Accueil > Du coté de la théorie/Around theory > RED DUST – La transition vers le capitalisme en Chine- INTRODUCTION

RED DUST – La transition vers le capitalisme en Chine- INTRODUCTION

Sans lien direct avec l’article ci dessous sur le mouvement à Hong Kong, nous commençons ici la publication en français et sous forme de feuilleton, du très intéressant numéro spécial de la revue CHUANG qui analyse l’historique de la transition de la Chine vers son intégration mondiale dans le capitalisme moderne. Ce premier article est l’introduction du texte dont on peut trouver la version en anglais ICI. En tapant “CHUANG” dans le moteur de recherche en haut à droite, vous aurez accès à tout ce que dndf a publié d’eux en français depuis le premier numéro de cette revue. dndf

RED DUST

La transition vers le capitalisme en Chine

Introduction – Ermitage

Réclusion

Lorsque les armées nomades descendirent du nord pour conquérir la dynastie des Jin de l’Ouest, en pleine effritement, les classes supérieures s’enfuirent par le fleuve Jaune vers l’arrière-pays méridional de leur empire en voie d’effondrement. Dans le sud, ils rétablirent la cour impériale à Jiankang (dans l’actuel Nanjing), décrétant l’ascension d’une nouvelle capitale dynastique. Mais le nouvel empire du soi-disant Jin oriental existait plus en édit qu’en réalité. Le pouvoir était extrêmement décentralisé, défini par une tension constante entre les factions de réfugiés du Nord qui s’étaient installées dans différentes régions, chacune ayant sa propre base militaire et économique largement autonome. Ces factions elles-mêmes dépendaient d’alliances ténues avec la noblesse du Sud, culturellement distincte, et avec divers groupes autochtones, toutes forgées lentement par des mariages mixtes et des conquêtes militaires. Au milieu de cette balkanisation, le désir de retrouver la patrie perdue du Nord n’a fait qu’unifier vaguement une cour paranoïaque, à peine capable de rassembler le pouvoir central nécessaire à la collecte des impôts, et encore moins de mettre sur pied une nouvelle armée capable de combattre les royaumes ” barbares ” militarisés qui s’étaient formés dans le Nord. Cette dynastie de courte durée ne fut, rétrospectivement, qu’une des étapes inférieures du déclin impérial de plusieurs siècles qui suivit l’effondrement des Han et précéda la montée des Tang[1]. 

 Mais c’est aussi dans ce contexte de déclin impérial et de décentralisation que l'” ermite ” de la tradition érémitique est-asiatique a pris sa forme archétypale. Bien que la pratique culturelle de la réclusion ait une longue histoire qui remonte bien avant l’ère impériale [2], c’est sous les Jin orientaux que l’empire et l’érémitisme allaient devenir inséparablement symbiotiques. Avec peu à faire à la cour paralysée de Jiankang, la plupart des élites de réfugiés se retirèrent dans leurs grandes propriétés dans les forêts humides du sud. En présence de serviteurs, d’esclaves et de concubines, ils ont créé des complexes ruraux relativement autonomes, avec des sentiers et des parcs cultivés pour leur esthétique. Libérés de la corvée de l’administration impériale, ils passaient leur temps à se réunir avec des amis dans des pavillons magnifiquement sculptés au-dessus de leurs parcs et de leurs plantations, à festoyer, à boire du vin et à écrire des poèmes sur la beauté d’une vie simple en communion avec la nature. Des poètes comme Xie Lingyun, le riche fils de deux importantes familles Jin de l’Est, ont ainsi pu se présenter comme des ermites dans le style des anciens sages, même si leur exil (souvent volontaire) de la cour se passait dans de luxueux domaines construits sur des hiérarchies brutales de travail en servitude. La relation entre l’ermite et l’empire n’a donc jamais été une véritable opposition. Xie lui-même voyait ces domaines comme des empires miniatures à part entière, sur le modèle de la dynastie Han déchue [3]. Pendant ce temps, presque tous les grands poètes ruraux de l’époque alternaient  en réalité constamment entre la vie de cour et l’exil rustique, la réclusion devenant une étape de plus en plus régulière dans l’administration impériale.

Au moment de la réunification durable sous les Tang, l’érémitisme est devenu une pratique omniprésente dans laquelle les futurs fonctionnaires rivalisaient les uns avec les autres dans leur isolement vertueux, espérant s’assurer une place à la cour. Des poètes-écoliers célèbres comme Li Bai se sont entassés dans des ermitages dans des endroits comme la montagne de Zhongnan, fréquemment visitée par les recruteurs impériaux. La recentralisation de la puissance politique a ainsi vu une fusion plus rigoureuse de l’érémitique et de l’impérial, dans laquelle même les ermites exilés de la cour ont été chargés de gérer l’écoulement lisse de l’hommage de la périphérie de l’empire. Tout au long du processus, les lettrés reprirent cependant les attributs extérieurs de leurs prédécesseurs Jin orientaux, louant la solitude religieuse de la vie rurale et condamnant la capitale et ses intrigues courtoises. Bien qu’il ait servi d’aide de confiance à l’empereur pendant les Tang, Li Bai pouvait s’imaginer dans un “monde au-delà de la poussière rouge de la vie “, une métaphore à la fois pour le détachement religieux bouddhiste et la réclusion rustique loin de l’agitation des rues urbaines.

