RED DUST 1° partie

RED DUST 1° partie

Les rives du Pacifique –  Les conditions internationales – 1890-1970

 Vue d’ensemble : Encerclement

Afin de comprendre pleinement les crises convergentes qui ont abouti à l’incorporation de la Chine dans la communauté matérielle du capital, il est essentiel d’avoir une image claire à la fois des grandes tendances du capitalisme mondial et des détails théoriques de la façon dont nous comprenons qu’une telle transition a eu lieu. Dans cette première partie, nous mettons l’accent sur l’ampleur de l’histoire, en passant en revue le développement global du capitalisme en Asie de l’Est. En même temps, nous introduisons certains des concepts clés qui seront essentiels à notre récit, en particulier en ce qui concerne la dynamique de crise inhérente aux lois fondamentales du mouvement du capital.

L’image de base est celle d’un potentiel précoce de transition capitaliste en Asie de l’Est continentale sous les Qing, rapidement dépassé par une transition similaire en cours au Japon, qui était devenu son principal concurrent dans la région à la fin du XIXe siècle. Le résultat a été une région divisée entre des enclaves commerciales dominées par le capital européen et un réseau de colonies en voie d’industrialisation rapide dirigé par le Japon impérial. La Première Guerre mondiale n’a fait qu’accélérer cette tendance, conduisant finalement à la grande bataille du Pacifique entre l’Empire japonais et l’hégémonie américaine montante. Bien que se terminant par une défaite pour le Japon, le début de la guerre froide a assuré que le projet industriel japonais dans la région se poursuivrait sous la tutelle de l’armée américaine. Combiné à l’évolution des conditions en Occident, le fondement a été posé pour une autre période d’expansion internationale rapide. Celle-ci a pris la forme matérielle d’un complexe territorial-industriel du Pacifique, dominé par l’essor de nouvelles technologies logistiques, dont la plus importante était un anneau de ports à conteneurs et leurs centres industriels adjacents.

Comme l’accent est mis dans cette section sur les tendances à long terme au sein du monde capitaliste, le taux de profit et sa relation avec la crise jouent un rôle théorique central. Nous ne prenons pas ici de position stricte sur les nombreux débats concernant le taux de profit : comment le mesurer au mieux, la force de sa tendance à la baisse, ou la relation exacte entre la dynamique microéconomique des entreprises et les tendances macroéconomiques du taux de profit. Nous mettons plutôt l’accent sur l’essentiel. Il ressort déjà des données que le taux de profit a eu tendance à baisser au fil du temps et de vagues oscillantes. Son déclin dans le secteur productif a été particulièrement prononcé, ce qui a provoqué des crises à répétition. Quelques tendances se sont opposées, la plus importante étant les efforts des entreprises pour restaurer leurs marges bénéficiaires en élargissant leurs marchés et en trouvant de nouvelles sources de main-d’œuvre qui peuvent être temporairement surexploitées – ce que l’on appelle généralement une ” fixation spatiale “.

Cette fixation spatiale se traduit par la création de nouveaux complexes territoriaux-industriels. Comme la logique abstraite du capital se déploie dans le monde réel, il se distribue nécessairement dans l’espace. Poussés par la baisse du taux de profit, des blocs distincts de capital fixe prennent forme. A plus grande échelle, cela prend une forme nationale, car les nouveaux concurrents économiques, libérés des installations et équipements obsolètes, sont capables d’utiliser les techniques les plus modernes pour défier la vieille garde au sein de leurs industries respectives. Cette vieille garde voit alors sa marge bénéficiaire réduite par des installations et des machines obsolètes, ce qui entraîne des crises locales qui se manifestent souvent par des guerres commerciales entre blocs, même si elles favorisent une expansion mondiale plus poussée. Mais la même chose se produit à une échelle plus locale : à l’intérieur des pays, de nouveaux complexes territoriaux-industriels remodèlent la géographie économique de la région en fonction des exigences du capital. Le processus comprend souvent des migrations massives vers les principaux centres, nœuds et corridors. Cependant, lorsque ces complexes deviennent obsolètes, ils se transforment rapidement en ceintures de rouille et leur nature fondamentalement inhumaine est mise en évidence.

Plutôt que les avantages gagnants de l’avantage comparatif, ce sont en fait la crise, la guerre et la colonisation, poussées par une concurrence à somme nulle, qui ont été à l’origine de l’essor du Japon dans la région, suivi par les ” économies tigres ” de Hong Kong, de Singapour, de Taïwan et de la Corée du Sud. Nous retraçons ci-dessous les détails de cette histoire, en précisant comment l’ascension du littoral du Pacifique est liée à la baisse de la rentabilité et au lent mouvement géographique des capitaux vers l’est, composant de nouveaux complexes territoriaux sur ses bords et laissant dans son sillage des ceintures de rouille creuses. C’est ce processus d’encerclement et de crise qui allait créer l’ouverture par laquelle le régime de développement ossifiant de la Chine allait pouvoir passer dans la communauté matérielle du capital.

L’échec de la transition

La Chine a entamé une transition vers le capitalisme à la fin de la période Qing, marquée par un faible niveau d’industrialisation et une instabilité politique généralisée. Cette première période de transition incomplète a finalement provoqué un effondrement politique accompagné d’une guerre civile et d’un mouvement révolutionnaire croissant qui allait fonder le régime de développement socialiste, mettant temporairement fin à la subsomption de la région au capitalisme mondial. Malgré son échec, cette première transition a transformé de manière irréversible les schémas de migration, les routes commerciales et la géographie industrielle, exerçant une force d’inertie qui a souvent dépassé les tentatives du régime révolutionnaire pour la contenir. Cette période (datant approximativement de la fin de l’ère Qing jusqu’à l’époque républicaine et l’occupation japonaise) a laissé la région avec une structure industrielle profondément divisée, contribuant à nombre des crises périodiques qui ont frappé le régime de développement ultérieur [1]. D’une certaine manière, cette inertie a duré plus longtemps que le régime de développement lui-même. Lorsque la deuxième transition vers le capitalisme a commencé dans les années 1970, le pays a vu renaître bon nombre des mêmes grappes industrielles, routes commerciales et réseaux de migrants qui avaient défini la première période un siècle auparavant.

Cette première période de transition a été façonnée par des accidents de l’histoire ainsi que par des modèles de commerce beaucoup plus anciens dans la région. Le littoral sud a longtemps joué un rôle important dans le commerce régional et, après le déclin de la Route de la soie (avec la chute de la dynastie Tang en 907 de notre ère), le commerce côtier s’est développé pour dominer le commerce pré-capitaliste [2], mais il existait aussi de fortes tendances compensatoires dans chaque dynastie qui ont contribué à atténuer le pouvoir exercé par les forces de la commercialisation. L’une des menaces les plus persistantes était la transformation de ces réseaux commerciaux semi-illicites en marines pirates indépendantes. À l’époque des Qing (1644-1912), cette menace a pris le caractère d’une rébellion anti-Manchu, dirigée par le loyaliste Ming Zheng Chenggong (connu sous le nom de Koxinga en Occident), qui avait fui vers la mer lorsque les armées Qing ont envahi le Fujian. Zheng a renversé la domination hollandaise à Formose (Taiwan) et a transformé l’île en base pour sa marine rebelle. En réponse, les Qing ont non seulement interdit toute navigation côtière (rendant illégal une grande partie du commerce international de la région), mais ont également dépeuplé le littoral, déportant la population à l’intérieur des terres et rasant les villages désertés pour tenter de couper les lignes d’approvisionnement de Zheng [3].

Une fois la rébellion de Zheng réprimée (en 1663 avec la conquête de Taiwan), le littoral se repeupla progressivement et la navigation maritime reprit. Au plus fort de la dynastie, non seulement la métropole a une balance commerciale saine avec l’Occident, exportant du thé, de la porcelaine, de la soie et des produits manufacturés divers, mais elle est aussi au centre du commerce régional, le Japon, même isolationniste, étant dépendant des importations de matières premières des Qing. Mais l’État était devenu circonspect en matière de commerce, craignant le pouvoir croissant des marchands, la possibilité d’une nouvelle rébellion et les capacités croissantes des Européens. La cour a donc imposé des monopoles rigoureux sur les marchandises clés et a commencé à restreindre le commerce extérieur à un nombre toujours décroissant de ports douaniers officiels. Cette tendance atteint son apogée avec le système de Canton, de 1757 à 1842, lorsque tout le commerce extérieur est canalisé par un seul port et ses magasins et entrepôts annexes (les “Treize Usines”) à Canton (Guangzhou). Le système n’a été aboli qu’à la suite d’une incursion européenne sans complaisance, les empires coloniaux en expansion cherchant à obtenir un accès plus direct au marché du continent. Ces incursions, dont les plus spectaculaires ont été les deux guerres de l’opium (1838-1842 et 1856-1860), ont abouti à l’établissement de traités inégaux entre les Qing et les puissances européennes. Dans le cadre de ces traités, le commerce a été rouvert, concentré dans une série de ” ports conventionnés ” le long du littoral [6].

Des défaites militaires de plus en plus importantes, accompagnées de rébellions internes, allaient voir les Qing s’effondrer au cours d’un siècle. De grandes vagues de réfugiés ont quitté le continent au cours de ces années, alimentant la demande de main-d’œuvre de l’industrie capitaliste primitive, en particulier dans les Amériques. En même temps, l’offre de main-d’œuvre nationale (ainsi que les matières premières et les terres pour l’agriculture) devint de plus en plus attrayante pour les colons européens et les pays voisins. Des districts d’usines furent établis dans la plupart des grandes villes côtières, Shanghai et Guangzhou jouant un rôle particulièrement important. Au fur et à mesure de leur intégration dans les nouveaux réseaux commerciaux mondiaux du capitalisme industriel, ces villes ont acquis une autonomie de fait par rapport à l’État Qing, devenant d’importants sites de modernisation sous le régime des seigneurs de guerre et des républicains. Pendant ce temps, des parties du Shandong ont été essentiellement cédées aux Allemands, qui ont financé un certain nombre de nouvelles entreprises industrielles dans tout le pays. Les premières infrastructures capitalistes de la région étaient donc en grande partie entre des mains étrangères, et les villes côtières sont mieux comprises comme des colonies fortement internationalisées, liées à des réseaux de production nationaux qui étaient dominés par le capital européen et japonais : à côté du commerce lucratif de l’opium, ” en 1907, 84 % des transports maritimes, 34 % de la filature du coton et 100 % de la production de fer étaient entre des mains étrangères “. Les Occidentaux contrôlaient même des actifs stratégiques vitaux, possédant pas moins de 93 pour cent des chemins de fer” [7] ; même la poignée de grands conglomérats industriels appartenant à des intérêts nationaux, comme la Hanyeping Coal and Iron Company, étaient entièrement dépendants de machines importées et de capitaux fournis par des financiers allemands et japonais [8].

Dans l’entre-deux-guerres, Shanghai était devenu un centre régional pour la capitale commerciale et les premiers mouvements ouvriers du continent, suivi de près par Guangzhou (connu sous le nom de ” Canton rouge “). Mais sans la force contraignante d’une politique intérieure forte, ces premiers sites de la transition capitaliste étaient dominés par le capital étranger ou une classe particulièrement parasitaire de capitalistes nationaux agissant comme intermédiaires et sous-traitants pour les firmes européennes et japonaises. L’échec de la transition capitaliste sur le continent n’était donc pas simplement le résultat de la suppression des pressions commerciales par les Qing, mais aussi un produit des diktats de l’expansion économique capitaliste en Europe, qui ont conduit à l’ère de l’impérialisme et ont ainsi donné naissance aux régimes particulièrement violents de pillage et d’exploitation établis dans le Pacifique. C’est la brutalité de ces régimes qui, à son tour, a alimenté les flammes de la rébellion anti-impérialiste qui allait finalement stopper la transition capitaliste sur le continent. Néanmoins, l’héritage laissé par cette première transition ratée allait contribuer à façonner le caractère et la géographie de la deuxième transition qui a suivi l’ère socialiste.

