Accueil > Nouvelles du monde > C’est jaune, c’est moche et ça peut vous pourrir la vie…

C’est jaune, c’est moche et ça peut vous pourrir la vie…

Trouvé sur le net. Basique….c’est une première analyse… dndf

“Ce 17 novembre n’a pas encore eu lieu que pourtant déjà fleurissent un peu partout des commentaires qui érigent cet appel en « mouvement » . On parle ainsi d’agrégat de colères diverses et variées, de vent de révolte populaire au sens strict du terme, et de formes de mobilisation échappant aux organisations conventionnelles. Un mouvement social aux formes inédites et capable de dépasser la situation sociale actuelle serait en gestation ? Pour l’heure, le moteur et le seul trait commun de l’ensemble des appels à l’action est une grogne antifiscale, devant se manifester par le biais d’un blocage routier…”

Source

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. salle des machines
    19/11/2018 à 08:29 | #1

    Lu sur la page facebook de Guillaume Deloison

    « à propos des gilet jaunes

    La colère ne donne pas la science infuse. La colère est nécessaire à l’émancipation mais n’est pas toujours émancipatrice. L’horizon prolétarien et tout ce qui lui est lié, service publique, parti politique, syndicat, s’effondre car il est hérité d’une autre période. Mais il ne mobilise plus non pas simplement car il ne fait plus sens avec la situation actuelle mais aussi parce que depuis des décennies nous faisant face à une répression à touts les niveaux de toute mobilisation quelque peu subversive et émancipatrice. Si nous perdons ce n’est pas juste parce qu’essoufflés, mais parce que mutilé, et lorsqu’on voit comment son traité les gilets jaunes, autant dans la presse que par les CRS qui leur offre du serum phy’, il n’y a pas de doute à voir la dynamique réactionnaire qui s’exprime ici. Ce n’est pas simplement gangrené par la droite ou l’extrême droite, cela en est l’expression même dans sa banalité. Le capitalisme privilégiera tous ce qui lui évitera sa fin, notre émancipation. Il nous faudra plus que le spontanéisme de la colère pour organiser sa fin. Mais ce mouvement est plus complexe et il serait bien simpliste de le réduire à l’expression clair et organisé de la réaction, car a vrai dire c’est surtout la banalité de la réaction qui s’affiche ici, la confusion et tous ce qui témoigne de la décomposition politique des consciences. Parce que beaucoup sont de droite par défaut et sans même le verbaliser. On peut espérer qu’en se confrontant au politique cette agrégat de colère mette à jour les fractures sociales, que les jaunes comprennent ce qui les divisent plus que ce qui les réunie artificiellement, le nationalisme. Peut être que beaucoup comprendrons que le peuple n’existe pas, il n’est qu’une chimère qui masque toutes les fractures sociales, fracture de classe, de genre, de race auquel il faut s’attaquer. L’union ne se proclame pas mais se construit dans l’abolition de ce qui nous divise et nous hiérarchise. Le mouvement est surement préférable à l’apathie, mais il n’y a rien de pire que la réaction. Nous n’avancerons pas, dans et contre cette confusion avec de simple posture, il n’y a pas d’espoir à avoir, tous reste à faire et la lutte continue. Il n’y a aucune concession à faire, participer à cette confusion nous desservira, le populisme est toujours au service de la réaction, affrontons les avec discernement, comme nous luttons contre les insoumis qui avec cet événement achève leur transition vers la réaction. Ne laissons pas ce jaune nous éblouir, leur colère ne doivent pas en invisibilité d’autres, comme celle de Marseille qui s’exprime ces temps à la plaine. »

  2. salle des machines
    21/11/2018 à 09:08 | #2

    lu sur la page facebook de Guillaume Deloison le 21 novembre

    « Vraiment l’odeur est nauséabonde. Déjà, voir ce ridicule mouvement puant des gilets jaunes se développer, ça foutait la rage. Quand ils justifient la vacuité de leur revendication et de leur horizon prétendument révolutionnaire par des “il faut bien s’énerver” après plus de 2 ans et demi contre la loi travail, contre les élections, contre la libéralisation du service public, c’est indécent. Ils étaient où !? Ils sont où dans la lutte contre les violences policières, la sélection à l’université, la loi asile et immigration, etc !? Et ils seront où eux le 24 novembre !? Ils comptent peut-être faire la révolution sans remettre en question le capitalisme et sa reproduction !? On la connait celle-là et ce n’est pas la révolution mais son contraire. Sortir des “on peut plus consommer”, dans le contexte écologique et social actuel, c’est répugnant. Ça parle révolution mais ça réclame que rien ne change, ça réclame sans rien remettre en question, pour ne pas les prendre pour des réactionnaires faut vraiment les prendre pour des cons. Seul les naïfs et les gourou confus prophétisent le mouvement dans le sur place, le changement dans le statu quo.