Nation Ermite

La formation de la Chine par le régime de développement socialiste a joué sur des contradictions similaires. A la fois tête de pont d’une révolution socialiste mondiale et nation autarcique isolée de l’économie capitaliste (et plus tard même du commerce avec ses anciens alliés soviétiques), l’isolement de la Chine socialiste était à la fois contradictoire et trompeur. Alors que le régime de développement atteignait ses derniers stades, le langage de ” l’autonomie ” a proliféré à tous les niveaux. Mais parallèlement à la recherche de l’autosuffisance, l’ossification de la production a créé de nombreuses pressions locales pour briser cette autarcie, tant à l’échelle nationale qu’internationale. L’économie avait subi une décentralisation généralisée, les collectifs ruraux et les entreprises industrielles urbaines étant transformés en leurs propres cloîtres érémitiques – les ouvriers et les paysans dépendant des unités de production locales pour l’alimentation, le logement et les biens de consommation de base, plutôt que d’une fourniture directe par le gouvernement central ou d’une fourniture indirecte par le biais d’un marché national. Mais dans la même période, les marchés noirs ont commencé à proliférer, les biens de production indispensables étaient de plus en plus indisponibles ou obsolètes, et la scission sino-soviétique faisait que presque toute la frontière chinoise était devenue un front de guerre potentiel. Ces dernières décennies de l’ère socialiste, qui ressemblaient à des décennies ermites, ont donc également été la période de gestation de l’ouverture sans précédent de la Chine au commerce mondial.

 L’ère de la réforme est souvent décrite comme un changement sans précédent mené par une faction du parti presque voyou, se terminant par un ” miracle chinois ” qui verrait la nation catapultée au premier rang de la production mondiale. Mais la réalité est que la rapide subsomption de la Chine dans la communauté matérielle du capital a été préfigurée par les conditions structurelles qui envahissent et encerclent la nation ermite, son développement autarcique n’étant finalement aussi éloigné des moteurs du capital mondial que les domaines ermites autarciques des lettrés médiévaux ne l’étaient des intrigues courtoises de leurs propres capitales. Alors que ” Sorgho et acier “, la première partie de notre histoire économique [4], a exploré le caractère interne du régime de développement et la formation de la Chine en tant que nation, cette deuxième partie se concentre sur les conditions mondiales qui, en fin de compte, entraîneraient le socialisme ermite du régime de développement dans la poussière rouge de la production capitaliste mondiale. Notre thèse de base est que, comme pour les ermites des Jin de l’Est, la réclusion et l’expansion impériale ne sont pas nécessairement des termes opposés. La montée de la faction réformatrice au sein du Parti communiste chinois (PCC) n’apparaît soudaine ou inattendue que pour ceux qui prennent la poésie de l’ermite pour argent comptant, oubliant que la réclusion est souvent une étape dans la vie de certains administrateurs impériaux.

 Nous nous tournons maintenant vers l’histoire de la Chine, non seulement comme une nation nouvellement forgée, mais comme l’un des nombreux territoires au sein d’un réseau mondial de bassins d’emploi et de chaînes d’approvisionnement. Notre attention se déplace donc des sujets largement intérieurs couverts dans ” Sorgho et acier ” vers une perspective simultanément intérieure et internationale nécessaire pour comprendre les structures parallèles qui ont composé les réformes graduelles de la Chine. Nous explorerons les pressions endogènes et exogènes d’ouverture de l’économie qui existaient dans les dernières étapes de l’ère socialiste ainsi que le caractère inégal et incomplet de la transition capitaliste une fois celle-ci en cours. Cette histoire, bien que brouillée par le libéralisme évangélique de la fin du 20e siècle, n’est en aucun cas aussi obscurcie et déformée que celle du régime de développement qui l’a précédée. Une grande partie de l’histoire de l’époque des réformes est déjà bien documentée dans la littérature universitaire dominante. Cet épisode s’attachera donc à résumer les recherches existantes et à les placer dans un cadre marxiste adéquat, en soulignant tout au long de cette histoire les aspects les plus utiles pour comprendre le capitalisme tel qu’il existe dans le monde d’aujourd’hui.