Construire l’Asie de l’Est

Au Japon, par contre, la pression européenne n’a pas entraîné l’effondrement politique mais plutôt la restauration Meiji (1868-1912), qui a amorcé une transition complète vers le capitalisme, y compris une industrialisation massive et une réforme généralisée du système politique et social [9]. Le succès des réformes du Japon a été mis en évidence par la victoire rapide du pays dans la première guerre sino-japonaise, en 1894-1895. Cette guerre, qui se déroulait sur la péninsule coréenne (alors un État tributaire des Qing), opposait l’armée japonaise modernisée à la dynastie qui avait longtemps été la plus forte puissance régionale en Asie, la plupart des observateurs prévoyant une perte rapide pour les Japonais. Mais la force militaire la plus avancée des Qing, l’armée Beiyang, ne fit pas le poids face aux envahisseurs, qui prirent non seulement la péninsule coréenne mais aussi la péninsule voisine de Liaodong, lançant des invasions en profondeur dans la patrie des Qing, la Mandchourie. A la fin de la guerre, les Qing ont été contraints de céder leur influence sur la Corée et de céder l’île de Taïwan aux Japonais malgré une opposition locale intense. Le Japon envahit l’île en 1895, menant une guerre d’occupation contre les forces de résistance de la guérilla pendant plusieurs années et réprimant une série de rébellions au début du 20e siècle.

La victoire dans la péninsule coréenne et les incursions en Mandchourie ont été vues par les forces impérialistes voisines en Russie et en Allemagne (qui ont tenu le territoire dans le Shandong) comme une menace à leurs propres perspectives dans la région. A l’époque, le Japon répondit par l’apaisement, cédant la péninsule de Liaodong, permettant la formation d’un empire coréen nominalement indépendant et aidant les puissances occidentales à écraser la rébellion des Boxers en 1900. Mais les tensions dans la région ont rapidement conduit au déclenchement de la guerre russo-japonaise (1904-1905), qui a abouti à une autre victoire inattendue des Japonais, cette fois sur une grande puissance impérialiste. Le traité de paix signé avec les Russes était cependant toujours orienté vers la prudence et l’apaisement. Aucun territoire important n’a été cédé et la Russie n’a pas été obligée de payer de sérieuses réparations. Ce résultat a suscité de vastes protestations nationalistes au Japon, signalant non seulement la poursuite de l’opposition populaire au colonialisme occidental dans la région, mais aussi la fusion de cet anticolonialisme avec le propre projet impérial du Japon.

Bien que le Japon n’ait pas présenté de revendication coloniale directe à la Corée ou à la Mandchourie dans le traité de paix, la Corée a été désignée comme ” protectorat ” et l’armée Kwantung, une armée japonaise semi-autonome, a été formée pour surveiller la région. L’armée du Kwantung devint bientôt une force d’occupation efficace, intervenant souvent dans les affaires locales sans surveillance directe. Entre-temps, des réformes furent progressivement introduites dans le protectorat coréen, chacune cédant davantage de pouvoir politique et économique aux Japonais jusqu’à ce que, en 1910, le territoire soit officiellement annexé par l’Empire. Une série d’événements similaires se produisit en Mandchourie, avec une influence économique croissante suivie d’interventions militaires de plus en plus directes contre les chefs de guerre locaux, ce qui aboutit à l’invasion de 1931 et à la création de l’État fantoche japonais, le Manchukuo.

Au Japon, tout cela s’est accompagné d’un soutien intérieur au militarisme qui a rapidement augmenté, atteignant son apogée dans l’idée d’une ” Grande sphère de coprospérité de l’Asie de l’Est ” dirigée par le Japon, dirigée par la ” race Yamato ” et organisée selon une stricte hiérarchie ethnique. Bien que la logique de base de cette stratégie impériale ait eu ses fondements culturels à la fois dans la pseudo-science raciale et dans une forme indigène de discours racial et civilisationnel commune à l’Asie de l’Est, l’impérialisme japonais ne peut pas être réduit à ses composantes culturelles, et ses racines ne peuvent pas non plus être trouvées dans les fondements autoritaires des fragments de classe ” féodaux ” restants. L’Empire japonais n’était pas une continuation des Etats impériaux tributaires qui avaient longtemps dominé la région, mais plutôt un produit nettement moderne de la transition de la restauration Meiji vers le capitalisme, de même nature que les empires impérialistes de l’Occident capitaliste. En plusieurs décennies, le développement capitaliste au Japon a eu pour résultat simultané la saturation du marché intérieur, la croissance d’un Etat puissant, militaire et de gestion, et la domination de l’économie par quatre grandes sociétés monopolistiques ” zaibatsu “. Toutes ces caractéristiques ont facilité la poussée de l’expansion militaire et économique selon les lignes traditionnellement impérialistes. Comme en Allemagne et en Italie, le militarisme japonais et l’expansion impérialiste étaient donc le produit de la crise capitaliste et de l’affaiblissement de l’hégémonie politique de l’Empire britannique.

Au sein de la nouvelle hiérarchie régionale, le capital japonais (de plus en plus allié à l’Etat militaire) était la force motrice, facilitant la conquête territoriale, la construction de projets d’infrastructure massifs et le financement de campagnes d’industrialisation coordonnées. Les premières colonies de Taïwan, de Corée et de Mandchourie sont devenues les sites préférés pour une grande partie de ces investissements, les pays périphériques d’Asie du Sud-Est et certaines parties de la Chine étant traités comme des États fantoches subordonnés pour l’ouverture de nouveaux marchés et la fourniture de ressources industrielles essentielles (comme le pétrole en Indonésie) ou de biens agricoles (comme aux Philippines). Le déclin massif du commerce mondial qui a accompagné la Grande Dépression a encore plus encouragé l’expansion impériale, car le protectionnisme croissant a coupé le Japon des sources alternatives de biens primaires [11]. Au milieu de ce déclin général, le commerce a en fait augmenté au sein du nouveau ” bloc du yen ” formé par le Japon, ses colonies et les divers États fantoches et pays plus faibles de la ” sphère de coprospérité “. “Alors que les exportations vers le Japon représentaient 20 % du total des exportations de Taïwan en 1895, à la fin des années 1930, ce chiffre était passé à quelque 88 % [13]. Le commerce interrégional était organisé selon un modèle en dents de scie, le Japon étant au centre et ses colonies et partenaires commerciaux subordonnés étant encouragés à spécialiser leur production en accord avec les intérêts japonais, découragés de commercer directement avec d’autres pays de la région et récompensés par divers degrés de développement de l’infrastructure japonaise.

Cette hiérarchie était ordonnée par les caractéristiques raciales perçues autant que par la simple géographie, la proximité culturelle avec le Japon étant reconçue comme une mesure de la pureté ethnique. Les divisions au sein du bloc commercial ont ainsi codé les théories pseudo-scientifiques de la race et de l’origine nationale en différences matérielles entre des territoires qui, jusqu’alors, étaient relativement semblables en termes de production, de niveaux d’éducation et de vulnérabilité aux catastrophes, aux invasions et à la colonisation, malgré les différences culturelles.  En conceptualisant l'” Asie de l’Est ” comme un continuum racial et culturel organiquement hiérarchisé, uni à la fois par l’adoption historique du système d’écriture chinois et par une idée néo-confucianiste particulière de l’antiquité, le projet impérial japonais a ainsi construit une région reconnaissable à partir de nouveaux circuits de capital [14]. Bien qu’il n’ait finalement pas réussi à réaliser sa propre ambition impériale, ce premier expansionnisme japonais a réussi à créer un centre de gravité oriental pour le capitalisme mondial, défini par des relations commerciales inégales entre les archipels insulaires et les économies littorales bordant le Pacifique. Dans l’ordre de la guerre froide qui a suivi, ce centre de gravité allait être renforcé comme un rempart contre la propagation du communisme. L’Asie de l’Est capitaliste encerclerait ainsi lentement le régime de développement d’après-guerre de la Chine, l’attraction de ce nouveau centre d’accumulation aidant à faciliter la transition ultime de la Chine vers le capitalisme.

Guerres totales

La montée de l’extrême droite au Japon a été le produit d’une dynamique nettement capitaliste, son caractère étant défini par une crise générale de la rentabilité. L’économie japonaise avait connu un boom sans précédent à la fin des années 1910, répondant à la demande de l’Occident et s’étendant dans l’espace laissé par l’influence décroissante des empires européens frappés par la guerre. Entre 1914 et 1919, le PNB réel a augmenté à un taux moyen de 6,2 %, bien que l’inflation ait augmenté rapidement. Mais ce premier boom a été suivi d’un premier effondrement, car la croissance a commencé à stagner dans les années 1920, suivi d’un effondrement lors de la crise financière de Showa en 1927 [15]. Plusieurs méthodes différentes ont été utilisées pour mesurer le taux de profit japonais [16] pendant cette période, mais toutes montrent un déclin rapide dans les années 1920, suivi soit d’un nouveau déclin [17] soit d’une stagnation. Le rapport entre l’investissement et le PNB diminue également au cours des mêmes années, passant d’un pic au début des années 1920 à une période de stagnation au cours de la dernière décennie, suivie d’une chute lors de la dépression de Showa en 1930, causée par l’effondrement économique mondial [19].

Mais comme le Japon avait commencé à faire face à la réalité de la crise un peu plus tôt que d’autres pays, il a également mis en place des réformes financières clés à la fin des années 1920 qui ont permis une reprise plus rapide après la dépression de Showa. Les banques avaient été consolidées et l’État avait déjà entamé le processus de relance des dépenses. La dépression de Showa, causée à la fois par l’effondrement de l’économie mondiale et par le retour inopportun du Japon à l’étalon-or, a été grave mais brève. Dès l’hiver 1931, le Japon avait entamé ce que l’on appellera plus tard la politique économique Takahashi, une période de dépenses keynésiennes et de dépréciation monétaire contrôlée dirigée par le ministre des Finances Takahashi Korekiyo. La relance budgétaire s’est accompagnée d’un découplage par rapport à l’étalon-or (d’abord l’abandon de l’étalon-or, puis la stabilisation de la dépréciation en rattachant le taux de change à la livre sterling), ce qui a permis d’accroître la compétitivité en raison de la dépréciation du yen et a également rendu possible la construction d’un bloc de yen en Asie de l’Est. Entre 1932 et 1936, lorsque la politique de Takahashi est entrée en vigueur, la croissance du PNB est revenue à 6,1 %, soit presque autant que pendant les années de boom, et s’est accompagnée d’une inflation beaucoup plus modérée [20]. Le rapport entre l’investissement et le PNB s’est redressé au cours des années 1930, pour revenir à la fin de la décennie à son sommet d’avant la crise [21].

Mais si la relance keynésienne a permis de sortir l’économie du pire de la dépression en augmentant l’investissement, en développant l’État et en stabilisant le yen tout en préservant sa compétitivité, ses effets sur le taux de profit ont été plus marginaux, ne stimulant qu’une légère reprise [22], ce qui, ajouté à la dépendance continue des entreprises à l’égard des dépenses de l’État, indique que l’économie japonaise des années 1930 n’a pas vraiment échappé à la crise. Au contraire, la baisse de la rentabilité avait été compensée par un programme d’expansion similaire à celui qui fut bientôt entrepris par l’Allemagne et l’Italie, puis par les États-Unis. La baisse de la rentabilité ne pouvait être compensée que par l’expansion de l’État, ce qui a permis de soutenir le secteur privé au niveau national tout en facilitant (et en fait en rendant de plus en plus nécessaire) la croissance de l’armée et la poussée de l’expansion coloniale. Ainsi, l’ère keynésienne de Takahashi a contribué à incuber l’hyper-militarisme de la fin de l’Empire. Lorsqu’il chercha à régner sur les dépenses publiques en 1935, craignant une inflation galopante, il souleva la colère de cette armée nouvellement renforcée et fut bientôt assassiné lors d’une tentative de coup d’Etat par des membres de la faction Kōdō-ha (” Voie Impériale “) dirigée par de jeunes officiers au sein de l’armée. Bien qu’il ait finalement échoué dans ses objectifs, le coup d’État a entraîné le transfert de plus de pouvoir à l’armée et la fin des tentatives de réduction des dépenses de l’État. C’est ainsi qu’a commencé l’ère de l’économie de commandement du Japon en temps de guerre, qui a vu une croissance élevée et continue du PNB, mais qui est maintenant associée à une inflation toujours croissante [23].

