Accueil > Du coté de la théorie/Around theory, Nouvelles du monde > « Pensées intempestives : Notes sur la révolution et l’Ukraine »

« Pensées intempestives : Notes sur la révolution et l’Ukraine »

Cet article est basé sur une présentation donnée à Woodbine NYC le 10 septembre.

Andrew est un communiste d’Ukraine et l’auteur de « Lettres d’Ukraine »

« Pensées intempestives : Notes sur la révolution et l’Ukraine »

« Les guerres et les crises, en suspendant la normalité et en rappelant à la fois la souffrance qui soutient le capitalisme et sa fragilité, ont toujours inspiré l’espoir aux révolutionnaires.

Se débarrasser du poids des générations mortes et prendre conscience du pouvoir des mythes nationalistes serait le premier pas vers la réalisation du potentiel révolutionnaire de notre moment. Depuis notre point de vue sur la courbe d’une longue récession économique, ramenée à la maison par la spirale de la crise énergétique, en prévision d’une inévitable révolte de frustration, j’essaie de voir comment cette énigme de l’histoire pourrait être résolue.

Pour tenter une analyse de la crise, il faut d’abord en clarifier le cadre : pourquoi répondre à certaines questions serait une perte de temps et pourquoi d’autres questions seraient beaucoup plus productives. Au lieu de tourner en rond autour des vieux débats marxistes sur la guerre et le nationalisme, nous ferions bien mieux de les contextualiser et de situer notre paysage politique dans le sillage de l’échec des mouvements communistes du passé. Bien que les luttes menées partout aujourd’hui soient confrontées à l’héritage de l’ancien mouvement ouvrier, l’espace post-soviétique, en tant qu’incarnation matérielle de la défaite du rêve communiste, nous oblige à affronter ces questions de front. En justifiant la forme de l’enquête, nous aborderons inévitablement les questions du contenu historique et de la stratégie communiste.

Avant tout, les élaborations qui tentent d’élaborer une réponse unifiée de la “gauche” partent du mauvais pied. Être capable de reconnaître la faiblesse des révolutionnaires conscients de notre époque au lieu de choisir d’opérer sur le plan de la géopolitique nous permettrait d’interroger les perspectives de la révolution d’aujourd’hui. En comprenant l’importance de l’action spontanée, nous laisserions derrière nous les fantasmes avant-gardistes. Un regard sur les soulèvements historiques prouverait l’imprévisibilité des événements qui produisent des ruptures, et le rôle de “rattrapage” des organisations existantes. Cette imprévisibilité ne doit pas être confondue avec un pessimisme total. Si nous devions adopter le nihilisme comme méthode politique, nous verrions que, bien qu’il n’y ait aucun moyen de prédire le potentiel révolutionnaire de la violence, il existe une manière simple de reconnaître la violence qui ne fera que nous ramener à la circularité de la domination du mythe. Telle est la violence dirigée vers les objectifs éprouvés et ratés de la mobilisation guerrière nationaliste, destinée uniquement à manœuvrer les fleuves du destin géopolitique. S’opposer à la force naturalisant du mythe incarné par la loi et l’État n’est pas seulement une tentative communiste de les historiciser, mais aussi l’intention communiste de les supprimer.

Les discussions autour de la guerre en Ukraine considèrent trop souvent que leur tâche politique consiste à “convaincre”, en imaginant une audience qui résoudrait tous nos problèmes dès que nous serions capables de trouver un argument raisonnable, ce qui dénote une méconnaissance des processus révolutionnaires. L’éducation révolutionnaire ne se fait pas en convainquant, mais en se rangeant du côté des forces de l’anarchie. Une rupture révolutionnaire n’implique pas seulement un changement rapide des conditions et la création de nouvelles connexions, elle implique également la production de nouvelles solutions impossibles à prévoir à l’avance.  C’est l’ouverture à cette invention de nouvelles formes révolutionnaires d’organisation qui nous rend communistes, pas les drapeaux ou les slogans : et une action n’est révolutionnaire que si, en se développant et en se joignant à d’autres mesures, elle pointe vers la libération.