Crises convergentes

Les sujets clés seront couverts ci-dessous de manière séquentielle, vaguement organisés en sections thématiques qui suivent la chronologie générale de la transition capitaliste. Mais le thème dominant ici est l’idée de crises convergentes. Nous voulons raconter l’histoire des nombreuses contingences historiques qui ont sous-tendu ce qu’on appelle le ” miracle chinois “, qui n’était ni miraculeux ni entièrement chinois. Cela implique une compréhension du ” miracle ” comme, en fait, une réponse émergente et banale à des crises doubles se produisant à deux échelles : l’une au sein du régime de développement chinois, et l’autre au sein de l’économie capitaliste mondiale. La crise endogène du régime a atteint son apogée dans les années 1970. Elle a été largement conditionnée par les limites intérieures du projet de développement déjà exploré dans ” Sorgho et acier “[5], mais a été amplifiée par l’exclusion géopolitique croissante et la possibilité imminente d’une guerre avec l’URSS. Pendant la même période, la production capitaliste mondiale faisait face à son premier ralentissement mondial majeur depuis la Grande Dépression. A la fin des années 1970, toutes les tentatives de gérer la crise naissante par des mesures de relance standard de l’après-guerre avaient échoué. Alors que la croissance stagnait, que le chômage augmentait et que l’inflation montait en flèche, les diverses réformes structurelles qui allaient bientôt être entreprises pour tenter de restaurer la rentabilité (que l’on qualifiera plus tard de “néolibéralisme “) se profilaient à l’horizon. Mais on savait aussi que ces réformes, si elles ne s’appliquaient qu’aux territoires du noyau dur capitaliste, allaient attaquer les salaires, éviscérer le filet de sécurité sociale, créer des dettes dangereuses et ainsi alimenter des troubles généralisés. Les mouvements sociaux et les insurrections de la fin des années 1960 avaient déjà laissé entrevoir la possibilité d’une telle déstabilisation – et dans le contexte de la guerre froide, la déstabilisation comportait le risque de déclencher un conflit militaire mondial incroyablement dévastateur.

Pour que l’accumulation capitaliste continue sa course à la croissance, l’économie devait sauter à une échelle entièrement nouvelle, en subsumant les territoires non développés et en construisant de nouveaux complexes industriels adaptés au volume et à la vitesse de production toujours plus élevés. On espérait que ce processus réussirait à la fois à relancer la rentabilité (même temporairement) et à contribuer à tempérer l’agitation dans les nations capitalistes en faisant correspondre le déclin des services sociaux et la stagnation des salaires avec une réduction des prix des biens de consommation et une expansion du crédit. Ce processus s’était déjà centré sur l’Asie de l’Est, ancré dans l’ascension du Japon d’après-guerre facilitée par les Etats-Unis. Au fur et à mesure que la crise se développait, le capital a commencé à pencher de plus en plus vers le littoral du Pacifique. La géopolitique de la guerre froide s’est combinée à la nouvelle gravité économique du Japon pour faciliter l’ascension des Tigres de l’Asie de l’Est, chacun étant animé par une combinaison unique de dictature anticommuniste (ou d’appareil colonial, comme à Hong Kong) et d’un flot d’investissements en provenance des États-Unis et du Japon.

C’est à ce moment que la crise intérieure de la Chine converge avec la longue crise du capitalisme mondial. En termes d’économie dominante, la main-d’œuvre importante et bon marché de la Chine offre un ” avantage comparatif ” essentiel dans les étapes clés du processus de production de l’industrie légère. Mais ce compte-rendu ne rend compte que d’une partie de la dynamique globale. L’ouverture de la Chine a été le début d’un vaste processus de subsomption dans la communauté matérielle du capital, poussé par le besoin croissant d’exporter d’abord des biens et, plus tard, du capital, des économies développées souffrant de surproduction. Après les premières expansions de la production capitaliste ailleurs en Asie de l’Est, la Chine a pu offrir de vastes territoires pour l’investissement et une main-d’œuvre alphabétisée et bon marché sans précédent par sa taille, sa santé et son éducation de base. De plus, cette main-d’œuvre avait été produite par le régime de développement socialiste, de sorte que ses coûts initiaux étaient externes à la production capitaliste et que les coûts de sa reproduction étaient facilement externalisés vers les périphéries internes encore dominées par la production de subsistance – au moins pour les deux premières générations. La masse même de la population chinoise a ainsi fait renaître le vieil espoir de l’Occident, qui remonte au moins à la dynastie Ming, d’un marché apparemment sans limites, capable à la fois de conduire la production capitaliste et d’absorber ses excès toujours croissants.

