Accueil > Du coté de la théorie/Around theory > Hic Salta communisation : “Théorie de l’interclassisme”

Hic Salta communisation : “Théorie de l’interclassisme”

Dernier texte mis en ligne sur le blog Hic Salta communisation

Ménage à trois: Episode 10 – Théorie de l’interclassisme

Episode 10 – Théorie de l’interclassisme

Dans les épisodes précédents, nous avons examiné quelques cas de luttes sociales où la CMS se bat en liaison avec le prolétariat. Compte tenu du fait que les deux classes ont des intérêts fondamentalement opposés, comment se fait-il qu’elles luttent ensemble? Jusqu’où leurs luttes communes peuvent-elles aller, et quels fruits peuvent-elles porter ? Disons tout de suite que la rupture entre les deux classes est inscrite dans la mécanique du ménage et que les luttes interclassistes sont globalement perdantes. C’est ce que nous allons mieux comprendre en examinant les choses d’un point de vue théorique. Nous procéderons selon le plan suivant : 

Introduction

1 – Équilibre des trois classes

  1. – Le ménage à trois (rappel)
  2. – Origine de la valeur nouvelle
  3.  Répartition des revenus
  4.  Revenu et consommation des capitalistes : l’État
    1. Financement de l’État : théorie de l’impôt
    2. Prélèvements fiscaux et taux d’exploitation
    3. Programmes sociaux et complément de revenu des classes salariées
    4. Intervention de l’État et valeur de la force de travail
    5. Législation sociale
    6. Endettement de l’État
    7. Dénationalisation de l’État

1.5 – Revenus et consommation du prolétariat et de la CMS

2 – Scènes de ménage à trois

  1. – Conflits du travail ou conflits de la régulation ?
    1. Les capitalistes contre les salariés
    2. Les capitalistes contre l’État
    3. L’État contre les salariés
  2. – Luttes interclassistes
    1. Formes communes de lutte
      1. Grève
      2. Manifestation
      3. Émeute
    2. Formes propres à chaque classe
    3. Objectifs des luttes interclassistes

3 – Conclusion : échec inéluctable des luttes interclassistes

Annexe : Émeutes en France et en Angleterre

lire la suite…

  1. ânonime
    26/02/2019 à 08:00 | #1

    caducité de la Théorie de la Communisation, suite

    c’est ici que Hic Salta ne saute pas

    l’arrière-garde théoricienne du prolétariat seul révolutionnaire
    croit s’en tirer par une pirouette sophistiquée

    UNE ERREUR ÉLÉMENTAIRE DE LOGIQUE FORMELLE
    NON DIALECTIQUE
    http://patlotch.forumactif.com/t108-sur-l-interclassisme-un-renversement-theorique-de-perspective-et-3-debats-en-1#1570

    noyau dur idéologique :
    deux problèmes imbriqués et non interrogés : l’inéluctabilité d’une révolution, et seul le prolétariat peut la faire

    interclassisme : vaine théorisation et refus de la confronter

    extrait :
    « depuis 40 ans, la théorie de la communisation n’apporte rien de plus à son moulin, pas un grain à moudre pour prouver que le prolétariat pas devenir classe révolutionnaire, ce que seul en son sein avait questionné Christian Charrier (La Matérielle). C’est cette “systématicité” et ce “syllogisme du prolétariat”, qui en font une théorie “déterministe”, ceci dans toutes ses variantes, BA/Hic Salta, Dauvé/troploin-DDT21, RS/Théorie Communiste

    alors depuis, ça bricole : RS/TC, (“dernier cycle de luttes”, “théorie de l’écart”, “conjoncture”), Dauvé (bien que troploin, “il va falloir attendre”, il le voit), BA/Hic Salta (CMS, “interclassisme”). TC “colmate” avec le genre, Hic Salta avec CMS et interclassisme, Dauvé fait du Dauvé et ne dit plus rien de nouveau (cf, “De la crise à la communisation”, 2017) »

  2. Christian L
    26/02/2019 à 13:51 | #2

    « « Ah ! Non ! C’est un peu court, jeune homme !
    On pouvait dire… oh ! Dieu ! … bien des choses en somme… »

    7 lignes pour les gilets jaunes

    2 – Scènes de ménage à trois

    2.2 – Luttes interclassistes

    « Un autre exemple est donné en France par le mouvement des Gilets Jaunes (fin 2018-début 2019). Après avoir supporté plusieurs réformes (retraites, droit du travail, fiscalité) réduisant leur niveau de vie, les couches inférieures de la CMS, du petit capital national, et une large fraction du prolétariat ont explosé de colère pour la raison dérisoire d’une taxe de quelques centimes d’euros sur les carburants. En même temps qu’ils en demandaient le retrait, les Gilets Jaunes ont aligné un grand nombre de revendications typiques des luttes interclassistes, dont la démission du président Macron et la démocratie « vraie » (Référendum d’Initiative Citoyenne). »

  3. Anonyme
    04/03/2019 à 11:52 | #3

    Y-a-t-il un livre de prévu pour tout ces excellents textes ?

  4. Anonyme
    06/03/2019 à 20:33 | #4

    @Anonyme
    D’après ce que m’avait dit BA il y a qqs semaines, la série sortira en tant que livre, mais ce n’est pas encore décidé chez quel éditeur.

  5. Christian L
    10/03/2019 à 19:07 | #5

    @Christian L

    L’auteur m’a fait remarquer à juste titre qu’il y avait aussi un autre passage dédié aux GJ, dont acte

    « 2.2.2 – Formes de lutte propres à chaque classe

    Même si des prolétaires peuvent participer à titre individuel aux mouvements des places, on ne les y trouve pas en tant que classe dans la mesure où le débat culturel ne les concerne pas. Par opposition aux places, les ronds-points où se regroupent les Gilets Jaunes comportent une plus grande part de prolétaires. C’est sans doute pour cette raison que, d’une part, les débats y sont nettement moins culturels, et que d’autre part les revendications économiques prolétariennes y sont très présentes (salaire minimum, retraites). Le principe d’un regroupement statique est sans rapport avec le mouvement des places : il n’est pas massif et il ne se déroule pas dans le centre-ville, près des lieux du pouvoir. Le regroupement sur les ronds-points dit d’abord que le transport en voiture individuelle est un poste de dépense vital pour un grand nombre de ménages, que ce n’est pas un choix qu’on fait par plaisir et au mépris des préoccupations écologiques. Ceci n’empêche pas le mouvement des Gilets Jaunes d’aller manifester dans les centre-villes ou de se bagarrer avec la police, ni par ailleurs d’être interclassiste. Mais à la différence des occupations de places, on peut dire que sur les ronds-points le prolétariat est apparu en tant que tel. »