Accueil > Nouvelles du monde > Blog Chuang : “D’autres voix dans le mouvement anti-extradition”

Blog Chuang : “D’autres voix dans le mouvement anti-extradition”

Traduction du dernier texte mis en ligne sur le blog Chuang

D’autres voix dans le mouvement anti-extradition

 

Par Chuang | 17 juin 2019 |

Les événements du mouvement de Hong Kong contre le projet de loi sur l’extradition ont déjà été largement rapportés en anglais, avec plus de détails et de témoignages qui sortent chaque jour. (Pour les points saillants, suivez notre fil Twitter.) Ici, nous aimerions simplement partager deux courts articles que nous avons traduits afin de donner un aperçu de certaines perspectives du mouvement qu’il pourrait être plus difficile de dégager des comptes rendus des médias grand public.

Le premier est une entrevue avec trois participants employés précaires qui étaient en dixième année pendant le Mouvement Umbrella 2014. Bien qu’ils aient théoriquement participé en 2014, en tant que lycéens, cela s’est traduit par une ” grève ” en classe, une demi-écoute des enseignants qui parlaient de la lutte pour le ” vote universel “. Aujourd’hui, ils sont de plus en plus politisés et prennent des jours de congé pour protester “pour qu’à l’avenir, nous ayons du travail à faire”. Comment le projet de loi sur l’extradition affecterait-il leurs emplois, demande le journaliste indépendant de gauche ? Les jeunes gens marmonnent quelque chose sur l’image internationale de Hong Kong et sur le fait que les étrangers ne viennent plus investir – des idées qui figurent en bonne place dans les messages du mouvement, en particulier de la part de groupes “localistes” de droite, même si leur lien logique avec le contenu réel de la législation semble au mieux-être exagéré.

Le deuxième article, écrit par un contact local, explore précisément ces limites politiques. L’auteur note que ce genre de positions vagues basées sur des présomptions confuses imprègne le mouvement, et discute de celles-ci en relation avec les motivations complètement différentes de l’auteur : le souci de savoir comment le projet de loi pourrait améliorer la capacité de Beijing  de réprimer l’activisme syndical continental et le développement des réseaux transfrontaliers de gauche.

Quant à notre propre analyse du mouvement, nous pensons qu’il est important de ne pas se précipiter dans le jugement et de prendre plutôt le temps de faire le travail pour traiter ce qui se passe réellement. Toutefois, à ce stade-ci, notre évaluation est moins dédaigneuse que celle présentée dans la deuxième partie. L’auteur semble trop focalisé sur les idéologies explicites des participants et les objectifs du mouvement, alors que nous redirigerions l’attention sur les possibilités radicales qui s’ouvrent lorsque des centaines de milliers de gens ordinaires perturbent l’ordre socio-économique quotidien et tentent de prendre les choses en main. Certains d’entre nous l’ont observé de première main en 2014,(1) nous avons tous observé des phénomènes similaires dans les mouvements de masse ailleurs, et selon de multiples témoignages, le mouvement anti-extradition est déjà allé plus loin en ouvrant de telles possibilités que tout ce que Hong Kong a connu depuis des années sinon des décennies(.2)

Nous convenons toutefois que l’orientation politique explicite et implicite de la plupart des participants et du mouvement dans son ensemble est un problème important. Notre espoir découle en partie du fait qu’au moins quelques participants comme l’auteur tentent de pousser les choses vers la gauche, plutôt que de nager avec la marée ou de perdre tout espoir – comme l’ont fait de nombreux gauchistes et anarchistes en 2014.(3)

L’histoire n’est pas faite par une poignée d’activistes ayant l’idéologie correcte, mais par les actions imprévisibles d’innombrables prolétaires qui apprennent à lutter ensemble contre ce qu’ils perçoivent (même de façon inexacte) pour menacer leur avenir. Ils entrent dans ces luttes avec des idées contradictoires, et celles-ci ne sont menées à bien que dans le cadre du processus matériel de soutien de ces mouvements et de leur avancement.

