Accueil > Nouvelles du monde > Afrique du Sud : les grévistes brûlent des vignobles en signe de protestation contre les salaires de misère

Afrique du Sud : les grévistes brûlent des vignobles en signe de protestation contre les salaires de misère

Les ouvriers agricoles en grève en Afrique du Sud ont mis le feu à plus de 30 hectares de vignes pour protester contre ce qu’ils appellent le «salaire de faim». Six personnes ont été arrêtées pour violence publique, et le propriétaire d’une ferme a été arrêté pour assassinat après avoir tiré sur des milliers de manifestants lorsque la violence a éclaté lundi. “Les salaires ici sont trop petits, R72 (£ 5) par jour. Vous ne pouvez rien acheter avec cet argent, «grève chef Shaun Janca dit Maverick quotidienne sur le téléphone de Doorns, dans la vallée de la rivière Hex. «Vous devez parler aux agriculteurs.” At-il dit en afrikaans.

«L’argent qu’ils nous paient rien. Nous travaillons toute notre vie mais nous avons encore nothing. Nous travaillons pour quoi faire? Pour quoi faire? “La grève a commencé le 30 Octobre quand les ouvriers agricoles ont cessé le travail et a prononcé un mémorandum au gouvernement du Cap occidental exigeant des salaires plus élevés, ont-ils dit. Mais ils prétendent que le gouvernement ne fait attention quand les vignes ont commencé à brûler. «Les travailleurs étaient très mécontents de certaines des observations formulées par le MEC de l’Agriculture du Cap-Occidental», a déclaré Braam Hanekom, président de People Against Oppression la souffrance et la pauvreté (Passop), qui fait partie des négociations entre les agriculteurs et les travailleurs.

“Il a dit que les revendications des travailleurs ne sont pas claires, mais les travailleurs ont dit qu’ils avaient déjà  remit un mémoire il y a une semaine lorsque la grève a débuté jeudi dernier. «Les gens ont faim, ils sont frustrés et ils sont fatigués. Ils veulent travailler, mais ils veulent voir une certaine amélioration de leurs conditions de travail », a déclaré Hanekom. Une paix fragile a depuis descendu dans la région de la Commission de conciliation, de médiation et d’arbitrage arbitre entre les grévistes et leurs employeurs.

http://www.guardian.co.uk/world/2012/nov/08/south-africa-strike-vineyards

South Africa: striking workers burn vineyards in protest over ‘hunger wages’

Striking farm workers in South Africa’s biggest table grape-growing region set fire to more than 30 hectares of vineyards to protest against what they call “hunger wages”. Six people were arrested for public violence, and a farm owner was arrested for attempted murder after firing on thousands of protestors when violence broke out on Monday. “The wages here are too small, R72 (£5) a day. You cannot buy anything with that money,” strike leader Shaun Janca told Daily Maverick on the phone from De Doorns, in the Hex River Valley. “You must talk to the farmers.” he said in Afrikaans.

“The money that they pay us is nothing. We work our whole lives but still we have nothing.We are working for what? For what?” The strike started on 30 October when farm labourers stopped work and delivered a memorandum to the Western Cape government demanding higher wages, they said. But they claim the government only paid attention when the vineyards started to burn. “The workers were very unhappy about some of the comments made by the MEC of Agriculture of the Western Cape,” said Braam Hanekom, chairman of People Against Suffering Oppression and Poverty (Passop), which is part of the negotiations between farmers and workers.

“He said the workers’ demands were unclear, but the workers said they had already handed him a memorandum a week ago when the strike started last Thursday. “People are hungry, they are frustrated and they are tired. They want to work but they want to see some improvement in their working conditions,” Hanekom said. A fragile peace has since descended in the region as the Commission for Conciliation, Mediation and Arbitration arbitrates between strikers and their employers

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks