Accueil > Du coté de la théorie/Around theory, Nouvelles du monde > Grèce : « Les mémorandums sont terminés – La vie deviendra-t-elle magique ? »

Grèce : « Les mémorandums sont terminés – La vie deviendra-t-elle magique ? »

Texte publié par nos camarades grecs https://2008-2012.net/2018/06/23/memoranda-are-over-will-life-get-magical/


Huit ans se sont écoulés depuis la signature du premier mémorandum en mai 2010. Aujourd’hui, après l’accord de l’Eurogroupe, les mémorandums sont déclarés aboutis. Au lieu de la “sortie nette des mémorandums” dont le premier ministre, Alexis Tsipras, faisait la publicité, le résultat est plutôt une “supervision renforcée”. Quel est le résultat de ces huit dernières années ?

La réponse, en bref, c’est l’échec total. Et nous ne parlons pas seulement du point de vue de la vie quotidienne du prolétariat, mais du point de vue de l’économie grecque. Le but de ces mémorandums était d’accroître la compétitivité de la Grèce sur les marchés internationaux. En effet, le marché du travail grec est devenu plus compétitif, mais en vain. La moyenne des investissements directs étrangers après la crise est supérieure à celle d’avant la crise, mais n’a aucune signification dramatique pour l’économie grecque, et la majorité des investissements provenaient d’autres États membres de l’UE[1]. Les exportations grecques ne sont pas non plus en bon état – une des idées de base derrière une monnaie comme l’euro. Selon les données de 2015, seules 2,5% des entreprises grecques exportent[2]. Comme l’a dit le PDG d’Ernst & Young Grèce : “Même aujourd’hui, nous concentrons la discussion uniquement sur les questions fiscales. Si nous ne changeons pas, nous aurons un vrai problème de survie”. Parmi les entreprises exportatrices, 85% sont des “petites et trop petites” entreprises, ne représentant que 28% du total des exportations. Les 5 plus grandes entreprises représentent 25,9% des exportations totales. Comme l’a dit le PDG, encore une fois : “En ce qui concerne les exportations, la taille de l’entreprise est importante, car des fonds sont nécessaires pour investir dans l’innovation et les ressources humaines”. Et 73% des entreprises exportatrices avaient commencé leurs activités avant la crise, de sorte que les entreprises grecques n’ont pas essayé d’atteindre une orientation internationale pour survivre à la crise. La majorité des entreprises grecques sont reproduites au niveau du marché national.

Les entreprises grecques étant bloquées dans leur micro-monde national, la seule solution à la crise a été une dévaluation intérieure pour réduire à la fois les coûts de la main-d’œuvre et les prix des produits de base produits au niveau national. Selon un rapport de l’INE GSEE (Institut de recherche de la Confédération générale des travailleurs grecs), “ dans la construction, la baisse est d’environ 1/4 du prix initial, peut-être en raison des conditions extrêmement difficiles qui prévalent dans ce secteur de production. La diminution correspondante dans le secteur des services a été limitée à environ 10 %. Dans l’industrie manufacturière ou dans l’ensemble de l’industrie (à l’exclusion de la construction), les prix intérieurs n’ont pas suivi la réduction drastique des coûts unitaires de main-d’œuvre : Dans le cas du secteur manufacturier, la baisse de l’indice des prix sur l’ensemble de la période[2010-2016] n’a pas dépassé 3 %, tandis que la réduction des coûts salariaux unitaires est passée à 37,5 %, en raison d’importantes réductions des gains actuels et des gains de productivité[pas au sens marxiste]. Dans l’ensemble de l’industrie, à l’exclusion de la construction et incluant l’exploitation minière, la production d’énergie et le secteur de l’eau, des égouts et de la gestion des déchets, l’indice des prix a augmenté de 4,2 % par rapport à une réduction de 29,1 % du coût de la main-d’œuvre par unité de produit. Par conséquent, au lieu de la déflation concurrentielle voulue, dans le cas de l’industrie non liée à la construction, il y a eu une augmentation des marges bénéficiaires. La marge bénéficiaire moyenne de l’industrie manufacturière (calculée sur la base des coûts salariaux) a augmenté de 56 % entre 2010-2016, alors qu’elle est restée pratiquement la même pour le secteur des services et qu’elle a diminué pour l’industrie de la construction. L’industrie manufacturière ne s’est pas tournée vers une politique de restructuration agressive, destinée à accroître sa part sur les marchés internationaux, mais plutôt vers une politique d’augmentation de ses marges bénéficiaires sur le même volume de production. Les réductions dramatiques des salaires dans l’industrie manufacturière n’ont pas donné lieu aux prédictions de la théorie de la dévaluation intérieure (réductions de prix correspondantes, tout en augmentant la compétitivité et en améliorant la balance courante) […]”[3]”[3].