Pour tenter de s’attaquer au cœur de cette dynamique, il y a toujours un risque d’attribuer aux présidents et aux milliardaires plus de pouvoir qu’ils ne le méritent. La réalité est que les décisions prises aux commandes des Etats ou des entreprises sont toujours prises en réponse à des limites matérielles confrontées à des systèmes politiques et économiques complexes. La classe dirigeante désigne un ensemble non homogène d’individus qui occupent des postes de décision au sein de ces citadelles du pouvoir politico-économique, pour lesquels le maintien du statu quo est de la plus haute priorité. Mais ces personnes occupent des postes très structurés, en raison des exigences inhérentes des actionnaires (pour des profits plus élevés) et des groupes politiques (pour des niveaux minimaux de stabilité et de prospérité – pas tant l’exigence que les choses s’améliorent, mais simplement qu’elles ne se détériorent pas trop vite). Il n’y a donc pas de véritable intention malveillante derrière de telles décisions, ni la possibilité pour ces détenteurs de pouvoir de vraiment transformer le système lui-même ou de s’en libérer. Ils sont enchaînés à ce dernier tout comme nous le sommes tous, bien qu’ils se trouvent enchaînés à son sommet.

Le processus entier est donc une adaptation contingente, plutôt qu’une conspiration de la classe dirigeante. Son produit n’est pas celui d’un conseil d’élites caché et intrigant, mais simplement le résultat de l’expérimentation continue par laquelle différentes factions de la classe dirigeante ont tenté de résoudre la crise naissante et ont échoué, leurs efforts étant alors remplacés par de nouvelles possibilités non testées mises en avant par de nouveaux dirigeants générant de nouveaux résultats qui ont dû être traités à leur tour. Le processus est un processus de transformation continue en réponse aux manifestations locales du déclin global de la rentabilité. Le ” néolibéralisme ” n’est donc pas un programme politique pleinement conscient et malicieux, comme certains auteurs le prétendent [7], mais simplement un terme attribué à un consensus lâche qui s’est formé autour de nombreuses solutions locales à la crise qui semblaient à l’époque dépasser les limites du court terme. La prédominance d’un État de plus en plus militarisé dans cette période est elle-même un symptôme de l’incohérence fondamentale de ce consensus, puisque la gestion de la crise toujours en construction, toujours différée et pourtant toujours présente, devient de plus en plus monumentale. Aujourd’hui, nous sommes enfin arrivés au point où ce consensus s’effondre face au déclin du commerce mondial et à la montée des marées de nationalisme populiste, alors même que l’appareil militaire massif qui s’est aggloméré au sommet des chaînes d’approvisionnement mondiales demeure, poussé par sa propre inertie. Mais le développement de ce consensus qui s’effondre maintenant demeure la toile de fond historique de la subsomption de la Chine dans les circuits mondiaux d’accumulation.

Au cours de la période que nous examinons ci-dessous, la géopolitique a joué un rôle clé dans la jonction des crises mutuelles. Ce fut, en fait, l’un des rares moments de l’histoire chinoise où les décisions des dirigeants individuels (bien que répondant à des demandes locales) ont véritablement réorienté le cours des décennies futures. Et s’il y a eu un seul moment où cette convergence des crises est devenue une possibilité concrète, c’est probablement l’incident de l’île de Zhenbao en 1969. Point culminant d’un vaste conflit frontalier sino-soviétique qui a vu vingt-cinq divisions de l’armée soviétique (dont quelque deux cent mille soldats) se déployer à la frontière chinoise, les événements de l’île de Zhenbao ont amené la Chine et l’URSS au bord d’une guerre nucléaire totale. Bien que la guerre ait été évitée, c’est à ce moment que les liens sino-soviétiques ont été définitivement rompus, mettant fin à un demi-siècle de diplomatie précaire entre les deux plus grands membres du bloc socialiste. Dans le contexte de la guerre froide, cet incident a également marqué les premières ouvertures de la Chine vers  États-Unis.

Contrairement à ceux qui marquent le début de l’ère des réformes en 1976, avec la mort de Mao Zedong, ou en 1978, avec l’ascension de Deng Xiaoping, nous soutenons donc que la période de transition capitaliste commence en fait en 1969, à la fin de la ” courte ” révolution culturelle, lorsque l’incident de l’île de Zhenbao entraîne une rupture irrévocable des relations avec l’URSS et amorce un contact informel avec les États-Unis, qui sera suivi d’un contact formel en 1971. Bien qu’ils aient finalement été menés à bien sous la direction de Deng et qu’ils aient été initialement dirigés par Zhou Enlai, les mouvements géopolitiques essentiels de cette période avaient une base suffisamment large parmi les dirigeants du parti pour aller de l’avant, le tout avec l’approbation de Mao. S’inscrivant initialement dans une stratégie politique plus large visant à acquérir des biens d’équipement avancés afin d’inverser la stagnation économique du régime de développement – une “ouverture” minimale au nom de la préservation du statut quo – ces mesures partielles ont pris une vie propre, créant des dépendances de l’offre (principalement en biens d’équipement agricoles) qui ont encouragé la poursuite de la libéralisation. Cette stratégie politique allait bientôt évoluer vers une réforme complète du marché, mais elle était donc ancrée dans les tentatives de l’ère socialiste de surmonter les limites du régime de développement.

