Accueil > Nouvelles du monde > UKRAINE : bruits de bottes et restructuration

UKRAINE : bruits de bottes et restructuration

 

Alors que chaque camp gonfle ses muscles, que le Conseil de la Fédération russe (chambre haute) ait approuvé à l’unanimité «le recours sur le territoire de l’Ukraine aux forces armées russes et que l’ukraine mobilise ses réservistes, il s’agit de comprendre les enjeux stratégique et économique dans cette région de l’europe

Vladimir Poutine poursuit un objectif économique majeur à ses yeux : créer une union eurasienne en 2015. “Ce serait pour lui un pôle de puissance très fort pour dialoguer avec l’Union européenne sur un pied d’égalité, explique Anne de Tinguy  professeur à l’Inalco et au Céri Sciences-Po.

L’Accord Douanier est la dernière machine économique de guerre de la Russie pour tenter de reconstituer une entité politico-économique come ce qui fut la Comecon  ou la CEI. Constituée en 2010  cette union ne regroupe pour le moment que la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan. Elle prévoit pour les membres la libre circulation des marchandises sans droits de douane mais de tels droits pour le commerce avec l’extérieur e l’Union. Prévue pour contrebalancer l’UE ce processus d’intégration des pays de l’ex URSS  prévoit une évolution vers une union euroasiatique visant aussi à contrebalancer l’influence de la Chine en Asie.

————-

“pour évaluer correctement les dangers réels, nous devons analyser les manipulations et exagérations par la plupart des grands médias, et des sections de la gauche aussi, qui décrivent les relations entre la Russie, l’Europe et les Etats-Unis en termes géopolitiques. Cette approche minimise le fait évident que, depuis l’éclatement de l’Union soviétique, la Russie a été intégrée dans l’économie capitaliste mondiale non comme une grande puissance ou quelque chose de ressemblant, mais dans un rôle économique subordonné – celle d’un fournisseur de pétrole , de gaz, de métaux et autres matières premières dans le domaine manufacturier à l’étranger.”

http://peopleandnature.wordpress.com/2014/02/26/ukraine-2-a-political-earthquake-for-europe-and-russia/

 Merci à Victor pour la traduction

. Qu’en est-il de l’économie ukrainienne? Quel est le contexte à plus long terme à la crise?

G. Au milieu des années 1990, l’Ukraine a été jeté dans une crise encore plus profonde que la Russie. De larges pans de l’industrie de l’ère soviétique ont fermé, incapable de rivaliser sur les marchés mondiaux. Dans les années 1990 et au début des années 2000, des parties de la base industrielle qui pouvaient concurrencer ont été rachetés par des oligarques par la privatisation, et ont été consolidés dans les empires d’affaires qui dominent aujourd’hui. Le plus grand est le groupe SKM de Rinat Akhmetov, qui a commencé avec la sidérurgie et la construction d’usine, et a progressé dans l’extraction des métaux, le secteur de l’énergie et des télécommunications. A côté de ces empires, une grande partie des secteurs du transport et de la construction, ainsi que les services municipaux, l’éducation, la santé et le bien-être, sont restés dans le secteur public.

Les gouvernements successifs en Ukraine ont été politiquement faible, à la fois au regard de l’influence oligarchique, et par rapport au potentiel de mécontentement de la classe ouvrière – même si les conflits de travail n’ont pas été vraiment généralisés depuis le milieu des années 1990. Donc, d’une part, les oligarques évitent de payer l’impôt. D’autre part, le coût des salaires du secteur public, ainsi que les pensions et les autres prestations sociales, est relativement élevé par dollar de taxe perçue. (Un rapport de la Banque mondiale s’est plaint que «les gouvernements successifs ont relevé les salaires et les pensions du secteur public”, et qu’en 2009, les dépenses publiques était de 47% du PIB, y compris les pensions (18%) et les salaires du secteur public (12%). [4] )

Donc, les finances de l’Etat de l’Ukraine ont été maintenues à flot avec un souhait et une prière. Jusqu’en 2008, le boom des prix internationaux des produits de base signifie que les exportations d’acier, d’alliages de métaux ferreux et d’engrais chimiques – et, certaines années, le blé et d’autres produits agricoles – a beaucoup aidé. Il y a eu un stock de monnaie étrangère en banque ce qui a permis à la hryvna ukrainienne d’être raisonnablement stable.