Les grands monopoles de zaibatsu ont conservé leur pouvoir tout au long de la Dépression, et un certain nombre de nouveaux zaibatsu ont vu le jour grâce aux nouvelles colonies. Les inégalités économiques montent en flèche, et l’armée impériale est bientôt considérée comme un correctif non corrompu à la décadence des grands financiers. L’atmosphère politique du Japon s’est donc encore plus orientée vers la droite. La faction Kōdō-ha au sein de l’armée, bien qu’évincée après 1936, avait défendu une vision ouvertement fasciste du développement du Japon dans laquelle la démocratie serait complètement démantelée, les bureaucrates corrompus et les capitalistes zaibatsu avides seraient purgés et l’Etat serait dirigé directement par l’Empereur. Leur politique était fondée sur une vision mythique de retour aux hiérarchies organiques du Japon pré-capitaliste et ils étaient donc vigoureusement anti-communistes, prônant une invasion préventive immédiate de l’Union soviétique [24]. La coalition plus lâche qui s’est formée pour s’opposer au Kōdō-ha s’appelait le Tōsei-ha (” Control Faction “), qui appelait à une politique prudente vis-à-vis de l’Union soviétique et à plus de coordination avec les zaibatsu, mais qui était elle-même néanmoins dominée par une politique essentiellement fasciste. Après la purge de la Kōdō-ha en 1936, l’administration militaire a été transférée à la Tōsei-ha.

La plupart des leaders intellectuels de cette faction désormais contestée étaient de fervents partisans de la théorie de la guerre totale, qui consistait à centraliser la planification économique et militaire sur le modèle de l’Allemagne, et toutes les factions prônaient la poursuite de l’expansion impériale en Chine et ailleurs [25]. Ces théoriciens s’étaient depuis longtemps alliés à un groupe de bureaucrates réformateurs dirigé par Kishi Nobusuke, directeur économique de Manchukuo et disciple du théoricien fasciste Ikki Kita. C’est grâce à cette alliance entre les bureaucrates réformateurs et les militaristes de la guerre totale que le plan économique de l’impérialisme régional japonais (la ” sphère de coprospérité de la Grande Asie de l’Est “) allait naître. Les expériences de développement et de gestion industriels dans cette sphère allaient de l’économie dirigée fortement contrôlée par l’Etat en Mandchourie (favorisée par les militaristes) aux régimes d’investissement plus favorables aux zaibatsu dans le pays et dans certaines colonies périphériques (favorisés par les réformateurs), mais toutes étaient guidées par la ferme croyance en un Etat totalitaire qui serait le moteur de l’expansion coloniale [26].

Chacun des programmes de développement entrepris par l’État japonais a eu une influence durable sur l’ensemble de la région. Dans ” Sorgho et acier “, nous avons étudié comment les grandes entreprises de la Mandchourie, à économie de commandement militaire, ont façonné la structure industrielle initiale du régime de développement chinois. Mais ce sont les bureaucrates réformateurs, dirigés par Kishi et informés par les théories de guerre totale du Tōsei-ha, qui allaient jouer un rôle central dans la construction de l’Asie de l’Est capitaliste après la guerre. Après une brève période de déclin économique d’après-guerre sous l’occupation américaine, l’économie japonaise a commencé à se rétablir avec la guerre de Corée, alors que la politique américaine a changé de manière décisive en faveur d’un développement économique fort dans la région, en tant que rempart contre le communisme. Afin d’assurer cette croissance économique, les Etats-Unis ont redonné le pouvoir à de nombreuses personnalités qui avaient dirigé le pays sous l’Empire, y compris Kishi, alors un criminel de guerre notoire [27], qui, libéré de prison, a ensuite fondé le Parti libéral-démocrate avec le soutien des Etats-Unis. Il a été élu Premier ministre en 1957, et son administration a par la suite reçu des fonds de campagne secrets de la CIA avec l’appui du président Eisenhower [28]. En tant que premier dirigeant japonais à visiter les pays de l’Asie du Sud-Est après la guerre, Kishi a commencé à promouvoir un plan de développement régional qui s’inspirait directement de sa vision plus ancienne de la sphère de coprospérité. Avec le soutien des Etats-Unis, lui et ses technocrates pouvaient maintenant poursuivre leurs anciennes politiques économiques sous les auspices d’un nouveau bloc militaire anticommuniste combattant un type différent de guerre totale [29].

 

L’exportation de capitaux vers l’Est

Les États-Unis eux-mêmes ont longtemps eu un intérêt colonial dans la région, comme en témoignent leur annexion des îles Hawaï et l’occupation brutale des Philippines, toutes deux commencées à la fin des années 1890. Cet intérêt était motivé par certaines des mêmes pressions économiques que le propre projet colonial du Japon, car une économie stagnante sous la pression des monopoles de l’âge d’or au sommet de la pyramide cherchait des sources de ressources naturelles bon marché et de nouveaux marchés. Un demi-siècle plus tard, avec la défaite du Japon et l’intégration de la Chine dans le bloc socialiste, les États-Unis ont assuré leur puissance dans le reste de la région. Mais leurs intérêts avaient subi un changement fondamental. Cela était dû en partie aux nouvelles conditions imposées par la guerre froide, les programmes de développement économique soutenus par l’État étant considérés comme une partie intégrante d’une stratégie plus large visant à contenir le bloc socialiste. Mais il s’agissait aussi d’une modification de la composition technique de la production. La guerre avait relancé l’industrie lourde aux États-Unis, qui était sortie de la stagnation de l’époque de la dépression. En même temps, elle avait conduit à un essor massif de la recherche et du développement, et créé à la fois les mécanismes de transmission permettant d’introduire de nouvelles inventions dans l’économie civile et la stabilité économique nécessaire pour commencer à mettre en œuvre un arriéré de nouvelles technologies qui s’était accumulé au cours des décennies précédentes de spéculation et de crise. Entre-temps, les réseaux logistiques du temps de guerre ont commencé à être systématiquement transférés à l’usage civil, ce qui a permis de mettre en place les réseaux commerciaux qui allaient bientôt soutenir l’économie de la région du Pacifique [31].

Alors que de plus en plus d’entreprises américaines remontaient la chaîne de production, les industries de biens de production qui avaient été stimulées par le boom du temps de guerre cherchaient de nouveaux marchés pour l’exportation de biens d’équipement, plutôt que les biens de consommation qui avaient dominé le commerce des États-Unis avec des territoires impériaux comme les Philippines. Mais alors que les exportations de biens de consommation ne nécessitaient guère plus que l’ouverture des marchés étrangers, l’exportation de biens d’équipement (en particulier pour les industries lourdes) exigeait que les économies importatrices entreprennent des efforts de développement structurel à grande échelle. Les Etats-Unis ont donc trouvé un intérêt à la fois politique et économique à faciliter la montée des dictateurs pour superviser les Etats capitalistes en développement dans la région Asie-Pacifique pour une raison très similaire à celle pour laquelle ils ont cultivé le plan Marshall et les Etats providence qui ont suivi en Europe. Les efforts de reconstruction ont entraîné un développement économique rapide, qui a créé de grands marchés pour les industries américaines des métaux, des machines, de l’automobile et de l’aéronautique qui souffraient de la surproduction de l’économie d’après-guerre. Des siècles de colonisation violente avaient déjà créé l’échafaudage pour un système capitaliste vraiment mondial, et le dur travail de l’influence impériale pouvait maintenant être largement géré par une combinaison d’influence du marché et de police militaire.

En Asie de l’Est et du Sud-Est, le nouvel ordre international de production avait une hiérarchie claire, dirigée par les Etats-Unis, mais utilisant essentiellement les mêmes relations commerciales et les mêmes centres industriels que ceux construits par l’Empire japonais, moins les territoires qui avaient fait sécession dans le bloc socialiste. Cela impliquait une distribution inégale des fonds de développement aux endroits préférés, créant des avantages comparatifs différentiels entre les pays qui, en fin de compte, encourageaient les spécialisations locales en accord avec les besoins commerciaux des pays situés plus haut dans la hiérarchie économique. Compte tenu de sa structure industrielle plus développée et de l’anticommunisme vigoureux de son establishment politique, le Japon lui-même a été le premier site préféré pour le réaménagement et est ainsi devenu un chef de file dans la nouvelle hiérarchie régionale, fournissant à la fois le financement et le modèle politique qui serait bientôt utilisé par d’autres États développementistes de la région.

Entre-temps, l’issue de la guerre avait permis au Japon de réinventer sa base industrielle. La perte de ses colonies et l’abolition de l’armée se sont révélées être un heureux hasard à cet égard, écartant le pays des interventions militaires postcoloniales coûteuses entreprises par la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis tout en lui permettant de bénéficier des nouvelles technologies et des relations commerciales qui ont émergé de ces guerres. Le développement des technologies maritimes a été particulièrement fortuit pour la nation insulaire, permettant la construction de nouveaux complexes industriels le long du littoral du Pacifique. La perte des colonies, en particulier de la Mandchourie, a également entraîné la perte ou la destruction d’une grande quantité de capital fixe financé par le Japon, et donc l’annulation de ces coûts irrécupérables. A long terme, cela signifiait que les entreprises japonaises n’étaient plus responsables des coûts d’entretien de ces usines de plus en plus obsolètes, et que l’on ne pouvait plus espérer une rentabilité future des industries perdues. Cela a eu pour effet paradoxal de rendre l’économie japonaise beaucoup plus réceptive au changement technologique et à la construction de nouveaux capitaux, alors que des pays comme les Etats-Unis ont été de plus en plus accablés par des masses de capital fixe obsolète accumulé au début du siècle.

Le modèle de développement industriel de la “guerre totale” avait également laissé derrière lui une grande masse d’ouvriers et de soldats, pour la plupart alphabétisés et ayant pour la plupart une certaine formation technique. Sur une population de 72 millions en 1948, avec 34,8 millions de personnes employées, il y avait 7,6 millions de soldats démobilisés, 4 millions d’ouvriers démobilisés qui avaient été employés dans la production militaire et 1,5 million de nationaux qui étaient revenus de l’étranger – 13,1 millions de travailleurs en surplus au total, soit environ 18 % de la population totale. Cette situation s’est accompagnée d’une période de réforme agraire qui a commencé à accroître la productivité agricole, ce qui a permis d’alimenter encore plus de ruraux déplacés vers l’industrie urbaine au cours des décennies suivantes. Mais plutôt que de provoquer une hausse immédiate du chômage absolu, la tendance était plutôt à la croissance du travail informel et à la dépendance généralisée des petits réseaux communaux pour la subsistance. En 1950, les travailleurs indépendants, les paysans et les travailleurs familiaux représentaient environ 60,6 % de la main-d’œuvre japonaise, le reste étant constitué par les travailleurs salariés du secteur formel [32]. Il y avait donc un surplus latent massif de population qui pouvait être exploité comme source de main-d’œuvre bon marché et qui, au cours des décennies suivantes, allait fournir la base d’une croissance rapide de l’industrie japonaise. Entre 1951 et 1973, ” le PIB japonais a connu une croissance continue et rapide de 9,2 % par an en moyenne, ce qui le rendait sept fois plus important ” [33]. C’est ce processus qui a lancé les discussions sur un “miracle japonais “, souvent sans que l’on prête attention aux caractéristiques structurelles qui avaient sous-tendu cette croissance ” miraculeuse “.

