Archive

Archives pour la catégorie ‘Du coté de la théorie/Around theory’

Hic-Salta communisation : Travail productif, question féminine et autres problèmes fâcheux. Réponse à «Temps Libre»

19/09/2021 Aucun commentaire

Travail productif, question féminine et autres problèmes fâcheux. Réponse à «Temps Libre»

La revue québécoise « Temps Libre » (TL) consacre son numéro deux à la question de l’analyse de classe. Dans ce cadre, elle consacre toute une section à notre livre Le Ménage à trois de la lutte de classe (Éd. L’Asymétrie, 2019). Après quelques brefs compliments, TL s’efforce de montrer que notre théorie de la classe moyenne n’est pas correcte. Voyons ce qu’il en est. Lire la suite…

A paraître « Épidémies et rapports sociaux » Editions de l’Asymétrie

11/09/2021 Comments off

Parution (date définitive) :  29 octobre 2021

Les séculaires questions « Que fait l’épidémie à la société ? Et que fait la société face à l’épidémie? » sont malheureusement redevenues d’une actualité brulante. Cette anthologie d’articles et de chapitres d’ouvrages, pour leur très grande partie inédits en français, portant sur un large spectre de pays et d’époques, soulignera la densité du problème et la richesse de la recherche sur ce pan encore trop négligé de l’histoire sociale.

SOMMAIRE

I Lèpre, exclusion et persécution

II Peste et contrôle social

III Variole et conquête

IV Choléra et révolte

V Tuberculose et exploitation

VI Syphilis et ordre moral

VII Fièvre jaune et différentiels d’immunité et de mortalité

VIII Paludisme et mobilisation

IX Grippe espagnole et patriarcat

X Sida et nouveaux activismes

« L’état de la peste »

02/09/2021 un commentaire

« L’état de la peste »

Traduction d’un article publié dans la revue « Brooklyn Rail »

Chuang est un collectif communiste international qui publie une revue éponyme et un blog. Leur contenu comprend des interviews, des traductions et des articles originaux sur l’ascension de la Chine à travers les décombres de l’histoire et les luttes de ceux qui y sont entraînés. Grâce à des années de recherche sur le terrain, le collectif a développé une analyse communiste incisive qui met l’accent sur les dimensions globales de l’expérience chinoise, sans être obscurcie par les débats du 20e siècle et soutenue par une attention constante aux conditions changeantes de la lutte prolétarienne en Chine et au-delà. Dans leurs interventions théoriques pertinentes et dans les ouvertures sur la vie quotidienne, visibles sur leur blog, le collectif a toujours mis l’accent sur les leçons pratiques pour les nombreuses batailles menées par les prolétaires à travers le monde aujourd’hui et dans un avenir proche.Pour ce numéro du Brooklyn Rail, Aminda Smith et Fabio Lanza ont interviewé Chuang à propos de leur premier livre, « Social Contagion and Other Material on Microbiological Class War in China », qui sortira en octobre dans le cadre d’une série de nouveaux titres de la maison d’édition historique Charles H. Kerr Publishing Company.
Lire la suite…

« À paraître le 10 Septembre 2021, à la rentrée ! »

29/08/2021 Aucun commentaire

Traduit de l’anglais par Léa Nicolas-Teboul

La pandémie de coronavirus, loin d’être un événement isolé, s’inscrit dans une série qui a toutes les chances de se poursuivre. D’un côté, l’élevage industriel, la déforestation massive et l’industrie du fast-food créent les conditions idéales pour la transmission inter-espèces de nouveaux virus. De l’autre côté, les systèmes de santé font les frais de plusieurs décennies de coupes budgétaires. En replaçant la pandémie de Covid-19 dans le contexte des catastrophes virales antérieures, notamment de la grippe espagnole et de la grippe aviaire H5N1, Mike Davis retrace les manquements des gouvernements, expose les effets de la restructuration néolibérale sur les risques épidémiques, et montre comment l’appât du gain freine la recherche et la prévention. Le monstre est parmi nous constitue un excellent ouvrage pour comprendre les racines de la pandémie actuelle et de celles à venir.