Après la crise de 2008-09, l’Ukraine a fait la demande d’un des plus grands plans de sauvetage. Le FMI et les banques européennes, dont certains avaient beaucoup investi en Ukraine à partir du milieu des années 2000, désespéraient de pouvoir assurer la pérénité, à la fois des finances de l’Etat, et du système bancaire. Un programme de prêt du FMI a été aménagé pour l’Ukraine, avec des conditions néolibérales typiques: la masse salariale du secteur public a dû être réduite, le système des retraites devait être réformé, et les tarifs du gaz, de l’eau et de l’électricité devaient s’élever au-dessus des niveaux de recouvrement des coûts. Timochenko jusqu’en 2010 et Ianoukovitch depuis ont habilement évité la tenue des promesses que le gouvernement avait fait au FMI à l’époque.

Depuis quelques temps, l’importation du gaz russe rencontre des difficultés : l’industrie de l’ère soviétique de l’Ukraine et des infrastructures municipales en  dépendent fortement , les gouvernements post-soviétiques successifs ont passé beaucoup plus de temps à marchander avec les oligarques à propos des marges de revente du gaz que de s’inquiéter de la réduction de la dépendance de l’Ukraine à la Russie pour l’énergie. Pour sa part, la Russie a parfois offert des réductions de prix en échange de concessions politiques de Kiev – bien que souvent allant à l’encontre des objectifs de Gazprom, grand groupe appartenant à la compagnie de gaz de la Russie, qui (surprise, surprise, rien de nouveau dans le capitalisme “normal”) perçoit la vente du gaz comme un moyen de faire du profit. En 2009, Gazprom a fortement augmenté ses prix (il y avait des prix élevés du pétrole et du gaz partout à l’époque) et la compagnie de gaz de l’Ukraine a du mal à payer une facture de gaz qui avoisine les 7 à 14 milliards de dollars par an. Il a terminé l’année dernière avec une dette de $ 3,3 milliards, dont elle a versé $ 1,6 milliards la semaine dernière.

La ligne de fond est que, avec la crise Ianoukovitch, les finances de l’Etat de l’Ukraine seront réorganisées sous le regard attentif des institutions financières internationales. Combien de souffrances sont-ils prêts à infliger aux travailleurs? Regardez la Grèce.

Q. Qu’en est-il de ce bras de fer entre les puissances occidentales d’un côté et la Russie de l’autre? Est-ce que l’UE est en concurrence avec la Russie pour l’hégémonie économique sur l’Ukraine?

G. À certains égards. La concurrence économique a été renforcée par des objectifs politiques et stratégiques plus larges des deux côtés. L’accord proposé par le président russe Vladimir Poutine, et accepté par M. Ianoukovitch comme une alternative à l’accord d’association UE était incroyablement coûteux pour la Russie: 15 milliards de dollars de prêts, prix du gaz et un paquet de mesures visant à stimuler les importations ukrainiennes vers la Russie. (Les prêts devaient provenir directement d’un «fonds pour le bien-être national” Russe, et je doute que les familles russes  en difficulté, qui pourraient probablement utiliser ces 15 milliards de dollars pour sortir de la misère, ont été amusées.)

Quant à l’UE, après l’intégration de la  Bulgarie, de la Roumanie en 2007, et de la Croatie en 2013, les politiciens des pays riches et dominants ont tracé une ligne. Ni la Turquie, ni l’Ukraine – les deux grands pays avec de grands réserves de main-d’œuvre pas chères, et des tas de problèmes politiques et culturels – auront une chance de rejoindre l’UE dans un avenir proche. (Combien de députés conservateurs, remis en question par l’UKIP, ne seront jamais d’accord?!)