En réalité, la croissance rapide de l’économie japonaise a été facilitée non seulement par des conditions intérieures favorables, mais aussi par la stimulation continue des régimes monétaires et militaires dirigés par les États-Unis. Les coûts des ressources énergétiques et d’autres produits primaires ont chuté avec l’exploitation d’après-guerre des gisements de pétrole du Moyen-Orient et l’ouverture de routes commerciales étranglées par la guerre. Dans le même temps, la guerre froide a conduit les États-Unis à réduire considérablement les paiements de réparation et à offrir à la place des subventions de redressement. Mais le tournant décisif a été la guerre de Corée. Le Japon étant la source la plus proche de biens industriels pour la ligne de front, les États-Unis ont lancé un programme d’approvisionnement spécial qui a duré de 1950 à 1953, inondant l’industrie japonaise d’une demande à prix garantis. En 1952-1953, les biens d’approvisionnement spécial représentaient environ 60 à 70 % du total des exportations japonaises, doublant la taille des principales industries japonaises en quelques années seulement. Cette expérience a prouvé la capacité du Japon à être à la fois le leader économique régional et un partenaire politiquement solide dans l’effort mondial pour contenir le bloc socialiste. L’occupation américaine des îles a officiellement pris fin avec le Traité de San Francisco et les relations militaires entre les deux pays ont été officialisées avec le Pacte de sécurité américano-japonais, tous deux signés en 1951 après que l’intervention chinoise dans la guerre de Corée eut entraîné le retrait des forces de l’ONU dans la péninsule [34]

Après la guerre de Corée, les blocs économiques du début du XXe siècle ont lentement cédé la place, le volume du commerce mondial ayant augmenté de 7,6 % par an en moyenne entre 1955 et 1970. Au Japon, cela a fourni un marché pour les exportations, dont les bénéfices ont servi à payer les importations essentielles, y compris les matières premières et les nombreux biens d’équipement de pointe mis à disposition par les États-Unis. Entre-temps, le système monétaire de Bretton Woods avait fixé le dollar au yen à un taux de change fixe, encourageant la croissance industrielle intérieure dans les années 1950, puis rendant l’industrie manufacturière japonaise extrêmement compétitive sur le marché mondial à partir des années 1960, après que les importations de biens d’équipement eurent commencé à accroître la productivité de l’industrie manufacturière japonaise [35], de sorte que le taux de profit de l’industrie japonaise a monté en flèche au cours de cette période [36], avec un pic particulièrement prononcé atteint dans l’industrie manufacturière à la fin des années 1960 [37].

Le marché intérieur s’est développé parallèlement à la demande internationale de produits japonais. Cela a provoqué un boom de la consommation parmi les travailleurs japonais (en particulier les travailleurs mieux payés des industries de base, dont les garanties d’emploi à vie étaient le résultat du militantisme ouvrier de la fin des années 1940), y compris l’adoption généralisée de l’automobile et des appareils ménagers. Dans le même temps, les marchés mondiaux ont été progressivement inondés de produits manufacturés japonais, à commencer par les textiles et les biens industriels de base, puis les machines et l’électronique. Entre 1957 et 1973, la part japonaise de toutes les exportations de produits manufacturés sur le marché mondial est passée de 5,5 % à 11,5 %, et les investissements privés nationaux en capital fixe (ici les usines et les équipements) ont augmenté de 22 % en moyenne annuelle entre 1956 et 1973, financés à la fois par un stock de bénéfices industriels et par des parts d’épargne personnelle en rapide augmentation, acheminées par l’intermédiaire de banques offrant des taux d’intérêt réels zéro ou négatifs sur les dépôts. Les dépenses publiques continues pour l’infrastructure industrielle ont donc été associées à un surfinancement des entreprises industrielles pour créer les conditions d’une expansion vraiment remarquable du capital fixe. C’est au cours de cette période que le ratio de l’investissement par rapport au PNB au Japon a atteint son niveau le plus élevé de tous les temps. La formation intérieure brute de capital fixe et, plus précisément, l’investissement non résidentiel avaient tous deux oscillé autour de 12 % du PNB en 1950. Au moment où le ratio a atteint son sommet entre 1970 et 1975, la formation brute de capital fixe se situait juste en dessous de 35 pour cent du PNB, tandis que l’investissement non résidentiel se situait juste en dessous de 25 pour cent – le découplage des deux signalant le tout début de la montée de la bulle immobilière qui allait plus tard contribuer à l’effondrement catastrophique de la première des économies ” miracles ” d’Asie [38].

Stagnation

Les théoriciens ont donné de nombreux noms à la longue période de stagnation de la croissance qui a dépassé les économies de base après la fin du boom de l’après-guerre [39] ; certains, comme le marxiste japonais Makoto Itoh, la qualifient de nouvelle ” Grande Dépression ” [40] ; d’autres la désignent comme une ” Longue Dépression ” marquée par une croissance lente plutôt que par un effondrement spectaculaire, comparable à la première ” Grande Dépression ” de 1873.Peu importe le nom qu’on lui donne, la croissance du PIB et les taux de profit dans bon nombre des principales économies ont commencé à diminuer dès les années 1960 [44], le taux de profit du secteur manufacturier américain ayant atteint un sommet d’après-guerre au milieu de cette décennie [45]. Au Japon, le taux de profit national et le taux de profit du secteur manufacturier ont atteint leur sommet entre le milieu des années 1960 [46] et 1970 [47].

Mais le ralentissement n’a pas touché toutes les économies en même temps, ni de manière égale. Le boom d’après-guerre lui-même a été inégal, laissant les pays à fort PIB accablés dès le début par des stocks de capital fixe coûteux et de plus en plus obsolètes qui ont découragé l’incitation à de nouveaux investissements intérieurs, même s’ils n’étaient pas encore si peu rentables qu’ils puissent être éliminés de manière viable par des licenciements massifs et des fermetures d’usines. Il en est résulté qu’une grande partie du long boom a en fait été soutenue par la croissance des économies en développement ultérieur, y compris les efforts de reconstruction en Europe et la croissance d’après-guerre au Japon. Lorsque ces poussées de croissance ont commencé à atteindre leurs limites initiales, la stagnation qui avait déjà commencé dans les plus grandes économies de base ne pouvait plus être compensée par la croissance du commerce international. Par la suite, tant les économies centrales d’avant-guerre que les économies en développement de l’après-guerre (aujourd’hui aussi, en fait, les pays centraux) ont non seulement connu une stagnation persistante de la croissance et une baisse des taux de profit, mais se sont également trouvées en concurrence pour une part décroissante de l’accumulation mondiale. Il en est résulté une hausse du chômage, des crises budgétaires publiques et un phénomène inhabituel de stagflation, le tout aggravé par une crise pétrolière et des dépenses militaires toujours plus élevées.

Au niveau mondial, la concurrence industrielle internationale a pris la forme d’une succession rapide de cycles de récession d’avant en arrière. Avec le ralentissement de la croissance, la part de la valeur totale qui pouvait être captée par les différentes économies nationales se réduisait, et ces cycles allaient donc prendre de plus en plus le caractère de “guerres commerciales ” ou de ” guerres des monnaies ” à somme nulle entre les États-Unis et leurs concurrents. Chaque phase du cycle a donc été stimulée par des changements géopolitiques clés dans les systèmes monétaires et tarifaires internationaux. En même temps, le caractère global de la concurrence a été déterminé par l’ouverture de nouveaux centres industriels pour la production à forte intensité de main-d’œuvre, chacun d’entre eux apportant une solution spatiale à court terme au problème de la faible rentabilité tout en créant de nouveaux concurrents potentiels à long terme. Deux années ont été particulièrement importantes : 1971, qui a vu le début du départ des États-Unis de l’étalon-or et du système de Bretton Woods de taux de change fixes, et 1985, où l’Accord du Plaza a été signé, augmentant la valeur du yen japonais et du mark allemand et dévaluant le dollar. Il est important de se rappeler, cependant, que les décisions politiques ne créent pas et ne peuvent pas fondamentalement créer ou améliorer les crises au sein du capitalisme. Elles ne peuvent que la pousser dans diverses directions ou, au mieux, la retarder quelque peu (et ainsi aggraver le krach lorsqu’il se produit). La géopolitique est le préposé de la communauté matérielle, et non son maître. De telles décisions n’ont donc en aucun cas créé la crise générale, mais elles ont marqué des changements importants dans les pays qui allaient en subir les pires effets.

La fin du système de Bretton Woods a rendu les taux de change plus volatils et a d’abord réduit la compétitivité de l’industrie manufacturière américaine, ce qui a stimulé la croissance tirée par les exportations ailleurs tout au long des années 70. Cela a modifié la balance commerciale des Etats-Unis et l’inflation et le chômage ont tous deux augmenté rapidement, ce dernier atteignant plus de 9 pour cent en 1982 et en 1983. Le Japon, quant à lui, a fait face à la phase initiale de la crise avec des dépenses publiques massives et l’expansion des exportations. Le déficit budgétaire américain à la fin des années 70 et au début des années 80 a donc été largement financé par l’excédent japonais, et la croissance de la dette publique et privée aux Etats-Unis a fourni le marché des produits japonais. Il en a résulté “le spectacle extraordinaire de financiers japonais fournissant le crédit nécessaire au gouvernement américain pour financer ses déficits budgétaires afin de subventionner la croissance continue des exportations japonaises” [48]. Aux États-Unis, les exportations de produits manufacturés se sont effondrées entre 1980 et 1985, ne progressant que de 1 % par an. Les importations ont augmenté de 15 % par an au cours de la même période, les importations en provenance du Japon étant passées de 12,5 % du total en 1980 à 22,2 % en 1986.Mais malgré cette stimulation des exportations japonaises, le taux de profit du secteur manufacturier n’a jamais retrouvé son sommet d’avant la crise, atteignant plutôt un sommet plus bas au début et au milieu des années 1980, avant de chuter à nouveau à la fin de la décennie suivant la signature de l’Accord du Plaza [50]. Pendant ce temps, le taux de profit général ne s’est tout simplement pas redressé, stagnant plutôt jusqu’à son prochain déclin précipité en 1990 [51].

Pour les États-Unis, la situation du secteur manufacturier a été brièvement relancée par l’Accord du Plaza de 1985, qui a augmenté la valeur du yen japonais et du mark allemand et dévalué le dollar. Le secteur manufacturier américain est devenu temporairement plus compétitif sur le marché mondial, mais le nouveau système a fait des ravages ailleurs. Au milieu d’une stagnation générale, le commerce manufacturier mondial devenait de plus en plus un jeu à somme nulle dans lequel les gains d’un pays se faisaient aux dépens des autres [52]. La variation annuelle moyenne du PIB du Japon a été réduite de moitié, passant de 10,2 % en 1960-1969 à 5,2 % dans les années 70 et à 4,6 % dans les années 80. Le taux de chômage en Allemagne est passé d’une moyenne de 0,8 % dans les années 1960 à 2,05 % dans les années 1970, à 5,8 % dans les années 1980 et à plus de 8 % dans les années 1990, suivant ainsi la tendance générale en Europe. Au Japon, le taux de chômage a été maintenu à un niveau plus bas grâce à la sous-déclaration statistique, à la croissance rapide du secteur tertiaire et aux dépenses importantes de l’État et des grandes entreprises pour retenir les travailleurs qui auraient autrement été mis à pied [54], alors qu’aux États-Unis, le taux de chômage a diminué de moitié, passant de plus de 9 p. 100 en 1982-1983 à un niveau aussi bas que 5 p. 100 à la fin des années 1980 et 4 p. 100 à la fin des années 1990 [55].

Si l’Accord du Plaza n’a nullement provoqué la crise au Japon, il a montré que le pays n’avait jamais vraiment échappé à la pression de la surproduction qui avait d’abord conduit à l’effondrement du taux de profit au début des années 1970. Les limites de l’accumulation ont été atteintes par un afflux de nouveaux investissements dirigés par l’État, versés dans un régime productif déjà surinvesti. Les marchés existants étaient devenus saturés, de sorte que la croissance tirée par les exportations est devenue le seul moyen de retrouver brièvement la rentabilité dans le secteur manufacturier. En dehors du secteur manufacturier, cependant, le seul débouché pour le capital excédentaire était une augmentation de la spéculation menée par la prolifération de techniques financières obscures (zaitech) et de projets d’infrastructure keynésiens. Entre-temps, pour éviter que les bénéfices ne baissent encore, des salaires ont été supprimés. Lorsque les Accords du Plaza ont dévalué le dollar américain en 1985, le prix du yen a grimpé en flèche et la production japonaise destinée à l’exportation a été sévèrement limitée. Alors que les Etats-Unis ont connu leur propre brève reprise industrielle, les entreprises japonaises n’ont eu d’autre choix que de diriger de plus en plus de capitaux oisifs vers la spéculation zaitech tout en versant de l’argent sur les marchés immobiliers mondiaux et en agrandissant les installations de production à l’étranger afin d’exploiter les taux de change moins élevés ailleurs en Asie (beaucoup sont liés au dollar). Sur le plan intérieur, cela a entraîné un boom sans précédent du marché boursier, un afflux de capitaux spéculatifs étrangers vers le yen et une bulle massive dans les prix des actifs. Le résultat a été un effondrement définitif de l’économie “miracle ” dans la crise du début des années 1990, brisant de manière décisive l’espoir de nombreux économistes [56] que le Japon soit une puissance hégémonique ascendante en quelque sorte immunisée contre les lois fondamentales de la production capitaliste [57].

