Accueil > Du coté de la théorie/Around theory, Nouvelles du monde > Premier numéro de la revue chinoise « Chuang » qui vient de paraître

Premier numéro de la revue chinoise « Chuang » qui vient de paraître


Le premier numéro de la revue « Chuang » vient de paraître . Cette revue se reconnait dans le « cadre théorique de collectifs éditoriaux similaires à Endnotes, Sic, Kosmoprolet et d’autres qui parlent du communisme au présent. »

Nous en avons traduit l’éditorial http://chuangcn.org/journal/one/a-thousand-li/

chuang n)1

Quand la dynastie Qing a commencé son lent effondrement, des milliers de paysans ont été concentrés dans les villes portuaires pour remplir les docks et les sweatshops actifs, alimentés par l’argent étranger. Lorsque ces migrants sont morts du travail éreintant et de la violence de la vie dans les ports, leurs familles durent  souvent envoyer l’argent pour ramener les corps chez eux dans une pratique appelée «transporter un cadavre sur plus de mille li (mile chinois) » (qian li xing shi), sinon les âmes risquaient de se perdre et le malheur s’abattre sur toute la lignée.

La logistique de cette cérémonie était complexe. Après les bénédictions et les rituels prodigués par un prêtre taoïste, « les conducteurs de cadavres » devaient lier les corps debout en file indienne le long de poteaux de bambou, attachant les bambous à chaque extrémité de sorte que, quand ils marchaient, les corps rigides tendus entre eux semblent sauter de leur propre gré. Voyageant seulement de nuit, les « pilotes de cadavres » devaient faire sonner des cloches pour éloigner les vivants, la vue des migrants morts étant considérée comme apportant la malchance. Bien que quelque peu apocryphes, de nouveaux mythes sont nés de cette pratique, comme la transformation des cadavres sauteurs en Jiangshi, créatures vampiriques amenées à se nourrir de la force de vie des autres. Leur propre sang ayant été siphonné par les quais et les usines, ces travailleurs migrants ont été transformés en monstres digne d’une nouvelle réalité, celle des empires en ruine, des guerres civiles et de l’expansion insatiable de marchandises.

Ces rituels de mort et les mythes qui les entourent ont longtemps joué un rôle central dans les cultures du continent asiatique. Les funérailles n’étaient pas une cérémonie dans laquelle les morts étaient enfermés dans leur mauvais passé, mais plutôt un rite dans lequel les morts devenaient des parties constitutives d’une histoire forgée dans le présent. Grâce à ces rites et ces observances minutieuses, les générations mortes ont été transformées en racines de vie. Transporter des cadavres sur plus de mille li n’était pas du souvenir, donc, mais une étrange survie. Les créatures raidies marchaient depuis leurs usines, au travers de pays déchirés par la guerre, la famine et d’autres souffrances innommables pour régler définitivement, parmi leurs proches, dans la poussière de leur patrie, le sort d’un monde rural qui venait juste de prendre conscience de sa prochaine disparition.

Aujourd’hui, la Chine est elle-même devenue un spectre errant. Le monde rural est en train de mourir, mais des centaines de millions de travailleurs semblent encore coincés entre leur passé paysan et un avenir qui ne parvient pas à surgir. Deux décennies de croissance économique stupéfiante construite sur une série de bulles de crédit ont laissé un héritage du «développement» défini par les friches de complexes locatifs construits à côté de villes aux usine à moitié vides, remplies chaque année de toujours moins de travailleurs et de toujours plus de machines sans pilote. Pendant que les enfants de l’élite des centres financiers et administratifs du pays collectionnent des voitures de sport et les diplômes étrangers, les enfants des migrants d’aujourd’hui sont un peu plus garantis de la chance éphémère de finir en bouillie dans l’usine.

Comme les taux de croissance diminuent, le pays semble néanmoins conduit par une dynamique mécanique de morts-vivants. Les travailleurs sont mis à pied sans but vers lequel pour se retourner. Les ruralités abandonnent leurs terres en échange d’une fraction des condos construits dessus, perdant bientôt leur valeur dans une monnaie gonflée. Des paysages entiers sont empoisonnés par des décades d’expansion industrielle rapide, tandis que les centres urbains succombent à des glissements de terrain artificiels, des tremblements de terre et des explosions chimiques. Les émeutes et les grèves se multiplient, mais ne parviennent pas à se réaliser dans quelque chose de plus grand. La classe ouvrière a été démantelée. Il ne reste plus rien aujourd’hui que les générations mortes unies dans leur séparation, titubant dans le feu et la poussière

Tel est le caractère de l’instant présent, et c’est ici que nous commençons. Chuang est un collectif de communistes qui considèrent que la « question de la Chine » est d’une importance cruciale pour les contradictions du système économique mondial et les potentialités de son dépassement. Pour nous, cette question n’est pas essentiellement historique. Notre intérêt a peu à voir avec le professé socialisme dans un seul pays dirigé par un « Parti communiste » légué par les guerres paysannes du siècle dernier. Au contraire, la question soulevée par la Chine est ancrée dans le présent. En tant que pivot dans les réseaux de production mondiaux, les crises chinoises menacent le système capitaliste d’une façon différente des crises ailleurs. Un effondrement en Chine serait le signe d’une véritable crise systémique dans laquelle le dépassement du capitalisme pourrait à nouveau devenir l’horizon des luttes populaires.