Vendredi dernier, le 14 juin, la directrice générale de Hong Kong, Carrie Lam, a déclaré que le projet de loi sur l’extradition serait suspendu indéfiniment, invoquant la nécessité d’autres “consultations”, mais cette décision n’a pas réussi à contenir l’indignation populaire. Samedi, un homme de 35 ans surnommé Leung a escaladé un rebord de fenêtre dans l’Amirauté, portant une combinaison de pluie jaune et une banderole demandant la suspension complète de la facture. Après cinq heures sur le rebord, il s’est aventuré sur l’échafaudage, suspendu au-dessus de la rue, et a échappé aux  pompiers qui essayaient de le remonter. Il est tombé. Alors que nous écrivons ces lignes dimanche soir, environ deux millions de personnes sont descendues dans la rue en noir pour exiger la démission de Lam, protester contre la brutalité de la police et pleurer la mort de Leung. Lam s’est excusé auprès de la population de Hong Kong, mais la lutte est loin d’être terminée.

–Chuang translators & editors

Peuple du mouvement anti-extradition : Cinq ans après Occupy Central, les jeunes de Harcourt Road grandissent, ou… ?

Auteur : Cézaï

Lorsque le gouvernement a annoncé que la lecture du projet de loi sur les « délinquants fugitifs et l’entraide juridique en matière criminelle (amendement) » reprendrait dans la matinée du 12 juin, les manifestants ont de nouveau occupé les rues entourant le siège du gouvernement sur trois côtés. Vers midi, Harcourt Road était encore calme alors que ma conversation avec trois participants âgés de 19 et 20 ans tirait à sa fin, quand soudain la pluie a commencé à tomber. J’ai ouvert mon parapluie et l’ai étendu à Kelvin (qui n’en avait pas apporté), et j’ai demandé : “Étant donné que vous n’avez pas participé à Occupy Central [2014] et que c’est la première fois que vous vivez ce genre de choses, comment vous sentez-vous ?” “Comme un poulet tombé dans une marmite de soupe,” dit-il, les yeux se rétrécissant au-dessus du masque facial.

 Les jeunes précaires à l’Université de la société

Remarquant leur jeune apparence, je leur ai demandé s’ils étaient au lycée ou à l’université, mais ils marmonnaient tous les trois en guise de réponse. Un garçon aux cheveux décolorés, Eric, a rompu ce silence gênant : “Nous sommes étudiants à l’université de la société.” Les trois amis se connaissaient depuis un peu plus d’un an. Récemment sortis de l’école secondaire, ils occupaient maintenant chacun un emploi à temps partiel dans la logistique et les services alimentaires. J’ai demandé s’ils avaient demandé un congé aujourd’hui, mais tous les trois ont dit que leur emploi était souple et qu’ils avaient choisi le moment où ils voulaient travailler. “Je préfère m’asseoir ici plutôt que de travailler aujourd’hui.” Sur un ton plutôt fier, Eric a expliqué qu’il n’avait toujours pas à s’inquiéter des pressions économiques.

Arrivés à Harcourt Road vers 10h45, l’horizon était déjà devenu une mer de têtes. Ils avaient décidé de se retrouver ici la nuit précédente, après avoir lu des messages sur Facebook, Instagram et Telegram. Comme moi, ils vivaient dans l’ouest des Nouveaux Territoires, alors il avait  fallu du temps pour parvenir ici. Ils sont descendus tôt de l’autobus à Sheung Wan, ont pris le MTR jusqu’à Central, puis ont marché.

 Un Hong Kong sans liberté ni sentiment de sécurité

Lors de la grande manifestation du 9 juin, ils ont tous dû travailler de nuit et donc n’ont pas participé. “Tu serais venu si tu n’avais pas eu à travailler ?” Tous les trois hochèrent la tête. “Nous craignons qu’à l’avenir, nous n’ayons plus d’emplois où aller “, répondit Dicky, qui n’avait pas dit grand-chose auparavant, qui a pris l’initiative. “Et aujourd’hui, nous n’allons pas travailler pour qu’à l’avenir, nous ayons du travail à faire.” Réfléchissant toujours à ce que cela signifiait, j’ai demandé “Pourquoi ?” Il réfléchit un instant et dit : “Parce que plus personne ne viendrait investir.” Bien que son employeur ne soit pas un investisseur étranger, il s’inquiète néanmoins des perspectives d’avenir.