Les travailleurs ukrainiens sont bien conscients de cela: l’accès aux marchés du travail de l’UE via la migration (légale ou non) ne va pas s’élargir. Pour eux, un “processus d’intégration” à l’UE est assez vide de sens. Pour les politiciens ukrainiens, moins. Tout au long de la période post-soviétique, les gouvernements successifs, à Kiev, ont prouvé leur habilité à la manœuvre de concessions à l’Europe d’un côté, et à la Russie de l’autre, et à jouer l’une contre l’autre. Une telle marge de manœuvre a été fermée par la position prise par Poutine, et donc la difficulté en résultant a été l’une des causes secondaires de la disparition de M. Ianoukovitch.

Le colonialisme russe , dont l’Ukraine a toujours fait l’objet, joue une partie réelle ici, n’est-ce pas?

G. Bien sûr. L’Ukraine était la plus ancienne colonie de la Russie, et, tout comme l’Irlande du Nord est pleine de descendants (largement écossais) d’immigrants protestants du 19e siècle, l’Ukraine orientale est pleine de descendants russophones des vagues de travailleurs immigrés qui s’y sont installés au cours de l’industrialisation de la fin du 19ème et début du 20ème siècles – dont en premier lieu, les travailleurs de l’industrie que j’ai mentionnés ci-dessus.

Le jour où Ianoukovitch a disparu (le samedi 22 Février), les politiciens locaux de régions russophones de l’Ukraine se sont réunis à Kharkiv. Les revendications ont établies que Maidan était anti-russe; des appels à l’autonomie régionale et même à la séparation ont été fait. Le mercredi 26 Février , en Crimée, qui a longtemps eu l’autonomie politique et où la proportion de russophones est parmi les plus élevée, des manifestants pro-et anti-Maidan se sont affrontés. Des politiciens nationalistes russes ont fait des discours incendiaires.

Certains Ukrainiens pessimistes rappellent le soutien russe aux séparatistes en Abkhazie et en Ossétie du Sud, qui a contribué à déclencher la brève guerre russo-géorgienne de 2008. Ils disent que, sous Poutine, les ambitions de grande puissance de la Russie sont devenus tellement prononcées que Moscou utilisera tous les leviers de commande, peu importe les conséquences. Le Financial Times (lundi 24 Février) prévoit que Poutine “reviennent en arrière, plongeant le voisin de la Russie dans une guerre acharnée et destructrice”. Je pense que cela en dit plus sur les deux vues divergentes de ses éditorialistes du monde que toute évaluation sérieuse de ce qui à court terme possibles.

Je reconnais que, sous le capitalisme, la politique et l’idéologie prennent parfois le pas, et conduisent les gouvernements à faire des choses qui n’apportent aucun avantage économique et à court terme fassent beaucoup de torts. Et pour cette raison, je n’exclus pas le fort soutien de la Russie au séparatisme en Ukraine orientale, ou même, in extremis , la guerre civile. Mais je ne pense pas que ce soient les perspectives les plus probables à l’heure actuelle.

Il y a des risques énormes pour l’Etat russe. Non seulement l’incitation au conflit en Ukraine conduirait à une nouvelle dégradation des relations avec les puissances occidentales, notamment l’Allemagne, mais, surtout, il pourrait rebondir sous la forme d’un mécontentement social en Russie. Les millions de Russes avec famille et amis en Ukraine ne seraient guère prêts à prendre part à un conflit qui serait perçu comme inutile. En outre, une opposition vague à la dictature et à la corruption a été exprimée sur Maidan, Poutine n’a aucun moyen de savoir si ces exigences pourraient prendre en Russie elle-même.

