Accueil > Du coté de la théorie/Around theory > “Note de lectures à propos du 13 novembre”

“Note de lectures à propos du 13 novembre”

Ce long commentaire de RS aurait du prendre place à la suite du commentaire N° 33 de Lobo, à la suite du texte « Un monde immonde engendre des actes immondes ». Sa longueur et son intérêt nous le font publier ici.  Les soutiers

Je viens de lire les textes dont la lecture était préconisée par Lobo dans son commentaire (n° 33) du 26/11/15. Il est bien évident, comme je l’ai dit dans un précédent courrier, que le texte de Saïd Bouamama est critiquable, mais encore faudrait-il le critiquer dans son contenu et non dans sa signature (je signale également une interview du même, intitulée L’immigration et les banlieues en lutte, publiée le 32/1/2007 sur le site de Acontresens).

            Voyons donc des textes « infiniment plus instructifs » (Lobo).

* Sur le blog de Paul Jorion
Quelques explications géopolitiques assez banales, en deçà de ce que l’on peut lire dans le Monde Diplomatique et, à coup sûr, moins « instructifs » que les articles que l’on peut lire actuellement dans Le Monde (quotidien) sur les contradictions de la politique au coup par coup américaine et les zigzags et revirements de la politique française. Bien évidemment quelques remarques sur la «misère» qui ne sont pas un « ramassis de clichés » (Lobo) pour la bonne raison que la «misère» n’y est à aucun moment territorialement, socialement, historiquement et « racialement » spécifiée.

* Un article de la revue Ballast
Texte très gentil, sensible, un peu littéraire qui se termine sur la communion universelle des peuples et les auteurs déposant « des roses rouges et quelques vers de Desnos » devant le Bataclan. C’est le « Paris bohème qui a été attaqué » « indistinctement avec le 93 » (il ne faudrait pas oublier que ce n’est pas une cité du 93 qui a été visée mais le Stade de France (qui se trouve dans le 93). C’est quoi ça le « Paris bohème » ? Admettons que « les fascistes théocratiques rêvent du même monde que nombre de leurs ennemis : le Bien contre le Mal, (…) Dans les colonnes de sa revue Dabiq, Daesh s’en prenait aux amateurs de zone grise : continuons d’occuper cet espace universel, poings serrés, contre les simplificateurs de noir ou de blanc vêtus ». Laissons de côté que nous n’avons pas nécessairement à accepter la problématique et la question telles que les posent nos ennemis que cela soit pour être « blanc », « noir » ou, dans l’intervalle, « gris », remarquons seulement que « l’éloge de la zone grise » (titre d’un chapitre) ne nous apprend rien sur cette zone si ce n’est qu’il faut en être. Un petit quelque chose tout de même à l’aide d’une citation de Slavo Zizek : « Ceux qui ne sont pas prêts à critiquer la démocratie libérale devraient aussi se taire sur le fondamentalisme religieux », mais la suite révèle que cette critique de la démocratie libérale se fait au nom des idéaux de la démocratie elle-même, bafoués par les « élites corrompues ». Ce qui ne nous étonnera pas quand on lit une des dernières productions de Zizek après le 13 novembre dont le titre dit tout « In the wake of Paris attacks the left must embrace its radical western roots », que l’on pourrait traduire par : « A la suite des attentats parisiens, la gauche doit embrasser la radicalité de ses racines occidentales » (16 novembre, sur le site inthesetimes.com).

* Le texte Islamisme : Concevoir l’impensable sur le site du groupe Lieux Communs.
Ce texte non seulement appartient à la catégorie générale des « infiniment plus instructifs », mais encore a droit la mention spéciale : « excellent texte ». Là c’est tellement gros que je le garde pour la fin.

* Un texte du psychanalyste Fehti Benslama (paru dans le supplément « Culture et idées » du Monde du samedi 14 novembre)
On peut avoir quelques briques intéressantes à tirer de ce texte sur la rencontre entre une offre idéologique et une demande construite socialement et historiquement. Ce qui permet de comprendre la spécificité sociale et générationnelle des « djihadistes ». Cependant le texte accepte comme un fait premier la « faillite identitaire » de certains individus, sans s’interroger sur la construction des identités ni sur les raisons de la « faillite ».