Mike DAVIS est ethnologue, sociologue et historien. Il débuta comme ouvrier des abattoirs, puis entreprit des études et s’intéressa au marxisme. Il a pu aborder de nombreux sujets, et notamment la lutte des classes à travers l’étude des problèmes fonciers de Los Angeles, le développement des bidonvilles et la militarisation de la vie sociale à travers les mesures sécuritaires. Il est actuellement professeur d’histoire à l’université de Californie à Irvine, membre du comité de rédaction de la New Left Review et collaborateur de la Socialist review, revue du Socialist Workers Party anglais. Auteur de nombreux ouvrages dont City of Quartz: Los Angeles, capitale du futur chez La Découverte, Petite Histoire de la voiture piégée chez Zones, ou encore Au-delà de Blade Runner : Los Angeles et l’imagination du désastre chez Allia.

« Le stalinisme de la canne à sucre »

18/07/2021 un commentaire

« Capitalisme d’État et développement à Cuba »

Le dimanche 11 de ce mois, une vague de protestations a débuté dans différentes villes cubaines. L’appauvrissement général, le manque de vaccins, les pannes d’électricité constantes, la situation sanitaire et la gestion par le gouvernement de la pandémie de coronavirus sont quelques-uns des facteurs les plus visibles à l’origine de ces journées de manifestations. Les secteurs de droite, surtout en dehors de l’île des Caraïbes, se précipitent pour tenter d’hégémoniser le mécontentement. Une grande partie de la gauche, pour sa part, soit condamne les masses qui sont descendues dans la rue, achetant en fait la version de droite, soit aussi, plus ou moins timidement, appelle à “plus de démocratie” et à une plus grande libéralisation de l’économie. Mais ce qui se passe à Cuba n’est pas étranger à la scène mondiale. Les révoltes sociales surgissent partout, car ce sont les conditions de vie imposées par la société capitaliste qui sont contestées par ces mouvements. Et, bien sûr, Cuba est aussi capitaliste que n’importe quelle région du monde. Lire la suite…

DDT 21 « Écologie / 08 / Cause perdue ? »

28/06/2021 Aucun commentaire

Écologie / 08 / Cause perdue ?

Un militant syndicaliste espagnol disait en 1922 : « si seulement nous avions pu nous emparer des moyens de production lorsque le système était jeune et faible, nous aurions pu le développer lentement à notre avantage, en faisant de la machine l’esclave de l’homme. Chaque jour que nous attendons rend les choses plus difficiles. »

Cent ans ont passé. Sans inversion à bref délai des tendances actuelles, l’augmentation moyenne des températures dépassera 2° au cours de notre siècle, les conséquences en seront catastrophiques, et les gouvernants y répondront par un mélange de déni, de réforme dérisoire et de répression aggravée. Serait-il déjà trop tard ? LIRE LA SUITE

« Dérives et embardées, l’écart intraduisible » Jasper Bernes

16/06/2021 Aucun commentaire

Traduction du dernier texte de la série sur la communisation de Jasper Bernes portant cette fois sur « la théorie de l’écart » développée par la revue « Théorie Communiste » dans son numéro 20 .

« Dérives et embardées, l’écart intraduisible »

Dans le sixième chapitre de cette série, j’ai abordé la notion d’écart de Théorie Communiste, la déviation (ou la faille) au sein de l’action de classe, et j’ai tenté d’en faire ma propre élaboration. La théorie de l’écart, on s’en souvient, tente de s’attaquer à l’insuffisance de l’auto-organisation en tant que telle. “L’auto-organisation est le premier acte de la révolution , la suite s’effectue contre elle” Concept véritablement dialectique, l’écart est à la fois la forme de ce dépassement et la faille, ou la brèche, qui doit être colmatée par celui-ci. Cette faille-écart, cette faille diagonale ou latérale, ai-je suggéré, pourrait être considérée comme l’autre organisation de l’auto-organisation, ou ce qui revient au même, l’auto-organisation de l’auto-organisation. En un mot, la théorie de la « déviation » révèle que le soi de l’auto-organisation est problématique, lié aux notions de droit, de propriété et d’appartenance qui sous-tendent le mouvement communiste mais que le mouvement du communisme devra défaire. Lire la suite…

« Le « populisme » des gilets jaunes, expression actuelle de la lutte des classes ? » Sortir du capitalisme

30/05/2021 Aucun commentaire

Une émission autour du « populisme » des gilets jaunes, et plus généralement du populisme « par en bas », comme expression actuelle de la lutte des classes – avec des membres du collectif stoff, auteur sur ce sujet d’un article dans leur revue.