Regardez l’histoire récente. En 2004, la “révolution orange” ukrainienne, déclenchée par la victoire de Ianoukovitch lors d’une élection falsifiée, horrifia Poutine et co. Ils n’aimaient pas l’engouement de Viktor Iouchtchenko, le leader “Orange”, pour l’OTAN. (ni la grande majorité des Ukrainiens, donc l’adhésion à l’OTAN n’allait probablement jamais se faire). Mais la plus grande crainte du Kremlin, et à juste titre, c’est que le mécontentement politique à grande échelle en Ukraine pourrait aider à déclencher des mouvements sociaux russes. En Janvier 2005, eu lieu la plus grande vague de protestations de la classe ouvrière au cours de deux premiers mandats de Poutine (2000-08), déclenchée par les tentatives visant à réduire et réorganiser les prestations sociales.

Plus récemment en 2011, la falsification des résultats des élections russes ont suscité la plus grande vague de protestations à laquelle Poutine n’a jamais été confronté. Je crois que cela a fait que le gouvernement russe redoute de déclencher des réactions en chaine imprévisibles en Ukraine. Et n’oubliez pas que si Poutine avait voulu déclencher les violences en Ukraine, il en a eu l’occasion idéale la semaine dernière, quand Ianoukovitch (après tout, le président démocratiquement élu), a en effet été menacé (après tout, inconstitutionnelle et avec violence) par Maidan. Si un soutien de la Russie a été offert dans les coulisses, il a été inefficace, comme nous l’avons tous vu.

Certes, rien n’est plus destructeur à la solidarité de la classe ouvrière et l’action collective de toutes sortes que le nationalisme, le séparatisme et les menaces de guerre civile. Mais pour évaluer correctement les dangers réels, nous devons analyser les manipulations et exagérations par la plupart des grands médias, et des sections de la gauche aussi, qui décrivent les relations entre la Russie, l’Europe et les Etats-Unis en termes géopolitiques. Cette approche minimise le fait évident que, depuis l’éclatement de l’Union soviétique, la Russie a été intégrée dans l’économie capitaliste mondiale non comme une grande puissance ou quelque chose de ressemblant, mais dans un rôle économique subordonné – celle d’un fournisseur de pétrole , de gaz, de métaux et autres matières premières dans le domaine manufacturier à l’étranger.

La part du pétrole et du gaz dans les recettes d’exportation de la Russie (maintenant environ 70%), le PIB (environ un quart), et son budget (environ un tiers) raconte une histoire de dépendance économique avec les pays plus forts. Tout au long de l’ère Poutine (c’est à dire à partir de 2000), tous les efforts de la Russie pour relancer son secteur productif, et le démarrage d’industries de haute technologie, ont rencontré peu ou pas de succès. Il n’y a tout simplement pas de base en Russie pour le développement comme grande puissance du 21ème siècle. Quels que soient les jeux militaires vicieux que Poutine joue dans le Caucase et en Asie centrale russe, il a été éclipsé par la Chine comme principale puissance économique et perd de plus en plus de terrain politique.

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. vladimir
    03/03/2014 à 10:04 | #1

    Bonjour,

    Merci d’avancer dans la comprehension des vrais enjeux economiques sans lesquels le futur present est incomprehensible.

    La base economique de la faible industrie russe est l’industrie de l’Ukraine,resultat de l’histoire de l’URSS.Cette base est vitale,au dela des nationalismes et des ideologies exprimées.

    Cette interdependance organique interdit au capital russe d’autre attitude que l’intransigance…,avec toutes les consequences..

    D’ou la contradiction explosive ? en cours

    …L’Ukraine doit être réduite à un pays où des travailleurs bien qualifiés et les membres des professions libérales gagnent des salaires qui se situent bien en dessous de ceux versés en Chine. Ce fait est d’une importance capitale pour l’Allemagne, le deuxième partenaire commercial de l’Ukraine (après la Russie) et, avec 7,4 milliards de dollars, le second plus important investisseur du pays.

    Tandis que pour les Etats-Unis l’isolement de la Russie se trouve au premier plan, l’Allemagne est intéressée à bénéficier économiquement de l’Ukraine qu’elle a déjà occupée militairement par deux fois, en 1918 et en 1941. Elle veut exploiter le pays en tant que plateforme de main d’œuvre bon marché en l’utilisant pour tirer les salaires encore plus vers le bas en Europe de l’est et même en Allemagne.