Les oies volantes

Si la croissance de la puissance économique mondiale du Japon a été facilitée par les États-Unis et définie par le système monétaire international, le caractère régional de cette expansion a finalement suivi les modèles plus anciens établis à l’origine par le projet impérial. Comme nous l’avons mentionné plus haut, le criminel de guerre Kishi Nobosuke, exonéré par les États-Unis, est devenu Premier ministre en 1957, effectuant une tournée dans la région et jetant les bases de ce qui allait devenir la Banque asiatique de développement, avec sa propre proposition (rejetée à l’époque) de création d’un Fonds de développement asiatique sur le modèle de la Sphère de coprospérité [58]. Pendant ce temps, Taïwan et la Corée du Sud avaient utilisé les financements de la Guerre froide, parallèlement à l’infrastructure industrielle et financière laissée par les Japonais, pour relancer leurs propres industries nationales. Dans les deux pays, des variantes de l’état de développement japonais ont été adoptées, les chaebols de la Corée du Sud fusionnant le financement national avec des conglomérats industriels familiaux d’une manière qui rappelle la grande zaibatsu de première génération, tandis que la stratégie de substitution des importations de Taiwan a permis la réforme agraire, la protection de l’industrie nationale et l’importation de machines d’une manière qui rappelle la stratégie de développement du Japon de l’après-guerre et de l’ère Meiji.

Le discours sur le “miracle japonais” s’est donc rapidement étendu aux quatre économies tigres de l’Asie de l’Est, à savoir la Corée du Sud, Taiwan, Hong Kong et Singapour. Ces pays étaient désormais considérés comme des ” oies volantes “, avec le Japon à la tête de la formation, le transfert de technologie et le financement en aval de la chaîne dans un schéma gagnant-gagnant d’avantages comparatifs en cascade : lorsque les coûts de la main-d’œuvre d’une industrie étaient trop élevés, cette industrie devait être transférée en gros vers le voisin moins développé, avec l’équipement industriel le plus avancé et l’infrastructure financée par l’État [59]. L’importation de biens d’équipement au Japon en provenance des États-Unis avait amorcé le processus, dans les années 1970, le Japon avait déjà commencé à exporter des capitaux similaires vers les économies du Tigre, et dans les années 1990, il semblait qu’un phénomène similaire se produisait en Asie du Sud-Est et même en Chine continentale.

Le modèle des oies volantes ne prévoit pas que la crise économique joue un rôle majeur dans ce processus, à l’exception de quelques brèves récessions qui s’accompagnent de changements majeurs dans le cycle des produits. Il ne tente pas non plus de rendre compte de l’influence des États-Unis sur l’ensemble du processus, que ce soit par un financement direct (à savoir les dépenses militaires) ou par une influence moins directe sur le commerce (l’Accord du Plaza) et la politique (le soutien des dictatures anticommunistes). Dans sa conception du transfert de technologie, le modèle tend également à ignorer à la fois les hiérarchies intégrées de la région résultante et les réseaux locaux qui permettent un tel transfert en premier lieu. Rien de tout cela n’est une coïncidence. Le modèle des oies volantes a en effet été formulé à l’origine par l’économiste japonais Kaname Akamatsu dans les années 1930 afin de théoriser le commerce mondial dans une période marquée par la montée du protectionnisme et l’expansion impériale japonaise [60]. Bien que peu utilisé à l’époque, le concept était clairement en accord avec la propagande de la sphère de coprospérité, et Kaname lui-même occupait une série de postes de haut rang au sein du Bureau d’enquête de l’armée impériale (responsable des statistiques et du renseignement général). Après la guerre, il a été jugé pour crimes de guerre, déclaré innocent, et a ensuite publié officiellement sa théorie en 1962 dans le journal officiel de l’Institut des économies en développement, créé par le ministère japonais de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie [61]. Le concept a gagné une large popularité au sein de l’économie japonaise, où il a été associé à de nouvelles théories sur le cycle des produits et les investissements directs étrangers. Comme le commerce mondial s’est développé au milieu de la longue crise, la théorie a rapidement été reprise par l’économie dominante en Occident, fournissant une justification idéologique au cadre de développement adopté par les organisations financières mondiales soutenues par les États-Unis, comme la Banque mondiale et le FMI.

Le schéma de base identifié dans le modèle est évident. Le Japon a commencé une première série d’investissements directs de moindre envergure à Taïwan à la fin des années 1950, surtout dans les industries de l’électronique et de la fabrication de machines qui avaient connu un boom pendant le programme d’approvisionnement de la guerre de Corée, pour ensuite perdre leur principal marché une fois la guerre terminée [63]. La deuxième série de “restructuration industrielle de mise au rebut et de construction “, dont le volume est maintenant beaucoup plus important, a eu lieu entre le milieu des années 1960 et le choc pétrolier de 1973. Ce cycle a été lancé par la signature du traité de normalisation entre le Japon et la Corée en 1965, qui a ouvert des relations économiques formelles entre les deux pays et a fourni à la Corée du Sud une série de subventions et de prêts financés par le Japon (environ 800 millions de dollars[64] au total), destinés à la construction d’infrastructures et à la création de la Podang Iron and Steel Company (maintenant POSCO, un des plus grands producteurs du monde). Des industries plus légères et à forte intensité de main-d’oeuvre ont été transférées du Japon vers la Corée du Sud, Taiwan, Hong Kong et ailleurs, l’économie nationale se déplaçant vers une nouvelle base dans les industries lourdes et chimiques (encore une fois, grandement aidée par les transferts de technologie des États-Unis et de l’Europe). Une troisième phase de restructuration a suivi la crise pétrolière et la baisse générale de la rentabilité du secteur manufacturier, les industries lourdes ayant été délocalisées vers les nouveaux centres en Corée du Sud et à Taïwan et la production nationale s’étant déplacée vers un nouvel ensemble d’industries électroniques, de transport et de machines de précision produisant pour l’exportation vers les marchés des États-Unis [66].

Le résultat de cette troisième phase a été non seulement une production orientée vers l’exportation au Japon conduisant à un excédent commercial avec les États-Unis, mais aussi une explosion sans précédent de la taille et de l’ampleur des investissements directs d’origine japonaise. Confronté à des limites massives à l’accumulation sur son territoire, le Japon a augmenté le taux de ses exportations de capitaux dans un effort pour s’assurer une plus grande part du bassin d’accumulation mondiale qui se rétrécit. Le taux de croissance annuel des investissements directs étrangers japonais a été de 28,1 % entre 1970 et 1982 et, en 1984, le Japon détenait une part de 17,8 % du total des investissements directs annuels mondiaux, soit une part encore plus importante que celle des États-Unis. La valeur totale cumulée de ses investissements à l’étranger entre 1951 et 1986 était de quelque 106 milliards de dollars, la plus grande partie de ces investissements étant en fait destinée aux marchés d’Amérique du Nord (principalement les obligations, les titres, l’immobilier et la production de haute technologie), suivis par les investissements en Asie et en Amérique latine[67]. Après la signature de l’Accord du Plaza, cette tendance n’a fait que s’intensifier. Entre 1986 et 1989, l’IED (Investissement Etranger Direct) japonais a augmenté de plus de 50% par an, avec un flux annuel d’environ 48 milliards de dollars [68] ; l’aide publique au développement (comme les subventions accordées à la Corée du Sud) a également augmenté au cours de la même période, passant de 1 milliard de dollars en 1973 à 7,45 milliards de dollars en 1987, dont environ 70 % sont allés à d’autres pays d’Asie, une grande partie sous forme de prêts, souvent destinés à l’origine à des réparations de guerre[69].

Mais ces transferts commerciaux n’ont pas eu lieu dans le vide. Au Japon, ils étaient une réponse à la surproduction, aux limites démographiques et à la baisse des taux de profit qui s’en est suivie. Chaque cycle de restructuration a été précédé d’une baisse du taux de profit net du secteur manufacturier (en 1960-1965, 1970-1975 et à partir de la fin des années 1980) [70], et chaque creux a été précédé d’une surproduction dans les industries de base et de l’atteinte de limites démographiques clés. Les industries textiles, par exemple, avaient été fondées sur l’expansion rapide de la main-d’œuvre féminine. Mais vers le milieu des années 1960, ce surplus de main-d’œuvre atteignait ses limites et, combiné aux pressions inflationnistes, les salaires des femmes ont commencé à augmenter [71]. A la fin des années 1960, les réserves restantes de main-d’œuvre rurale bon marché et sous-employée avaient commencé à se réduire précipitamment, et entre 1970 et 1973, les salaires nominaux dans le secteur manufacturier ont augmenté de quelque 63 pour cent : “Pour la première fois dans toute l’histoire de plus d’un siècle de développement capitaliste japonais, l’accumulation de capital est devenue excessive par rapport à l’offre limitée de main-d’œuvre ” [72]. Avec un taux d’immigration extrêmement faible, le Japon allait à partir de ce moment commencer à connaître un dividende démographique en diminution rapide [73], ce qui allait finalement aboutir à la grave crise démographique actuelle.

Le jeu de l’ombre

Grâce à des décennies de promotion continue dans la politique de développement et l’économie populaire, l’idée des ” oies volantes ” est aujourd’hui devenue une évidence. Son origine dans l’un des régimes coloniaux les plus brutaux du XXe siècle est commodément oubliée, et les transferts commerciaux en fonction de l’avantage comparatif sont simplement présumés être l’étincelle nécessaire aux programmes de développement dans les pays pauvres. Mais il est préférable de voir les oies volantes de loin – le point de vue idéal, un monde à part du phénomène lui-même, dans les confortables bureaux de The Economist à Westminster ou dans les halls d’écho du bâtiment des Nations Unies à New York, construit sur une parcelle de terrain donnée par les Rockefeller. A une telle distance, la forme en V distincte du développement de l’Asie de l’Est ne pourrait pas apparaître plus clairement, et la seule activité digne d’intérêt pour les observateurs a longtemps été un jeu de petite spéculation, une sorte de course d’oie, dans laquelle les investisseurs plaçaient des paris sur les marchés des devises et de l’immobilier sur lesquels les nations pourraient être les prochaines à se former. Mais si l’on regarde de plus près, les oies volantes deviennent minces et transparentes. En fait, elles semblent ne pas être des créatures vivantes du tout, mais plutôt les découpages de papier et de cuir utilisés dans la marionnette d’ombre traditionnelle de la région. Et comme toute bonne pièce d’ombre, l’histoire qu’elles racontent est mythique, projetée sur un écran frêle pour un public qui applaudit.

Derrière l’écran, cependant, se trouvent les oies en papier, le marionnettiste et le feu des torches. Lorsqu’un trou est percé dans le papier, ce qui apparaît au public n’est guère plus qu’un vide dans le monde autrement sensible de la pièce. Il semble insensé de prétendre que les ” miracles ” d’Asie de l’Est sont tout sauf miraculeux, ou que leur schéma n’est pas providentiel. Mais en regardant à travers ce vide, on peut commencer à voir les ficelles qui relient les oies de papier : tous les pays qui ont été les plus favorisés dans le processus de transfert de capitaux sont aussi ceux qui ont joué des rôles importants dans l’ancien empire japonais et qui continuent à le faire dans le complexe militaire américain contemporain. La forme en V de la formation était, en fait, une hiérarchie politique imposée sur la côte du Pacifique par la force militaire, sa forme et sa composition étant finalement définies par les impératifs de la guerre froide. Et les ficelles qui relient les marionnettes renvoient aux mains du marionnettiste : Après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis “contrôlaient la moitié de la capacité de fabrication, de l’énergie électrique et des réserves monétaires du globe, possédaient les deux tiers de leurs stocks d’or et produisaient les deux tiers de leur pétrole” et, quelques années seulement après la fin de la guerre, ils “contrôlaient également 48 % du commerce mondial” [74]. Les intérêts américains dans la région visaient à préserver cette hégémonie économique et politique, ce que reconnaît ouvertement George F. Kennan du Département d’État, auteur de la stratégie visant à contenir la propagation du socialisme. Kennan soutenait que puisque les États-Unis possédaient ” environ 50 % de la richesse mondiale, mais seulement 6,3 % de sa population “, la politique internationale du pays devait être guidée par l’impératif de ” maintenir cette position de disparité ” [75]. Il serait assez facile de s’arrêter ici, en pointant du doigt les machinations conspiratrices de la géopolitique, comme si les États-Unis eux-mêmes avaient été dévoilés comme le marionnettiste souriant derrière tout cela. C’est la somme d’une politique purement “anti-impérialiste”, qui se satisfait de toute opposition à la puissance américaine comme un “anticapitalisme” suffisant. Mais cette analyse s’arrête aux seules mains du marionnettiste, sans regarder le corps.