L’émission (1 heure) comporte :

Une définition du populisme d’en bas comme expression des rapports de classe contemporains, caractérisés par une disparition de l’identité ouvrière et du mouvement ouvrier organisé consécutifs à la « restructuration » néolibérale du capitalisme des années 1970-1980 ;

Une approche du populisme d’en bas comme « tension à la communauté » dans un sens non pas communiste libertaire mais plutôt « communautaire » exclusiviste (en termes d’appartenance raciale, nationale ou religieuse) ;

Une discussion des possibilités de transformation/dépassement du populisme sur un mode révolutionnaire non-exclusiviste.

http://sortirducapitalisme.fr/emissions/328-le-populisme-des-gilets-jaunes-expression-actuelle-de-la-lutte-des-classes?fbclid=IwAR3DwZMaD89FnVLAn2YMM__oN1PZ0YdgSGtlBKVKZ9i79pEY3MkX3Vab36A

« Marx et la théorie de l’Histoire » Agitations

21/05/2021 10 commentaires

Communes et colonialisme

D’abord fervent partisan de l’expansion du capitalisme qui devait être le prélude à la constitution d’une classe révolutionnaire mondiale, Marx a évolué vers des positions moins tranchées à la fin de sa vie, pour finir par formuler une critique acerbe de la destruction systématique des rapports sociaux précapitalistes par les puissances coloniales. Ce basculement, dont témoigne l’étude de ses Cahiers ethnographiques ou de sa lettre à la populiste russe Vera Zassoulitch, est le fruit d’un long cheminement théorique et d’une attention toute particulière portée aux sociétés dites primitives. La relecture de ces notes que nous a laissées Marx revêt des enjeux politiques actuels, puisqu’elles posent la question de la possibilité concrète de la révolution en l’absence d’un prolétariat majoritaire et unifié. Pendant toute l’époque du mouvement ouvrier, la vision téléologique et eurocentrée de l’Histoire a prédominé et affirmait que la révolution ne pourrait venir que des centres capitalistes occidentaux en raison de la concentration industrielle qu’ils abritaient. Aujourd’hui, il est flagrant que ce n’est pas (plus) le cas, et que les soulèvements d’ampleur ont davantage lieu dans les Suds.
Cet article est un développement du texte que nous avions publié sur l’ouvrage de Kevin Anderson, Marx aux antipodes, et dont nous recommandons la lecture pour plus d’éclaircissements.

« Barbares en avant ! » – Endnotes

12/05/2021 Aucun commentaire

« Barbares en avant ! »

Ainsi l’Antiquité confondait-elle tout ce qui ne participait pas de la culture grecque (puis gréco-romaine) sous le même nom de barbare ; la civilisation occidentale a ensuite utilisé le terme de sauvage dans le même sens. Or derrière ces épithètes se dissimule un même jugement : il est probable que le mot barbare se réfère étymologiquement à la confusion et à l’inarticulation du chant des oiseaux, opposées à la valeur signifiante du langage humain ; et sauvage, qui veut dire « de la forêt », évoque aussi un genre de vie animale, par opposition à la culture humaine.

– Claude Lévi Strauss, Race et histoire (1961)

Cette même pression de la population sur les forces productives poussa autrefois les barbares d’Asie à l’invasion dans le vieux monde. […] Pour rester barbares, il fallait rester peu nombreux. Si leur nombre augmentait, l’un restreignait la zone de production de l’autre. Pour cette raison, la population superflue fut obligée de se mettre aux grandes invasions aventureuses qui mena à la constitution des peuples de l’Europe ancienne et moderne.

– Marx, MEW 8, article « Émigration forcée », notre traduction.

Dératisation, arsenic, maisons de travail (work-houses), paupérisation généralisée. Les moulins à bras et autres procédés de travail archaïques resurgissent en pleine civilisation elle-même et faisant corps avec elle. C’est la barbarie lépreuse, la barbarie en tant que lèpre de la civilisation.

– Marx, Manuscrit « Salaire », MEW 6, p. 553. Traduction par Roger Dangeville.

 

Avec l’extension de l’économie bourgeoise marchande, le sombre horizon du mythe est illuminé par le soleil de la raison calculatrice dont la lumière glacée fait lever la semence de la barbarie.

