Archive

Archives pour la catégorie ‘Du coté de la théorie/Around theory’

« Sous le travail, l’activité  » réédition

13/09/2016 2 commentaires

Publié initialement à l’été 1986 dans la revue n° 4 « La Banquise »

http://archivesautonomies.org/spip.php?article306

Collectif. Sous le travail, l’activité (Under the work, the activity)  

(Réédition, Postface de Gilles Dauvé).

(Republication, Gilles Dauvé’s afterword).

8 € TTC – 11 x 17,8 cm – 96 p.

ISBN : 979-10-96441-01-3 

Collection Réverbération.

a8786-asymc25cc25a7trie-sous_le_travail_lactivite-couv2b-2bcopie

Sortie le 8 septembre 2016.

 Le travail n’est pas la liberté, c’est certain. Pour autant, si le travail implique effectivement coercition et soumission, cela ne suffit pas à le définir. Le travail animé par un collectif de producteurs associés reste du travail, tant que l’activité ainsi autogérée demeure séparée de l’ensemble de la vie.

Plus que jamais un renouveau de la critique du travail s’impose, et c’est pourquoi nous republions dans la collection « Réverbération », ce texte vieux de trente ans qui n’a pas pris une ride. Ce texte est suivi d’une postface de Gilles Dauvé.

« le Monde ou rien » remarques sur l’agitation sociale en France au printemps 2016

05/09/2016 2 commentaires

« le Monde ou rien » remarques sur l’agitation sociale en France au printemps 2016

Alèssi Dell’ Umbria est l’auteur entre autres d’une Histoire universelle de Marseille, De l’an mil à l’an deux mille (Agone, 2006) et de C’est de la racaille ? Eh bien, j’en suis ! À propos de la révolte de l’automne 2005(L’Échappée, 2006). Sollicité par des amis latino-américains, il a rédigé à leur attention une analyse de la situation politique française.

(Ce texte a été écrit à l’intention de camarades latino-américains qui, du Mexique à l’Argentine, me demandent des éléments d’information et d’analyse sur l’agitation en France. Ce qui explique que beaucoup de précisions y soient formulées qui n’ont évidemment pas raison d’être pour des camarades français.)

« Le confort est la pire chose qui puisse arriver à un mouvement social, et c’est ce qui a accablé l’insurrection de Gezi. Pour qu’un mouvement reste en mouvement, il faut que quelque chose d’insupportable continue de le démanger, jour et nuit. Si rien ne vous gêne, si au contraire vous commencez à prendre vos aises, vous allez vous arrêter, et c’est normal ; le besoin de repères, de stabilité, est naturel. Or, se révolter, c’est être prêts à lutter contre ses propres besoins naturels. Pour se révolter, il faut se sentir fort mais démuni, démuni mais fort. L’inconfort est la seule force qui nous incitera à aller de l’avant. » 
Kenan Görgün, Rebellion Park. Lire la suite…

Nouvel article sur le blog DDT21 : « Sur la « question » des « femmes » », G. D., juillet 2016

23/07/2016 39 commentaires

Nouvel article sur le blog DDT21 : « Sur la « question » des « femmes » », G. D., juillet 2016.

Début du texte :

« Si, comme dit Marx dans les Manuscrits de 1844 en reprenant une idée de Fourier, le rapport entre sexes « permet de juger de tout le degré du développement humain », il doit permettre aussi de juger du degré du développement des révolutions. Mesurées à ce critère, les insurrections passées ont piètre figure, car on aurait du mal à en trouver où la domination masculine n’ait pas prévalu.  Ce fait indéniable, la théorie radicale ne le prend guère au sérieux. Traditionnellement, l’anarchisme n’y voyait pas une question particulière : la libération de l’humanité libérerait les femmes et les hommes. Depuis les années 1970 et la montée d’un mouvement féministe, de nombreux groupes anarchistes traitent les femmes comme une catégorie de plus – trop longtemps oubliée – à ajouter à la liste des catégories opprimées et porteuses de potentialités révolutionnaires. Quant aux marxistes, sous prétexte de replacer la partie « femmes » dans le tout « prolétariat » et de distinguer entre bourgeoises et prolétaires (distinction certainement essentielle), la plupart dissolvent « la femme » dans la classe. Malheureusement, sans cette partie-là, la totalité n’existe pas. Nous estimons au contraire impossible de penser l’émancipation des femmes comme une simple conséquence de l’émancipation humaine en général : c’en est une composante indispensable. »

LA SUITE ICI : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1010

ARTICLE AU FORMAT PDF ICI : https://ddt21.noblogs.org/files/2016/07/La-Question-des-Femmes-GD.pdf

« Califat et barbarie : En attendant Raqqa ». Nouvel article sur le blog DDT21

21/07/2016 Aucun commentaire

« Califat et barbarie : En attendant Raqqa » fait suite et prolonge « Califat & Barbarie », texte de Tristan Leoni publié en deux épisodes en novembre et décembre 2015, considérant cette fois moins l’État islamique lui-même que le sort de ses voisins immédiats, rebelles syriens, forces kurdes ou habitants cherchant à fuir cette zone de chaos.