Pierre par pierre

Comme la région se déformait sous l’inclinaison de la capitale vers l’est, la Chine a commencé à se réorienter vers la côte. Bien que ses réformes du marché se soient déroulées en cycles courts (2-4 ans) d’expérimentation et de retrait, il est également possible de diviser approximativement la période en trois étapes de dix ans. Celles-ci ne s’inscrivaient nullement dans une stratégie intentionnelle à long terme. Mais chaque étape, une fois terminée, a mis en place de nouvelles caractéristiques structurelles qui ont rendu les réformes futures plus probables. La première étape, de 1969 à 1978, a été définie par la politique. Sur le plan intérieur, ce fut une période d’ossification croissante. Après l’écrasement de la ” courte ” Révolution culturelle en 1969, la production, la distribution et la société ont été de plus en plus gérées directement par l’État via l’armée. Le nombre de cadres a grimpé en flèche au cours de ces années et l’économie a pris un caractère directement militaire, défini par la stratégie du ” troisième front “, qui cherchait à délocaliser l’industrie vers l’intérieur montagneux plus sûr de la Chine. Cette décennie allait voir la dernière ” grande poussée ” industrielle du régime de développement socialiste. En même temps, elle allait aussi voir les premières tentatives d’importation d’usines et d’équipements complets des pays capitalistes, un processus rendu possible uniquement par les grands changements géopolitiques mentionnés ci-dessus. Avec un pied encore bien ancré dans le régime de développement, cette étape a été marquée par une ouverture politique stratégique et une réforme économique minimale. Hormis quelques importations clés, l’interaction avec l’économie capitaliste mondiale était essentiellement inexistante.

La deuxième étape a été définie par la réforme de l’économie nationale. Cette période peut être datée approximativement de l’ascension de Deng Xiaoping en 1978 à la répression de Tiananmen en 1989. Les réformes intérieures ont été définies par la mise en place du système de responsabilité des ménages dans l’agriculture, la restauration des marchés ruraux et l’essor des entreprises de ville et de village (EVP), qui sont devenues le secteur industriel à la croissance la plus rapide. La croissance intérieure dépassait encore de loin l’interaction avec les marchés internationaux. La Chine a conservé de multiples couches d’isolation du marché mondial, limitant le contact le plus direct à une poignée de zones économiques spéciales (ZES), dont la plus importante était Shenzhen, puisqu’elle servait d’interface entre le continent et Hong Kong. Pendant toute cette période, la Chine n’avait pas de bourse nationale, la propriété des entreprises nationales était souvent floue et la propriété étrangère était limitée aux ZES – et même là, elle était souvent restreinte. Hong Kong a été la principale source d’investissement direct pendant toute cette période, représentant plus de la moitié de tous les investissements directs étrangers (IDE) en Chine continentale chaque année sauf une entre 1979 et 1991, suivi de loin par le Japon [8]. Outre l’investissement direct, une partie de la part de Hong Kong consistait en des investissements indirects de Taïwan et de la population chinoise d’outre-mer, acheminés par le système financier de Hong Kong pour éviter les restrictions politiques. La deuxième étape du processus de réforme a donc été menée non seulement par le capital asiatique, mais aussi, plus précisément, par le capital tiré de la sinosphère au sens large, souvent coordonné par des réseaux familiaux qui s’étendaient au-delà de la frontière [9]. Ce sont donc aussi les années où le sommet de la hiérarchie de la classe capitaliste a pris forme en Chine, alors que ces réseaux de capital ont commencé à fusionner avec la classe bureaucratique qui s’était solidifiée au sommet du régime de développement.

La troisième étape de la réforme date d’environ 1990 jusqu’au début des années 2000. Cette période a été définie par son caractère international, et peut être comprise comme la décennie au cours de laquelle la transition capitaliste a été achevée, en termes à la fois d’intégration du marché et de formation des classes, malgré la diminution du reste de la production rurale de subsistance [10]. L’écrasement des manifestations de Tiananmen en 1989 a été suivi par la réincorporation sélective des étudiants rebelles dans le parti et la classe dirigeante qu’il supervisait maintenant. C’est au cours de cette décennie que les dirigeants du régime socialiste de développement ont commencé à agir comme le corps principal d’une classe résolument capitaliste poursuivant des intérêts en accord avec la directive première du capital : l’accumulation cumulative. Ceci malgré (et en fait aidé par) la fusion directe de cette classe dirigeante avec l’Etat. Cette période a également vu l’intégration complète de la production chinoise dans le capitalisme mondial. Les années 90 ont commencé par une explosion des investissements dans les années qui ont suivi la répression des troubles de Tiananmen, sous l’impulsion du Japon, de Taïwan et de la Corée du Sud, parallèlement à l’importance continue de Hong Kong. Des bourses ont été officiellement fondées à Shenzhen et Shanghai en 1990 [11]. Bien que les investissements directs de l’Europe et des Etats-Unis soient restés minoritaires, les produits fabriqués par les entreprises chinoises sont devenus de plus en plus orientés vers l’exportation, et les destinations finales de ces exportations sont maintenant souvent à l’Ouest. Beaucoup d’ETP (entreprises d’Etat) côtiers ont été ré-outillés pour desservir ces nouvelles chaînes d’approvisionnement, ce qui a entraîné une vague massive d’industrialisation suburbaine et exurbaine qui a donné naissance à la mégalopole chinoise tentaculaire.