La vérité est bien plus monstrueuse. Percez l’écran de papier de mûre et la pièce continue, même si un vide s’ouvre à son bord. Regardez dans ce vide et la vie de l’histoire est réduite à un artifice, son romantisme mythique n’est plus qu’une épopée poliment voilée de sang et de conquête. Mais même la somme de la puissance américaine, mesurée en coups de drones ou en sommets financiers, n’est elle-même qu’un simple mécanisme. Les prouesses géopolitiques de l’hégémonie impériale ne sont, en fin de compte, guère plus que la main du marionnettiste, à peine plus vivante que les marionnettes qu’elle guide. En regardant plus loin dans les ténèbres, le corps cauchemardesque du marionnettiste prend chair : plutôt qu’un conspirateur souriant, nous trouvons un corps sans tête, sa peau froide de cadavre éclairée par la lueur orange de la torche, des extrémités mortes animées par rien de plus que la logique nécromantique du capital. La géopolitique de la guerre froide a été structurée, en fin de compte, par des impératifs économiques. Cela signifie aussi que les programmes de développement poursuivis dans des pays comme le Japon étaient une forme plus légère (mais non moins directe) d’influence impériale, définie par la nécessité pour la plus grande économie du monde de continuer à accumuler des richesses au service de l’expansion de la communauté matérielle du capital, rendue nécessaire par le défi que le bloc socialiste semblait poser à ce processus. Bien qu’il semble initialement contradictoire que ces programmes de développement créent finalement un sous-ensemble de concurrents redoutables pour l’hégémonie impériale, c’est simplement pour mal comprendre la vraie nature de l’hégémonie, en confondant les mains pour la tête. Tout comme l’Empire britannique avant eux, les Etats-Unis conserveraient néanmoins un pouvoir économique et politique substantiel, même s’ils préparaient le terrain pour des défis à leur propre domination, bien au-delà des rapports sur leur prétendue disparition. Mais le marionnettiste est sans tête. Chaque hégémonie mondiale est un composite cousu main, au service de cette hégémonie du capital, plus grande et plus dévastatrice.

Les futurs moteurs de développement ont donc été définis par leur proximité avec le pouvoir politique américain, désormais facilité par le financement japonais. De la même manière que l’industrie japonaise avait été catapultée au premier plan de la production mondiale par le programme d’approvisionnement de la guerre de Corée, le développement industriel à Taiwan et à Hong Kong serait façonné par l’endiguement militaire de la Chine continentale. Après que le PCC eut gagné la guerre civile, le gouvernement du Guomindang (GMD) s’est enfui à Taïwan, où il a établi une dictature militaire avec le soutien des Etats-Unis. Avec la guerre de Corée et deux crises dans le détroit de Taiwan au cours des années 1950, Taiwan a été un front actif dans les premières années de la guerre froide. Les États-Unis ont non seulement commencé à patrouiller continuellement le détroit de Taïwan, mais ils ont aussi versé des fonds à Taïwan pour stabiliser la dictature de Tchang Kaï-chek. Ces fonds étaient déjà substantiels dans les années d’après-guerre, mais ils ont monté en flèche pendant la guerre de Corée, l’aide militaire en constituant une part croissante (voir la figure 1) [76].

Une oie en papier en a suivi une autre. Hong Kong, beaucoup plus petite et toujours une colonie britannique, a néanmoins reçu 27 millions de dollars de l’USAID entre 1953 et 1961[77] ; les fonds similaires pour la Corée du Sud entre 1953 et 1961 s’élevaient à plus de 4 milliards de dollars[78] ; puis, en 1963, la montée de la dictature de Park Chung-hee, favorable aux Etats-Unis, a déclenché une explosion de l’industrialisation qui n’avait pas été vue depuis la colonisation japonaise, elle-même imitant l’industrialisation japonaise axée sur les achats, mais qui était maintenant motivée par la demande militaire pendant la seconde guerre d’Indochine. En 1967, 50 000 soldats sud-coréens ont été déployés dans le centre du Vietnam [79] et ont reçu une solde vingt-deux fois plus élevée que celle qu’ils auraient reçue dans leur pays [80], ce qui a non seulement contribué à ramener les salaires dans l’économie coréenne, mais a aussi établi une base pour les contrats d’approvisionnement en temps de guerre de la part des entreprises chaebol coréennes. Certains de ces contrats portaient sur de simples achats de biens, mais beaucoup étaient aussi destinés à des projets d’infrastructure en Asie du Sud-Est qui soutenaient l’effort de guerre plus important. Hyundai a été chargée de construire une série de pistes d’atterrissage ainsi que toute la route Pattani-Narathiwat dans le sud de la Thaïlande, par exemple, recevant à la fois un financement américain et une formation importante du Corps du génie de l’armée américaine. Tout cela a permis à l’entreprise d’élargir considérablement la portée de ses projets après la fin de la guerre, notamment une série de contrats de construction à Guam et en Arabie saoudite [81].

En somme, les contrats d’achat à l’étranger pour les entreprises de construction coréennes ont atteint une moyenne d’un peu plus de 20 millions de dollars par an (en dollars de 1966) entre 1966 et 1969, pour atteindre un nouveau sommet de quelque 17 millions de dollars par an (également en dollars de 1966) en 1979-1985, lorsque le chaebol coréen a obtenu des contrats soutenus par les États-Unis au Moyen-Orient. De 1964 à 1969, l’assistance militaire et les achats à l’étranger ont représenté ensemble entre 30 et 60 % de la formation brute de capital en Corée du Sud, soit beaucoup plus que dans tout autre pays de la région [83]. Cela est évident si l’on compare le cas de la Corée du Sud avec les conditions des Philippines pendant la même période. Les deux étaient à peu près au même niveau de développement dans les années 1950, et toutes deux avaient été conquises par les Japonais et mises sous le joug de la ” sphère de coprospérité “. Mais ils n’avaient pas été des joueurs égaux dans le schéma impérial japonais. La préférence avait été donnée à la colonie coréenne conquise plus tôt, la position inférieure des Philippines étant justifiée dans la pseudo-science raciale de l’époque. Puis, après la guerre, la priorité inférieure des Philippines pour les intérêts américains signifiait que le pays n’avait jamais réussi à instituer la vaste réforme agraire observée au Japon, en Corée du Sud et à Taiwan. Cela a créé une instabilité au cœur du nouveau régime de Marcos, certes ami des Etats-Unis, mais jamais considéré comme un allié aussi fiable que Park, Chiang Kai-Shek ou Kishi. Malgré les demandes du régime pour des contrats d’approvisionnement offshore similaires à ceux reçus par le Japon et la Corée du Sud, les Philippines ont refusé d’envoyer des troupes de combat par crainte de la réponse intérieure. Déjà inquiète de l’engagement du nouveau gouvernement envers les intérêts américains et craignant ses révoltes internes continues dues à l’échec de la réforme agraire, l’administration Johnson a rejeté les demandes de contrats industriels de Marcos [84]. La majeure partie des contrats attribués aux pays asiatiques est donc allée à la Corée du Sud, avec un ensemble plus restreint attribué à la Thaïlande, qui a déployé onze mille soldats au cours de la guerre [85].

L’ampleur des investissements, combinée à la formation technique et à l’expérience sur le terrain des entreprises sud-coréennes, a donc fait partie intégrante de l’ascension rapide du pays. Son taux de croissance maximum du PIB (14,5 % en 1969 et 14,82 % en 1973) a même dépassé celui du Japon au plus fort de son essor d’après-guerre. Le pic de son taux de profit a également dépassé celui du Japon, et a montré une corrélation claire avec le développement du temps de guerre, atteignant un sommet à la fin des années 1960, diminuant parallèlement à la tendance des contrats d’approvisionnement offshore, puis atteignant à nouveau un sommet dans les années 1970 lorsque l’expérience du temps de guerre des entreprises a été mise à profit dans le pays[87]. Les ” économies de tigre “, comme le Japon avant elles, n’étaient guère plus que des marionnettes élevées sur les ficelles du patronage politique et des gros contrats d’approvisionnement. La formation de l’Asie de l’Est en tant que région économique distincte a donc eu des hiérarchies politiques et économiques inhérentes intégrées dans sa structure dès le début. Mais la forme finale de la région ne peut être comprise comme servant simplement les intérêts politiques des États-Unis. Au contraire, la restructuration de l’ensemble de la ceinture du Pacifique n’a été que l’un des théâtres de l’expansion générale de la communauté matérielle du capital.

Logistique

 La vague suivante de booms économiques dans la région, qui a commencé avec les Tigres de l’Asie de l’Est et s’est rapidement étendue à la Thaïlande, à la Malaisie et à l’Indonésie, a été profondément dépendante à la fois de la poursuite de la guerre en Asie du Sud-Est continentale et des tentatives désespérées des entreprises occidentales et japonaises de retrouver la rentabilité au milieu de la longue stagnation. Alors que le taux de profit du Japon diminuait, la poursuite de l’accumulation ne pouvait être assurée que par l’exportation de capitaux vers la poignée de pays nouvellement industrialisés favorisés par les intérêts politiques américains. Le marché final de nombreux biens produits par les entreprises japonaises à l’étranger (et leurs nombreux sous-traitants) se trouvait aux Etats-Unis et en Europe, où la stagnation des taux de croissance et de profit, associée à une croissance lente ou stagnante des salaires, s’était accompagnée d’une dépendance accrue à l’égard du crédit, tant privé que public. Alors que la dévalorisation des biens par l’augmentation de la productivité est une tendance séculaire du développement capitaliste, ce boom du crédit, combiné à la stagnation des salaires, a accéléré le processus au-delà de ce qui résulterait des seuls progrès de la productivité. Les entreprises mondiales de plus en plus mobiles ont pu rechercher de nouveaux gisements de main-d’œuvre qui pouvaient être super-exploités lors de brefs booms industriels qui ont provoqué une inflation rapide et des vagues extrêmes de conflits du travail. Par définition, cette période de surexploitation devait être temporaire, et elle s’appuyait souvent sur une réserve cachée de main-d’œuvre produite par les vestiges des économies de subsistance non marchandes. Les troubles se sont intensifiés à mesure que ces réserves cachées s’épuisaient – ce qui était souvent signalé par la subsomption des campagnes, associée à des augmentations de salaire nécessaires dans les villes. Cette période d’instabilité se terminait souvent par un coup d’État ou le renversement de dictatures locales, parallèlement à une baisse de la rentabilité, à une augmentation continue des salaires et à un bref boom de la croissance du PIB dû à une période de spéculation frénétique avant un effondrement spectaculaire, laissant dans son sillage une croissance stagnante et des niveaux d’inégalité considérablement accrus. Bien avant cela, les industries à forte intensité de main-d’œuvre qui avaient entamé le processus auraient été déplacées ailleurs, amorçant le cycle dans de nouveaux centres industriels – souvent plus grands, plus maigres et plus brutaux [88].