« L’État islamique (EI) reculant sur tous les fronts et Raqqa, sa capitale politique, semblant sur le point de tomber aux mains des forces armées réunies de la liberté, de la démocratie, de la laïcité et peut-être même du féminisme. C’était fin 2015, mais huit mois plus tard c’est toujours le cas. Mais si le Califat n’en finit pas de mourir, la situation a évolué et une page se tourne. » LA SUITE ICI : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1030

L’ARTICLE EN PDF ICI : https://ddt21.noblogs.org/files/2016/07/Califat-et-Barbarie.-En-attendant-Raqqa.pdf

Premier numéro de la revue chinoise « Chuang » qui vient de paraître

19/07/2016 un commentaire

Le premier numéro de la revue « Chuang » vient de paraître . Cette revue se reconnait dans le « cadre théorique de collectifs éditoriaux similaires à Endnotes, Sic, Kosmoprolet et d’autres qui parlent du communisme au présent. »

Nous en avons traduit l’éditorial http://chuangcn.org/journal/one/a-thousand-li/

chuang n)1

Quand la dynastie Qing a commencé son lent effondrement, des milliers de paysans ont été concentrés dans les villes portuaires pour remplir les docks et les sweatshops actifs, alimentés par l’argent étranger. Lorsque ces migrants sont morts du travail éreintant et de la violence de la vie dans les ports, leurs familles durent  souvent envoyer l’argent pour ramener les corps chez eux dans une pratique appelée «transporter un cadavre sur plus de mille li (mile chinois) » (qian li xing shi), sinon les âmes risquaient de se perdre et le malheur s’abattre sur toute la lignée.

La logistique de cette cérémonie était complexe. Après les bénédictions et les rituels prodigués par un prêtre taoïste, « les conducteurs de cadavres » devaient lier les corps debout en file indienne le long de poteaux de bambou, attachant les bambous à chaque extrémité de sorte que, quand ils marchaient, les corps rigides tendus entre eux semblent sauter de leur propre gré. Voyageant seulement de nuit, les « pilotes de cadavres » devaient faire sonner des cloches pour éloigner les vivants, la vue des migrants morts étant considérée comme apportant la malchance. Bien que quelque peu apocryphes, de nouveaux mythes sont nés de cette pratique, comme la transformation des cadavres sauteurs en Jiangshi, créatures vampiriques amenées à se nourrir de la force de vie des autres. Leur propre sang ayant été siphonné par les quais et les usines, ces travailleurs migrants ont été transformés en monstres digne d’une nouvelle réalité, celle des empires en ruine, des guerres civiles et de l’expansion insatiable de marchandises. Lire la suite…

« Turquie : Erdogan, Gülen et la bourgeoisie pieuse et …l’armée »

17/07/2016 Aucun commentaire

Ces pages ont été écrites il y a un peu plus d’un an dans le cadre de la rédaction d’un ouvrage sur les turbulences qui affectent le Proche et le Moyen Orient (inachevé). Il ne s’agit pas d’une analyse directe des événements actuels en Turquie mais elles peuvent fournir un éclairage intéressant sur eux.

Turquie : Erdogan, Gülen et la bourgeoisie pieuse et …l’armée

« Tous les peuples n’ont pas les mêmes dispositions pour la production capitaliste. Quelques peuples d’origine très ancienne, comme les Turcs, n’en ont ni le tempérament ni les dispositions. Mais ce sont là des exceptions »  (Marx, Théories sur la plus-value, Ed. Sociales, t. 3, p. 532.)

La réalisation d’une totale libéralisation économique en Turquie a favorisé l’émergence d’une « bourgeoisie pieuse » parfaitement intégrée aux marchés internationaux[1]. En revanche, en Egypte, un programme de libéralisation plus contrôlé et réduit a limité le niveau de développement et d’intégration de cette bourgeoisie pieuse. Selon Sebnem Gumuscu, ce nouveau type de bourgeoisie se distingue des « classes populaires » de musulmans pieux par son niveau de revenus et de consommation et de la bourgeoisie séculière par sa piété et le maintien de ses croyances et pratiques religieuses.

            Par son étude comparative de la Turquie et de l’Egypte, Sebnem Gumuscu veut expliquer pour quelles raisons cette bourgeoisie pieuse s’est puissamment développée en Turquie tandis qu’elle est demeurée relativement faible en Egypte. Pour elle, la raison principale tient à la différence de degré de libéralisation économique entre les deux pays. En Turquie, principalement en Anatolie, une classe de petits entrepreneurs (marchands et industriels) ont bénéficié d’un vaste programme de libéralisation favorisant les exportations. En intégrant le marché mondial, ils ont connu une importante croissance de leur production et de leurs profits. Cette bourgeoisie qui avait tout à perdre dans une confrontation avec l’Etat a évité de s’engager dans des mouvements islamistes trop radicaux et a choisi des partis modérés à l’intérieur de l’islam politique, marginalisant tous ceux qui avaient une ligne dure. A l’inverse, en Egypte, la grande bourgeoisie pieuse, du fait d’une libéralisation constamment sous contrôle et inachevée (si ce n’est même en trompe-l’œil dans le cas des privatisations), demeure lourdement dépendante de l’Etat et pour cela doit préserver une grande distance avec les mouvements politiques islamiques, tandis que la petite bourgeoisie relativement plus indépendante soutient ces mouvements dont la tendance modérée des Frères musulmans. Le caractère particulier de la libéralisation en Egypte renforce le « big business » et refuse toutes chances de croissance au « small business ». La bourgeoisie pieuse apparait alors faible et divisée entre grande et petite bourgeoisies et ayant de grandes difficultés pour influencer le cours de l’islam politique. Lire la suite…