Kelvin a déclaré que ses collègues et lui-même avaient discuté du fait que, si le projet de loi sur l’extradition était adopté, il serait primordial que Hong Kong se rapproche  prématurément de la Chine continentale et perde sa liberté. Même s’il avait déjà vu des amis afficher des messages au sujet du projet de loi dans le passé, il n’y a jamais vraiment prêté attention jusqu’à il y a deux ou trois semaines, lorsqu’il a commencé à chercher des détails en ligne, notamment dans des vidéos de présentation sur YouTube. “Comment pensez-vous que l’amendement vous affectera le plus ?” “Je pense que Hong Kong est en sécurité, mais si cela se passe, je perdrai ce sentiment de sécurité. Il y aura beaucoup de restrictions.” Lui et ses amis ont souvent visité les forums sur Lihkg, et bien qu’ils publient rarement des commentaires, ils craignent que leur liberté d’expression ne soit violée, alors ils devront “faire attention à tout ce qu’ils disent sur Internet”.

Eric, de son côté, suivait le projet de loi d’extradition depuis l’incident de Chan Tong-kai, sa plus grande préoccupation étant l’image internationale de Hong Kong si le projet de loi était adopté. Il pense que si elle est adoptée, beaucoup de gens n’oseraient plus venir à Hong Kong. Après avoir écouté une série de commentaires sur la “prospérité” de la SAR (Spécial Administrative Region, le nom de Hon Kong, ndt) en tant que “perle de l’Orient”, je lui ai demandé s’il ressentait un profond sentiment d’attachement à cet endroit. Il hésita un instant, comme si personne ne le lui avait jamais demandé auparavant, regardant l’horizon et regardant ensuite en arrière : “Oui, bien sûr, c’est chez moi.” J’ai ensuite demandé s’il soutenait les méthodes militantes de résistance, comme la prise d’assaut du Conseil législatif (LegCo) le matin du 9 juin. Il avait l’air un peu partagé sur cette question : “Parfois, il n’est pas nécessaire d’être aussi militant, mais sans ceux qui militent, les Hongkongais ne seraient pas aussi déterminés qu’ils le sont aujourd’hui.” S’il s’agissait d’un “aboutissement», a-t-il ajouté, de telles actions pourraient s’avérer nécessaires. Qu’est-ce que ça voudrait dire, ai-je demandé ? Encore une fois, il réfléchit un moment avant de répondre : “C’est peut-être jeudi prochain.” (Note : Andrew Leung, Président de la LegCo, avait annoncé que le projet de loi sur l’extradition serait réglé au plus tard jeudi prochain, le 20 juin.)

 Les graines de “Occupy Central”

 Ce sont eux qui ont parlé du mouvement Umbrella. J’avais demandé pourquoi ils avaient décidé de venir aujourd’hui, et Eric m’a répondu : “Nous n’avons pas réussi à arriver à Occupy Central, alors nous avons dû venir aujourd’hui”. En 2014, ils étaient en dixième année. Ils avaient participé à la grève étudiante du 26 septembre, mais c’était la première et dernière fois qu’ils avaient mis les pieds dans la rue. Que pensait-il du Mouvement Umbrella ? Eric a expliqué que le “suffrage universel”  concernait le droit de vote de chaque citoyen de Hong Kong, comme il l’avait appris en cours d’instruction civique. Kelvin a ajouté qu’il n’était pas du tout un fanatique, et que “le gouvernement” (c’est-à-dire la Loi fondamentale) avait promis que le chef de l’exécutif de Hong Kong serait élu selon le principe d’une voix par citoyen, mais que la décision du Congrès national du peuple du 31 août avait réaffirmé le principe de la “sélection interne”, les candidats “travaillant tous pour le continent plutôt que pour les Hong Kongers”.

Eric a dit qu’il n’avait pas participé au mouvement Umbrella parce qu’il était jeune à l’époque et qu’il n’osait pas en sortir. Il en avait discuté avec ses camarades de classe, mais rien n’en était sorti. L’expérience de Kelvin avait été similaire, demandant à quelques amis, mais tout le monde avait pensé que c’était trop dangereux. Mais il a mentionné que leur école avait organisé une salle de classe pour que les élèves puissent aller ” faire la grève “, les enseignants menant la discussion, mais les garçons ne se souvenaient pas de quoi ils avaient parlé.