– Adorno/Horkheimer, Dialectique de la Raison (1944)

Traduit par stoff et Agitations

Au début du mois de mai 2020, des émeutes de la faim ont éclaté à Santiago du Chili. Les confinements avaient privé des hommes et des femmes de leurs revenus, ce qui faillit les faire sombrer dans la famine. Un vaste mouvement de cantines communautaires auto-organisées s’est rapidement répandu dans tout le pays. Plus tard dans le mois, des émeutes se sont propagées au Mexique en réaction au meurtre par la police de Giovanni López – un ouvrier du bâtiment qui avait été arrêté pour non-port de masque – tandis que des milliers de travailleur·ses itinérant·es désespéré·es brisaient le couvre-feu en Inde. Certain·es travailleur·ses des entrepôts d’Amazon aux États-Unis et en Allemagne se sont mis·es en grève pour protester contre les mauvais protocoles sanitaires face au COVID-19[1]. Pourtant, à la fin du mois de mai, ces agitations ouvrières chez le plus grand distributeur du monde furent rapidement noyées par un mouvement de masse d’une ampleur sans précédent qui a secoué les États-Unis en réponse au meurtre policier répugnant de George Floyd, diffusé en direct. Largement initié par les habitant·es noir·es de Minneapolis, le soulèvement a rapidement été rejoint par des Américains de tous lieux, races et classes. Dans les premières émeutes et manifestations, on pouvait même apercevoir quelques soutiens de miliciens dans un front transversal (Querfront[2]) digne de l’époque de QAnon[3]. Lire la suite…

“Explications” sur la théorie de la communisation et ses histoires

10/05/2021 Aucun commentaire

Traduction du septième épisode de la série « sur la théorie de la communisation et ses histoires » de Jasper Bernes

Explications

chapitre sept

sur la théorie de la communisation et ses histoires

Je vais tenter une approche un peu plus analytique et moins narrative dans cette partie, afin de mieux incarner le contenu de la théorie de la communisation. Il est difficile de s’éloigner de l’obscurité de l’histoire et d’entrer dans la lumière de l’abstraction, en exposant cette théorie, puisqu’il s’agit d’une théorie qui suggère que toute théorie est produite historiquement. Le problème, cependant, est que cette histoire est déjà divisée, une histoire réelle, produisant une théorie, à l’intérieur de laquelle on peut également lire l’histoire : 1918-21 vue par le biais de 1968-72. À mesure que la théorie de la communisation évolue, la compréhension qu’elle a de son passé évolue également.  De mon point de vue, comme j’espère que cela est devenu clair, de nouvelles continuités et de nouvelles ruptures émergent. Un récit de récits, donc, dans lequel la production théorique d’un futur produit continuellement de nouveaux présents, et de nouveaux passés. Lire la suite…

Agitations la revue, premier numéro

03/05/2021 Comments off

« Ce premier numéro, financé par une cagnotte en ligne à laquelle ont participé plus de 120 contributeur·ices, comporte deux dossiers principaux, le premier portant sur les luttes des classes en France et le second sur les soulèvements internationaux qui embrasent la planète depuis 2018. »

https://www.helloasso.com/associations/agitations/collectes/revue-papier-agitations

DDT21 : « Écologie / 07 / Écologie : capitalisme ou communisme ? »

01/05/2021 un commentaire

La suite du feuilleton…

L’affirmation est certes abrupte, elle est pourtant nécessaire :
la seule solution à la « crise écologique » contemporaine, c’est une révolution communiste. Encore faut-il s’entendre sur ce qu’accomplirait une telle révolution, ce qui suppose de revenir à ce qu’est le capitalisme… LIRE LA SUITE

Hic-Salta communisation : « Accouchement difficile – Épisode 3 : Peut-on mettre une crise au congélateur ? »

28/04/2021 Aucun commentaire

« Accouchement difficile – Épisode 3 : Peut-on mettre une crise au congélateur ? »