Dans ce journal, notre objectif est de formuler un ensemble de théories lucides capables de comprendre la Chine contemporaine et ses trajectoires potentielles. Dans ce premier numéro, nous présentons notre cadre conceptuel de base et illustrons l’état actuel du conflit de classe en Chine. Nous incluons également des traductions de rapports et d’entretiens avec les prolétaires engagés dans ces luttes, complémentant notre théorie avec des sources primaires tirées de la dynamique de classe qui pourrait autrement rester abstraite. En général, nous voyons notre projet dans le cadre de la reprise récente dans la théorie marxiste du monde anglo-saxon, déclenchée par la crise économique de 2008 et les luttes qui ont suivi. Plus précisément, notre cadre théorique est tiré de l’œuvre de collectifs éditoriaux similaires à Endnotes, Sic, Kosmoprolet et d’autres qui parlent du communisme au présent. Un de nos objectifs est d’élargir ce cadre au-delà des États-Unis et de l’Europe. Dans le même temps, nous espérons augmenter la perspective globale de cette théorie en examinant les implications des tendances économiques chinoises hors de Chine

Pour comprendre la vie, cependant, il faut d’abord nous tourner vers les morts. Bien que le moment présent soit notre point de départ, nous sommes aussi une façon d’effectuer les rites funéraires pour les générations mortes qui ont peuplé l’effondrement de l’horizon communiste en Asie orientale. Cette question s’ouvre donc par un article détaillé sur l’ère socialiste, « Sorgo et acier: Le régime du développement socialiste et la forge de la Chine » la première d’une série en trois parties visant à raconter une nouvelle histoire matérialiste de la Chine moderne (les deux parties suivantes seront incluses dans les prochains numéros).

L’histoire que nous passons en revue dans cet article ne vise pas à faire revivre de vieilles batailles intestines au sein de la gauche, ni à se livrer à un jeu de reconstitutions historiques dans lequel nous orienterions notre direction politique selon un ensemble de coordonnées depuis longtemps obsolètes. En revanche, nous espérons que notre histoire économique de la Chine pourra donner un aperçu des conflits contemporains dans la région, éclairant à la fois l’héritage du régime de développement socialiste et les limites uniques à tout projet émancipateur qui se pose dans la plus grande nation du monde et la deuxième plus grande économie capitaliste, qui reste sous le contrôle d’un régime qui prétend toujours un engagement vers le communisme.

Cette histoire économique fournit également un exemple de nos méthodes. Plutôt que de traiter la Chine comme étant une exception anhistorique à la norme ou une copie conforme de l’Union soviétique, nous racontons la création de la Chine en tant que telle dans une région désunie, ravagée par la guerre. Notre thèse centrale est l’argument que la Chine elle-même est une invention moderne, définie par la création d’une économie nationale à l’époque socialiste. Mises à part les implications que cela a pour la façon dont nous percevons cette époque, c’est également important pour la compréhension du partage intra-classes contemporain, ainsi que pour le caractère du nationalisme chinois et des conflits géopolitiques actuels.

Ces méthodes sont étendues au moment présent dans «Glanage dans les champs du Welfare: luttes rurales en Chine depuis 1959 » et « Ni avenir, ni retour en arrière: la Chine à l’ère des émeutes», qui mettent l’accent sur les conflits contemporains respectivement dans les campagnes et les villes. Chaque article est jumelé à des reportages et des interviews de personnes impliquées dans les luttes couvertes par les articles plus analytiques. Dans « Glanage dans les champs du Welfare » nous traçons la nature changeante des conflits des classes rurales au cours des dernières générations et nous décrivons comment les luttes les plus récentes ont eu tendance à prendre des caractéristiques de désespoir urbain. Dans « Ni avenir, ni retour en arrière », nous examinons la récente flambée de grèves et d’émeutes au sein des zones industrielles de Chine, analysant ces événements dans le cadre de la vague mondiale des luttes qui comprend le printemps arabe et le mouvement des places à  l’Ouest.

Tout au long des parties historiques de cette revue, nous cherchons à comprendre comment un projet communiste cherchant à détruire le vieux monde, empêcher l’avènement du capitalisme et construire une nouvelle alternative d’avenir a été lui-même transformé en un simple régime de développement. Cette expérience a émergé et évolué sous un horizon politique particulier hérité à la fois du mouvement ouvrier européen et de sa propre histoire de révolte paysanne millénariste- un horizon structuré par les conditions matérielles d’un système capitaliste nouvellement industriel, en pleine rapide expansion. Dans les articles portant sur le moment présent, nous examinons une Chine où ces conditions ne tiennent plus.

Lorsque cet horizon s’est finalement bouché, il l’a pas été à cause d’une perte de foi, d’un changement de faction ou d’une sorte de trahison morale, mais parce que ses conditions avaient changé. La fermeture de cet horizon a également provoqué la dérive de la plupart des communistes, pris au piège dans un projet de développement qui dépendait de la suppression du reste des potentiels émancipateurs pour sa propre survie. D’autres se sont fourvoyés dans des sectes obsolètes, obsédés par le culte des révolutions perdues depuis longtemps. Aujourd’hui, être communiste signifie accepter la réalité de ces échecs, mais aussi, reconnaissant que cet ancien horizon a disparu dans son intégralité, constater qu’un nouveau n’est pas encore (et peut-être jamais) apparu.  Cela signifie que notre communisme diffère de manière fondamentale de celle du siècle dernier. Néanmoins, comme eux, nous essayons de nous extirper d’une série de contingences destructrices. Accablé avec les morts, ce sera le début de nos mille li.