    Mais voir tant de camarades plonger dans la complaisante, ça fout vraiment la rage. Quand ça se limite à une pure visée tactique d’influencer ce mouvement, à la rigueur je peux comprendre et l’accepte, même si je ne le ferais pas moi-même car je ne pense pas qu’il y ait de potentiel. Mais alors vraiment quand ça fait semblant d’argumenter, c’est insupportable. Gniagnia le mépris de classe !? Mais de quoi vous parlez ? Déjà cette manif, elle est profondément interclassiste, ce n’est pas le prolétariat qui est dehors là. Dehors, ils sont encore plus blancs que dans les manifs syndicales. C’est une classe moyenne au sens large qui adore se penser comme le prolétariat même s’il n’en est rien, car ils ne sont tous plus ou moins que des petits chefs, des gens qui voient les autres crever et qui voient que ce sera bientôt leur tour. Faut vraiment n’avoir aucune solidité théorique sur ce qu’est le mode d’exploitation actuel et sa hiérarchie mondiale au-delà de la bêtise de croire que le prolétariat aurait la science infuse parce qu’ils subissent l’exploitation. Subir la hiérarchie ne suffit pas pour vouloir l’abolir, j’aimerais mais c’est faux, les lèche-culs et autres obéissants adorent servir et feraient n’importe quoi pour monter sur le dos des autres. C’est précisément pour lutter contre ces rapports sociaux que je suis anarchiste.

    Mais là, voir génération ingouvernable appeler à les rejoindre le 24 novembre… plutôt que d’appeler à rejoindre la manifestation contre les violences sexistes et sexuelles (tous et toutes là-bas d’ailleurs si vous voulez exprimer votre colère, la violence sexiste est au cœur de la division sexuelle du travail) vraiment ça me rend ouf… j’ai tellement envie de les insulter. L’appelisme (même si GI n’est pas qu’appeliste, et qu’ils sont aussi pour beaucoup un simple moyen de converger sur des thèmes révolutionnaires, on sait à quoi s’en tenir) montre ici ses aspects les plus nauséabonds. Heureusement pour beaucoup ils sont complètement ignares de leur propre corpus théorique qui a toujours été nauséabond : Heidegger ce nazi dont l’œuvre se résume à un mauvais poème antisémite et excluant, nationaliste et autoritaire. Malheureusement, tout ce qui subsiste de Heidegger dans l’appelisme suffit à les rendre ineptes théoriquement. Le romantisme qui les épargne de tout effort critique. Selon eux, on ne pourrait rien prévoir de la suite de ce mouvement, mais leur ignorance n’est qu’un prétexte pour suivre tout ce qui bouge. Tout ce qu’ils veulent, c’est une occasion de déblatérer leur verbiage, de prendre de la place, de se valoriser, de se gargariser. Ils luttent mais pas pour vivre libres. Le résultat leur importe peu, tant qu’ils peuvent déblatérer leur vide théorique comme les bourgeois qu’ils dénie être, qui lutte comme ils font du tennis après leurs cours a l’ENS, ou tant qu’ils peuvent jouer aux paysans comme les traitre qu’ils sont à NDDL. Heureusement qu’on allume des barricades avec des Appels, c’est encore là tout ce qu’ils ont d’utile. Plus jamais je ne les appelle camarades ou compas.

    Tout ce qu’on peut espérer des gilets jaunes, c’est que leur fracture maintenant claire, qui exprime ce qu’ils sont dans leur confusion (propos racistes, salut nazi, agressions physiques contre action de blocage et sabotage intéressant (sisi “nous sommes tous des casseurs” après tout), fixette sur l’immigration contre critique de l’écologie libérale etc, les fractures sont évidemment nombreuses et auront peut-être un intérêt) les pousse à la scission, qu’ils arrêtent avec leur apolitisme qui ne cache toujours que l’extrême-droite et que cela les pousse à adopter un horizon égalitaire clair. A ce moment-là, peut-être, en mouvement ils dépasseront chaque limite de la lutte, et nous ne nous arrêterons que lorsque nous serons libres. Mais j’y crois peu. Dans tous les cas on ne fait pas la révolution avec des fascistes, aucune citation ne pourra masquer cette évidence »

  3. 21/11/2018 à 21:14 | #3

    La preuve en actes de ce qui est dit ci-dessus :

    “Depuis samedi dernier, dans le département de la Somme, des Gilets Jaunes se relaient jour et nuit aux deux barrages filtrants mis en place sur la commune de Flixecourt. L’un de leur barrage est situé au carrefour de l’autoroute A16 et de la zone d’activités de la ville. Tôt mardi martin, les manifestants ont arrêté un camion-citerne immatriculé en Belgique qui sortait de l’autoroute.