Il Lato Cattivo : « pour une lecture du vote Brexit »

02/07/2016 Aucun commentaire

traduction d’un texte paru sur la page facebook de nos camarades italiens

https://www.facebook.com/Il-Lato-Cattivo-839072959543347/timeline/

« pour une lecture du vote Brexit »

(extrait de «Il Lato Cattivo», n. 2, juin 2016)

brexit

[…] bien que le prolétaire ne se prive pas de revendiquer plus de démocratie et de libertés civiques, aujourd’hui, le plus souvent, on le pointe du doigt comme populiste, particulariste, passéiste, «communautariste», raciste, fasciste o islamiste, en somme comme pas-assez-démocratique. Nous allons donc conclure ce paragraphe avec quelques considérations (non exhaustives) sur la traduction des rapports de classe dans le domaine politique et/ou étatique. […] La mondialisation du capital a été en premier lieu une redéfinition des aires de péréquation du taux de profit. En lieu des monopoles fortement ancrés aux États-nations typiques de la période « fordiste », nous avons aujourd’hui une double péréquation du taux de profit, qui reste essentiellement nationale pour les petites et moyennes entreprises, et mondiale pour ce qui concerne les grands capitaux de l’automobile, de l’informatique, du pétrole et ainsi de suite . Le détachement de ces derniers des réalité nationales a, d’un côté, donné lieu aux attaques du Welfare State du deuxième après-guerre et, de l’autre, conduit à une déstabilisation de l’État-nation (ce qui ne signifie nullement disparition ou déclin irréversible) – «par le haut», par l’intermédiaire de l’intégration internationale; «par le bas», par la mise en concurrence de parties croissantes des diverses classes ouvrières «nationales» sur le marché mondial (délocalisations, migrations de masse, etc.). Lire la suite…

« Printemps sans soleil », une réponse aux critiques…..

29/06/2016 4 commentaires

@ AC, RS et les autres

Voici quelques éléments de réponse à vos critiques.

Tout d’abord, je rappelle que Printemps sans soleil est un tract. Pour ceux/celles (dont moi) qui l’ont écrit et diffusé au cours de la manif du 14 juin parmi les différentes composantes de la manif («cortège de tête» aussi bien que «syndicales»), il s’agissait de faire un bilan d’étape où l’on tentait de restituer (du moins une partie de) ce qu’on avait vu et vécu dans les manifs, dans les blocages, dans les assemblées etc. auxquelles ils nous est arrivé de participer. Le tract fut ensuite transcrit et publié sur DNDF, personne ne l’avait demandé, le tract n’était pas fait pour ça, cela s’est produit quand même : c’est bien si c’est pour «alimenter le débat», c’est décidément moins intéressant si ça devient une compétition à qui pisse plus loin. Il me semble archi-évident qu’un tract de ce type ne peut pas être lu ni critiqué comme un véritable texte théorique sur le mouvement, qui – outre une prétention d’exhaustivité d’autre portée – aurait aussi d’autres visées en ce qui concerne sa réception possible ou souhaitée. (Soit dit au passage, s’il fallait décortiquer tous les textes qui s’écrivent «à chaud» de la même manière que l’on fait avec la théorie lourde, il aurait fallu dire bien de choses sur le tract des grecs «beau comme du Lénine» en annexe à Tel Quel (TC 24), qui faisait tout un flan des affrontements entre KKE et émeutiers variés devant le parlement grecque… comme si c’était nouveau que les SO des partis staliniens tapent sur les gens qui les débordent. Lire la suite…

Toujours sur le refus de la Loi travail

21/06/2016 2 commentaires

(réponse à How high the moon  de AC et LG)

Il est vrai que je maîtrise mal « l’objet commentaire ». Admettons que j’ai mal lu les 256 mots d’AC, j’invoque pour ma défense qu’il a fallu 11 pages à AC et LG (AL) pour en fournir la bonne et véritable lecture. Le ton de ma réponse était un peu sec, mais à peine. Il y avait un désaccord et il était dit, c’est tout. Ma dernière phrase, celle sur la « tasse de café », était une « vacherie », c’est vrai. Elle répondait à la dernière phrase du commentaire dont aucune argumentation ne supprimera la condescendance. C’est tout aussi vrai.

Je découperai ma réponse en trois parties en précisant que les deux dernières n’ajoutent pas grand-chose à la première qui peut être lue indépendamment.