* Un article de Norbert Trenkel sur le site de Palim-Psao : Pourquoi l’islamisme ne peut pas s’expliquer à partir de la religion
C’est vrai que le texte est à bien des égards intéressant si on fait l’impasse sur les rengaines de la mouvance « Critique de la valeur » qui ne connaît plus que des « sujets capitalistes en guerre de tous contre tous ». « Cette identification (communauté imaginaire) à un grand sujet apaise en même temps le sentiment d’impuissance devant son propre rapport à la société, qui fait face à l’individu comme contrainte collective chosifiée ». Classes et exploitation étant des archaïsmes dépassés, le rapport individu / société se réduit au fétichisme de la marchandise. Un autre problème du texte réside dans son explication du fait que les « communautés religieuses ont le vent en poupe » comme s’il s’agissait d’une adhésion par défaut. Le triptyque peuple / nation / classe étant en coma dépassé, resterait la religion ou plutôt ce que Trenkel appelle le « religionnisme » (forme d’adhésion individuelle se différenciant de la communauté religieuse). Si l’auteur parle bien de « réaction à l’exclusion sociale et raciste », la forme et le contenu de cette réaction ne peuvent être expliqués seulement par défaut ou faillite de toutes les autres. Quand Trenkel écrit que « l’islamisme militant a réussi ainsi à acquérir le statut d’une culture de contestation radicale », il explique bien sa différence avec le catholicisme et tous les évangélismes, mais il ne nous dit pas pourquoi cette « culture » est en outre – ou en premier – religieuse (si ce n’est parce que d’autres ont failli, comme si les possibles constituaient un ensemble fini). Cependant, Trenkel est très proche de la solution quand il écrit  «…le sentiment d’impuissance devant son propre rapport à la société, qui fait face à l’individu comme contrainte collective chosifiée ». Nous avons là la forme et le contenu proprement religieux. C’est, conformément à tous ses présupposés théoriques, la considération de l’aliénation de l’individu vis-à-vis de la communauté (qui n’est plus un mode de production comme ensemble de rapports de production) comme un état qui sépare Trenkel de la formulation exacte de la question et par là de sa solution.

Il  faut aller de l’exploitation à l’aliénation et, de là, à la misère inhérente à la nature humaine. Dans la constitution capitaliste de l’exclusion, l’aliénation du prolétaire vis-à-vis de l’ensemble des rapports sociaux et de sa propre reproduction n’apparaît pas comme le produit de sa propre activité, et l’aliénation comme le rapport contradictoire qu’il entretient avec l’ensemble de cette société, mais comme une donnée inhérente à son individualité, c’est le pauvre. Devenue inhérente à l’individualité, la séparation d’avec les autres individualités et d’avec la communauté ne se résout que dans une relation qui transcende ces individualités et se pose face à elles comme radicalement extérieure. C’est la structure religieuse même et sa production.

* Le point de vue de Temps Critiques : « Le vernissage d’une antiquité : le défaitisme révolutionnaire »
Ce n’est pas vraiment « infiniment instructif ». Temps Critiques a déniché quelques dinosaures, ce qui permet aux auteurs de faire briller leurs « nouveautés » et de montrer la justesse de leurs thèses sur la lutte des classes, le prolétariat, l’exploitation, etc. Du style : « regardez ce que disent les gens qui parlent encore de tout cela ». Il a de tout temps était vrai que « Marx est un imbécile quand c’est Raymond Aron qui en parle ». Ils ont raison, mais on ne tire pas sur les ambulances, bien que dans leur critique de l’appel hyperbolique au « défaitisme révolutionnaire », Temps Critiques néglige le fait que toute opération, même de « police » va toujours mieux avec un appui de « l’opinion publique ». On pourrait encore ajouter que global n’exclut pas national, il faut ici réfléchir sur la modification de l’Etat et de leurs rivalités, ce qui rend plus complexe la contradiction entre la mondialisation (« tendance dominante ») et la résurgence de la politique nationale de puissance. La mondialisation a toujours des maîtres nationaux (même dénationalisés). Là où le texte devient très bizarre c’est quand Temps Critiques développe son propre point de vue sur Al-Qaïda ou l’Etat islamique qui ne seraient pas des « organisations capitalistes », mais « tribales » et « claniques ». Il faudrait développer bien sûr, mais on peut affirmer que « tribalisme » et clanisme » sont actuellement spécifiquement et exclusivement capitalistes, n’ont d’existence et de sens que dans et de par ce mode de production. Là aussi pour Temps Critiques, comme pour la « Critique de la valeur », avoir réduit les contradictions présentes au rapport entre l’individu et la communauté fait perdre les rapports de productions toujours déterminants (et toujours surdéterminés parce que capitalistes), au profit de multiples solutions possibles mis en œuvre par les « individus » dans leur désir « humain » de communauté. Paradoxalement, c’est parce que les rapports de production sont déterminants que toute pratique opère sous une idéologie.