Le début de l’année 2021 présente un tableau contrasté. D’un côté des chutes énormes de PIB dans un très grand nombre de pays au cours de l’année passée, sans retour de l’activité économique au niveau pré-récession par la suite (pas de reprise « en V »). D’un autre côté une dynamique d’approfondissement rapide de la crise qui semble avoir été enrayée par des politiques monétaires et budgétaires prétendument tout-puissantes. Dans cet épisode nous nous proposons d’explorer ce paradoxe d’une crise réelle, mais semblant immobile, congelée. Il nous est encore impossible de répondre à la question de savoir si la crise commencée en mars 2020 va être la crise majeure, radicalement dévalorisatrice, que nous envisagions à la fin de Le Ménage à trois de la lutte des classes (L’Asymétrie 2019). Tout ce que nous pouvons faire pour l’instant c’est essayer de décrire les mécanismes à l’œuvre dans la congélation de la crise, et d’en saisir les limites. Il faut ici souligner que le déclenchement d’une crise est lui-même, le plus souvent, un processus se déroulant par étapes. Lors de la crise dite « de 2008 », il fallut plus d’un an pour passer de l’effondrement des crédits subprime (juillet 2007) à la faillite de Lehman Brothers (septembre 2008).

lire la suite…

« faire face à ce silence »

22/04/2021 2 commentaires

Traduction du dernier texte de Jasper Bernes sur la communisation où il est question « des revendications positives de la communisation. »

« Une marche énergique à travers le mai rampant »

Jasper Bernes

partie 5

parties 1234

Un pas en avant et deux pas en arrière. Toutes mes tentatives pour faire avancer l’histoire de la communisation semblent m’avoir ramené à ses antécédents dans le communisme de gauche et le communisme de conseil, sinon à Marx et la Deuxième Internationale. C’est parce que la théorie de la communisation est toujours narrative dans sa présentation, comme je l’ai appris. Les essais de Gilles Dauvé et François Martin sont traduits et intitulés en anglais The Eclipse and Reemergence of the Communist Movement, un récit du mouvement ouvrier et de son éclipse contre-révolutionnaire, raconté du point de vue d’un nouveau cycle de luttes, avançant sur une nouvelle base. Ici, la critique de l’ultragauche historique est la contrepartie théorique d’un changement réel dans la lutte de classe, d’abord visible en 68 mais confirmé dans les années suivantes. L’enjeu de la théorie de la communisation est de faire le point sur ce qui a changé, et cela nécessite au minimum un ici et un maintenant. Lire la suite…

« stoff, une critique marxienne du capitalisme au 21ème siècle »

06/04/2021 2 commentaires

Sur le site «Sortir du capitalisme »

Une émission autour du premier numéro de stoff, une revue de réflexion vivante et collective autour de la critique marxienne du capitalisme – avec des membres du collectif stoff

L’émission complète

L’émission (1 heure 10 minutes) comporte :

Une présentation du projet théorique et politique de stoff (notamment par rapport à Marx et au marxisme, au matérialisme, à l’Ecole de Francfort, à la communisation, à l’appelisme et à la critique de la valeur) et de son fonctionnement collectif ;

Une explication du concept de stoff ;

Une présentation de Michael Heinrich, de sa relecture de Marx, et une discussion à partir de son interview de ce qu’on peut faire aujourd’hui de la critique marxienne du capitalisme, de l’idée d’une crise finale du capitalisme, du poids respectif des dominations impersonnelles et de classe, des structures et des capacités autonomes des individus et des groupes sociaux, et des questions de genre et de racialisation.

Blog DDT 21 « La fin du monde n’aura pas lieu »

30/03/2021 Aucun commentaire

Le catastrophisme a le vent en poupe, teinté parfois de marxisme comme on l’a vu au chapitre précédent :
un monde en voie d’effondrement nous emporte avec lui, il est urgent d’agir… ou peut-être pas, s’il est déjà trop tard.
Mais de quel effondrement s’agit-il ?

LIRE LA SUITE

A propos de la grève de la faim de Dimitris Koufontinas

28/03/2021 Aucun commentaire

Second texte du camarade grec

Le 22 mars, deux articles[i] sur la grève de la faim de Dimitris Koufontinas ont été publiés dans lundi.am. Les deux articles développent un raisonnement qui est, à tout le moins, valide et qui aide à comprendre la situation récente ; en même temps, cependant, l’absence de certaines références nécessaires est tout aussi importante et doit donc être soulignée comme telle.