Premièrement, les objections et critiques d’AL reconnaissent le même fondement central au luttes actuelles (l’illégitimité de la revendication) mais n’ont qu’une vision unilatérale des ambivalences que je souligne dans mes deux courts textes. Ce fondement demeure alors un décor sans effet sur ce qui se déroule sur scène. Lire la suite…

PRINTEMPS SANS SOLEIL (Tentative de bilan en cours de route)

15/06/2016 9 commentaires

Pour alimenter les discussions en cours, nous reproduisons un tract distribué à la manifestation parisienne du 14 juin

PRINTEMPS SANS SOLEIL (Tentative de bilan en cours de route)

Ce texte se veut une contribution à l’auto-compréhension du mouvement social actuel ; il n’aspire pas pour autant à la neutralité ni à faire l’unanimité, c’est une tentative de bilan critique et engagée qui se propose de mettre en relief surtout la spécificité et les limites de ce mouvement. Face à ces dernières, nous n’avons pas de solution-miracle à mettre en avant, mais nous pensons qu’elle doivent être d’abord nommées et discutées pour que d’autres voies soient tout simplement pensables, d’autant plus que le risque d’un enterrement du mouvement à court terme n’est pas négligeable. Le mouvement social des derniers mois marque sur plusieurs points une rupture avec le passé : c’est un de ses aspects les plus positifs ; malgré ou peut-être à cause de cela, il est malheureusement plus facile de dire ce qu’il se laisse derrière que de voir vers quoi il pourrait se diriger. Lire la suite…

« ce n’est pas la manifestation qui déborde, c’est le débordement qui manifeste ».

13/06/2016 2 commentaires

Le site Médiapart publie ce lundi 13 juin 2016 un long entretien avec Julien Coupat: «La loi travail est l’affront qui fait  monter au front» dont nous avons extrait quelques passages.

La totalité du texte  ICI

Pas une seule référence de classe, comme d’hab…. Et très très optimiste!!!

******

« Ce qui se passe actuellement dans ce pays, c’est que la politique classique n’offre de toute évidence aucune issue à une situation devenue intolérable, et que de plus en plus de gens en prennent acte………………….

Ce que joue Philippe Martinez dans ce conflit, c’est la légitimité contestataire de son organisation par rapport aux autres formations syndicales, et sa propre légitimité contestataire au sein de cette organisation – légitimité qui lui faisait parfaitement défaut même après le dernier congrès de la CGT. Cela étant, à voir dans tant de villes le nombre de CGTistes qui rejoignent le cortège autonome de tête et défilent, drapeaux au vent, avec les jeunes masqués, quand ils ne s’organisent pas carrément avec eux, on ne peut sous-estimer la distance qui s’est faite, en bien des endroits, entre la direction et sa base. On ne s’explique d’ailleurs pas les postures prises par Philippe Martinez ces derniers temps si l’on ne mesure pas la nécessité, pour la direction, de résorber cette distance

Lire la suite…

« Nous avons reçu »

08/06/2016 2 commentaires

Stratégie quand tu nous tiens !! 

 « grève, blocage, sabotage… et stratégie »

« Dans le mouvement plutôt atypique de ces derniers mois, il y a des salariés qui participent aux journées de mobilisation d’une part, et ceux qui ne savent pas trop où se mettre mais voudraient continuer une fois passées les manifestations. Pour ces quelques militants, différentes alternatives se sont composées, aboutissant à des résultats sensiblement semblables : comités d’action, assemblées de luttes, segments radicaux des Nuits debout se sont conjointement développés dans la tendance aux actions de blocage. Ces blocages ont pu être de natures différentes : blocage de lieux de production (port de Gennevilliers, blocage de Macdo…) ou blocage de flux (rails, périphériques…). Mais quelles qu’aient été les lieux ou la nature du blocage (on parle ici uniquement des blocages organisés par des militants extérieurs, sont exclues les blocages dans le cadre d’un conflit de travail comme c’est le cas pour les routiers), ils semblent composer une stratégie obsolète à ce stade du mouvement, une stratégie qui n’est pas payante. Stratégie sur laquelle le mouvement aurait tout intérêt à prendre du recul, et à discuter. C’est sans mépris pour ceux qui font – et parmi lesquels nous nous trouvons – et en saluant les nombreuses initiatives qui ont lieu, ce qui est toujours mieux que rien, que nous rédigeons ce texte.

Lire la suite…

Sortie du deuxième numéro papier de « Il Lato Cattivo »

07/06/2016 Aucun commentaire

Traduction d’un extrait de l’éditorial

il lato cattivo 2
[…] on ne peut sauver une construction théorique au mépris de la réalité ; de même, se livrer à un pur plaidoyer du présent ne peut se faire qu’ au détriment d’un solide cadre théorique. Nous sommes donc retournés, encore une fois, à la source  – à Marx – en vue de parvenir à une compréhension de la phase actuelle qui soit la plus dialectique possible, qui contienne, aussi, la compréhension positive des choses ainsi que leur inéluctable déclin et leur nécessaire destruction. Celle qui, dans le premier n° de « Il Lato Cattivo », apparaissait comme « l’ère des émeutes » […], se précise comme la phase des révoltes politiques » marquée par l’interclassisme et l’hégémonie de la classe qui exprime le mieux cet interclassisme : la classe moyenne. Il nous serait facile de s’entendre sur le caractères transitoire de ces données, se dire simplement : cela passera. Il faut être en mesure d’expliquer pourquoi. C’est-à-dire : entrevoir ce qui pourrait constituer un dépassement de cette phase et de son inéluctable déclin ; montrer en somme que la révolution communiste n’est pas une immense manifestation des places ou un « mouvement social » étendu à la planète. Dans un texte de jeunesse, Marx écrit : la révolte industrielle[…] peut être partielle autant que le veut, elle recèle en soi une âme universelle ; la révolte politique peut être universelle autant qu’elle le veut, elle cache sous les formes les plus gigantesques un esprit étroit ». Pour reprendre et consacrer la formule, il était nécessaire de la transcrire dans la configuration actuelle du « symbolisme social » : distinguer les fondements de la « révolte politique » et de la « révolte industrielle », ainsi que la frontière qui les sépare ; il faut saisir le processus à travers lequel (aujourd’hui) la première absorbe la seconde ; il faut imaginer le processus inverse – renversement de la praxis – le moyen par lequel la seconde pourrait (demain?) dissoudre la première. Qu’est-ce aujourd’hui, cet « esprit étroit » de la révolte « politique » ? Qu’en est il de la « révolte industrielle » et de son « âme universelle » ? » 

