Accueil > Du coté de la théorie/Around theory > “Nous ont eu la réalité en rêve”

“Nous ont eu la réalité en rêve”

un des derniers textes des camarades italiens de “Il lato cattivo” dont l’introduction a été traduite par leurs soins

«La situation actuelle [ … ] est caractérisée par l’impasse des théories et des pratiques de l’action directe, qui pendant une décennie se sont opposé au projet de réorganisation de la société du démocratisme radical, résumée dans le slogan “un autre monde est possible”. Ces théories et ces pratiques – idéologiquement connotés comme “autonome” ou “anarchiste” – avaient et ont comme horizon, d’une part, le fait de poser le communisme comme une question d’actualité, et de l’autre – avec le rejet de toute médiation temporelle – de immédiatement le transformer en une série de formes de lutte, de comportements ou modes de vie , qu’on pourrait isoler comme un ensemble de pratiques déjà adéquates à la révolution communiste ou, plus succinctement, comme “le communisme en acte”. En ce sens, la promotion de l’alternative, bien qu’elle ne soit pas toujours clairement formulée ou pratiquée, est leur tendance naturelle.
La théorie de la communisation – ou au moins une partie de ses courants – est pris, d’une part, dans un échange fraternel d’insultes avec les zombies de la Gauche communiste historique (“bordiguiste” et “conseilliste”), et de l’autre, dans un affrontement enflammé et plus rentable avec toutes ces théories et ces pratiques de l’action directe. Sa spécificité est celle de ne pas les envisager comme étant une “déviation” idéologique par rapport à une norme, mais comme une manifestation nécessaire – parmi beaucoup d’autres – qui inclue à sa manière le contenu révolutionnaire du cycle de luttes actuel: la révolution sera immédiatement communiste ou ne sera pas.»

IL LATO CATTIVO

Aggiornamento del blog

Ci è venuta in sogno la realtà

Per un confronto con le pratiche e le teorie dell’azione diretta

Il Lato Cattivo

La congiuntura attuale […] è caratterizzata dall’impasse delle teorie e delle pratiche dell’azione diretta, che per circa un decennio si sono contrapposte frontalmente al progetto di riorganizzazione societaria del democratismo radicale, compendiato nello slogan «un altro mondo è possibile». Tali teorie e tali pratiche – ideologicamente connotate come “autonome” o “anarchiche” – avevano ed hanno come orizzonte il fatto, da un lato, di porre il comunismo come una questione attuale, e dall’altro – rifiutando ogni mediazione temporale –, di trasformarlo immediatamente in una serie di forme di lotta, di comportamenti o modi di vita, che sarebbe possibile isolare come insieme di pratiche già adeguate alla rivoluzione comunista o, più concisamente, come “il comunismo in atto”. In questo senso, la promozione dell’alternativa, sebbene non sia sempre chiaramente formulata o praticata, è la loro tendenza naturale.

La teoria della comunizzazione – o almeno alcune sue correnti – è presa, da un lato, in un fraterno scambio di insulti con gli zombie delle Sinistre Comuniste storiche (“bordighista” e “consiliarista”), dall’altro in un confronto acceso e più proficuo con tutte queste teorie e pratiche dell’azione diretta. La sua specificità è di non averle considerate come una “deviazione” ideologica rispetto ad una norma, ma come una manifestazione necessaria – tra molte altre – che racchiude a suo modo il contenuto rivoluzionario dell’attuale ciclo di lotte: la rivoluzione sarà immediatamente comunista o non sarà.

http://illatocattivo.blogspot.it/

 

  1. Pas encore de commentaire