Comme il s’agit d’articles dont la cohérence interne s’est accrue et qui ont une corrélation valable avec l’histoire de la lutte des classes en Grèce, afin de décoder leur contenu, nous les mettrons en contact avec d’autres textes, dont la lecture est de toute façon recommandée par nous. Lire la suite…

Lettre de Grèce

22/03/2021 Aucun commentaire

Un camarade nous a envoyé ses quelques réflexions sur la situation actuelle en Grèce

La fente de Nea Smyrni 

Il y a de nombreux obstacles à surmonter si l’on veut parler de la signification des récentes émeutes à Nea Smyrni, surtout si l’on s’adresse à un public étranger (français), aussi agréable que soit le cadre de la discussion.

Tout d’abord, il faut mettre de côté les positions superficielles comme celles de Youlountas, qui continue à lier sa carrière (journalistique ? artistique ?) à la reproduction du mythe de la place Exarchia, supposée être en état de rébellion perpétuelle, et à cajoler les gestionnaires politiques contemporains de ce mythe, en cherchant à s’y inclure. Ce qui s’est passé dans Nea Smyrni n’a heureusement rien à voir avec les incidents récurrents habituels qui avaient lieu dans la région jusqu’à récemment, par exemple après la fin d’une manifestation. En projetant Exarchia comme la matrice supposée de l’imaginaire insurrectionnel en général, et comme le passage obligé pour comprendre les événements récents en particulier, Youlountas et compagnie, par inadvertance, à travers ce sophisme, avouent autre chose : Les médiations politiques basées sur la place Exarchia sont en crise de représentation, car le contrôle qu’elles étaient capables d’exercer sur les secteurs agités de la société, en particulier les jeunes, s’est affaibli, ces derniers étant de moins en moins capables de se reconnaître en elles. Lire la suite…

liremarx

21/03/2021 Comments off

« Site de diffusion de marxologie et de théorie critique matérialiste ayant pour but la mise à disposition d’un aperçu des publications, aussi complet et actuel que possible sur: les éditions de Marx et Engels, les publications sur les aspects politiques, philosophiques, économiques, entre autres, des travaux de Marx et Engels, des recherches biographiques sur Marx et Engels ainsi que du matériel permettant la lecture de ces auteurs. »

« Crise et paupérisation »

15/03/2021 Aucun commentaire

Un camarade nous a fait parvenir la traduction d’un texte de Aaron Benanav et John Clegg ( de la revue anglophone « Endnotes ) qui n’est pas très récent (il est d’avant-Covid), mais qui résume de manière simple leur position par rapport au marxisme en général tiré d’un bouquin qui s’appelle: 

« The Sage Handbook of Frankfurt School critical Theory »

« Crise et paupérisation »

« Nous ne voulons pas être incompris : en proposant ces tâches pour la théorie, nous n’annonçons pas un rôle particulier pour les théoriciens. À notre avis, la meilleure façon de voir la théorie est de la considérer comme une thérapie face au désespoir qui accompagne toujours les temps morts dans la lutte de classe, qui durent souvent pendant des années. C’est un mode de réflexion explicite sur la production théorique implicite dans la lutte, qui porte son attention aux limites inhérentes aux luttes. Celles-ci, dans leur formalisation comme limites, peuvent donner naissance à un mouvement communiste. Ce désespoir n’attend même pas toujours les temps morts de la lutte pour se manifester. Les militants désespèrent souvent des luttes dans leur déroulement même. On observe un clivage entre les militants d’une part, qui agissent sans réfléchir, et les théoriciens critiques d’autre part, qui pensent sans agir. La théorie doit permettre une pensée en action, une pensée qui connaît les limites de l’action, mais qui agit malgré tout. »

le texte en pdf

Crise et paupérisation

 

 

« sur la valeur, le capitalisme et le communisme »

10/03/2021 Aucun commentaire

Traduction de la présentation d’un essai de Jasper Bernes sur la valeur, le capitalisme et le communisme.

Illustration de dndf.