Nous devons également nous intéresser à l’industrie touristique. En 2017, les recettes du tourisme s’élevaient à 14,2 milliards d’euros pour environ 27,2 millions de touristes, la contribution totale du secteur touristique au PIB grec atteignant 27,3 %[4]. L’industrie du tourisme est également en train de changer ces dernières années en raison de la plate-forme Airbnb. A titre d’exemple, alors qu’en 2010, seules 32 maisons et chambres étaient disponibles pour la location d’hébergement touristique sur Airbnb à Athènes, en 2017, elles ont atteint 11.585[6]. Les hôteliers accusent Airbnb de concurrence déloyale et les considèrent comme un danger pour leurs entreprises, en particulier pour les hôtels de luxe. Les hôteliers font également valoir que pour rester compétitifs, ils ont eux-mêmes absorbé l’augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée afin de maintenir à peu près les mêmes prix pour leurs clients. Avec Airbnb, la composition des bénéficiaires des revenus du tourisme est en train de changer, car de nombreuses personnes qui ne sont que des propriétaires de maisons entrent maintenant sur la scène en essayant d’obtenir une petite part des recettes touristiques totales croissantes en raison de la demande touristique croissante. Les résultats de ces changements restent encore inconnus, surtout dans le cas d’une stagnation ou d’une réduction future de la demande.

Tout le processus de restructuration du capital grec que les Mémorandums tentaient d’obtenir a en réalité été mis de côté par le capital grec afin d’obtenir une plus grande rentabilité simplement en réduisant drastiquement les coûts du travail – les privatisations étant la seule exception à ce refus de restructuration. La seule façon pour l’État grec d’atteindre les objectifs fiscaux fixés par l’UE était de nouvelles taxes plus importantes et, bien sûr, des réductions budgétaires sur les prestations sociales déjà modestes[6]. Dans l’ensemble, le chant du capital grec reste tout à fait le même, mais avec un prolétariat plus grand et plus pauvre, et des classes moyennes et une petite-bourgeoisie plus réduites et plus pauvres. En général, le capital grec n’a pas changé son modus operandi, il a simplement abusé des seuls moyens qu’il connaissait pour la croissance : réductions de salaire, travail non déclaré, extraction de plus-value absolue. Le rôle de la Grèce dans l’UE restera le même : un geôlier pour les immigrants qui tentent de passer dans l’UE, un nœud dans le réseau commercial entre l’UE et la Chine, et bien sûr, une “station touristique”. Et malgré les réductions salariales spectaculaires, il ne s’agit encore que d’une zone de second ordre pour la main-d’œuvre bon marché afin d’attirer les investissements étrangers.

Du point de vue de la vie quotidienne du prolétariat, le paysage grec est infernal. Non seulement pour le moment, le prolétariat grec n’envisage même pas une lutte pour ses besoins quotidiens de base, mais il est seulement intéressé à récupérer sa souveraineté nationale, à la fois réelle (perdue en raison de la dénationalisation de l’Etat grec entrant dans la zone euro) et imaginaire (la prétendue remise en question de l’identité et de la souveraineté grecque en raison de la République de Macédoine). Pour l’instant, les seuls exemples majeurs de luttes concernant les conditions de vie du prolétariat sont les immigrants dans certains camps et centres de détention. Mais ils n’ont pas pu surpasser la répression, à la fois par l’Etat et les racistes locaux, et presque aucune solidarité n’est exercée par le prolétariat national, à l’exception de certains groupes locaux d’anarchistes et de gauchistes. Et, malheureusement, les conflits violents entre différents groupes ethniques et religieux d’immigrants vivant dans les mêmes camps et centres de détention ne sont pas moins souvent que leurs luttes pour leurs besoins…..

Notes :

  1. https://www.enterprisegreece.gov.gr/en/greece-today/why-greece/foreign-direct-investment & https://tradingeconomics.com/greece/foreign-direct-investment
  2. https://www.ey.com/gr/en/issues/business-environment/ey-survey-made-in-greece-the-greek-exports-challenge
  3. https://ineobservatory.gr/wp-content/uploads/2018/01/Policy-Brief-151.pdf
  4. http://www.kathimerini.gr/963230/article/oikonomia/ellhnikh-oikonomia/ews-kai-273-h-syneisfora-toy-toyrismoy-sto-aep-to-2017
  5. https://www.dikaiologitika.gr/eidhseis/oikonomia/202006/i-ellada-anakalyptei-tin-airbnb-eos-100-i-ayksisi-stis-misthoseis-spition-se-touristes
  6. Cela peut sembler contradictoire à première vue : avec les réductions de salaire et les augmentations d’impôts, et le chômage massif, comment le prolétariat est-il encore capable de se reproduire ? Nous devons garder à l’esprit que pour le prolétariat grec, les salaires ne sont pas toujours la seule source de subsistance. Une partie importante de la classe ouvrière n’est pas complètement privée de propriété et possède soit un petit terrain à la campagne (pour la consommation personnelle ou pour la vente des produits), soit un appartement dont elle reçoit un loyer. Les liens familiaux, qui se sont encore renforcés à la suite de la crise, sont les plus importants. Il n’est pas rare que des gens, même dans la trentaine, vivent encore avec leurs parents partageant les dépenses du ménage, et les grands-parents, malgré les réductions de pension, réduisent leurs dépenses personnelles au minimum possible pour survivre afin de donner de l’argent à leurs enfants ou petits-enfants. Bien sûr, tout ce qui précède n’est pas vrai pour les immigrants. Ils ne possèdent aucune propriété. Mais même avant la crise, ils vivaient déjà ensemble, même quatre personnes dans un appartement avec une seule chambre à coucher, afin de se débrouiller. Cette situation a été intensifiée par la crise.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

 

 

 

 

  1. 26/06/2018 à 20:45 | #1

    autrement dit, pas de cravate mais le garrot. Les prolos sont passés à tabac ;-)

    « La cigarette sans cravate… »
    https://dndf.org/?p=14617