* Un texte d’Olivier Roy (« plus inspiré que d’habitude », nous dit Lobo) : Le djihadisme est une révolte nihiliste, « Le Monde » 25/11/15
A propos du texte de Roy, on peut faire des remarques identiques à celles relatives au texte du psychanalyste Fethi Benslama, ça apporte une brique, mais il faut construire la problématique susceptible d’utiliser cette brique. Roy montre qu’il y a une demande de « radicalité » jusqu’à la « dissidence » et que celle-ci a été historiquement protéiforme selon les offres. Là aussi la forme religieuse n’est pas spécifiquement produite, c’est ce que l’on trouve sur le marché des idéologies (Roy s’en rend si bien compte qu’il nous le fait à l’esbroufe en écrivant à la fin de son article : « Pourquoi l’islam ? c’est évident (souligné par moi), ils reprennent une identité, etc. ». Roy rejette les explications structurelles : explication culturaliste (« « guerre des civilisations », « islam inintégrable ») ; explication tiers-mondiste (la « souffrance postcoloniale », « identification à la cause palestinienne »), simplifiant à la caricature la thèse « postcoloniale ». Roy écrit : « Si les causes étaient structurelles, alors pourquoi ne toucheraient-elles qu’une frange minime et très circonscrites de ceux qui peuvent se dire musulmans en France ? Quelques milliers sur plusieurs millions. ». Il avance ensuite son explication : les caractéristiques spécifiques de la « deuxième génération ». Même si l’échantillon est plus étroit, on pourrait retourner à cette explication la critique faite aux « explications structurelles ». Contrairement à son intention, ce que fait Roy, c’est de préciser les explications structurelles et grâce à cette précision, il peut approcher les spécifications de l’activité djihadiste.

Il faut pour le fun citer le dernier paragraphe : « Quant aux convertis, ils choisissent l’islam parce qu’il n’y a que ça sur le marché de la révolte radicale (pour adhérer à l’ultragauche, il faut avoir lu, ce que ne font pas ces jeunes) – souligné par moi ».

* Un extrait d’un texte de Robert Kurz
Bien malin qui en tire une idée. Une bouillie de mots, style mauvais plagiat d’un mauvais Debord.

* Enfin revenons à ce texte de Lieux Communs qui, ne se contentant pas d’être « infiniment instructif », est, selon Lobo lui-même, « excellent ». Le texte a été écrit après les attentats de janvier 2015
Je passe sur leur connerie de « démocratie directe » dont les « imaginaires de consommation, de délégation et de hiérarchie » bloquent l’avènement mais dont la culture française et occidentale est porteuse. Il faut lire.

Le texte est sidérant, on lit plusieurs fois les phrases en se disant  « mais c’est vraiment ce qu’ils disent, j’ai bien lu ? » On y lit des choses hallucinantes, ne correspondant à aucune réalité et disons le tout net c’est un texte d’un racisme essentialiste basique se terminant par un ralliement un peu gêné, un peu honteux (mais faut bien ce qu’il faut) au Front National du genre « il pose les bonnes questions mais ce ne sont pas les bonnes réponses », comme disait il y a longtemps maintenant un respectable homme politique de premier plan dont le nom m’échappe.

J’en donne quelques extraits et j’en conseille la lecture exhaustive qui sera « infiniment instructive » sur ce que Lobo trouve « excellent ».