    D’après les statistiques de l’Institut de l’économie allemande (Instituts für deutsche Wirtschaft) les coûts de main-d’œuvre se situent au bas de l’échelle mondiale. Avec un coût de 2,50 dollars par heure travaillée, le coût horaire moyen (salaires bruts, plus d’autres coûts) des travailleurs et des employés se situe d’ores et déjà en-dessous de celui la Chine (3,17 dollars), de la Pologne (6,46 dollars) et de l’Espagne (21,88 dollars). En Allemagne, une heure travaillée coûte 35,66 dollars, c’est-à-dire 14 fois plus.

    L’Office ukrainien des statistiques estime que le salaire mensuel moyen s’élève à 3.073 hryvna (220 dollars). Les universitaires sont aussi très mal rémunérés….

    http://www.wsws.org/fr/articles/2014/mar2014/lutt-m01.shtml

    ..La devise ukrainienne, la hryvnia, a perdu le quart de sa valeur depuis le début de l’année, alors que les inquiétudes des investisseurs se multiplient avec la crise politique qui a entraîné la chute du président Viktor Ianoukovitch et les tensions séparatistes pro-russes en Crimée.

    L’Ukraine risque le défaut de paiement sans une rapide perfusion financière internationale…….

    http://www.lamontagne.fr/page-3/france-monde/actualites/economie-politique/eco-finances/2014/02/28/ukraine-la-banque-centrale-limite-les-retraits-a-1-000-euros-par-jour_1893883.html

  2. Stive
    04/03/2014 à 09:04 | #2

    La pénurie de plus-value par rapport à l’accumulation est sa pléthore par rapport à la
    réalisation : il n’y a pas de primauté. La baisse du taux de profit, c’est la réduction du travail
    nécessaire par rapport à la masse du capital en augmentation et la multiplication de la
    production pour rattraper la baisse du taux par la masse. On ne produit pas assez de plus-value, cela signifie on ne peut pas réaliser cette plus-value. En effet, on ne produit pas assez de plus-value, cela signifie la conversion en c a été trop considérable, cela signifie aussi (par définition et simultanément), absolument et relativement, le travail nécessaire réglant la consommation de la masse des producteurs est relativement et absolument descendu trop bas (ce n’est pas un rapport de cause à effet entre les deux ; la pénurie de plus-value est identique à sa pléthore).
    La raison ultime de toute véritable crise demeure toujours la pauvreté et la limitation de la
    consommation des masses qui n’est que la la baisse du taux de profit quand la croissance du taux de plus-value ne contrecarre plus cette baisse. La raison ultime de toute véritable crise demeure toujours la baisse du taux de profit qui n’est que la pauvreté et la limitation de la consommation des masses
    ( Théories des crises. RS).04/03/14 07:15
    Théorie(s) des crises – Sic – International journal for co…
    9 of 9
    http://sic.communisation.net/fr/théories-des-crises

    Cette brêvre citation donne le cadre de la crise et son expression en Ukraine. Il faut regarder au delà des apparences, confortées par les médias et les différentes manoeuvres détournant un mouvement social vers les impasses de la défense de la patrie et de l’Etat, pour comprendre l’enjeu du “retour à la guerre froide”. Tout a été fait pour priver la rue de nouvelles initiatives, après avoir déchu le chef de l’Etat. La rue a cédé sans résistance aux sirènes de la démocratie et au parlement opportuniste. L’Etat n’a pas perdu la main, que du contraire, tout a été fait pour précipiter l’intervention de la Russie et noyer dans le patriotisme les fondements sociaux de la révolte ukrainienne.
    Emeutes et insurrections éclatent comme des foyers éparpillés sans embrasser la totalité.
    Peut-être qu’il va falloir attendre que la pauvreté se généralise mais aussi que les illusions envers les “havres démocratiques et consommationnistes” tel que l’Union européenne perdent leur forces d’attraction. Car la crise n’est toujours pas surmontée et le capital n’a toujours pas trouvé les outils d’une nouvelle valoristion du capital.

    S