Le test du communisme

Jasper Bernes- 7 mars

Voici la première partie d’un essai qui reprend une grande partie des éléments abordés dans ma série sur la communisation. J’ai l’intention de poursuivre cette série prochainement. (Lien vers l’essai complet au bas du texte)

Le communisme est une vieille idée dans le monde. Appelons-la ancienne, elle pourrait aussi bien être notre antiquité. Nous n’avons pas besoin de chercher ses origines dans les ruelles de l’insurrection, mais seulement de savoir que des millions de personnes ont lutté et sont mortes en son nom. En ce sens, elle n’est pas seulement une idée, mais une véritable force dans l’histoire, produit et facteur d’un mouvement prolétarien qui, depuis au moins deux siècles, pose le dépassement du capitalisme par une société sans classe, sans État et sans argent. En fait, ce qui est remarquable dans l’histoire du mouvement ouvrier de ces deux derniers siècles, c’est que ce véritable idéal a semblé jusqu’à récemment non seulement inévitable mais évident. Même lorsqu’ils ne s’entendaient pas, violemment, sur la manière de parvenir à un tel état de choses, les anarchistes, les communistes, les socialistes, les marxistes, les syndicalistes et même certains libéraux, étaient tous unis par une vision commune d’une future société sans classes.

Lire la suite…

Blog DDT21 : « Écologie / 05 / De l’anthropocène au capitalocène »

01/03/2021 2 commentaires

« Écologie / 05 / De l’anthropocène au capitalocène »

L’idée d’anthropocène voulait exprimer la venue d’une époque où les activités humaines modifient désormais toute la vie sur Terre. Mais la responsabilité indéniable du système capitaliste dans la crise écologique rendait cette notion trop visiblement réductrice, sinon carrément fausse. D’où la montée d’une nouveauté critique, le capitalocène qui, tout en se référant explicitement à un « capitalisme », aboutit à escamoter ce qu’il est au fond, et ne propose finalement que des perspectives politiques le plus souvent fades, en tout cas fort loin d’une révolution sociale et écologique. LIRE LA SUITE.

« TEMPS LIBRE II »: « L’actualité de la question des classes sociales »

22/02/2021 Aucun commentaire

Les camarades du site “Agitations” publient la « Contribution à la théorie des classes », dont le pdf est disponible gratuitement sur le site de “Temps Libre” et qui sera disponible en format papier dans les librairies militantes parisiennes d’ici quelques semaines.

L’actualité de la question des classes sociales

« Karl Marx à Wall Street »

20/02/2021 Comments off

Lu sur le compte twitter de « l’orage se fait attendre »

Petit teaser sous forme de graphique avant la sortie du prochain épisode de « Karl Marx à Wall Street »

Blog DDT 21 : « « 04 / Échec de l’écologie politique »

10/02/2021 Comments off

« 04 / Échec de l’écologie politique »

USA. New York City. 1992. In the Zoo in Central Park. Manhattan.

S’ils s’opposent à bien des égards, écologistes de gouvernement, écologistes des petits pas, écosocialistes et écologistes radicaux ont un point commun. Qu’ils ambitionnent un poste ministériel, fondent une Amap, écrivent le programme d’une future « vraie gauche » ou tentent de faire de l’écologie un levier de bouleversement social, tous mettent la « question écologique » au centre du monde actuel, comme si elle obligeait aujourd’hui à redéfinir ce qu’est le capitalisme, et ce que serait sa nécessaire et possible transformation. Tous également se veulent réalistes et se vantent d’agir sans se payer de mots.
Mais quel est donc le bilan des actions qu’ils mènent depuis maintenant plusieurs décennies ? LIRE LA SUITE

« L’auto-éducation de Jan Appel »

05/02/2021 Aucun commentaire

Cinquième épisode de la série de Jasper Bernes « la communisation et son histoire »

« L’auto-éducation de Jan Appel »

Il s’avère que je ne peux pas encore quitter Jan Appel. Il y a encore beaucoup à dire sur son rapport à la communisation, sinon sur le “communisme de conseil” ou le “conseillisme”. En effet, en 1920, Appel, à bord de sa goélette de harengs détournée, naviguant vers Mourmansk puis vers Saint-Pétersbourg pour se faire réprimander par l’homme dont la ville allait prendre le nom, n’était pas encore conseiller municipal ni même communiste, si l’on en croit les définitions que nous laisse Philippe Bourrinet*, mais faisait plutôt partie d’un communisme de gauche large, encore mal défini, qui était en train de se définir pendant que la révolution mondiale s’effondrait. Après tout, il était en route pour la Russie soviétique, au nom du KAPD nouvellement formé, dont les positions étaient antiparlementaires, antisyndicales et pro-conseil, mais nullement communistes. Le fait même qu’il ait détourné le sénateur Schröder au nom de son parti, pour communiquer avec le Comintern, indique qu’il voyait encore un rôle expansif pour le parti. Il se trouvait sur un bateau portant le nom d’un fonctionnaire parlementaire, en route pour communiquer avec les dirigeants d’un État rebelle, après tout. Lire la suite…