Extraits

« Une application de la loi musulmane

Trucidé ou plutôt exécuté, parce que ce qui res­sort de l’événement, c’est que c’est un acte de guerre qui a été pensé, planifié et mis en pratique. C’est donc l’application d’une sentence d’exécution [prononcée par une sorte d’État diffus], une application de la loi musulmane (au singulier, souligné par moi), et c’est la première fois, je crois, que ça ressort avec autant d’évidence. Charlie Hebdo était condamné par des fatwas de­puis des années, l’UOIF était explicite et avait épuisée les voies lé­gales de re­cours, c’était clair à qui voulait le savoir – je dois avouer que je re­gardais Charb comme un homme mort – et les islamo-gau­chistes lui tom­baient dessus à bras raccourcis depuis au moins 2011 en traitant le comité de rédaction de tous les noms en attendant que la Tcheka s’en occupe ; c’est chose faite. »

« Les réactions anti-musulmanes

Le premier, marginal, ce sont les réactions anti-musulmanes dans les deux semaines qui ont sui­vi, qui ont été rapportées par diverses institutions, dont cer­taines extrêmement suspectes puisque mili­tantes islamistes comme l’Observat­oire de l’Islamo­phobie. On a assisté à une centaine d’actes, les plus conséquents étant des tirs d’armes à feu contre des mosquées fermées ou des lancers de têtes de porcs, ou des tags… Mais la grande majorité des actes ont été de simples in­sultes, dont on ne connaît pas les cir­constances, mais dont le nombre est trois à quatre fois inférieur à celui des femmes portant la burqa of­ficiellement recen­sées sur le territoire [10]… On reste donc dans le symbolique et l’ultra-minoritaire. (…)

Là, comme depuis trente ans, la stratégie isla­miste visant à déclencher des ratonnades pour faire basculer le camp musulman échoue lamentable­ment. Tout se passe comme si le racisme qu’ils im­putent à l’Occident n’était qu’une projection de leur incapacité de principe à concevoir une société cher­chant à instaurer une égalité entre les gens, les cultures et les confessions. » (on lit plusieurs fois en se demandant si nous vivons dans le même pays, nda)

 « “Les islamistes sont une infime minorité”

Le premier pilier, c’est que les terroristes, les isla­mistes et leurs amis sont une toute, toute petite mi­norité, minuscule, insignifiante, riquiqui, pas de quoi s’affoler vraiment. Et pourtant, dès les heures qui ont suivi le massacre de Char­lie-Hebdo, on a vu prolifé­rer sur les « réseaux sociaux » informatisés des mil­liers de messages faisant l’apologie du terrorisme, explicitement. On aurait pu croire que la vague d’in­dignation qui leur a répondu les aurait fait rentrer sous terre – raté : ils ont resurgi sous la forme « Je ne suis pas Charlie » que les isla­mo-gauchistes ont tenté de désamorcer en le prenant à leur compte. Ce genre de propos a également pris une ampleur impressionnante lors de la minute de silence dans les établissements scolaires mais ils n’ont pas émané que d’adoles­cents, loin de là : des profs de fac et des conseillers municipaux ont aussi été condamnés. Et l’immense majorité des « incidents » n’ont pas été rapporté, comme ceux survenus dans les écoles pri­maires, via les enfants ou les parents eux-mêmes, dont beaucoup ont été témoins. Même chose concer­nant les théo­ries du complot qui se sont multi­pliés partout, exonérant les as­sassins et, bien enten­du, l’islam, comme il est d’usage à chaque nouvelle monstruosité depuis au moins le 11 septembre, et comme la mentalité musul­mane en a coutume (souligné par moi, mais il faudrait tout souligner). En­core plus éclatante, l’absence massive des popula­tions immigrées, et particu­lièrement arabo-musul­manes des manifesta­tions de solidarité, y compris en banlieue parisienne et y compris le 11 janvier.

(…) Je crois que ça a troublé pas mal de monde, cette défection dans un moment de recueille­ment collectif, où la société éparpillé se rassemble ex­ceptionnellement, a minima, pour dire qu’elle re­fuse la barbarie… » (n’oublions pas que nous lisons cela dans un texte « excellent », nda)

« L’islamisme violent ou patient bénéficie de nombreux soutiens, je vais en parler juste après, mais surtout de grands courants de sympathie et de bienveillance dans une partie im­portante de la popu­lation musulmane. Ça laisse un point d’inter­rogation qui est énorme, mais il n’est plus question en tout cas de dire que ce sont quelques bre­bis galeuses ou loups solitaires, au choix. »

« Autrement dit, les islamistes ne sont pas une petite minorité, et ils ne sont pas du tout sous contrôle de l’État. »

« Bref, impossible d’arri­ver à déterminer la propor­tion dans le mi­lieu musul­man de ceux qui ont des positions islamistes et ceux qui n’en ont pas. Et je pense personnellement, après de nombreuses discus­sions, que la frontière est extraordinairement mou­vante – c’est peu dire que cette situation est inquié­tante. Je ne parle pas des franges éclairées, imams ré­formateurs, croyants laïci­sés, syncrétistes ou mys­tiques ou plus simplement agnostiques et surtout athées, tous si rares et inaudibles dans le bruit média­tique, qui ne semblent n’avoir aucun public, et qui constitueront probablement les prochaines cibles des djihadistes.