    A 7 heures du matin, le chauffeur en a profité pour faire une pause-café avec les manifestants qui bloquaient sa route. Ces derniers ont alors entendu des bruits qui venaient de l’intérieur de sa citerne. « Il y a des migrants dans les cuves ! y en a là », peut-on entendre dans une vidéo partagée par un Gilet Jaune sur son compte Facebook.”

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/quand-des-gilets-jaunes-remettent-des-migrants-aux-gendarmes-21-11-2018-7948308.php#xtor=AD-1481423552

  4. vlad2
    22/11/2018 à 16:11 | #4

    Réalité complexe, simplifications innopportunnes ?

    [ NOUS RELAYONS ] ✊ L’Appel de Saint-Nazaire, lu hier par le “Mouvement des Gilets Jaunes de la zone portuaire de Saint-Nazaire”.

    Ce texte nous a immensément touché. Chaque phrase, chaque mot a fait mouche. On pourrait le signer tant il met en mot ce que nous, et beaucoup d’autres humains en France et ailleurs, ressentons.

    C’est pourquoi nous diffusons cet Appel de Saint-Nazaire.
    I
    l mérite d’être entendu, diffusé et surtout suivi.
    Partagez-le, diffusez-le, parlez-en autour de vous.

    Soyons au rendez-vous samedi.

    Crédit vidéo : Facebook de “Jean-Marc Watellet” :

    https://www.facebook.com/jeanmarc.watellet/videos/10205352948579477/

    https://www.facebook.com/osonscauser/videos/289558331677442/

    Macron envoie les CRS contre les Gilets jaunes pour débloquer les dépôts pétroliers et les raffineries

    Par Anthony Torres
    22 novembre 2018

    https://www.wsws.org/fr/articles/2018/11/22/macr-n22.html

  5. Anonyme
    22/11/2018 à 18:07 | #5

    L’Appel de Saint-Nazaire
    Un appel qui pu la mort…peuple peuple peuple…

  6. Anonyme
    22/11/2018 à 18:13 | #6

    Attention à cet appel à la con qui pu le faf

  7. ad
    22/11/2018 à 20:17 | #7

    https://www.youtube.com/watch?v=gJV1gy9LUBg

    L’appel des gilets jaunes de la Zone Portuaire de Saint-Nazaire

  8. pepe
    22/11/2018 à 20:58 | #8

    En tout cas, sans employer de qualificatifs définitifs, on peut au moins dire que cet appel pourrait être signé par tout le monde sur l’échiquier politique, de Le Pen à Besancenot……

  9. Anonyme
    22/11/2018 à 21:11 | #9

    à se mettre sous la dent, plus subtil que les “simplifications inopportunes” (vlad2) des antifas : “Des gilets jaunes à ceux qui voient rouge” https://agitationautonome.com/2018/11/22/des-gilets-jaunes-a-ceux-qui-voient-rouge/?fbclid=IwAR0nCPSlQIV5cDAXmqFozdc_lJFJsxbsAeEVZ-UxGQaF7AlGZ4wWsxzwZQU

    suggestion : plutôt qu’affirmer le caractère d’emblée “poujadiste” car portant sur les taxes, s’interroger sur le blocage de la revendication salariale depuis 2 décennies (“illégitimité de la revendication salariale”, TC)

    ici, il n’y a pas de limite(s) parce qu’il n’y a pas de dynamique de dépassement. C’est un mouvement revendicatif, spontané et auto-organisé, en dehors d’un appel et d’un relais des syndicats. De ce point de vue c’est une première historique, et sur la forme sinon le contenu, c’est loin d’être inintéressant (tenir l’anti-politique et l’anti-orgas)

    dès que ça va “monter à Paris”, on retrouvera nos repères pépères, Blacks Blocs et activistes façon “cortèges de tête” infoutu d’auto-organiser sans l’organisation par les autres

  10. Otto Mattick
    22/11/2018 à 21:24 | #10

    Sur le site d’Agitations Autonomes :

    “Des gilets jaunes à ceux qui voient rouge”
    https://agitationautonome.com/2018/11/22/des-gilets-jaunes-a-ceux-qui-voient-rouge/

  11. Anonyme
    22/11/2018 à 23:15 | #11

    Ah, bon!

    “Nous n’attendrons plus que les solutions viennent d’en haut. Les directions politiques ,financières et industrielles seront toujours incapables de résoudre à notre place les problématiques sociales et environnementales que bien souvent elles ne voient même pas. La solution est en nous, en nous, les TRAVAILLEURS, CHÔMEURS, RETRAITES de toutes origines et de toutes couleurs.”
    vers la 4ème minute.