Accueil > Du coté de la théorie/Around theory > Ediciones Inéditas : « Communisation et décolonisation »

Ediciones Inéditas : « Communisation et décolonisation »

Traduction automatique de https://ediciones-ineditas.com/2019/09/08/communization-decolonization/

« Communisation et décolonisation »

Récemment, nous avons été interrogés sur nos réflexions sur la communisation et la décolonisation et cet essai est notre réponse.

Il convient tout d’abord de noter que le milieu de la communisation est bien d’origine européenne et ne traite généralement pas de notre réalité coloniale dans les «Amériques». Ses auteurs, principalement européens, conceptualisent à partir d’un contexte différent de celui que nous vivons dans les «Amériques» (et autres terres colonisées).

Alors pourquoi parle-t-on encore de communisation?

Ceux d’entre nous qui travaillent sur ce projet trouvent toujours de la valeur dans la théorie de la communisation, car elle montre un moyen clair d’instaurer immédiatement les conditions du communisme .

Mais qu’est-ce que le communisme? Pour nous, compagnons de route, le communisme n’est pas un mode de production. Il ne s’agit pas simplement d’un système économique de répartition plus juste de la richesse. Il s’agit d’un large éventail de modes de vie fondés sur des relations sociales communes, y compris (mais non exclusivement) l’entraide, la solidarité, l’effondrement du binaire production / consommation (donc l’abolition du travail), l’abolition de l’État, l’abolition de l’argent, l’abolition de la valeur, l’abolition de la race et du sexe en tant que site de l’oppression, l’abolition de la cis-hétéro-patriarcat (et tout ce qui implique, comme l’hétérosexualité obligatoire). Certains appellent aussi cette anarchie . La négation de ce qui soutient la civilisation capitaliste occidentale.

Nous ne sommes pas intéressés par une phase de transition, comme le demandent les “socialistes révolutionnaires”, ou de manière incrémentale, comme ceux qui appellent au “double pouvoir” ou à “la construction de la commune”. Ceux d’entre nous qui travaillent sur ce projet ne sont pas autochtones, mais nous avons une ascendance autochtone. Alors que nos liens avec nos ancêtres autochtones respectifs nous ont été beaucoup plus partagés, il ne nous reste plus qu’à trouver d’autres chemins possibles vers une vie communautaire libre sans détourner des modes de vie indigènes, anciens ou contemporains (bien qu’il soit primordial de comprendre ces modes de vie au succès du projet visant à assurer un mode de vie communautaire libre qui ne nous condamne pas tous). Nous ne prétendons pas que la communisation remplacerait la résistance et la révolte indigènes contre le monde capitaliste colonialiste,

Il convient également de noter que, bien que les théoriciens de la communisation utilisent des catégories et des concepts marxiens 1 , ils ne considèrent pas ces catégories et concepts comme éternels . Nous les reconnaissons comme des outils que Marx a développés pour comprendre et critiquer le capitalisme (de son époque) et non pas nécessairement des catégories et concepts éternels et des concepts qui existeraient / existeraient / devraient toujours exister. Nous n’allons pas réaliser ces concepts dans un monde post-capitaliste, colonisé. Le communisme dont nous parlons constituerait une rupture nette non seulement avec le capitalisme, l’État, le patriarcat, la suprématie blanche, mais également avec la civilisation occidentale elle-même. C’est pourquoi les théoriciens de la communisation se disent souvent communistes et non marxistes.

Ce que la théorie de la communisation offre en grande partie n’est pas un programme rigide, mais une compréhension du fonctionnement du capitalisme (avec ses contours incorporés de race et de genre) et de ce que cela signifierait de l’abolir. Cela laisse de la place à l’improvisation et à la flexibilité dans le processus actuel de ce à quoi pourrait ressembler le communisme (ou l’anarchie). Il n’y a pas de ligne de parti rigide.

Le communisme n’est pas un état de choses à établir (ou imposer) mais c’est plutôt le mouvement réel qui abolit l’état actuel des choses. Et si les marxistes communistes, et certains anarchistes, tentent de s’établir, conservent le même rapport colonisateur-terre à la terre, alors ce n’est pas du tout le communisme. Les colons construisant une commune sur des terres occupées maintiennent toujours une société de classe. Une société de classe où les colons empêchent en effet toujours les peuples autochtones de reproduire leur mode de vie, comme ils l’entendent.

La décolonisation, tout comme le communisme, est un vaste sujet. Et comme le communisme complet, la décolonisation (ou l’anticolonialisme) variera d’un endroit à l’autre, d’une région à l’autre, d’une région à l’autre, etc. Un plan unique pour tous n’existe pas (et ne devrait pas exister) et la création d’un tel plan irait à l’encontre de nos fortes inclinations anarchistes.

Nous pouvons penser à la communisation et à la décolonisation comme deux aspects du même système météorologique. La communisation attaquerait les relations sociales capitalistes qui existent sur les terres occupées, mais il est évident que cela ne va pas assez loin. Nous écrivons à partir du territoire occupé de Tongva, connu sous son nom d’origine Tovaangar , et ne faire que créer le communisme (anarchie) et ne pas tenter de restituer les terres natales à leurs habitants d’origine ne serait (encore une fois) pas du tout le communisme. La décolonisation (anticolonialisme) nous rappelle qu’il reste encore beaucoup à faire.

Le couplage de la communisation et de la décolonisation reconnaît, en particulier avec le changement climatique de plus en plus intense, que les colons ne comprennent pas profondément, ni même superficiellement, l’histoire naturelle profonde de la terre où ils se trouvent. Ici, à Los Angeles, nous sommes constamment confrontés au danger croissant des incendies de grande ampleur. Mais les feux sauvages sont une partie ancienne de ce paysage. L’écologie du paysage rendu célèbre, grâce à sa particularisation de masse, à travers le monde dépend du feu pour se rajeunir. Ce qui a provoqué une augmentation du danger pour les humains n’est pas seulement le changement climatique entraînant moins de pluie et un temps plus chaud, mais aussi le fait que le développement capitaliste non mitigé l’a rendu rentable.construire dans des endroits qui brûlaient auparavant avec peu d’effet sur la vie humaine: cimes, collines, forêts de montagne, etc.

La communisation agit comme un correctif contre le marxisme et l’anarchisme de gauche, qui appelle simplement à un type différent de gestion de la production (gestion autonome des travailleurs, gestion par l’État) au lieu d’un ensemble fondamentalement différent de relations sociales. Même Marx a noté que le communisme faisait partie du retour de la communauté humaine à une renaissance avec la terre, au lieu de la tentative du capitalisme de contrôler et d’en extraire autant de valeur (même si nous critiquons également l’humanisme). Depuis le début de la colonisation, les peuples autochtones du monde entier ont répété que le mode de vie des colons, des colonisateurs et des capitalistes était non seulement génocidaire, mais également un acte d’écocide sans faille.

Ceci est notre compréhension. Un travail en cours, mais notre compréhension. Il ne peut y avoir d’État socialiste décolonisé, tout comme il n’existe pas de «socialisme scientifique». Un mode de vie ne peut pas être une science. Ce que nous désirons, c’est que les mots communisme, et même anarchie, finissent par être oubliés et vivent plutôt dans un monde où nous puissions être intimement liés à la terre et à l’autre, et comprendre que cette déconnexion est une aliénation bien plus ancienne que l’aliénation que nous avons de notre travail sous le capitalisme.

 

 

  1. Pas encore de commentaire