Quoi qu’il en soit, existe maintenant le sentiment d’un corps étranger (souligné dans le texte) à la société, dont on ignore les effectifs, mais surtout un corps étranger qui se constitue progressivement lui-même comme corps et se rend peu à peu de lui-même étranger (idem) en faisant sécession d’avec l’imaginaire collectif sur des points fondateurs de l’histoire de la civilisation occidentale : la place de la religion, le statut des femmes, la visée de justice et d’égalité, etc. (on se frotte les yeux, nda). Et cela n’est pas dit, pas discible, pas concevable, d’où le malaise épais qui s’insinue dans toute la société au fil du temps. »

« Donner raison aux Le Pen

Le troisième point qui rend la situation impensable est justement qu’il est extrêmement difficile de rendre compte de toutes ces réalités sans avoir l’impression de donner raison aux Le Pen. (…)

La population ici est fondamentalement antiraciste, il suffit de regarder autour de soi : jusqu’au fin fond des campagnes, tout le monde a un copain, une connaissance (« je ne suis pas raciste, j’ai même un copain noir », nda), sinon un voisin, un commerçant, un collègue maghrébin ou immigré, qui est largement accepté ; l’ascension sociale et hiérarchique des Maghrébins est effective, et les propos xénophobes qu’on peut entendre sont sans conséquences pratiques (pour ceux qui les profèrent évidemment, nda). Ce n’est donc qu’avec une énorme réticence qu’une partie des Français donne raison, rétrospectivement au discours frontiste, à rebours et à reculons. Autrement dit, beaucoup de gens refusent d’affronter ces réalités, parce qu’elles entérineraient immédiatement les thèses frontistes, et ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas y échapper s’y rallient finalement. C’est que tout le monde observe, je crois, avec plus ou moins d’effarement autour de soi. (…)

Symétriquement côté musulman, c’est un peu la même chose : Lepen ne peut pas avoir raison contre nous depuis 40 ans, donc nous ne sommes responsables de rien et même pas de notre présence sur le sol français, et Allah ouak­bar  …»

« La société contre l’oligarchie

Il semble clair que la situation actuelle résulte des politiques menées depuis trente ou quarante ans, du regroupement familial à l’antiracisme bien-pensant, des menus scolaires confessionnels aux « politiques de la ville », de l’idéologie du multiculturalisme à l’installation des Frères Musulmans dans les institutions, etc. Que s’est-il passé durant tout ce temps-là et que cherche l’État là-dedans ? A-t-il voulu cette situation ou est-il dépassé ? Dans les deux cas, l’impression qui domine est que dans ce problème-là, l’oligarchie abandonne une bonne partie de la population à son sort, et que cette dernière se retrouve seule face à la situation, dans une société sans unité, sans projet, sans consistance… Les gens réalisent, peu à peu : L’État n’est plus avec nous, et il pourrait bien jouer contre nous, véritablement, sans contrepartie. » (on frémit en passant à ce que serait « l’autogestion populaire » version Lieux Communs)

