Accueil > Nouvelles du monde > BOBIGNY, DÉBUT DE FUSION

BOBIGNY, DÉBUT DE FUSION

Nous relayons un article paru ce jour sur le site « lundimatin »

BOBIGNY, DÉBUT DE FUSION

bobigny

extraits

« Débarrassons-nous vite de l’enfumage journalistique : ceux qui ont commencé à s’en prendre à la police sur la passerelle Marie-Claire n’étaient pas quelques dizaines, comme l’a prétendu le Parisien ni extérieurs au rassemblement comme l’a soutenu le Monde. Ils en étaient une des composantes importantes, intimement mêlée à cette foule de milliers de personnes de tous âges et de toutes origines (on peut facilement doubler le chiffre de 2000 avancé par la préfecture) occupant un parc où nous étions censés rester confinés. Et ce qui a débordé de cet espace de contention, prenant la forme du caillassage des policiers, du bris de vitres et de l’incendie de poubelles et de voitures, c’étaient autant des corps, des corps las de piétiner dans le froid humide et l’immobilité forcée, que des passions partagées par tous : les deux mêmes passions qui animèrent les rues des grandes villes françaises au printemps dernier, la joie et la colère »

lire la suite : https://lundi.am/Bobigny-debut-de-fusion

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. sovietine
    13/02/2017 à 18:23 | #1

    Salut! Pourquoi vous relayez ça? En quoi l’avis de Quadruppani serait spécialement intéressant? En ce qui me concerne ce ton rebello romantique où on serait toutes et tous rassemblées, des féministes des années 70 aux prolétaires habitant dans les périphéries et subissant le racisme, sous le regard de l’intellectuel blanc de gauche qui tripe sur la violence et la joie de l’émeute des jeunes, c’est justement tout le problème des cortèges de tête et des « générations ingouvernable », cette attente d’être enfin rejoint par le prolétariat et les femmes. Et mais, ceux qui subissent le racisme le classisme la violence des keufs ils se sont très bien organisés sans eux, et les femmes aussi d’ailleurs (tout ce qu’il y a d’intéressant c’est ce qui est dit à la tribule, il aurait ptêt pu se contenter d’en faire un compte-rendu!). Mais bon fermer sa gueule ou juste saluer la réaction des gens c’est pas possible pour celui qui doit toujours ouvrir sa gueule sur tout ou alors j’sais pas, il a jamais mis les pieds en banlieue Quadruppani? Je trouve vraiment que ça pue le paternalisme et que ça silencie la lutte des gens : « et, regardez, ils nous rejoignent nous qui étions contre la loi travail ces autres de banlieue ». Sans parler du racisme structurel qui est minimisé voir censuré sur certains médias alternatifs. Franchement, je ne comprends pas ce que ce texte apporte, à part d’être extrêmement problématique, ou à moins que vous vouliez faire du buzz! Ca rejoint bien la prose anarchiste, on est tous victimes de la violence policière, ce qui est à mon sens une insulte à tous ceux qui se font contrôler et insulter à longueur de journée, même si Quadruppani dit qu’il y a alliance. En fait, à Bobigny, vous croyez vraiment que c’est important que les autonomes-alternos soient là? Mais quelle présomption de sa propre importance!

  2. pepe
    13/02/2017 à 18:27 | #2

    Merci pour les commentaires divers et variés.
    Et merci de nous laisser choisir ce qu’on publie ou pas, même si cela peut déchaîner la critique, pertinente au demeurant!
    On relaie ce qui nous a intéressé, qui que ce soit qui l’ait écrit. On est toujours le vrai prolo de quelqu’un.
    « Ce qu’il y a de pénible avec la morale, c’est que c’est toujours la morale des autres », un auteur.