Mais tout ce processus n’a été rendu possible que par une série de nouvelles avancées technologiques, dont la plupart ont pu trouver leur origine dans le complexe militaire américain. La première de ces avancées a été l’essor de l’informatisation et, plus généralement, de la technologie numérique. Bien qu’on en parle souvent dans le contexte de l’essor des marchés de l’électronique grand public, associé à l’ascension des géants du logiciel aux États-Unis et au Japon, l’essentiel des gains de rentabilité est en fait venu avec l’application de l’informatisation au processus industriel lui-même. Le bref redressement de la rentabilité de l’industrie manufacturière américaine, par exemple, a suivi la fermeture massive de moyens de production obsolètes, redondants et coûteux pendant les années de surévaluation du dollar et les taux d’intérêt record imposés par le président de la Réserve fédérale Paul Volcker, en particulier pendant les années de récession du début des années 80. Au moment de l’Accord du Plaza, la productivité avait remarquablement augmenté (de 3,5 % par an entre 1979 et 1985), grâce non seulement à la fermeture des installations improductives mais aussi à la réduction généralisée de la main-d’œuvre dans les nouvelles usines de plus en plus informatisées. Après que l’Accord du Plaza ait considérablement accru la compétitivité de la production américaine sur le marché mondial, les investissements ont lentement recommencé à affluer dans le secteur manufacturier et la productivité et la rentabilité de l’industrie ont connu une reprise générale (bien que brève et modérée par rapport aux niveaux historiques) [89]. Les secteurs non manufacturiers ont été plus lents à mettre en œuvre de nouvelles technologies d’amélioration de la productivité, mais au milieu des années 1990, même la productivité de ces industries avait commencé à croître en moyenne d’environ 2,4 % par an, juste en dessous des taux de croissance enregistrés lors du boom d’après-guerre [90].

Mais la brève relance de l’industrie américaine était elle-même tributaire de la capacité du secteur manufacturier à devenir compétitif à l’échelle mondiale. Celle-ci, à son tour, reposait sur une série de progrès technologiques dans le domaine du transport et de la logistique, rendus possibles par l’informatisation et développés par l’armée américaine entre la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée et les guerres d’Indochine. La tendance à la conteneurisation, avec l’invention et l’adoption généralisée du conteneur maritime normalisé, a été la principale innovation technologique à la base de la mondialisation du commerce [91] ; le conteneur – accompagné de nouveaux systèmes assistés par ordinateur pour la gestion de la production ” juste à temps ” (JAT) et la coordination des grands ports et entrepôts – a réduit les coûts du transport maritime à longue distance et créé une nouvelle géographie du commerce centrée sur un réseau des plus grands ports maritimes à fort tirant d’eau du monde. Dans ce contexte, le réseau de la ceinture du Pacifique a pris une importance entièrement nouvelle en Asie et aux États-Unis, les réseaux intermodaux océan-rail-camion supplantant (sans toutefois les remplacer entièrement) le commerce fluvial et ferroviaire à court terme sur les côtes et à l’intérieur des terres qui avait été le moteur de la croissance intérieure des deux côtés du Pacifique au cours des périodes précédentes. Les petits ports situés le long des côtes ont été lentement privés de revenus, transformant un certain nombre de petites villes côtières des États-Unis et du Canada en ceintures de rouille maritime.

Aujourd’hui, neuf des dix ports de transport par conteneurs les plus actifs se trouvent tous dans les pays du littoral du Pacifique, dont six en Chine continentale. Mais les premiers grands ports à conteneurs étaient situés dans les complexes industriels d’après-guerre de la côte Pacifique du Japon et, plus tard, dans les villes portuaires des Tigres d’Asie de l’Est. Nippon Container Terminals a ouvert une installation dans le port de Tokyo en 1967, ce qui a fait de ce port l’un des premiers à traiter le transport par conteneurs. Dans les années 70, le port de Kobe (dans le complexe métropolitain d’Osaka) est devenu le port à conteneurs le plus actif du monde, supplanté dans les années 80 et 90 par la concurrence des ports de Hong Kong, Singapour et Busan, puis, après le millénaire, par une série de ports le long du littoral chinois. En Amérique du Nord, les plus grands ports ont prospéré alors même que leurs homologues plus petits, non conteneurisés, étaient lentement réduits à néant. Au début des années 1970, les ports de Long Beach et de Los Angeles avaient commencé à prendre des proportions particulièrement gigantesques, le port d’Oakland avait remplacé le port de San Francisco, et le transport maritime le long du fleuve Columbia dans le Nord-Ouest du Pacifique était éclipsé par le commerce passant par les ports de Longview, Tacoma et Seattle. On ne saurait exagérer l’importance de ce phénomène : sans cette infrastructure côtière de transport maritime, la Chine n’aurait jamais pu commencer sa transformation en un centre manufacturier mondial.

Bien que nécessaire, la géographie de ce complexe logistique n’était pas accidentelle, et la place centrale de l’armée américaine dans ce processus est indéniable. La conteneurisation (et plus généralement la ” révolution logistique “) a commencé comme une expérience d’approvisionnement militaire, les concepts initiaux créés pendant la Seconde Guerre mondiale, l’infrastructure établie pendant la guerre de Corée et les premières chaînes d’approvisionnement de la côte du Pacifique développées au Vietnam [92]. La participation du Japon puis de la Corée aux programmes américains d’approvisionnement à l’étranger a fait en sorte que les premiers booms industriels de ces économies ont non seulement bénéficié d’une injection de capitaux, mais ont aussi été construits de toutes pièces de manière à répondre aux exigences du commerce mondial. Les entreprises japonaises en ont tiré profit, en fusionnant une production rapide sur commande avec une distribution efficace via leurs complexes industriels côtiers dans les premières expériences de production en flux tendu. Ces chaînes d’approvisionnement se sont reliées aux marchés de consommation américains par le biais du transport de conteneurs sur de longues distances, le port de Long Beach, par exemple, étant devenu le centre de distribution occidental de Toyota dès les années 1970.

Alors que des chaebols coréens comme Hyundai se sont rapidement développés en obtenant des contrats de construction militaire américains, des entreprises comme Hanjin ont fourni aux Etats-Unis des services de transport terrestre, maritime et aérien. Cela a permis à Hanjin d’acquérir une des premières expériences dans le domaine du transport intermodal par conteneurs et, plus tard, dans la construction de porte-conteneurs, ce qui a permis à la chaebol de devenir l’un des plus grands transporteurs de conteneurs au monde jusqu’à sa faillite en 2017. Pendant ce temps, Singapour et Hong Kong allaient utiliser leurs grands ports en eau profonde et leurs réseaux commerciaux interculturels bien établis pour accélérer leurs propres phases d’industrialisation. Les deux villes-états ont délocalisé leurs propres installations de production relativement rapidement (vers la Malaisie et la Chine continentale, respectivement), devenant ainsi des capitales mondiales de l’administration, de la logistique et des finances. Hong Kong, en particulier, jouera bientôt un rôle clé dans le transit des capitaux vers la Chine continentale et l’exportation de marchandises de Shenzhen et d’autres zones économiques spéciales.

La révolution logistique elle-même, qui accompagne l’essor du commerce mondial, est en grande partie le résultat de la longue baisse de la rentabilité mondiale. Le développement du littoral du Pacifique a à la fois facilité la délocalisation de la production vers des régions où il existe des réserves inexploitées et super-exploitables de main-d’œuvre bon marché et a intensifié le taux de rotation des capitaux. Ces deux caractéristiques ont contribué à compenser la tendance à la baisse du taux de profit. La main-d’œuvre bon marché permet d’accumuler plus de valeur directement dans le processus de production, tandis que la rotation plus rapide (du capital investi à la marchandise au profit réalisé, ou M-C-M’ dans le schéma de Marx) permet aux entreprises de dégager plus de valeur nette dans une période donnée en accélérant le taux de réalisation de la valeur produite sur le marché. Combinées aux progrès technologiques de la production elle-même, ces caractéristiques ont ralenti et même partiellement inversé la baisse mondiale du taux de profit, du moins pendant un certain temps. Localement, elles ont également facilité la hausse rapide des taux de croissance et des taux de profit nationaux pour quelques pays, principalement dans la région du Pacifique. Mais sans les destructions massives qui ont précédé le boom de l’après-guerre, la reprise générale du taux de profit serait de courte durée, et les poussées de croissance locales dans les pays du littoral du Pacifique se termineraient par une cascade de crises dans toute la région, à commencer par l’effondrement du Japon en 1990.

Notes

1] Voir à nouveau ” Sorghum & Steel”, en particulier les sections sur la vague de grève de Shanghai documentées dans la partie 2 : <http://chuangcn.org/journal/one/sorghum-and-steel/2-development/>

[2] Il y a eu une brève mais substantielle reprise du commerce terrestre dans le Yuan, et dans une moindre mesure dans les dynasties ultérieures. Mais les réseaux commerciaux maritimes solidifiés pendant le Song du Sud continuèrent à jouer un rôle important tout au long des Ming et des Qing, malgré les nombreuses tentatives de réduire le pouvoir des marchands, des pirates et des régimes semi-indépendants qui composaient ces routes commerciales.

[3] Il s’agit d’un résumé simplifié d’une histoire complexe et intéressante. Pour la meilleure source en anglais sur l’essor de cet espace maritime et le rôle de la famille Zheng en son sein, voir : Hang Xing, Conflict and Commerce in Maritime East Asia : The Zheng Family and the Shaping of the Modern World, c.1620-1720, Cambridge University Press 2016.

[4] La famille Zheng a longtemps joué un rôle d’intermédiaire monopolistique dans une grande partie de ce commerce, et on peut dire qu’elle a formé un noyau politico-commercial alternatif qui aurait pu servir de base à une transition capitaliste locale, si elle avait conservé sa base à Taiwan et trouvé une sorte de paix avec les Qing. Pour plus de détails, voir Hang 2016.

[5] Rhoads Murphey, East Asia: A New History, Pearson Longman, 2007. p.151

[6] Robert Nield, The China Coast : Trade and the First Treaty Ports, Joint Publishing (HK) Co, 2010. pp.10-11

[7] Ibid, p.15

[8] Elizabeth Perry, Anyuan : Mining China’s Revolutionary Tradition, University of California Press, 2012. p.20

[9] Il existe une littérature substantielle qui débat de la nature exacte de la Restauration Meiji et de sa relation avec le capitalisme mondial. Ce débat a impliqué des spécialistes marxistes du monde entier, mais il a été particulièrement vital pour le marxisme japonais d’après-guerre, où les vues sur la nature du féodalisme et les débuts de l’industrialisation au Japon ont formé les lignes de démarcation fondamentales entre les différentes écoles de pensée. Pour un résumé de ce débat au sein du marxisme japonais, voir Makoto Itoh, The World Economic Crisis and Japanese Capitalism, Macmillan, 1990. p. 150-155

[10] Cette position a été adoptée par certains marxistes japonais de l’après-guerre, popularisée pour la première fois par d’éminents spécialistes occidentaux de la région, comme E.H. Norman, dans son ouvrage Japan’s Emergence as a Modern State (1940).

[11] Pour une comparaison de ce déclin avec les tendances récentes du commerce mondial, voir Kevin O’Rourke, ” Government policies and the collapse in trade during the Great Depression “, Center for Economic and Policy Research, 27 novembre 2009. <http://voxeu.org/article/government-policies-and-collapse-trade-during-great-depression>

[12] Pour en savoir plus sur le caractère économique de l’Empire du Japon, voir : Ramon H. Myers et Mark R. Peattie, eds, The Japanese Colonial Empire, 1895-1945, Princeton University Press, 1984 ; et Chih-ming Ka, Japanese Colonialism in Taiwan : Land Tenure, Development and Dependency, Westview, 1995.

[13] Mark Selden, ” Nation, Region and the Global in East Asia: Conflict and Cooperation “, Asia Pacific Journal, volume 8, numéro 41, numéro 1, 11 octobre 2010. <http://apjjf.org/-Mark-Selden/3422/article.html>

[14] Diverses conceptions précapitalistes et proto-capitalistes de la région existaient avant cela, basées en grande partie sur les routes commerciales de la mer de Chine méridionale et les relations avec les affluents centrées sur diverses dynasties continentales. Mais de nombreux sites majeurs d’intégration régionale antérieure (Manille, Malacca, Hanoi) se sont trouvés en dehors de l’orbite intérieure de l’Asie de l’Est capitaliste, tant dans le cadre du projet impérial japonais que dans celui de l’ordre de la guerre froide qui l’a suivi. Pour en savoir plus sur l’évolution de la région en tant que telle, voir Mark Selden, ” East Asian Regionalism and its Enemies in Three Epochs : Political Economy and Geopolitics, 16th to 21st Centuries “, The Asia-Pacific Journal, Volume 7, Issue 9, Number 4, 25 février 2009. <http://apjjf.org/-Mark-Selden/3061/article.html>

[15] Masato Shizume, “The Japanese Economy during the Interwar Period : Instability in the Financial System and the Impact of the World Depression “, Revue de la Banque du Japon, Institute for Monetary and Economic Studies, mai 2009. <https://www.boj.or.jp/en/research/wps_rev/rev_2009/data/rev09e02.pdf>

[16] Le taux de profit est la méthode la plus fondamentale utilisée par les économistes marxistes pour mesurer la rentabilité au sein des industries ou des économies nationales, avec des baisses du taux de profit associées aux périodes de crise économique et des taux de profit croissants associés aux périodes d’expansion productive. Il est souvent mesuré en conjonction avec le ” taux d’accumulation “, habituellement saisi par le taux de croissance du capital fixe d’une année à l’autre. Les meilleures méthodes pour mesurer le taux de profit font l’objet d’un vaste débat, de même que la validité de l’affirmation selon laquelle il existe une tendance à long terme à la baisse. Bien qu’elles soient idéalement mesurées en termes de valeur, la plupart des mesures utilisent des chiffres corrélés tirés des statistiques économiques générales. L’équation de base est simplement une mesure du bénéfice net (en remplacement de la valeur de surplus net) divisé par le stock de capital net (en remplacement du capital constant fixe, du capital constant circulant et des salaires).