Lire la suite…

Vient de paraître, à Montréal

06/06/2016 un commentaire

Nos camarades de La Sociale à Montréal viennent de publier deux brochures:

Couvert_astarian

Couvert_anticap

Pour les commander:  asociale@colba.net

« How High The Moon »

01/06/2016 un commentaire

Tous les échanges actuels autour du mouvement contre la loi Travail prennent soit la forme de posts ici même, soit de commentaires. La longueur vraiment importante de ce texte de réponse au commentaire de RS sur l’article de AC  justifie sa place centrale.
dndf

En réponse aux « Quelques remarques sur le commentaire d’AC » de RS

How high the moon
Is the name of this song
How high the moon
Though the words maybe wrong
We’re singin’ it because you ask for it
So we’re swingin’ it just for you

Pour commencer, un fait : le commentaire qui motive les « Quelques remarques » comporte 256 mots, auxquels RS répond par 1599 mots. Cette disproportion montre assez que répondre au commentaire n’est que secondairement l’objet des « Remarques », et que l’enjeu de cette réponse se situe ailleurs. On notera aussi le ton nettement agressif de RS, moins pour s’en offusquer que pour se demander ce qui le motive.

RS fait constamment à ce commentaire le reproche de ne pas contextualiser son propos ; il n’a guère contextualisé sa réponse, et il semblerait qu’il ne se soit pas demandé à quoi au juste il répondait. Il faut donc préciser : il s’agit d’une courte note qui tend à décrire, de façon forcément rapide, la situation du mouvement au moment où elle a été écrite. Ce commentaire, qui ne répond pas directement au texte qu’il commente, comporte trois paragraphes, dont les deux premiers commencent par « il me semble » et « il semblerait », et le dernier, d’une seule phrase, par « dans l’attente de » : il s’agit donc d’impressions (comme l’indique le verbe « sembler »), au conditionnel, et suspendues à la suite des événements. Lire la suite…

Ou trouver TC 25?

20/05/2016 Aucun commentaire
CouvNous publions ci-dessous les endroits ou vous trouverez d’ores et déjà TC 25.
Vous pouvez également la commander à cette adresse: theoriecommuniste2016@gmail.com

Lire la suite…

Nuit debout, le 49-3 et la démocratie

11/05/2016 2 commentaires

Extrait à chaud d’un texte en cours d’écriture, provisoirement intitulé “Nuit debout dans le mouvement contre la loi Travail”.

Le 10 mai 2016, alors que le gouvernement annonce le recours au 49-3 pour faire passer son texte, la Nuit debout parisienne joue pleinement son rôle politique d’encadrement citoyen en appelant à un rassemblement « spontané » (terme utilisé en remplacement de « sauvage », trop connoté), pacifique et « à visage découvert », devant l’Assemblée nationale. L’encadrement n’est pas une structure autoritaire : il se contente de placer les luttes à leur point le plus bas, là où elles finissent de toute façon quand elles échouent, il saisit la tendance et s’en empare, il l’exprime et la valorise, il fait de l’échec un programme.

Appeler le mouvement à un rassemblement devant l’Assemblée, pour contester le recours «antidémocratique» au 49-3, c’est créer une fixation autour de la démocratie dans sa critique interne : les députés, de droite comme de gauche, sont alors requalifiés en dignes représentants du peuple, bâillonnés par un exécutif totalitaire. Dénoncer le recours au 49-3 comme un « déni de démocratie », c’est affirmer le caractère démocratique du mouvement, c’est l’enfermer dans les formes de la revendication citoyenne. C’est l’amener à répéter les propos de Hollande contre le recours au 49-3 en 2006, en pensant pointer une contradiction interne, là où il n’y a que critique interne, sans que personne ne se pose la question : comment en arrive-t-on à faire siennes les paroles de l’ennemi ? Lire la suite…

Emeute à Baltimore . Commune de Baltimore?