En reconnaissant l’importance de la spontanéité et de la nouveauté de la révolution, nous pourrions sortir de la mythologie du mouvement ouvrier, dans laquelle trop de conversations de nos jours s’enlisent tristement. Reconnaître la “leçon” historique de sa désintégration reviendrait alors à reconnaître l’échec de l’autodétermination nationale. Cette reconnaissance historique ne doit pas être réalisée dans l’environnement distant d’une avant-garde politique ou académique, mais doit être ressentie comme une limite de notre mouvement de masse endormi qui se heurte à l’amas de déchets réifiés sans fin qui recouvre notre planète. Espérons que cette contribution puisse servir à clarifier les voies possibles de la libération dans l’obscurité du quotidien.

Pour formuler notre position sur la guerre, nous devons comprendre les origines de la plupart des réflexions sur les nations dans la grande tradition communiste. Avec Lénine et la tradition social-démocrate de l’époque, la forme nationale de la politique n’était justifiable que parce qu’elle permettait de faire passer son contenu – une économie industrielle – du stade “arriéré” au stade “pleinement développé”. Je pense qu’il n’est pas nécessaire de répéter que la modernisation industrielle n’est plus un horizon révolutionnaire, et que l’économie et la politique ne semblent pas être aussi clairement divisées. Avec des millions de personnes plongées dans la pauvreté et le chômage, et la base industrielle restante brisée d’abord par la désindustrialisation et maintenant par la guerre, la reprise capitaliste en Ukraine impliquerait une exploitation s’élevant à des échelles cosmiques. Le gouvernement ukrainien a joyeusement montré la voie à suivre, en fournissant une aide absolument minimale aux réfugiés, sans aucun programme de logement, en réduisant les dépenses budgétaires “non essentielles” et en mettant en garde contre l’hiver à venir : chacun est livré à lui-même. Il n’y a tout simplement pas de politique de gauche à articuler au sein de l’État, d’autant plus maintenant. Au-delà de l’Ukraine, il y a des millions de familles brisées à cause de la fermeture des frontières, acceptées avec une gentillesse qui n’est pas celle des victimes des colonialismes européens. Grâce à la gentillesse des systèmes libéralisés d’installation des réfugiés, ils sont également jetés dans un travail sexué et précarisé.

Justifier une capitulation devant l’État ukrainien et le bloc de l’OTAN au nom de l’autodétermination nationale ne signifie pas seulement que vous surestimez largement l’influence de la gauche contemporaine et le potentiel d’une politique libératoire dans les limites d’un État-nation. Cela signifie également que vous rêvez d’une meilleure gestion de ce monde de nationalités ontologiques, en essayant de sur-patrier les patriotes. Les arguments « défensistes » atteignent le stade de l’illusion totale lorsque les prolétaires qui se révoltent contre l’augmentation du coût de la vie dans tout le Sud sont invités à affronter la tempête pour l’Ukraine. La collaboration de classe devrait s’étendre au-delà de l’Ukraine, “la longue marche à travers les institutions” a atteint l’OTAN.

Après avoir clarifié les questions de cadrage, toute analyse raisonnable nécessiterait de passer en revue les “adoucisseurs” : diverses excuses que de nombreuses publications de gauche utilisent pour éviter d’être confrontées à la réalité de la situation.

Tout d’abord, en laissant tomber toutes les nuances juridiques internationales, pour fixer une fois pour toutes l’ampleur de la catastrophe, la Russie mène un génocide en Ukraine. Des bombardements aveugles, souvent simplement dirigés contre des infrastructures civiles, des déportations, des tortures et des exécutions, l’association de tout un groupe ethnique à des nazis réputés pour leur rééducation, sinon leur destruction. La prise de conscience de l’ampleur des atrocités et du pouvoir destructeur de la guerre moderne signifie que nous ne nous ferons pas d’illusions en pensant que davantage d’armes résoudront le problème. Je ne peux qu’espérer que les objectifs et les moyens de l’expansion nationaliste russe sont clairs pour tous. Les actions des partisans russes et bélarussiens n’ayant guère besoin d’être justifiées au vu de leur popularité, je préfère me concentrer sur la stratégie anti-guerre “occidentale”.