Aujourd’hui, cinq ans plus tard, nous sommes assis sur le pont piétonnier qui enjambe Harcourt Road. Avez-vous des espoirs pour ce mouvement ? Kelvin secoue la tête : Un million de personnes ont défilé et le gouvernement a agi comme si elles étaient invisibles. Les flics ont attaqué et tout le monde est parti. Du mouvement Umbrella à nos jours, “c’est toujours la même chose.”

Plus tard, nous avons ouvert nos parapluies et nous sommes restés au milieu du pont en attendant la fin de la pluie, sans dire un mot.

A la recherche de la gauche dans le mouvement anti-extradition

Auteur : Jin

Écrit pour Chuang le 13 juin,

Si vous voulez comprendre la raison d’être des protestations de Hong Kong contre le projet de loi sur l’extradition et l’état d’esprit des participants, il existe des réponses simples et des réponses plus complexes. Les médias grand public ont décrit ce cas comme un simple cas de Hong Kongers luttant pour la liberté. Bien qu’une telle explication ne soit pas entièrement fausse, elle est imprécise, passant outre certains détails importants et le contexte historique.

Le projet de loi lui-même

Le projet de loi contesté intitulé “Projet de loi 2019 sur les délinquants fugitifs et l’entraide judiciaire en matière pénale (amendement)” vise à modifier deux ordonnances. Selon la version actuelle de l’ordonnance sur les délinquants fugitifs (chap. 503), les suspects peuvent être extradés vers certains pays comme les États-Unis, mais pas la Chine. Au nom de la “fermeture des échappatoires”, le gouvernement propose donc de supprimer les restrictions géographiques sur cette ordonnance afin que les suspects puissent être extradés vers Macao, Taiwan et la Chine continentale.

La deuxième ordonnance que ce projet de loi vise à modifier a suscité moins d’attention, l’ordonnance sur l’entraide judiciaire en matière pénale (chap. 525). Cette ordonnance permet aux autorités de Hong Kong d’aider d’autres États à recueillir des éléments de preuve concernant des suspects à Hong Kong, y compris le gel ou la confiscation des avoirs des suspects. De même, la version actuelle n’inclut pas la Chine et le projet de loi vise à l’ajouter.

Analyse

En réalité, le calendrier de la proposition de ce projet de loi est étroitement lié à la guerre commerciale sino-américaine. Les documents joints au projet de loi indiquent clairement que les suspects ne peuvent être extradés que dans les cas qui remplissent deux conditions : que l’accusation soit un crime selon les systèmes juridiques de Hong Kong et de l’État en question et que la peine serait d’au moins sept ans de prison. En outre, les suspects ne doivent pas être extradés en cas d’accusations politiques ou religieuses, ou d’accusations pour lesquelles le suspect “risque la peine de mort”. L’une des principales cibles du projet de loi est donc constituée de capitalistes chinois continentaux qui fuient vers Hong Kong avec de vastes quantités de richesses sous la pression de la guerre commerciale. L’ajout du pouvoir de geler les avoirs des citoyens du continent semble indiquer clairement à qui s’adresse ce projet de loi.

Bien qu’à l’heure actuelle, la cible principale du projet de loi soit les capitalistes fuyant vers Hong Kong, en tant que gauchiste qui soutient les luttes ouvrières sur le continent, mes propres préoccupations concernant le projet de loi sont complètement différentes. Depuis le dévoilement en 2017 de la “Loi chinoise sur les ONG à l’étranger”, le gouvernement central a consciemment essayé de régner dans les espaces de la société civile et de la résistance prolétarienne qui dépendent des ONG. Hong Kong fournit depuis longtemps des fonds, du personnel et des commodités géographiques  à divers mouvements sociaux du continent. Chaque fois qu’il y a une répression, les militants du continent qui risquent d’être arrêtés fuient vers Hong Kong, où ils continuent de soutenir les luttes sur le continent, hors de portée de Pékin. Si le projet de loi sur l’extradition est adopté, il ouvrira probablement la voie à des arrestations transfrontalières à l’avenir, forçant les militants à retourner sur le continent pour y être poursuivis.

