Accueil > Nouvelles du monde > CHINE : le 5 juin 1989

CHINE : le 5 juin 1989

Dernier article de la revue chinoise “Chuang”

« Autour de la place Tianfu, des bus ont brûlé, des voitures de police ont été incendiées. Les émeutes de Chengdu, vous n’êtes pas au courant ? » J’étais perplexe lorsque, il y a environ deux mois, un chauffeur de taxi a commencé à me parler des manifestations à Chengdu en 1989, sur un ton clairement sympathique au soulèvement. Le printemps 1989 est encore un sujet qui ne serait presque jamais mentionné dans les discussions sur la politique et l’histoire, même avec mes amis les plus proches ici, dans la capitale de la province du Sichuan, dont certains ont des parents ou des enseignants qui ont participé aux manifestations.

Dans les reportages et les souvenirs de 1989, la couverture médiatique internationale s’est presque exclusivement concentrée sur les événements de Beijing. Malgré les rapports de témoins oculaires et certaines publications universitaires, on oublie donc facilement que ce qui s’est passé il y a 27 ans était en fait un mouvement social national, avec  » des protestations massives (….) engloutissant des villes et des villages à travers la Chine «  (Unger 1991) – jusqu’à 63 selon certaines sources, d’Urumqi à l’extrême Ouest à Changchun dans le Nord-Est et Guangzhou dans le Sud. Et, comme le chauffeur de taxi me l’a fait remarquer, certains des affrontements les plus violents se sont produits à Chengdu.

Les marches de protestation dans la ville de Chengdu ont commencé à avoir lieu le 21 avril, les étudiants commençant à occuper la place centrale de Tianfu. Le 16 mai, après que les forces de police aient tenté de disperser les foules par la force, « plusieurs centaines de milliers de personnes sont immédiatement descendues dans la rue » (Lim 2014). « La protestation est devenue si courante que, dans certains cercles, le salut standard  » Avez-vous déjà mangé ? Cette première phase de manifestations à Chengdu a perdu son élan après l’imposition de la loi martiale à Pékin. Lorsque la police a évacué les derniers manifestants de la place Tianfu dans la matinée du 4 juin, cela s’est déroulé plus ou moins pacifiquement.

Les choses ont commencé à changer en quelques heures le même jour. Dès que les informations sur la répression et les meurtres à Pékin ont atteint la ville, « des milliers de citoyens enragés sont retournés dans les rues de Chengdu » (Lim 2014). Les manifestants ont manifesté leur solidarité avec les victimes dans la capitale du pays, brandissant des banderoles disant « Nous n’avons pas peur de la mort » et « A bas le gouvernement des dictateurs ». Lorsqu’ils ont été attaqués par la police paramilitaire, des émeutes ont suivi. Toujours selon Lim (2014), les gens ont riposté en lançant « des chaussures, des briques, des morceaux de trottoir déchirés et tout ce qu’ils pouvaient attraper ». Certains ont commencé à mettre le feu « à tout ce qui appartient à l’État », y compris un poste de police et un marché appartenant à l’État. Les troubles se sont poursuivis jusqu’à la nuit du 5 juin – et les forces répressives de l’État se sont heurtées à un nombre croissant d’assassinats. Selon certaines estimations, « de 300 à 400 personnes ont été tuées et plus de 1 000 blessés » (Hutterer 1989). Comme à Pékin, ce sont les travailleurs et les paysans qui ont été le plus durement touchés par les représailles de l’État à la suite des troubles.

Aujourd’hui à Chengdu, l’augmentation du nombre de voitures de police sur les places publiques et devant les portes des universités nous rappelle que la répression liée à ces événements il y a 27 ans est toujours en cours. Mais malgré la surveillance, la censure et les tentatives de l’État de réécrire l’histoire, des conversations comme celle avec le chauffeur de taxi démontrent que le mouvement social de 1989 n’a pas été complètement effacé de la mémoire publique.

Pour des comptes rendus plus détaillés des manifestations de 1989 à Chengdu et au-delà, voir :

Lim, Louisa (2014) : La République Populaire d’Amnésie. Tiananmen Revisited. New York : Oxford University Press (chapitre 8 « Chengdu », 182-205)

Unger, Jonathan (éd.) (1991) : Les manifestations pro-démocratie en Chine. Rapports des provinces. New York : M.E. Sharpe.

Hutterer, Karl (1989) : « Chengdu Had Its Own Tiananmen Massacre, New York Times, 23 juin 1989, http://www.nytimes.com/1989/06/23/opinion/l-chengdu-had-its-own-tiananmen-massacre-223689.html.

—ZGL

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. Pas encore de commentaire

%d blogueurs aiment cette page :