Le deuxième “adoucisseur” qui édulcore les positions de la gauche afin qu’elle n’ait pas à faire face à des choix difficiles, les prétentions à une implication seulement “indirecte” des États-Unis, de l’Union européenne et du Royaume-Uni dans la guerre doivent également être abandonnées. Aujourd’hui, l’Ukraine dépend de l’Occident pour ses besoins budgétaires et industriels de base et les livraisons d’armes suivent un calendrier presque “juste à temps”, ce qui rappelle la fragilité du “soutien”. Le gouvernement ukrainien a montré à plusieurs reprises son incapacité à négocier de manière indépendante et, presque chaque semaine, il annonce fièrement que les frappes, les cibles et les tactiques sont choisies par l’une des agences américaines. La force de l’influence des factions occidentales favorables à la guerre n’a d’égale que celle d’un mouvement nationaliste croissant en Ukraine qui vit d’illusions d’autarcie nationale alimentant une guerre sans fin.

Nous devrions prêter davantage attention à la mythologie de ce mouvement nationaliste. Outre la minorité d’extrême droite qui étouffe complètement toute organisation de gauche en Ukraine et qui rend impossible toute manifestation publique d’une quelconque menace pour l’ordre actuel, il existe également le patriotisme dominant. Au cours des dix dernières années, la construction de la nation ukrainienne a connu une certaine intensification. Cette intensification n’est pas imputable à la stratégie descendante du gouvernement (en effet, la plupart des présidents, ministres et députés ukrainiens préféreraient un environnement différent). Une enquête minutieuse donnerait l’image d’un réseau diffus de relations de pouvoir, qui n’est pas toujours attaché aux institutions et qui constitue et est constitué par des déploiements locaux dans les écoles et les universités, les places des villes et les marches dans les rues, les débats de journaux et les sous-cultures de jeunes. Entreprendre une telle enquête signifierait que nous prendrions au sérieux la popularité massive du nationalisme et que nous chercherions des moyens de le miner, et non d’agir en son sein.

Au lieu d’accepter les prétentions libérales du mouvement Euromaïdan comme étant entièrement créées par le secteur croissant des ONG, ou simplement nier sa légitimité sur la base de sondages populaires, nous devons comprendre les mobilisations véritablement populaires derrière les mouvements nationalistes. Sans négliger les facteurs locaux et la relative insignifiance de ces événements pris indépendamment, nous verrions un réseau de processus s’intensifiant mutuellement dans la construction des subjectivités nationalistes. Ce processus de subjectivation se déroule parallèlement à une dépolitisation complète : être un fasciste ou un anarchiste en Ukraine n’est rien de plus qu’être un hooligan, un ultra du football. Derrière ce paysage apparemment “post-politique” se cache un glissement massif vers la droite.

L’une des expressions de ce changement est la construction d’une mémoire historique nationaliste, qui implique toujours la construction d’un certain type de futur nationaliste. L’éloge du fascisme ukrainien dans la création du symbole héroïque de la Bandera, la romanisation du noble cosaque en tant qu’ur-ukrainien, le changement de description de la révolution de 1917 en tant que coup d’État et occupation de l’Ukraine éternellement définie, l’imagination populaire de l’Holodomor en tant que génocide des Ukrainiens par les Russes plutôt que comme l’une des expressions contradictoires de l’industrialisation de l’État populaire post-révolutionnaire, tout cela a un sens si on le considère comme faisant partie d’une stratégie de création d’Ukrainiens ontologiquement innocents et honorables. Des Ukrainiens qui ne sont pas seulement toujours menacés par les Russes et les traîtres internes, mais qui sont généralement dangereusement proches d’être trahis par l’Occident. Plus important encore pour nous, il s’agit d’une vision contre-insurrectionnelle qui pose l’État-nation comme un point d’arrivée de l’histoire et qui décrédibilise toute révolte en la qualifiant de perfide – de génétiquement russe. C’est ce mythe qui a motivé la répression contre les pillages dans les régions proches des lignes de front au printemps et qui continue à alimenter la chasse aux traîtres dans toutes les sphères de la vie publique.

La tâche du défaitisme révolutionnaire est de saper les mythes nationalistes dans la pratique et de transcender le binaire guerre-paix : seul un mouvement communiste serait capable de constituer un ennemi toujours plus grand de la guerre impériale, lui résistant non pas par une autre mobilisation nationaliste mais en sapant les conditions mêmes de son existence. Au lieu de qualifier toute résistance d’inopportune et d’antipatriotique, nous devons nous attendre à des explosions de frustration au sein de l’état d’urgence. Mais nous ne devons pas être trop rapides à revendiquer le parti de l’anarchie comme communiste : la guerre est le plus grand motivateur de la violence mythique, et nous devons être capables de faire la distinction entre un pogrom moderne et une commune universalisant.