11/05/2016 Aucun commentaire

 

« Les émeutes sont des luttes sur le prix des marchandises, les grèves sont des luttes sur le prix de la force de travail. »

Emeute à Baltimore . Commune de Baltimore?

http://www.versobooks.com/blogs/2614-baltimore-riot-baltimore-commune

Par Joshua Clover / 25 Avril 2016

baltimore 2
Image d’une jeune personne sur un vélo BMX, le 27 Avril 2015, les bras pleins de boîtes de céréales pillées. Les commentaires sur  Instagram  ont été le plus souvent expurgés. Ce qui reste : «merde de Baltimore», «haïssez les tous » La personne qui a redirigé cette image sur Twitter se demande « Pourquoi prendre des céréales ? » et poste une série d’émoticônes indiquant une incrédulité mortelle. Cela semble être une bonne question. Pourquoi ne pas prendre quelque chose de plus précieux, peut-être revendable? Ou pourquoi pas quelque chose qui exprime l’état d’exception de l’émeute, sa joie sans couvre-feu – quelque chose comme les pots de crème glacée avec lesquels certains de mes amis se sont retrouvés à Hackney, en l’été 2011? Ici, une erreur a été commise.
Lire la suite…

En attendant…..le prochain texte

10/05/2016 Aucun commentaire

Patience

Nous sommes en train de traduire le texte « Baltimore Riot. Baltimore Commune? » de Joshua Clover paru sur le blog :

http://www.versobooks.com/blogs/2614-baltimore-riot-baltimore-commune

A man carries items from a store as police vehicles burn, Monday, April 27, 2015, after the funeral of Freddie Gray in Baltimore. Gray died from spinal injuries about a week after he was arrested and transported in a Baltimore Police Department van. (AP Photo/Patrick Semansky)

Ce texte est une introduction à son livre Riot.Strike.Riot: La nouvelle ère des insurrections

De débordements en imbordements jusqu’à l’épuisement

03/05/2016 6 commentaires

(sur les manifs, les casseurs et les « Nuits debout »)

english version https://libcom.org/library/outbreaks-%E2%80%98inbreaks%E2%80%99-until-exhaustion-roland-simon

Les « débordements » de « manifestations revendicatrices » sont devenus leur cours même, la violence n’est plus une question, un extérieur ou un après, le « débordement » est la nature même du mouvement, le débord entre dans la chose même jusqu’à en être la nature connue, attendue, un « imbordement » pourrait-on dire. La question de la violence est absente, elle est, de fait, évacuée comme question. Il n’y a plus que les journaux de la télévision pour dire « les manifestants » et les « casseurs », même les flics et leurs porte-parole ne s’expriment plus ainsi.

« Ni loi, ni travail ». Une chose relie les manifestations contre la « loi travail » et les « Nuits debout » : l’illégitimité de la revendication salariale. Si elle les travaille de façon différente, c’est simplement parce que cette illégitimité travaille de façon différente l’ensemble de la société et cela ne peut pas aller sans conflits. La « convergence » ne se décrète pas, elle n’est même pas un objectif, la segmentation de la force de travail, les clivages raciaux et de genre ne se surajoutent pas à l’appartenance de classe, c’est la façon même dont celle-ci est concrètement vécue et, sur une même situation, les divergences ne sont pas que de point de vue, elles peuvent être réellement antagoniques. Il est impossible de faire l’économie des conflits réels et de la multiplicité des contradictions par leur pure reconnaissance et addition. Lire la suite…

DDT21 : Naissance d’une «question sexuelle»

27/04/2016 Aucun commentaire

Dernière parution du blog DDT21

Homo 03. Naissance d’une « question sexuelle »

 

Homo-03-question-sexuelle-300x222

Le troisième épisode de la série « Homo » est en ligne sur le blog DDT21 : « Naissance d’une « question sexuelle » » (G. D., avril 2016)

Les premières phrases de l’article :

« Pourquoi l’homosexualité, d’abord théorisée par ses défenseurs, l’a-t-elle été ensuite rapidement par des censeurs désireux de la réprimer ou de la « guérir » ? Parce que la modernité capitaliste a détaché « la sexualité », l’a créée comme réalité et catégorie à part. Avant, on censurait l’outrage aux autorités, à la religion, autant qu’à la morale sexuelle. Le 19e siècle laïcise les mœurs. Mais, tout en faisant du sexe un tabou, la société capitaliste ascendante le traite en objet de politique publique et de discours, elle promeut « la sexualité » comme phénomène à comprendre et à encadrer. La venue sur la scène publique de « l’homosexualité » est inséparable de celle d’une « question sexuelle ».
»

La suite ici : https://ddt21.noblogs.org/?page_id=888

Présentation de la série « Homo » ici : https://ddt21.noblogs.org/?p=815

C’est pas un pavé mais ça peut toujours servir….

26/04/2016 Aucun commentaire
marx_afficheMerci à « La sociale » de Montréal pour cette image.
Le texte ci dessous

Lire la suite…

Reprise

23/04/2016 Aucun commentaire

Reprise sur le site Mars-infos de

« L’impasse citoyenniste »

A propos des élans citoyens – du genre Nuit Debout – qui prennent à revers le mouvement de lutte des classes contre la Loi Travail, voici une critique, de 2001 mais toujours actuelle, du citoyennisme : « Le but avoué du citoyennisme est d’humaniser le capitalisme, de le rendre plus juste, de lui donner, en quelque sorte, un supplément d’âme. La lutte des classes est ici remplacée par la participation politique des citoyens, qui doivent non seulement élire des représentants, mais agir constamment pour faire pression sur eux afin qu’ils appliquent ce pour quoi ils sont élus. Les citoyens ne doivent naturellement en aucun cas se substituer aux pouvoirs publics. Ils peuvent de temps en temps pratiquer la « désobéissance civique », pour contraindre les pouvoirs publics à changer de politique.« 

La source

https://infokiosques.net/spip.php?article443

« Comme nous sommes obligés de le faire, nous le faisons très lentement… »