“TEMPS LIBRE II”: Une critique du “ménage à trois de la lutte des classes”

01/02/2021 Aucun commentaire

Le problème de la classe moyenne salariée chez Astarian et Ferro

La pertinence d’une théorie des classes du mode de production capitaliste repose sur sa capacité à produire des définitions permettant de rendre compte des luttes qui le structurent. Les luttes que les classes se livrent incessamment – parfois silencieusement, parfois à découvert – doivent trouver une explication au sein même du rapport contradictoire qui produit les classes sociales; une théorie des classes doit être en mesure de présenter ces luttes comme le développement même de ce rapport. Une théorie dont les définitions conduisent à une conception du capitalisme comme une simple stratification sociale échoue à la tâche puisqu’avec celle-ci, le rapport que les classes entretiennent se réduit à une différenciation quantitative; les prolétaires, ce sont les pauvres, la classe moyenne regroupe les personnes un peu plus fortunées et la classe capitaliste n’est pas autre chose que l’ensemble des riches. C’est le danger que court toute théorie qui fait de la distribution de la plus-value l’élément décisif de la définition des classes. Le niveau de rémunération d’un agent, parce qu’il explique son appartenance de classe, devient alors le seul élément réellement important pour l’analyse de classe. Conséquemment, la place des agents au sein des rapports de production et la contradiction qui structure et meut les formations sociales capitalistes n’ont plus qu’un rôle explicatif – au mieux – marginal dans l’analyse de cas concrets de lutte des classes. Lire la suite…

“TEMPS LIBRE II”: une critique de “Théorie Communiste”

31/01/2021 9 commentaires

Cette critique fait partie de la Section 3 du second numéro de la revue québécoise Temps Libre et s’inscrit à ce titre dans un projet plus large de théorisation des classes du mode de production capitaliste. C’est pourquoi on ne saurait apprécier correctement cette critique sans se référer aux autres sections de la revue qui la fondent. (Le fichier pdf en fin d’article. dndf)

Critique de la théorie des classes de “Théorie Communiste”

Il ne manque pas de généralités lorsque vient le temps de parler des classes dans le mode de production capitaliste. On ne compte pas le nombre d’analyses soi-disant matérialistes qui évitent la tâche de définir rigoureusement les classes sociales et qui s’en tiennent à de vagues énonciations sur le rapport qu’elles entretiennent : « les classes n’existent que dans la lutte des classes », « le prolétariat est la classe en contradiction avec le capital », « les classes sont des pratiques de classes ». Par là, l’analyse semble avoir gagné en dialecticité : elle ne s’est pas bornée à l’étude d’une classe en elle-même, elle s’est même affranchie de cette basse tâche parce qu’elle sait trop bien qu’une classe existe nécessairement dans un rapport avec une autre, que les classes s’impliquent réciproquement. De telles analyses, bien qu’elles permettent de discourir longuement sur le mode de production capitaliste sans dire de faussetés, demeurent à un niveau trop abstrait; elles ne peuvent qu’être des indications méthodologiques pour un travail théorique, son point de départ et non son résultat.

Lire la suite…

“TEMPS LIBRE” II

30/01/2021 2 commentaires

Nous avions salué, en son temps, la sortie d’une nouvelle revue en provenance du Québec, TEMPS LIBRE”.
Ils publient aujourd’hui leur Numéro 2. Outre l’intérêt de l’ensemble de cette publication, nous nous sommes particulièrement intéressés à la section 3 qui aborde un des thèmes importants traités dans dndf, les classes moyennes, et ce au travers d’une critique de fond de “Théorie Communiste” et une autre du “Ménage à trois de la lutte des classes” d’Astarian et Ferro.

Nous avons donc décidé de publier ici, dans les jours qui viennent, ces deux critiques in extenso. Le PDF complet du numéro II ici. dndf

 

 

“Si l’on prend au sérieux l’idée selon laquelle le système capitaliste n’est pas éternel et, donc, qu’il est voué à disparaître, alors il faut pouvoir expliquer de manière rigoureuse le comment de ce processus. C’est évidemment ce à quoi doit répondre de manière spécifique une théorie des classes qui est aussi une théorie de la révolution.”

Lire la suite…