Le défaitisme révolutionnaire est le contraire d’un projet passif : ce n’est qu’en partant du refus de défendre l’État que nous pouvons commencer à élaborer la seule force capable d’arrêter la guerre en tant que telle. Lorsque nous affirmons que les guerres sont ingagnables, nous ne revendiquons pas l’impossibilité d’une contre-offensive, mais l’impossibilité de la libération par les moyens de la guerre conventionnelle. Les gauchistes qui rejoignent l’armée non seulement se dissolvent dans une mer de conscrits et de fascistes, mais, par leurs proclamations orgueilleuses, ils apportent leur soutien à l’armée et à la diplomatie géopolitique en tant qu’outils légitimes de résolution des problèmes. Et en essayant de chercher les “raisons” de la guerre, il n’y a pas d’excuses pour continuer à fonctionner avec des hypothèses sur les nationalités “naturelles”, car nous sommes parfaitement conscients que les colonialismes et les fascismes ne sont pas empêchés par la destitution de leurs dirigeants ou l’occupation d’un pays, mais en brûlant le sol sur lequel ils poussent : un monde de travail, de genre et de race.

J’espère qu’après ces éclaircissements, on comprend pourquoi nous devrions rechercher les signes de la plus petite révolte contre l’État et le nationalisme et essayer de comprendre la possibilité de sa contagion et de sa propagation, au-delà des frontières nationales également, à mesure que les retombées économiques de la guerre s’étendent de plus en plus. Aussi passionnant que cela puisse être de discuter des possibilités d’un (nécessaire) règlement diplomatique, je n’ai pas de camp à choisir entre diverses factions de la machine de guerre impériale américaine, un mouvement nationaliste génocidaire russe et des bataillons gouvernementaux ou fascistes ukrainiens. L’étendue du pouvoir du complexe militaire financiarisé et la population patriotique révoltée impliquée nous obligent à chercher des possibilités dans une autre dimension. Au lieu d’espérer un meilleur parti de “gauche”, nous devrions chercher à faciliter et à exploiter les cas de pillage individuel et de masse, d’évasion et de désertion, de grèves coupant court à toutes les conneries patriotiques dans l’atmosphère, tant en Ukraine qu’au-delà.  En reconnaissant que la continuation du status-quo est une continuation de la catastrophe, qu’un meilleur État-nation ne peut pas servir de point de passage sur le chemin de la révolution, nous devons nous lancer dans une recherche de rédemption immédiate. Nous devons être prêts à ce que cette recherche s’avère difficile et décevante, mais elle est nécessaire. »

  1. R.S
    26/09/2022 à 14:52 | #1

    Salut
    je ne sais pas si cela tient à la traduction ou au texte lui-même mais ce dernier, contrairement aux textes précédents du même “auteur” est difficilement compréhensible dans ses tenants, aboutissants et perspectives.
    R.S.

  2. Pierre-
    28/09/2022 à 03:22 | #2

    Bandera (Stepan) et non la Bandera

  3. FD
    01/10/2022 à 11:58 | #3

    Je viens de lire le texte d’introduction d’Andrew à la discussion qui s’est tenue à New York et je suis un peu surpris par le commentaire de R.S. En quoi ce texte est-il difficilement compréhensible dans ses tenants et aboutissants ? Il y a un certain flou dans les formulations, mais le sens général est clairement révolutionnaire. De toute façon, Andrew n’est pas un théoricien communiste chevronné, mais c’est un communiste. Dans l’énorme confusion actuelle, il cherche une voie praticable pour soutenir les moindres explosions de frustration provoquées par la guerre, en les distinguant bien de toutes les manifestations nationalistes, pogroms et autres.

    FD

  4. Anonyme
    02/10/2022 à 20:43 | #4

    Reste à savoir si on fait de la théorie, quasi impuissante par essence, ou du militantisme. Choisir c’est renoncer. Et de ce point de vue, ce texte peut faire plaisir mais il est inutile.

%d blogueurs aiment cette page :