14/04/2016 Aucun commentaire

en écho au mouvement actuel sur le code du travail en France

« Comme nous sommes obligés de le faire, nous le faisons très lentement…« 

http://www.onda.la/2016/realslow

trabajoLe travailleur idéal: « Damned! Il semblerait que la boite ne fasse pas les bénéfices qu’elle devrait … eh bien, n’en disons pas plus! : demain je me barre sans compensation ni rien du tout … et comme je vais protester, j’appelle la police anti-émeute et qu’ils m’ouvrent la tête! »

À Los Angeles, être contre le Capital se présente généralement comme une position pro-travail ou pro travailleur. Le problème n’est jamais le travail lui-même, sa nature ou le fait que le travail soit salarié, mais plutôt l’extension du syndicalisme et l’augmentation des salaires. Prenons par exemple la campagne CLEAN Carwash, où les travailleurs des stations de lavage (qui sont surtout des hommes immigrants) sont syndiqués au local 675 des United Steelworkers. Bien que cette campagne apporte beaucoup d’améliorations des conditions travail et des salaires pour ces travailleurs, cela ne révèle pas que le travail d’un laveur de voiture peut et a déjà été automatisé. Mais bien sûr, le mouvement ouvrier affaibli n’est pas concerné du tout par le renversement du capitalisme ou l’abolition du travail. Ce rêve a été perdu avec le mouvement ouvrier.

Lire la suite…

Classe, genre, race, éléments de contexte

12/04/2016 un commentaire

Une petite référence théorique dans le débat sur la racialisation, dans le « milieu »:

« Les grandes découvertes géographiques ont provoqué, au XVI° et XVII° siècle, de profonds bouleversements dans le commerce et accéléré le développement du capital marchand. Il est certain que le passage du mode féodal au mode capitaliste de production en fut lui aussi accéléré, et c’est précisément ce fait qui est à l’origine de certaines conceptions foncièrement erronées. La soudaine extension du marché mondial, la multiplication des marchandises en circulation, la rivalité entre les nations européennes pour s’emparer des produits d’Asie et des trésors d’Amérique, le système colonial enfin contribuèrent largement à libérer la production de ses entraves féodales. Cependant, dans sa période manufacturière, le mode de production moderne apparaît seulement là ou les conditions appropriées se sont formées pendant le moyen âge, que l’on compare la Hollande avec le Portugal, par exemple. Si, au XVI° siècle, voire, en partie du moins, au XVII° siècle, l’extension soudaine du commerce et la création d’un nouveau marché mondial ont joué un rôle prépondérant dans le déclin de l’ancien mode de production et dans l’essor de la production capitaliste, c’est parce que, inversement, cela s’est produit sur la base du mode de production capitaliste déjà existant. »

(Marx, le Capital, livre III, éditions Folio, page 1663)

« Une énigme très intéressante » (ou L’invention d’une catégorie)

31/03/2016 Aucun commentaire
Dernière mise en ligne sur le blog DDT21

 

Homo 02. « Une énigme très intéressante » (ou L’invention d’une catégorie)

Comment une pratique humaine s’est-elle trouvée catégorisée comme « l’homosexualité », cataloguée à part, hors-norme, puis reconnue et admise, sans cesser d’être traitée comme si elle définissait ceux et celles qui la pratiquent ? Voilà le but de cette série.

Dans la seconde moitié du 19e siècle, en cherchant à remplacer un vocabulaire méprisant ou injurieux, ceux que l’on allait bientôt appeler « homosexuels » ont voulu se nommer eux-mêmes pour se défendre. Un mot a contribué à construire une identité : tel est le thème de cet épisode qui, au contraire du précédent, traite de deux personnages quasiment dépourvus de lien avec le mouvement ouvrier ou la lutte de classes. On ne s’en étonnera pas : non seulement il y a plus dans la société que la lutte de classes, cela tout le monde le sait, mais il y a plus dans la lutte de classes que les classes. Un mouvement social n’existe comme force historique que s’il est capable de prendre en compte la vie de l’espèce humaine dans l’ensemble de ses dimensions. LIRE LA SUITE

Migrants et migrations – discussion avec Henri Simon

20/03/2016 un commentaire

Mardi 22 mars à 19h30


Migrants et migrations – discussion avec Henri Simon

Echanges et Mouvement | Dans le monde une classe en lutte

Le capitalisme basé sur l’exploitation de la force de travail a dû, pour naître et se développer, intégrer des masses de plus en plus importantes d’êtres humains prélevées dans les couches laborieuses des systèmes économiques préexistants, c’est-à-dire faire migrer des paysans et des artisons vers ses centres d’activité productrice. Jusqu’aux années 1970, l’émigration dans un cadre national et international de plus en plus large était un élément nécessaire et recherché du procès de production.
Avec le développement de l’automatisation dans ce procès, tout s’est inversé : les migrants sont devenus des indésirables, cela au moment où l’expansion mondiale capitaliste et le développement démesuré de ses nuisances accroissaient le nombre des laissés pour compte fuyant la misère et la mort. Mais des barrières se sont élevées pour endiguer leur nombre. Les « solutions » afin de limiter leur « production » sont aussi illusoires que celles préconisées dans d’autres domaines pour limiter les nuisances diverses du capital. Les limitations à ces flux migratoires ont amené d’une part le développement d’une sorte « d’industrie du migrant », devenue une source de profits énormes, et d’autre part elles sont la cause de déstabilisation politique tant dans les pays « fournisseurs de migrants » que dans les pays de « transfert » et ceux « d’accueil ».