[17] La baisse est évidente dans les mesures utilisant une définition du profit comprenant le profit des sociétés, le profit des autres sociétés, les intérêts et les loyers nets (en fait, le produit intérieur net moins les coûts salariaux) par rapport au stock de capital mesuré par le stock net de capital fixe privé non résidentiel, le tout lissé par une moyenne mobile sur dix ans. Voir la figure 2 de Minqi Li, Feng Xiao and Andong Zhu, ” Long Waves, Institutional Changes, and Historical Trends ” : A Study of the Long-Term Movement of the Profit Rate in the Capitalist World-Economy “, Journal of World-Systems Research, volume XIII, numéro 1, 2007, p. 33-54.

[18] La stagnation est plus évidente dans les mesures qui utilisent une définition légèrement plus large du stock de capital (ainsi que celles qui lissent avec des moyennes quinquennales), telles que Esteban Ezequiel Maito, ” The historical transience of capital : the downward trend in the rate of profit since XIX century “, MPRA, 2014. <https://mpra.ub.uni-muenchen.de/55894/1/MPRA_paper_55894.pdf>

[19] Figure 2.2 dans Arthur J. Alexander, ” Japan’s Economy in the 20th Century “, Japan Economic Institute Report, no 3, 21 janvier 2000, <http://www.jei.org/AJAclass/JEcon20thC.pdf>

[20] Shizume 2009, graphique 1

[21] Alexander 2000, figure 2.2

[22] Visible dans Maito 2014, et Li et. al. 2007

[23] Shizume 2009

[24] Richard Sims, Japanese Political History Since the Meiji Restoration 1868-2000, Palgrave Macmillan, 2001.

[25] L’influence de l’Allemagne a été à la fois théorique et pratique, les Allemands composant une grande partie des conseillers étrangers de l’ère Meiji (oyatoi gaikokujin) engagés par le gouvernement japonais afin de faciliter le transfert de connaissances techniques de haut niveau. Pendant ce temps, les théories allemandes de l’État ont aidé à structurer la théorie politique japonaise du début de l’ère moderne. Voir : Germaine A. Hoston, ” Tenkō : Marxism & the National Question in Prewar Japan “, Polity, volume 16, numéro 1, automne 1983, p. 96-118.

[26] Janis Mimura, ” Japan’s New Order and Greater East Asia Co-Prosperity Sphere: Planning for Empire “, The Asia-Pacific Journal, volume 9, numéro 49, numéro 3, 5 décembre 2011. <http://apjjf.org/2011/9/49/Janis-Mimura/3657/article.html>

[27] Malgré le langage de la Sphère de la coprospérité, c’est-à-dire la coopération entre les Japonais, les Chinois et les Mandchous, Kishi lui-même était un fervent partisan de la théorie de la race Yamato, considérant les Chinois comme essentiellement inférieurs et aptes à guère plus que le travail sexuel et le travail manuel. En tant que directeur du Manchukuo colonial, il signa un décret légalisant l’utilisation du travail des esclaves en 1937, et des millions d’esclaves chinois furent finalement acheminés dans les districts industriels gargantuesques de la colonie au cours de la guerre. Kishi continua cette pratique à son retour à Tokyo, envoyant un demi-million d’esclaves coréens travailler au Japon même, dont beaucoup moururent.

[28] Michael Schaller, “America’s Favorite War Criminal: Kishi Nobusuke and the Transformation of U.S.-Japan Relations”, Japan Policy Research Institute, Working Paper Number 11, juillet 1995. <http://www.jpri.org/publications/workingpapers/wp11.html>

[29] Il convient de noter que l’influence de Kishi est encore visible au Japon à ce jour, où le Parti libéral démocrate a maintenu le contrôle de l’État presque continuellement depuis 1955. Non seulement le parti est actuellement au pouvoir, mais depuis 2012, il est même dirigé par le petit-fils de Kishi, Shinzō Abe.

[30] Richard Walker et Michael Storper, The Capitalist Imperative : Territory, Technology and Industrial Growth, Wiley-Blackwell, 1991.

[31] Deborah Cowen, The Deadly Life of Logistics : Mapping Violence in Global Trade, University of Minnesota Press, 2014.

[32] Makoto Itoh, The World Economic Crisis and Japanese Capitalism, Macmillan, 1990. p.145

[33] Ibid. p.140

[34] Ibid. p. 141-142

[35] Ibid. p.142

[36] Li et. al. 2007, Figure 2 et Maito 2014, Figure 3.

[37] Robert Brenner, The Boom and the Bubble : Les Etats-Unis dans l’économie mondiale, Verso, 2002. Figure 1.1.

[38] Chiffres tirés d’Alexander 2000, figure 2.2. Ces chiffres sont des estimations légèrement plus prudentes, la Banque mondiale ayant calculé le pic de la formation brute de capital fixe plus près de 40 %, en utilisant le PIB plutôt que l’investissement intérieur et le PNB. A titre de référence, cela se compare à un ratio américain presque stagnant et en légère baisse d’environ 20% de 1960 à aujourd’hui.

[39] Et la nature universelle de ce boom est même remise en question par de nombreux chercheurs. Voir, par exemple : Michael J. Webber et David L. Rigby, The Golden Age Illusion : Rethinking Postwar Capitalism, The Guilford Press, 1996.

[40] Itoh 1990

[41] Michael Roberts, The Long Depression: Marxism and the Global Crisis of Capitalism, Haymarket Books, 2016.

[42] Brenner 2002

[43] Robert Brenner, “What is good for Goldman Sachs is good for America: The Origins of the Current Crisis “, 2009. <http://escholarship.org/uc/item/0sg0782h#page-1>

[44] Maito 2014, Figures 2-5.

[45] Brenner 2002, figure 1.1

[46] Maito 2014, Figure 3

[47] Li et. al. 2007, figure 2, Brenner 2002, figure 1.1

[48] Brenner 2002, p. 54

[49] Ibid, p.56

[50] Ibid, figure 1.1

[51] Li et. al. 2007, Figure 2, Maito 2014, Figure 3 et Dave Zachariah, ” Determinants of the average profit rate and the trajectory of capitalist economies “, Bulletin of Political Economy, Volume 3, Number 1, 2009, Figures 4 et 18.

[52] ibid, p.95

[53] ibid, tableau 1.10.

[54] Itoh 1990, p.169

[55] Voir les données historiques du Bureau américain des statistiques du travail sur les “Statistiques de la population active de l’enquête sur la population actuelle”.

[56] Une courte liste comprend Japan as Number One (1979) d’Ezra Vogel, The Emerging Japanese Superstate (1970) d’Herman Kahn, et Japan Surges Ahead (Le Japon en marche) de P.B. Stone : The Story of an Economic Miracle (1969) de P.B. Stone. Pour un résumé de ces positions, voir Itoh 1990, p. 137-139.

[57] Itoh 1990, p. 168-179 et Brenner 2002, p. 96-111.

[58] Schaller 1995

[59] L’idée a été popularisée pour la première fois en Occident par Bruce Cumings, ” The Origins and Development of the Northeast Asian Political Economy ” : Industrial Sector, Product Cycles and Political Consequences “, Organisation internationale, numéro 38, hiver 1984.

[60] Mitchell Bernard et John Ravenhill, ” Beyond Product Cycles and Flying Geese ” : Beyond Product Cycles and Flying Geese : Regionalization, Hierarchy and the Industrialization of East Asia”, World Politics, numéro 47, janvier 1995, p. 171-209.

[61] Kaname Akamatsu, “A historical pattern of economic growth in developing countries”, Journal of Developing Economies, Volume 1, Numéro 1, mars-août 1962, p. 3-25.

[62] Pour le développement ultérieur du concept au Japon, voir les travaux de Kojima Kiyoshi, étudiant de Kaname, et de Yamazawa Ippei, économiste. Il deviendra plus tard un élément clé de la ” nouvelle économie structurelle ” proposée par Justin Yifu Lin, né à Taiwan, qui a fait défection en RPC en 1979 et a été économiste en chef à la Banque mondiale entre 2008 et 2012.

[63] Bernard et Ravenhill 1995, p.179

[64] Le signe “$” fait référence aux dollars américains partout.

[65] Miki Y Ishikida, Vers la paix : War Responsibility, Postwar Compensation, and Peace Movements and Education in Japan, iUniverse Inc. 2005. p. 21

[66] Martin Hart-Landsberg et Paul Burkett, ” Contradictions of Capitalist Industrialization in East Asia : A Critique of ‘Flying Geese’ Theories of Development”, Economic Geography, Volume 74, Numéro 2, avril 1998. p.92

[67] Itoh 1990, p. 225-228

[68] Bernard et Ravenhill, p. 181

[69] Itoh 1990, p. 225-228

[70] Brenner 2002, Fig.1.1

[71] Hart-Landsberg et Burkett 1998, p.92

[72] Itoh 1990, p.164

[73] Le dividende démographique est essentiellement une mesure de la population en âge de travailler par rapport à la population dépendante (le rapport de dépendance), car il se rapporte aux changements de développement au sein d’une économie dans son ensemble. À mesure que le développement économique progresse, le taux de mortalité diminue, mais les taux de natalité restent initialement élevés, ce qui crée un boom démographique. Lorsque la génération du boom entre dans la population active, elle fournit aux entreprises un grand réservoir de main-d’œuvre disponible, bon marché du fait de la concurrence avec une importante armée de réserve, et cela produit à son tour un boom de l’épargne personnelle et des dépenses de consommation, fournissant des capitaux pour de nouveaux investissements et une augmentation de la demande intérieure.

[74] Kiernan 2017, p.397

[75] Qtd. dans ibid, p.397

[76] Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). ” U.S. overseas loans and grants : obligations and loan authorizations, July 1, 1945-September 30, 2005 “, p.122 et p.126 <http://pdf.usaid.gov/pdf_docs/PNADH500.pdf>

[77] Ibid, p.120. Bien plus important que l’aide directe à Hong Kong était le rôle des capitalistes qui avaient fui le continent et établi de nouveaux centres de production dans l’industrie textile du territoire.

[78] Ibid, p.128. Voir la figure 1 pour une comparaison relative.

[79] Heonik Kwon, ” Vietnam’s South Korean Ghosts “, The New York Times, 10 juillet 2017. <https://www.nytimes.com/2017/07/10/opinion/vietnam-war-south-korea.html>

[80] Jim Glassman et Young-Jin Choi, “The chaebol and the US military-industrial complex : Cold War geopolitical economy and South Korean industrialization,” Environment and Planning A, Volume 46, 2014. p.1166

[81] ibid., p. 1170-1172

[82] ibid, Figure 2

[83] ibid, Figure 5

[84] Ibid, p.1176

[85] Kiernan 2017, p. 436

[86] Selon les mesures de l’OCDE

[87] Maito 2014, Figure 4

[88] Kevin Gray, Labour and development in East Asia, Routledge 2014.

[89] Brenner 2002, p. 59-75

[90] ibid, p. 80

[91] Deborah Cowen, The Deadly Life of Logistics : Mapping Violence in Global Trade, University of Minnesota Press 2014. p.31

[92] Cowen 2014, p.41

  1. Pas encore de commentaire