Cette période – et plus généralement l’ère des réformes – a été couronnée par l’éviscération de l’ancienne ceinture industrielle socialiste dans le Nord-Est par le biais de fermetures d’usines et de licenciements massifs. Avec la réforme de l’agriculture au cours de la décennie précédente, suivie de l’effondrement du ” bol de riz en fer ” à partir de 1997, la position privilégiée de la classe des travailleurs industriels urbains consommateurs de céréales a été progressivement éliminée, et la structure de classe du régime de développement socialiste a été brisée de manière décisive. L’Etat a adouci le coup en rendant temporairement obligatoire la production de céréales à bas prix dans les campagnes, en faisant supporter à la population rurale une partie du coût des réformes urbaines. Mais c’était une mesure tactique prise pour atténuer le risque d’agitation urbaine. Entre-temps, beaucoup d’ETP qui avaient vu le jour dans les zones rurales pauvres dans les années 80 ont également fait faillite, ont été privatisés ou simplement fermés par l’Etat dans le cadre de la vague plus large de fermetures d’usines. Les ETP ont ainsi constitué une phase de transition clé dans la réforme de l’industrie, leur privatisation stimulant la croissance de l’économie de marché dans certaines régions et leur fermeture dans d’autres produisant un réservoir encore plus important de main-d’œuvre rurale excédentaire, dans lequel les centres manufacturiers côtiers allaient puiser. L’éviscération de la ceinture de rouille s’est accompagnée d’une restructuration massive des industries d’État, définie par la consolidation des entreprises et des bureaux de planification en plusieurs grands ” conglomérats “, conçus en partie par des intérêts financiers occidentaux et capitalisés par des introductions en bourse offertes sur les marchés mondiaux.  Ces entreprises d’État restantes, aux côtés de leurs homologues privées, fonctionneraient ainsi de plus en plus selon les impératifs capitalistes, et la main-d’œuvre chinoise serait définie par la combinaison d’un nouveau prolétariat migrant qui occuperait les industries privées de la Sunbelt et d’une main-d’œuvre fraîchement prolétarisée employée par ces conglomérats financés à l’échelle internationale, directement supervisée par la bureaucratie-bourgeoisie au sein du parti.

Nous pouvons vaguement marquer la fin de cette étape finale de la réforme en 2001, qui a vu l’adhésion de la Chine à l’OMC juste au moment où l’emploi manufacturier atteignait son plus bas niveau historique (à 11% de la main-d’œuvre) en raison de la restructuration industrielle, après quoi une nouvelle vague de croissance orientée vers l’exportation dans la Sunbelt la ferait remonter sur une nouvelle base entièrement capitaliste. Mais la périodisation est toujours marquée par le caractère inégal du développement. En affirmant que la transition vers le capitalisme était achevée au début du nouveau millénaire, nous ne prétendons pas que les relations sociales capitalistes ont pleinement imprégné toutes les régions du pays. Dans les zones rurales et les petites et moyennes villes de l’intérieur, la transition complète ne serait pas entièrement évidente avant 2008 ou plus tard. L’année 2001 est elle-même quelque peu arbitraire, choisie plus comme un moment particulièrement représentatif dans une série d’années qui ont défini la transition complète. Géographiquement, ce processus était centré sur les grandes villes côtières, mais il ne s’y limitait pas. Néanmoins, c’est à ce moment que ces villes sont devenues le centre définitif de l’économie chinoise. La transition s’est achevée au cours de ces années parce que la destruction du bol de riz en fer et l’augmentation massive de l’exode rural ont complété la formation d’une classe prolétarienne. Ceci, à son tour, a complété la gestation d’une société capitaliste en Chine, et avec une structure de classe achevée, la dynamique interne du capitalisme pouvait maintenant vraiment prendre une vie propre. Ces années agissent donc comme une sorte de seuil gravitationnel. Sur le plan intérieur, toutes les régions du pays ont franchi le sommet, et l’attraction des villes côtières va irrésistiblement entraîner même les coins les plus obstinés de l’arrière-pays dans la dépendance du marché. Sur le plan international, la tentative d’orbiter autour du monde capitaliste a maintenant atteint un point final, et une période de retour rapide est imminente.

