépasser le cortège de tête autrement que par de belles formules…

La situation actuelle

Nous pensons que la question de savoir comment s’organiser est en elle-même dépassée. Si des formes d’organisations traversent nos luttes, les problématiques qu’elles peuvent impliquer ne deviennent réellement perceptibles que lorsqu’éclate ce que Bruno Astarian nomme « l’activité de crise » [1]. Alors, du moins pour le « mouvement réel » et pas pour la contre-révolution générée, l’organisation ne peut plus être que celle des tâches, « des mesures communistes » [2], que la lutte contraint d’elle-même et qui seront seules à même de parvenir, ou non, à générer à un niveau de masse de nouvelles formes de vies, de nouvelles manières de produire et de distribuer nos activités. Lire la suite…

Il Lato Catttivo : « Foto dal finestrino”

19/09/2017 Aucun commentaire

Il Lato Catttivo : « Foto dal finestrino”

Dernier texte mis en ligne par les camarades italiens

Seule l’’introduction a été traduite

Nous recherchons une/un camarade pour traduire les 18 pages du texte

 

 » Au cours des quatre rencontres consacrées à la présentation du deuxième numéro de  » Il latto cattivo « , nous avons tenté de dégager à larges traits le contenu du magazine, ainsi que l’orientation générale dont ils dérivent, de la manière la plus concise possible et adaptée à l’exposition orale. La forme même de la rencontre publique a imposé un travail d’écrémage sur les matériaux de départ ; il en a résulté un digest sans doute schématique et très appauvri : pour dire tout ce qu’on aurait voulu, il aurait fallu un jour entier, et pour le dire de la manière la plus satisfaisante, nous aurions dû recourir, une fois de plus, à la parole écrite, qui aura beaucoup de défauts, mais qui permet une marge de réflexion et une recherche de la bonne formulation, que le mot parlé ne donne pas. L’exercice s’est toujours révélé stimulant. Il l’a certainement été pour ceux qui l’ont préparé et exposé, et – espérons-le, même pour ceux qui ont eu la patience d’écouter. En tout état de cause, la piste initiale a été encore réélaborée en tenant compte, d’une part, des évolutions les plus récentes intervenues à différents niveaux et, d’autre part, des interventions faites par certains camarades au cours des rencontres – questions et observations pour lesquelles il a été estimé qu’il fallait apporter des éclaircissements et des précisions supplémentaires, ou simplement répéter par écrit les réponses déjà données lors de la présentation. Ce qui suit est donc un petit condensé des rencontres de novembre 2016 (Turin et Milan) et mars 2017 (Rome et Viterbo), de ce qui vous a été dit et des réactions suscitées. En fin de compte, nous espérons qu’il sera utilisable pour ceux qui y étaient, comme pour ceux qui n’étaient pas là. »

Versione pdf »

 

 

« Ménage à trois dans la lutte de classes », une réponse d’Hic Salta

12/09/2017 3 commentaires

 

Nous répondons ici au deuxième commentaire de Ben Malacki. Il soulève des réserves au sujet de nos thèses sur la classe moyenne salariée (CMS) qui sont destinées à être les plus courantes.

1) «La question est : comment différencier le sursalaire et marchandage de la force de travail pratiquement lorsque l’on décompose le salaire ? Poser théoriquement une césure nette entre sursalaire d’un côté et travail nécessaire de l’autre ça passe, dans la réalité définir cette frontière est plus difficile». Lire la suite…

Un livre : du capitalisme à la communauté humaine…

08/09/2017 3 commentaires

On ne nous a pas fait parvenir mais on informe

Un livre : du capitalisme à la communauté humaine UNE CLASSE pour LA RÉVOLUTION théorie communiste des luttes ouvrières, féministes, décoloniales et écologistes

pour qui ça intéresse, texte complet en ligne

http://civilisation-change.forumactif.org/t478-7-du-capitalisme-a-la-communaute-humaine-une-classe-pour-la-revolution-un-livre-en-quete-d-editeur

sommaire ci-dessous

remarques bienvenues par courriel à ici, ou sur mon compte tweeter par message privé : https://twitter.com/patlotch

transferts souhaités, on peu en faire une brochure, une version html et un PDF viendront. Je cherche aussi un éditeur…

merci et bons courages à toussétoutes,

Patlotch

Lire la suite…