Le Rémouleur
106, rue Victor Hugo
93170 Bagnolet
(M° Robespierre ou M° Gallieni)

« la question chinoise »

18/03/2016 un commentaire

Si nous mettons en ligne deux nouveaux textes sur la Chine dont nous n’avons traduit que les présentations, ce n’est pas dans un soucis d’exotisme ou d’un subit engouement pro-chinois, mais parce que nous pensons nous aussicomme l’énonce très justement le camarade de la revue « Chuang » que :

 « la «question de la Chine » sera d’une importance cruciale pour les contradictions du système économique mondial et les potentialités de son dépassement. »

De l’illusion à l’ Empire: Chuang sur la création de l’économie chinoise

By Chuang . / 17 March 2016

https://t.co/3IHraHnXQt

758px-CEM-11-Chinae-nova-descriptio-2521-68602bd0ff0b5f7046d896c515b9f514

Chuang est un collectif de communistes qui considèrent que la «question de la Chine » sera d’une importance cruciale pour les contradictions du système économique mondial et les potentialités de son dépassement. Notre objectif est de formuler un corps de théorie lucide capable de comprendre la Chine contemporaine et ses trajectoires potentielles. Dans ce premier numéro, nous présentons notre cadre conceptuel de base et illustrons l’état actuel du conflit de classes en Chine. Nous incluons également des rapports traduits et des entretiens avec les prolétaires engagés dans ces luttes, associant ainsi notre théorie à des sources de premier niveau tirées de la dynamique de classes qui, sinon, pourrait rester abstraite.

La liste ci-dessous provient de l’article de notre pièce centrale sur l’ère socialiste, « Le Sorgho et l’acier: Le régime du développement socialiste et le façonnage de la Chine», le premier d’une histoire économique de la Chine en trois parties. Le premier numéro complet, comprenant cet article, sera publié sous forme imprimée et en ligne dans quelques mois. Pour en savoir plus, avec un extrait de ce numéro, visitez notre site Web.

Lire la suite…

DDT 21 : « Marx, Engels et « l’inverti » »

25/02/2016 Aucun commentaire

dernier texte mis en ligne par le blog DDT21

« Marx, Engels et « l’inverti » » est le premier épisode de la série « « Homo » présentée par DDT21. Il est centré autour de la figure de Johann-Baptist von Schweitzer (1833-1875), dirigeant du mouvement ouvrier allemand aujourd’hui oublié (successeur de Ferdinand Lassalle) et des relations complexes et conflictuelles qu’il entretenait avec Marx et Engels.

Que viennent faire les pratiques sexuelles dans cette histoire ? Si on ne parle à l’époque pas d’« homosexualité » (car le mot n’existe pas encore), Schweitzer a toutefois été poursuivi par la justice, et emprisonné, pour « atteinte aux bonnes mœurs ». Quant à Marx et Engels, il serait donc bien anachronique de les qualifier d’« homophobes »… C’est que, contrairement au travail, la « question sexuelle » n’était pour les protagonistes qu’un à-côté, une question mineure, ce qu’elle ne peut plus être pour nous aujourd’hui.

Lire l’article ici : https://ddt21.noblogs.org/?p=827

Version PDF ici : https://ddt21.noblogs.org/files/2016/02/HOMO-01.Schweitzer.pdf

Présentation de la série « Homo » là : https://ddt21.noblogs.org/?p=815

Sur «l’illégitimité des revendications salariales » en Chine

16/02/2016 Aucun commentaire

http://chuangcn.org/2016/02/overcoming-mythologies-interview/

Un camarade du journal Chuang, qui va bientôt sortir en version papier, répond à quelques questions en réponse à « Ni marche en avant, ni marche arrière » La Chine à l’ère des émeutes »

Nous avons traduit tout particulièrement celle relative à «l’illégitimité des revendications salariales »

chuang0VERYSMALL

Surmonter les mythologies: Une interview sur le projet Chuang

LFE: Si le pourcentage de travailleurs engagés dans des activités productives est en baisse, il semble néanmoins qu’en Chine, une part croissante de la population est entrée dans le rapport salarial (emplois à la fois productifs et non productifs). Le rétrécissement relatif de l’armée de réserve de main-d’œuvre chinoise explique assez bien la hausse impressionnante des grèves et des salaires que la Chine a vu dans les dernières années. N’y a t-il pas une tension entre ces éléments de preuve et votre affirmation selon laquelle les revendications salariales et les formes connexes de lutte sont d’une importance secondaire par rapport aux émeutes? L’absence de mouvement coordonné de la main-d’œuvre n’est-elle pas plus facilement explicable par la répression de l’Etat et le monopole légal de la représentation des travailleurs par le syndicat contrôlé par l’Etat, plutôt que par l’«illégitimité des revendications salariales » – puisque ces revendications salariales sont tout de même là? Et si le niveau élevé de la répression étatique est également expliqué par le peu de marge de manœuvre pour plus de concessions salariales (étant donné la faible rentabilité), n’est-ce pas une preuve supplémentaire que les revendications salariales sont d’une importance critique? 

Lire la suite…