Nous avons divisé cette histoire en quatre parties, en alternant entre les conditions internationales et nationales de ces trois décennies. Nous avons donné à chacune de ces parties une période très approximative afin d’orienter le lecteur, mais nous sautons souvent en avant ou en arrière dans le temps afin de mieux éclairer certaines des tendances générales. Dans l’ensemble, cependant, l’histoire se déroulera de façon chronologique. Dans la première partie, nous traitons des précédents historiques dans la grande région (à partir du XIXe siècle), de la longue inclinaison du capital vers l’Est et des crises qui ont entraîné ce changement, qui s’est terminé par la montée du Japon et des économies affiliées dans les années 1970. Dans la deuxième partie, nous nous intéressons à la situation intérieure, en passant en revue la crise intérieure du régime de développement dans les années 60, puis en couvrant la première décennie d’ossification, de réforme et de confluence des conflits géopolitiques. Nous passons ensuite à l’étape suivante de réformes plus volatiles, lorsque le marché commençait à prendre forme dans les années 80. Dans la troisième partie, nous revenons à la situation internationale de la fin des années 1970, en examinant la montée d’un ” réseau de bambou ” de capitalistes capables de contrebalancer l’hégémonie régionale du Japon et en terminant par une série de crises économiques qui ont contribué à placer le continent au centre des chaînes de production mondiales, pour se terminer dans les années qui ont suivi la crise financière asiatique de 1997-1998. Puis, dans la quatrième partie, nous complétons l’histoire en revenant à la situation intérieure de ces deux dernières décennies de la transition, en examinant les cycles d’expansion et de ralentissement qui ont finalement conduit au dépeuplement des campagnes, à la migration massive vers de nouveaux centres de production côtiers, à l’éviscération de l’industrie de l’ère socialiste et à la formation d’un nouveau système de classes capitalistes au début des années 2000.

La communauté matérielle

Aujourd’hui, l’ère de la nation socialiste érémitique est depuis longtemps révolue. Tous les ermites sont retournés dans la poussière rouge de la ville, leurs utopies communautaires ont été mises à part et ont alimenté la communauté matérielle du capital. Mais cela signifie aussi que la composition actuelle de l’économie capitaliste mondiale a été fondamentalement façonnée par son absorption du régime de développement socialiste. Pour comprendre l’avenir immédiat de la production capitaliste, il est donc essentiel de comprendre ce processus de transition. Les éléments de l’ère socialiste qui ont été extirpés par la suite par l’économie capitaliste sont particulièrement importants à cet égard. La notion d'” exaptation “, tirée de la biologie évolutionniste [12], fait référence au processus par lequel des fonctions au sein d’une espèce initialement adaptée dans un but précis (plumes utilisées pour la régulation de la chaleur) sont ensuite cooptées pour des fonctions qualitativement différentes plus tard dans la lignée évolutionniste (plumes utilisées pour la fuite). De même, de nombreuses caractéristiques du régime de développement socialiste seraient plus tard cooptées pour servir des fonctions intégrales au sein de l’économie capitaliste. Le succès de ces caractéristiques exaptées aide à expliquer les taux de croissance remarquables de la période de transition chinoise tout en offrant un indice sur la façon dont la production capitaliste elle-même évolue en réponse à la crise continue.

En décrivant les crises internes et les réformes qui ont suivi, nous plaçons donc ces processus d’exaptation au centre de notre récit. Les caractéristiques exaptées qui deviendront les plus importantes pour le capitalisme chinois sont largement associées à la manière dont la structure de classe de l’ère socialiste a été recomposée en un système de classe capitaliste. Au fond, cela impliquait la cooptation du système de hukou (enregistrement des ménages) afin de créer une population prolétarienne de travailleurs ruraux migrants pour alimenter les industries en plein essor de la ceinture côtière. De même, dans les campagnes, la propriété collective des terres, maintenue dans le cadre du système de responsabilité des ménages jusqu’à ce que les droits d’utilisation des terres deviennent pleinement négociables vers 2008, a permis à l’État d’instituer plus facilement des réformes du marché agricole. Au sommet, elle a entraîné la cooptation du système de parti de l’ère socialiste, un processus marqué par la fusion des élites politiques et techniques en une seule classe dirigeante étroitement alliée au PCC, complétée par l’afflux d’entrepreneurs dans le parti depuis les années 1990.