« La loi anti-bur­qa n’est tout simplement pas applicable dans certaines zones, de peur d’émeutes comme à Trappes en 2013. Autrement dit, on a affaire à une dyna­mique popu­laire qui s’apparente à un vaste mouvement de déso­béissance [ca­pillaire] face auquel les moyens coercitifs de l’État ont toujours été limités. Il est clair que la question du voile n’a pas du tout été réglée par la loi (qui est d’ailleurs en elle-même liberti­cide) : elle est contour­née de multiples manières, et les tenues islamistes proli­fèrent plus que jamais dans la rue, les universi­tés, les entreprises… Qu’un légis­lateur veuille vrai­ment régler le problème, et il de­vra résolument sortir du cadre républicain du respect des liber­tés indivi­duelles et c’est ce qui est recherché ex­plicitement par les stratèges isla­mistes. Plus pro­blématique encore : des pans entier des institutions elles-mêmes pour­raient ne pas répondre. Par exemple dans beaucoup de quartiers, il y a de plus en plus de personnels et d’enseignants musulmans dans les écoles, les col­lèges et les lycées – preuve que l’« intégra­tion », au moins professionnelle fonc­tionne – : vont-ils réelle­ment ap­pliquer les directives officielles qui iraient contre leur propre éducation, leurs croyances, leurs situations ? Ce n’est déjà plus le cas. Même chose dans nombre de petites entreprises [ou même à la RATP, à la SNCF, dans les aéroports], au sein des forces de l’ordre (on a vu qu’A. Couli­baly avait une complice dans la gendarme­rie), ou même dans l’ar­mée, qui re­crute dans ces quartiers, et qui pour­rait se re­trouver divisée – on a vu qu’une dizaine d’anciens militaires français avaient re­joint l’État Islamique… (on ne peut plus se fier à personne, nda) Bref, on refuse de prendre conscience que c’est un pro­blème qui ne se résoudra, ou ne sera contenu, que si une bonne partie de la po­pulation se mobilise d’elle-même, c’est-à-dire indépen­damment des appa­reils et des organisations. La question du voile, par exemple, ne se poserait pas si une pression populaire existait dans l’espace publique – et si un espace public exis­tait encore. Mais pour de multiples raisons, des excellentes et des exé­crables, c’est in-envisa­geable, inimaginable pour 95 % des Français, éduqués dans la passivité poli­tique d’une part, le refus des discri­minations et de la déla­tion d’autre part et surtout l’in­différence mutuelle, l’atomisation sociale, l’insi­gnifiance culturelle, le consumérisme effréné. »

« Je ne crois pas du tout à ce qui se dit depuis six mois sur la possibilité d’une guerre civile. Parce qu’il fau­drait qu’il y ait deux camps constitués, et il n’y en a qu’un, celui des is­lamistes, éduqués depuis le plus jeune âge dans la haine contre Israël et les juifs en géné­ral et au sein desquels il y a maintenant de véri­table combattants, des guerriers – souvenons-nous de Merah donnant l’assaut aux policiers du RAID, stupéfaits (les pauvres !, nda).

Rien de tel du côté d’une population fran­çaise vieillissante et apathique, sans aucune tradition ni pratique ni intérêt militaire depuis une ou deux génér­ations, ça se voit lors des mouvements sociaux, qui sont toujours restés massi­vement paci­fiques, et quasiment sans aucune réserve de violence comme au­rait pu l’être les skineheads. » (on a bien lu ?, nda)

« Quel jeu de l’oligarchie ?

Justement, quel est le jeu de l’oligarchie ? On sait que l’immigration est une pièce maîtresse de sa stra­tégie depuis quarante ans (avec le soutien actif de toute l’extrême gauche), à la fois en tant que réser­voir de main d’œuvre docile mais aussi pour éclater la relative unité culturelle de chaque peuple européen (souligné par moi) à la fois source de nationalismes meurtriers et de mo­bilisations sociales. Le mo­dèle mul­ti-culturel décrit par J. Attali, par exemple, avec des villes-hôtels et des cam­pagnes de relégation est révélateur. Mais la passivité des dominants, voire leur complaisance, vis-à-vis de l’islamisme semble difficilement com­préhensible à moyen terme (les pétrodollars do­minent le court terme) : le chaos qui s’instaure leur permettra effectivement de surplomber la situation et d’en finir une bonne fois pour toute avec ces valeurs occidentales de l’émanci­pation, de la révolte, de l’égalité, etc., mais ça tend à rendre la société ingé­rable et à atteindre le fonction­nement capitaliste lui-même, qui exige quand même une relative paix sociale, des leviers étatiques qui répondent, une cor­ruption réduite, un minimum d’État de droit. Là on va vers un fonctionnement pré-moderne, clanique, communauta­riste… »

« Mort anthropologique de l’Occident ?

Dernière question, et je finirai là-dessus : une ré­action de la population fran­çaise (c’est qui ça ?, on suppose que dans cette « population française » ne figure pas le « corps étranger », nda), ou européenne ou même occidentale est-elle encore possible ? En for­çant le trait, la puissance de l’Occident ne réside plus que dans ses institu­tions héri­tées, sa technologie et ses armées. Ses populations sont totalement pas­sives, atomis­ées, atrophiées et ne semblent prêtes à mourir pour rien – la persévérance d’un Charb exas­pérait. Assiste-t-on à la mort anthropologique de l’Occident ou y a-t-il encore des ressources, endor­mies, de mobilisation so­ciale et politique, d’engage­ment pour orienter la marche du monde, ou est-on vraiment en pré­sence d’un troupeau infantilisé et ré­signé ? »

Collectif Lieux Communs

Janvier – mars 2015 (relu en septembre)

FIN DES CITATIONS … de « l’excellent texte ».

En conclusion.

Mon but au départ n’était pas de relancer la polémique, mais je pense que parfois il est « infiniment instructif » d’appeler un chat un chat et « excellent », un ennemi un ennemi. Je pense qu’une multiplication de notes de ce type pourrait permettre d’avancer sur une compréhension du 13 novembre. J’en ai réalisé d’autres mais ici je voulais m’en tenir à la liste de Lobo.

R.S

  1. Stive
    29/11/2015 à 10:57 | #1

    Le politique du: “le FN pose les bonnes questions…” c’était Fabius du temps de Mitterand.

  2. Lobo
    29/11/2015 à 21:43 | #2

    Je vais encore faire plaisir à Roland Simon en mettant en lien un article que j’aie beaucoup apprécié et qui, au passage, fait justice des crapuleuses prétentions racistes des Indigènes de la République. J’ai nommé : le site L’Herbe entre les pavés. C’est ici :
    http://lherbentrelespaves.fr/index.php?post/2015/06/02/RETOUR-SUR-JANVIER-2015

    A part ça, je trouve infiniment plus matière à réflexion dans les textes du groupe Lieux Communs (même s’il m’arrive souvent de m’agacer ou d’être franchement en désaccord avec eux) que dans tous les numéros de Théorie communiste.
    Ca s’appelle une divergence de fond et au fond tout le monde s’en fout puisque personne ne lit Théorie communiste et que de toute façon rien de ce qui s’y trouve ne tire à conséquence.

  3. C.
    29/11/2015 à 23:27 | #3

    Le collectif lieux communs porte bien son nom. C’est assez effarant de lire un tel ramassis de lieux communs. Malheureusement et bien que ce soit effarant, il n’y a pas à être surpris. Le voilà l’esprit du temps, la voilà l’idéologie dominante.

  4. Lobo
    30/11/2015 à 11:02 | #4

    “L’idéologie dominante” ! Et allez donc ! Et le prêt à penser, ne serait-il pas dominant ? Et le dogmatisme ? Et les raccourcis faciles et rassurants ? Et les certitudes bétonnées ? Etc. On peut évidemment être en désaccord avec certains textes du site Lieux Communs, un groupe qui, visiblement, ne fonctionne pas à la ligne juste, aux concepts qui expliquent tout clé en main, mais se risque à des recherches, des explorations, appuyées cependant sur une culture politique et philosophique qu’il est risible de qualifier d’idéologie dominante. Je suis souvent en désaccord avec eux, je goûte moins qu’eux les travaux de Castoriadis, mais j’ai tout de même la décence de ne pas qualifier leurs textes “d’idéologie dominante” ! A ce compte-là, tout ce qui ne se réfère pas explicitement aux travaux “communisateurs”, tout ce qui ne jargonne pas “programmatisme” “genre” et “race” est à ranger dans les poubelles de l’idéologie dominante ? Alain Bihr ? Tom Thomas ? Robert Kurz ? Anselm Jappe ? Moishe Postone ? les revues Réfractions, Ballast, Sortir de l’économie, les Giménologues, etc. ?
    Comme disait la chanson, “enfin, que tout le monde soye expulsé, y rest’ra pus que les anarchisses….”

  5. neuneu
    30/11/2015 à 12:45 | #5

    Lieux communs c’est pas ce collectif qui fait dans le méchoui paranoïaque islamophobe ?

  6. BL
    30/11/2015 à 14:40 | #6

    En effet il y a divergence de fond et en effet tout le monde s’en fout puisque personne ne lit TC la seule question c’est : pourquoi tu le lis? ( au moins un peu puisque tu cites des termes qu’en effet Tc utilise).

