DAZIBAO

Le dazibao (littéralement « journal à grands caractères ») en Chine est une affiche rédigée par un simple citoyen, traitant d’un sujet politique ou moral, et placardée pour être lue par le public.

Ici, point de citations de célébrités plus ou moins brillantes.

Les aphorismes, éructations, commentaires, crachats et digests participent de l’immense chaîne sur laquelle se trame le tissu de la pensée humaine, illustrant à merveille cette idée que “les auteurs ne sont que des accidents de la pensée”….

Bien sûr, bien sûr, la pensée collective se matérialise, s’incarne, précipite toujours dans le cerveau de tel ou telle individu. De même que c’est toujours telle ou telle abeille qui fabrique la propolis.

Nous, c’est la ruche qui nous intéresse, pas les petites excrétions individuelles, fussent elles fulgurantes.

Les extraits ci dessous ne sont donc jamais signés, sauf lorsqu’ils proviennent de productions collectives.Quelques sources, le cas échéant…

Et puis, les moteurs de recherches sont si performants aujourd’hui que ceux ou celles qui veulent à tout prix mettre un people sous ses mots trouveront facilement (ou pas!)…

“Pourquoi y a-t-il des gens qui se croient blancs?”

trouvé dans “le salaire du blanc”

 

Sapiens est “la seule espèce dont les mâles tuent les femelles”

 

Les êtres humains n’ont pas de racines, ils ont des pieds

 

 

L’artiste, le créateur, le génie… n’est que le précipité usurpé, détourné, de la créativité collective diffuse, incarné et privatisé en un seul cerveau. Il va plus vite seul quand nous irions plus loin, ensemble

 

“l e s   a u t e u r (e) s   n e   s o n t   q u e  

d e s   a c c i d e n t s   d e   l a   p e n s é e”

 

Ruffin, Mélenchon, la radicalité tendance Selfie

 

 

L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes et de la domination des femmes

 

 

Parti de rien pour y retourner bientôt…

kiffe ta life dérisoire

 

” Et chacun est rentré chez son automobile…”

“Everybody keep saying violence is not the answer but CANT TELL ME WHAT THE FUCK THE REAL ANSWER IS!”

Tweet, Baltimore, émeute de 2015

 

 

“Renverser les monuments pour voir les vers qui grouillent”

exergue du “Temps des bouffons” de Claude Fallardeau

 

 

Tout le monde déteste la vaisselle

 

Je ne veux rien vraiment, et c’est une exigence / De n’être rien vraiment, c’est peut-être une chance…

 

“Quand tu es noir, tu es né en prison”

 

 

“ce que le spontané ramène à la surface, c’est toujours du banal”

 

 

“Tant que les lapins n’auront pas d’historiens, l’histoire sera écrite par les chasseurs”

 

 “Gloire à qui n’ayant pas d’idéal sacro saint, se borne à ne pas trop emmerder ses voisins…”

 

«Hay períodos en los que uno no puede hacer nada, salvo no perder la cabeza.» Louis Mercier-Véga, La Chevauchée anonyme

 

 

CE SONT LES REVOLUTIONS QUI PRODUISENT LES REVOLUTIONNAIRES, JAMAIS L’INVERSE!

 

“L’égalité des chances c’est la garantie que pour le lièvre comme pour la tortue, la ligne de départ sera la même.”

 

 

“Ce n’est pas le garçon qui est violent, c’est celui qui a le pouvoir.”

 

 

“l’utérus ne fait pas plus la femme que la mélanine ne fait l’esclave” 

« Le privilège que l’homme détient (…) c’est que sa vocation d’être humain ne contrarie pas sa destinée de mâle. Par l’assimilation du phallus et de la transcendance, il se trouve que ses réussites sociales ou spirituelles le douent d’un prestige viril. Il n’est pas divisé. Tandis qu’il est demandé à la femme pour accomplir sa féminité de se faire objet et proie, c’est-à-dire de renoncer à ses revendications de sujet souverain. »

 

“L’Etat est cet universel abstrait qui se sépare illusoirement de la société civile en idéalisant et séparant l’intérêt général des conflits qui la traversent, par là il n’est en fait que le comité de gestion des affaires bourgeoises.”

Extrait de “Soulèvement arabe: classe/genre”. Théorie Communiste.