Bien que Pékin ait déclaré que les personnes soupçonnées de crimes politiques ne feront pas l’objet d’extradition, nous avons tous vu des cas où les autorités continentales ont fabriqué des accusations. Ai Weiwei accusée d’évasion fiscale n’en est que l’exemple le plus connu. Dès que le projet de loi sera adopté, les vannes s’ouvriront à la persécution transfrontalière des militants. Bien que le gouvernement de Hong Kong soit censé être le gardien des demandes d’extradition, les tribunaux locaux ont peu de pouvoir dans le processus de contrôle : dès que les fonctionnaires de l’exécutif acquiescent de la tête, les suspects sont remis. À Hong Kong, ces fonctionnaires ne sont pas choisis par vote populaire, mais ils sont responsables devant Pékin, ce qui fait d’eux des gardiens particulièrement peu fiables. Donc, même si vous ne voyez pas la question du point de vue des capitalistes, il y a des raisons légitimes pour le personnel des ONG syndicales, les activistes et les travailleurs de s’opposer au projet de loi par souci de lutte sur le continent. La méthode d’extradition des capitalistes qui fuient vers Hong Kong, par contre, peut être remplacée par une extradition ponctuelle.

Cependant, la plupart des personnes qui ont pris part aux manifestations ne l’ont fait ni par souci pour ces capitalistes ni par souci pour les mouvements sociaux continentaux.

Participants

Afin de comprendre l’impact et la raison d’être de la plupart des personnes qui ont participé aux manifestations, il est nécessaire de parler de l’histoire de Hong Kong.

La dernière manifestation d’une telle ampleur a eu lieu lors de la mobilisation de 2003 contre l’article 23 de la Loi fondamentale. L’article 23 concernait la sécurité nationale : trahison, activités séparatistes, incitation à la subversion du pouvoir d’État, subversion du pouvoir d’État, vol de secrets d’État – des accusations qui existaient en Chine continentale mais pas à Hong Kong. La manifestation a fait la fierté des Hongkongais, avec 500 000 participants sur une population totale de six millions d’habitants à l’époque. Vous pouvez imaginer l’ampleur des marches. L’article 23 est resté un élément essentiel de la protection des “libertés” dont les Hongkongais sont fiers : liberté d’expression, de réunion, de religion, de publication et, bien sûr, la liberté de pratiquer le capitalisme.

Ce que le projet de loi sur l’extradition a provoqué, c’est la crainte d’une reprise de l’article 23. Ce que beaucoup de manifestants craignent, c’est que dès que le projet de loi sera adopté, l’article 23 entrera en vigueur et que les Hongkongais épris de liberté seront saisis et traduits devant les tribunaux du continent. Ce genre d’effet est partagé par la plupart des manifestants. C’est logique, même si ce n’est pas nécessairement vrai.

La plupart des participants aux manifestations n’ont pas été amenés dans la rue par  une compréhension précise du projet de loi. Par exemple, beaucoup craignent d’être extradés s’ils disent du mal de la Chine et du Parti communiste. Lors d’une manifestation, une amie m’a dit, les larmes aux yeux, que si le projet de loi était adopté, elle ne pourrait plus envoyer de photos nues à son partenaire sur le continent, et qu’ils ne pourraient plus parler du PCC via WeChat. Même si j’ai passé toute une matinée à expliquer que les photos de nu ne répondent pas aux exigences minimales (que l’accusation est passible d’une peine de sept ans de prison), et que le “crime” ne serait pas commis sur le continent, pour qu’elle soit en sécurité, elle a continué à pleurer et m’a accusé d’être trop froid. De même, ce matin, dans un restaurant, une table de sept adolescents migrants de la deuxième génération criait qu’ils se préparaient à aller protester, disant que si le projet de loi était adopté, ils seraient arrêtés pour avoir marché à Hong Kong. Même si cela n’a évidemment rien à voir avec le projet de loi (ils ne protestent pas en Chine continentale !), c’est ce genre de raisonnement qui les a mobilisés.