Parallèlement à ces changements, une autre exaptation clé a eu lieu au sein du système industriel. Avec la restructuration des entreprises d’État, les entreprises des secteurs clés tels que l’acier, les mines et la production d’énergie n’ont jamais été entièrement privatisées. Au lieu de cela, la propriété de l’État de l’ère socialiste a été supprimée et les nouveaux conglomérats dans ces secteurs ont été réoutillés et recapitalisés pour être compétitifs sur le plan international tout en conservant leur allégeance politique ultime au parti, devenu un organe de gestion pour une classe dirigeante capitaliste. Bien que la classe ouvrière urbaine de l’ère socialiste ait été progressivement mise à la retraite ou prolétarisée et que de nombreuses entreprises plus petites ou improductives aient tout simplement été fermées, les entreprises d’État allaient finalement jouer un rôle essentiel dans la période ultérieure de transition. Aujourd’hui, ces entreprises font partie intégrante de l’expansion internationale de l’économie chinoise. En même temps, elles sont des lieux où se concentrent de nombreuses crises, car la dette croissante, la surproduction et l’effondrement écologique sont externalisés de l’économie privée et concentrés dans des secteurs qui peuvent être gérés plus directement par l’État.

L’histoire que nous racontons ci-dessous est donc une histoire dans laquelle de nombreuses caractéristiques du socialisme de l’ermite rural chinois deviendraient finalement des composantes fondamentales de son capitalisme cosmopolite. La description de l’ère socialiste développée dans ” Sorgho et acier ” est insuffisante en soi car la période en question n’a pas été isolée de l’histoire. Non seulement l’ermite est revenu de la forêt, mais, rétrospectivement, il devient évident que le solitaire n’a jamais été aussi isolé de la politique qu’il le semblait. Dans la communauté matérielle du capital, il ne peut y avoir de véritable royaume d’ermites. Tout est encerclé par l’accumulation capitaliste – la poussière rouge de la mort vivante – et tous ceux qui tentent de fuir y retournent, à la fin. Les perspectives communistes futures, alors, ne trouveront aucun espoir dans la réclusion. La seule politique émancipatoire est celle qui se développe à l’intérieur et contre la poussière rouge de la communauté matérielle du capital. Dans cette deuxième partie de notre histoire économique, nous continuons à chercher à mieux comprendre cette communauté telle qu’elle est actuellement composée, dans l’espoir que cette connaissance puisse finalement s’avérer utile à sa destruction.

Notes

1] Pour en savoir plus sur cette période, voir : Mark E. Lewis, China Between Empires: The Northern and Southern Dynasties. Belknap Press, 2011.

[2] Voir : Aat Vervoorn, Men of the Cliffs and Caves: The Development of the Chinese Eremitic Tradition to the End of the Han Dynasty, Hong Kong, The Chinese University Press, 1990.

[3] Voir Xie Lingyun’s Fu on Returning to the Mountains.

[4] Voir “Sorghum and Steel: The Socialist Developmental Regime and the Forging of China”, Chuang, Issue 1: Dead Generations. 2016. <http://chuangcn.org/journal/one/sorghum-and-steel/>

[5] Voir en particulier ibid., sections 3 et 4.

[6] Koo, Richard, The Holy Grail of Macroeconomics: Lessons from Japan’s Great Recession, Wiley & Sons, 2009. P.185

[7] C’est l’hypothèse implicite ou explicite de la plupart des progressistes d’aujourd’hui, et elle constitue la pierre angulaire de nombreux comptes rendus universitaires de l’époque. Pour les plus couramment cités, voir : David Harvey, A Brief History of Neoliberalism, New York : Verso, 2005.

[8] Wei, Shang-Jin, ” Foreign Direct Investment in China : Sources and Consequences ” dans Financial Deregulation and Integration in East Asia, University of Chicago Press, 1996, p. 81

[9] Voir : Lin, George C.S., Red Capitalism in South China : Growth and Development of the Pearl River Delta, UBC Press, 1997.

[10] Bien qu’il soit encore important au début des années 2000, ce qui reste a été, vers 2008, soit directement incorporé au marché, soit fondamentalement remodelé par celui-ci. La vague de relocalisation rurale (entreprise dans le langage de ” l’élimination de la pauvreté rurale “) actuellement entreprise par le régime de Xi Jinping est en train de nettoyer les dernières traces de ces petites sphères de subsistance locale en relocalisant des villages entiers dans de nouveaux logements, où la production de subsistance est remplacée à la fois par l’accès au marché et la dépendance de l’État.

[11] La bourse de Shenzhen a été fondée de façon informelle en 1987, mais n’a été officiellement reconnue qu’en 1990.

[12] Le terme a été inventé par les paléontologues Stephen Jay Gould et Elisabeth Virba pour remplacer le langage trop théologique de la ” pré-adaptation “. Il est par la suite devenu un élément important de la théorie plus large de Gould sur un processus évolutif marqué par un ” équilibre ponctuel “, exposé dans sa Structure de la théorie de l’évolution.

  1. Pas encore de commentaire