 

“ll faut rassurer les ennemis des études sur le genre: si la différence des genres, dans l’humanité, est strictement naturelle et non pas une construction sociale, alors qu’ils se rassurent: aucune pédagogie anti genre ne pourra inverser la donne. On se demande de quoi ils ont peur… on ne peut pas déconstruire ce qui n’est pas construit mais génétique!!! A moins, à moins……… à moins qu’il aient bien réellement compris le véritable enjeu, le risque de perdre leur place de genre dominant et de classe dominante……… Alors…? Alors, c’est la guerre!!!!”

 

“Every man who endorses his part in the domination of women, even the most modest part of it, is of the coming revolution a deadly foe.”

 

 

Tout homme qui assume sa part dans la domination des femmes, même la plus minime, est un ennemi mortel de la révolution à venir

 

Todo hombre que tome su parte, por minima que sea en la dominacion de las mujeres, es para la revolucion venidera un enemigo mortal.

 

Ogni uomo che fa la sua parte nella dominazione delle donne, anche la più minima, è un nemico mortale della rivoluzione a venire.”

Une photo, sur dndf

 

Affiche réalisée par “l’Asociale”, Montréal

  1. pepe
    13/03/2014 à 12:00 | #1

    Une critique du contenu de cette nouvelle page de dndf.

    http://patlotch.com/text/488b2cdb%28Patlotch2013%29-548.html

    Quelque part,l’article interpelle Lisbeth Salander……

  2. Lisbeth Salander
    13/03/2014 à 13:35 | #2

    « il faut en finir avec les pratiques nocives en vigueur sur dndf. »
    Pourquoi la revue TC interviendrait-elle sur dndf ? C’est elle qui définit la ligne de ce blog ?????

    « on ne peut pas se permettre sérieusement la sorte de folklorisation de la lutte que cela donne à voir, d’autant que le symbole est en partie contradictoire avec le contenu de la chose »
    Les penseurs de ce courant ont l’air d’avoir beaucoup de mal à voir intervenir sur le net des individus ordinaires, médiocres, non équipés de tout l’appareil intellectuel dont les ont bardés de nombreuses années de pratique militante. Mais dites moi, messieurs, vous allez la faire avec qui, la Révolution ? A dix théoriciens qui se courent après ???

    Je me vois mal intervenir avec pour pseudonyme Flora Tristan, Emma Goldman ou Pierre Soury »

    La mec, tu oublies juste un détail : Lisbeth Salander est un personnage de FICTION ! ca change tout…

  3. Elima St Rose
    27/07/2015 à 21:12 | #3

    “Essayer de n’être “de nulle part” en particulier
    pour être peut-être, demain, “de partout”.
    Les êtres humains n’ont pas de racines, ils ont des pieds”

  4. Lisbeth Salander
    17/08/2018 à 15:27 | #4

    « Les auteur(e)s ne sont que des accidents de la pensée… »
    Quelle drôle de phrase…. Sûrement très agaçante pour nombre de petits scribes, poètes et autres auteurs auto proclamés qui, ça et là, se rêvent en créateurs, artistes…. Auteurs, quoi !
    Une phrase qui peut même paraître anti matérialiste tant il est vrai qu’il n’y a pas de pensée sans des cerveaux humains pour la produire…. Et pourtant !
    Depuis fort longtemps, et au moins depuis la révolution cognitive (- 70 000 ans à ce que l’on en connaît aujourd’hui) la pensée humaine se présente sous la forme d’une fantastique accumulation d’informations qui se sédimentent, s’organisent, se répandent dans l’ensemble de l’humanité. Ce magma est labile, volatil, fluide, quasi indestructible et il se transmet très partiellement, de façon plus ou moins dense à chaque être humain sous les formes orales, chantées ou parlées, écrites, du cunéiforme aux bits actuels, enregistrées, filmées…..
    Et par une capricieuse conjonction de déterminations, de hasards, de nécessités, il arrive que des pans minuscules de cette pensée gigantesque précipite ici ou là dans un cerveau humain qui va la concentrer, l’organiser, la redéfinir à sa façon et qui va remettre dans le pot commun le résultat de ses « reliefs » (au sens de la digestion), de façon souvent anonyme, parfois très bruyante…
    Alors oui, “les auteur(e)s ne sont que des accidents de la pensée…”