    Et surtout pourquoi tu t’exprimes ici si ce n’est pour nous dire que nous n’existons pas chose qui doit suffire à te réjouir puisque, selon toi même, tu ne le dis à personne puisque on existe effectivement pas!
    Donc il me semble que pour ton bien et que tu échappes au solipsisme tais-toi!
    BL

  7. Lobo
    30/11/2015 à 15:01 | #7

    Oui c’est ça. C’est d’ailleurs parce qu’il y a quelques arabes dans ce collectif qu’ils sont racistes et pas très intelligents. La haine de soi, en quelque sorte.
    Quant au terme “islamophobe”, quand donc cessera-t-on d’utiliser ce vocable idiot ?

  8. R.S
    30/11/2015 à 16:48 | #8

    Salut
    je n’ai jamais eu le plaisir de rencontrer Roland Simon (serais-je cet individu, le courier de Lobo s’apparenterait alors à de la dénonciation), c’est vrai qu’il m’arrive de lire Théorie Communiste (comme Lobo semble-t-il), mais il faudrait que Lobo, au lieu d’envoyer toujours la balle ailleurs, dise ce qu’il trouve d’ “excellent” dans CE texte de “Lieux Communs”. Quand on écrit, faut assumer.
    R.S

  9. C.
    30/11/2015 à 20:50 | #9

    Une chose me dérange fortement dans ce texte, c’est qu’il oppose « les français normaux » (les progressistes) aux autres qui sont d’origine « arabo-musulmane » (comme c’est à la mode de le dire) qui sont les méchants arriérés, ce qui me paraît franchement fumeux. Je rencontre de plus en plus de français non-musulmans et « de souche » comme disent les fachos, qui sur les questions des femmes, du couple, de la sexualité, du social, des Juifs, etc. n’ont rien à envier aux islamistes. Les valeurs sont à peu près les mêmes, les seules différences sont le voile et que nos bons gaulois se bitturent la gueule alors que les islamistes ne boivent pas d’alcool. Sortez de vos bulles militantes, allez à la rencontre du françaoui moyen, vous verrez que les populations d’origine maghrébine ne sont pas plus rétrogrades que le reste de la population, elle ne font que refléter à leur manière l’ambiance générale française dont elles sont aussi le produit.
    De plus, je ne crois pas avoir défendu l’idée de l’usage du concept de race ni proposé de mettre les œuvres de l’école de la critique de la valeur à la poubelle. Pas plus que je n’ai parlé « d’islamophobie », mais là ce texte est franchement douteux, Éric Zemmour aurait certainement très bien pu signer certains passages.

  10. neneu
    01/12/2015 à 09:59 | #10

    Aucune haine de soi. Etre “arabe” n’immunise pas contre le racisme, la xénophobie, la paranoïa. C’est une forme d’essentialisme (préalable au racisme) que de penser le contraire. Il suffit d’écouter l’émission de Vive La Sociale pour se rendre compte à quel point la paranoïa islamophobe touche Lieux Communs qui, du reste, relaient bien des d’articles et sites réacs. Une émission presque aussi épique que celles avec Jocelyn Bézencourt et Riposte Laïque sur Radio Libertaire où les animateurs radios de n’ont même pas fait l’effort de contester ce qu’ils entendaient. F*ck les robots et les rachos.

  11. Stive
    01/12/2015 à 11:40 | #11

    “Il peut exister une autre voie, la nôtre : Une égalité des droits, des devoirs et des revenus entre les individus, un régime de démocratie directe capable de prendre conscience de l’épuisement des ressources naturelles et d’instaurer une société décente, sobre et humaine. Prôner l’auto-gouvernement des peuples, c’est exiger de chacun qu’il prenne ses responsabilités contre les discours démagogiques. Plus que jamais, il y a à tenter de comprendre ce qui se passe, sans paranoïa ni angé­lisme, pour reprendre le projet d’émancipation de liberté et d’égalité, et parvenir à contrer toutes les tendance à la régression en posant à tous une seule question, et d’abord à soi-même : Quelle société voulez-vous ?”
    Collectif Lieux Communs – Mars 2014 –

    C’est pas beau comme lieux communs cette profession de foi d’un tract des mêmes ? Une véritable auberge espagnole que la litanie ci-dessus égrène dans un sac de nœuds où chacun peut s’y reconnaître ; le Collectif racole large, de la décroissance à la social-démocratie, en passant par l’humanisme émollient, ce qui peut lui donner un panel bien plus large de lecteurs que celui qui touche TC.

  12. R.S
    07/12/2015 à 19:57 | #12

    Salut
    Alors Lobo, l’exposé de l’excellence du texte de Lieux Communs, on attend toujours.
    R.S