Dans ce type de mobilisation par la peur, les participants ont tendance à considérer comme leurs alliés tous ceux qui s’opposent à la Chine. Des amis d’un groupe Whatsapp ont envoyé à plusieurs reprises des liens vers les États-Unis pour protester et demander de l’aide. Plusieurs amis de gauche ont signé une pétition demandant aux Etats-Unis de faire pression sur la Chine. Dans la guerre commerciale, de nombreux manifestants de Hong Kong espèrent que les Etats-Unis vaincront la Chine afin de sauver Hong Kong de la perte de sa liberté. Au milieu des manifestations, un manifestant déguisé en Kim Jong-un portait une pancarte portant l’inscription “Opposez-vous à l’extradition vers les pays communistes”, ce qui a suscité de nombreux applaudissements de la part des passants. D’autres manifestants agitèrent le drapeau britannique, espérant apparemment que l’ancien dirigeant colonial reviendrait et les sauverait. Ironiquement, les gros titres d’aujourd’hui sur la RT se lisent : “Le Ministre de l’Intérieur britannique signe un ordre d’extradition pour envoyer Julian Assange aux USA.”

Quoi qu’il en soit, les libéraux pan-démocrates ont réussi à mobiliser un million de personnes pour descendre dans la rue le 9 juin, ce qui en fait la plus grande manifestation d’envergure à Hong Kong depuis 2003 et a donné lieu à l'”émeute” du 12 juin. Cette mobilisation par la peur est sans doute puissante, mais elle est aussi dangereuse. Les participants sont tombés dans un immense sentiment d’impuissance, de dépression et de rage : ils ont gonflé le projet de loi en quelque chose de terrifiant, comme si au moment où ils posteraient un commentaire sur 4chan, ils seraient emportés et Hong Kong tomberait entre les mains de l’ennemi. Le 12 juin, nous avons été témoins de la radicalisation de nombreux jeunes, mais sous la surface se cache un énorme sentiment de désespoir et de panique. Cela correspond à l’effet historique de Kong Kong ( ? ndt). C’est compréhensible, mais ce n’est pas quelque chose qui devrait nous mettre à l’aise.

La position gênante de la gauche

J’ai l’impression d’avoir été piégé dans une position délicate.

D’un côté, je suis heureux que tout le monde puisse sortir dans la rue ensemble, mais de l’autre, j’aimerais que tant de gens ne soient pas motivés par un malentendu et une panique injustifiée. Tout le monde dit que dès que le projet de loi sera adopté, les mouvements sociaux de Hong Kong prendront fin, mais je suis préoccupé par les mouvements ici et en Chine continentale. Si le projet de loi est adopté, ce n’est pas seulement Hong Kong qui sera touché, mais aussi la Chine et les États-Unis. Dans le contexte de la guerre commerciale, il semble impossible pour Hong Kong d’échapper au sort de devenir une monnaie d’échange. Le mouvement du projet de loi contre l’extradition, qui part de la noble intention de lutter pour l’autodétermination, pourrait bien n’être qu’un jeu sur la table de négociation. La seule chose qui pourrait être capable de surmonter cette situation serait de développer un discours de gauche internationaliste au sein du mouvement. Ce n’est que lorsque les mouvements syndicaux de Chine, de Hong Kong et du monde verront à quel point nous sommes tous interconnectés qu’il sera possible d’échapper à la concurrence sino-américaine et de transformer ce mouvement en sa propre monnaie d’échange. Ou peut-être que ces mots ne sont qu’un dernier acte inefficace de résistance, puisque nous n’avons même pas vu une seule bannière clairement de gauche dans ce mouvement.

1- Voir notre compte publié sur Ultra avant la création de Chuang en tant que site web. http://www.ultra-com.org/project/black-versus-yellow/

2-Voir, par exemple, “Hong Kong protests against extradition bill may look like Occupy – but young, leaderless demonstrators have learned lessons from the past” par Jeffie Lam, South China Morning Post, 13 juin 2019.https://www.scmp.com/news/hong-kong/politics/article/3014260/hong-kongs-young-protesters-have-learned-lessons-past-they

3-Les radicaux d’ailleurs ont discuté de la manière de s’engager avec de larges mouvements qui sortent des rubriques habituelles de la politique de gauche ou de la politique anarchiste. En particulier, la question de savoir s’il faut s’engager avec le mouvement des gilets  jaunes en France ou comment le faire a fait l’objet d’une analyse utile, car les radicaux tentent de lutter à la fois contre l’État français et les éléments de droite au sein du mouvement. Par exemple, voir “Memes with force: lessons from the Yellow Vests” par Paul Torino & Adrian Wohlleben, Mute, 26 février 2019. http://www.metamute.org/editorial/articles/memes-force-%E2%80%93-lessons-yellow-vests

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. Pas encore de commentaire