Sourire….jaune!

  1. Lisbeth Salander
    17/03/2019 à 17:27 | #1

    Alors, on l’analyse comment ce rôle de la violence et des dits Black Blocks au lendemain de ce 18° acte très “gauche ultra”, contrepoint du 1° décembre dont on pouvait sentir une couleur plus “droite ultra”….?
    Bras armés, parasites, commensaux des gilets jaunes? Je jette trois idée « sur le papier », ne me sautez pas dessus tout de suite….
    On pourrait être tentés de considérer que les épisodes parisiens des samedis sur les Champs ou autour sont le côté obscur (au sens de la couleur!) de la force du mouvement des gilets jaunes. Les black blocks ( et les fafs moins visibles ces derniers temps !) comme grenadiers voltigeurs du mouvement…
    En effet, la presse en général (seule source d’infos fiables ou presque, comme toujours, quand on la compile et l’analyse) fait bien la recension des nombreux exemples de Gilets jaunes qui approuvent, acceptent, revendiquent cette violence, voire y participent à l’occasion.
    Cela dit, il reste une impression étrange tout de même: il semble que cette partie « armée » ne fasse pas complètement partie de mouvement: sociologiquement différents (pour ce qu’on en connait quand on a un peu fréquenté des black blocks) ils portent visiblement un projet politique très radicalement différent voire incompatible avec les revendications principales du mouvement: ils se battent un peu les couilles du RIC, du retour de l’ISF et du déclin des classes moyennes en danger de prolétarisation…
    Du coup, on pourrait les voir comme opportunistes, parasites quoi.
    Mais non, il faudrait peut-être plus parler de commensaux : tout le monde y trouve son compte. Le mouvement des gilets jaunes, de par son coté incroyablement polymorphe (mais toujours revendicatif et radicalement démocrate, ce n’est pas une insulte !) offre un théâtre qui n’en finit plus d’emmerder l’Etat à la manœuvre et donc une scène permanente ou les BB peuvent venir jouer leur partition pour leur propre compte insurrectionnel. Le planning des festivités est décidé hors d’eux et ils sont très assidus, à Paris, le samedi.
    De son coté, de façon inespérée, en parallèle, le Mouvement trouve là une force militaire inespérée, une menace pour l’Etat, une protection contre le pourrissement, leurs « sept mercenaires » contre le gang institutionnel…
    On pourrait même penser que ce dernier samedi est le bouquet (peut-être) final pour les gilets jaunes : quelle belle façon d’acter le fait que la date de fin du grand débat n’est pas si porteuse d’apaisement que l’Etat pouvait l’espérer… dernier coup d’éclat spectaculaire dans le rapport des forces : si ça change pas en profondeur, ça sent mauvais pour Macron…
    Allez, ciao, ça ne coute rien de délirer un peu sur une bien étrange modernité….

  2. pepe
    17/03/2019 à 20:46 | #2

    Je viens d’entendre Bauer (pas Charlie, Alain!) dire en substance:
    “je ne crois pas à la diabolisation des blacks blocks. Il n’y a pas d’un coté les gentils gilets jaunes, de l’autre les méchants black blocks. Une partie radicalisée des gilets jaunes sont en train de basculer.
    Un mouvement social ça accouche d’une génération radicale et d’une avant garde révolutionnaire… et en général d’une réponse autoritaire”
    Quand l’ennemi se met à raisonner!!

  3. R.S
    19/03/2019 à 00:05 | #3

    Salut
    pas trop à voir mais presque avec ce qui précède. Je viens d’entendre à la radio, trois ou quatre GJ, dans le train de Paris à Montluçon (destination des GJ et depuis me semble-t-il la fermeture de Goodyear, c’est pas la joie Montluçon) se montrent quelques objets un peu de luxe récupérés sur les Champs, une passagère les voit et les entend, téléphone à la police, ils sont arrêtés en gare d’Orléans (recel de vol). J’espère pour cette dame qu’elle n’a pas trop laissé de “souvenirs”.
    R.S

  4. Christian L
    19/03/2019 à 15:31 | #4

    @R.S
    « ils comparaîtront le 3 juin prochain pour recel d’objets volés et encourent ainsi une peine de cinq ans de prison »

    https://www.linfo.re/france/faits-divers/gilets-jaunes-5-personnes-interpellees-pour-recel-de-vol

  5. 22/03/2019 à 16:29 | #5

    Le fait que le black bloc puisse encore se distinguer au milieu de la scène jaune, alors même qu’il lui suffirait de revêtir le désormais fameux gilet pour se protéger au mieux de l’identification policière, dit assez combien ses membres sont non seulement sociologiquement, mais aussi politiquement étrangers à ce qu’il se passe.

    En fait le black bloc ne se voit et ne fait parler de lui que parce que la représentation se tient à Paris, qui concentre plus que tout autre ville en France la population où se recrutent les participants au black bloc.

    Mais le black bloc peut faire son cinéma surtout en raison de l’épuisement de la dynamique GJ. Quand ceux-ci étaient très nombreux et non moins virulents, c’était plutôt la méfiance et l’inquiétude qui régnait dans les familles gauchistes. Trop de drapeaux tricolores, trop de Marseillaise, trop de discours qui laissaient deviner que ceux que l’on voyait défiler dans les rues de France ne sortaient pas vraiment du boboland des Nuits debout.

    Maintenant les jeunes middle-class radicalisés (parce que déclassés) ont repris la confiance, mais là non plus on ne voit pas que leurs thèmes fétiches aient migré chez les GJ. Il y a une barrière entre ces deux composantes qui est une barrière de classe et que la violence n’a pas réussi à faire sauter. Il y a rencontre sur les pavés parisiens, mais pas intégration réciproque.

    Personne n’a la boule de cristal mais, si une deuxième vague jaune devait arriver et qu’elle serait porteuse une nouvelle fois des mêmes contenus cocardiers que la première, alors cela pourrait signifier l’échec immense de la classe moyenne instruite gauchisée à intéresser autrui à ses luttes. Et, en définitive, l’échec terminal du gauchisme à exister et tenir un rôle dans l’affrontement plus large entre les libéraux européistes et le nouveau bloc souverainiste conservateur qui pousse désormais partout ses offensives victorieuses (Espagne et dernièrement Pays-Bas).

  6. Pepe
    02/05/2019 à 09:33 | #6

    @Lisbeth Salander
    On peut réactiver et actualiser le message de Lisbeth pour ce premier mai….
    Le.commensalisme est juste devenu mariage avec la frange radicalisée des gilets jaunes