Accueil > Nouvelles du monde > INDE : « Pourquoi les pauvres ne tuent-ils pas les riches ? »

INDE : « Pourquoi les pauvres ne tuent-ils pas les riches ? »

http://libcom.org/news/spree-rebellions-noida-greater-noida-21082017

traduction dndf

L’expansion dans la région de Delhi, NOIDA , est un exemple de l’expansion au 21ème siècle de la production basée sur le travail salarié. Ci-dessous, nous jetons un œil sur quelques aperçus de ce que cela implique.

À 50 kilomètres de Delhi. Des appartements et immeubles répartis sur 25 hectares. 2700 unités résidentielles.Vigiles à l’entrée, caméras de surveillance. C’est la société « Mahagun Moderne ». Tôt le matin du 12 juillet 2017, une foule dirigée par des centaines de femmes faisant du travail domestique, rassemblées dans les bidonvilles illégaux qui entourent le complexe d’appartements a pris d’assaut la Mahagun Moderne. Pierres, bâtons, barres de fer. Émeutes. La police armée est arrivée dans quatre camions.

Zohra, une travailleuse, s’était vue exiger des cotisations exceptionnelles de 3500 roupies au cours des 2 derniers mois. Dans la soirée du 11 juillet, son employeur l’a accusé de voler et l’a enfermée dans une pièce. Lorsque le mari de Zohra est allé chez « Mahagun Moderne » la nuit pour la chercher, on lui a dit qu’elle n’était pas là. Il est revenu avec des policiers, et on leur a dit de nouveau que Zohra n’était pas dans la société. Discussions pendant la nuit parmi les femmes qui font des travaux de lavage, de cuisson et de service dans la société et les hommes faisant des travaux de construction, etc. vivant dans les bidonvilles. À 4 heures du matin, des femmes des bidonvilles ont commencé à se rassembler à l’extérieur des portes de Mahagun Moderne. La foule s’élargit. Agitation. Les gardiens ont ramené une Zohra a demi-consciente de l’intérieur de la société.

Les manifestants n’ont attaqué physiquement aucun résident de la société Mahagun Moderne. Seul un peu de verre a été brisé. Cependant, les 2700 familles résidentes de la colonie ont été terrorisées:

Un résident a déclaré qu’elle s’était cachée avec son mari et son fils dans la salle de bain pendant une heure et demi pour sauver leurs vies.

Le 13 juillet, les résidents ont décidé d’interdire à tous les travailleurs domestiques d’entrer dans la société. Beaucoup de familles ont commandé des aliments de l’extérieur.

Extraits :

– « Le fait est qu’ils doivent recevoir une leçon … S’ils peuvent s’unir, pourquoi ne pourrions-nous pas le faire, nous aussi? » – Dit un résident de la société.

– Une autre a déclaré qu’elle s’est réveillée une heure plus tôt. En prévoyant d’acheter « un essuie-glace de nouvelle génération » pour le nettoyage.

– « Ils sont comme un os bloqué dans la gorge – Ils ne peuvent pas être avalés, ne peuvent pas être expulsés » – dit un autre résident. Il faut être vigilant.

– « Ils ont essayé de montrer qu’ils n’avaient pas de droits. Je pense que nous n’avons pas de droits de l’homme. Nous sommes les pauvres « , a déclaré un autre résident du complexe immobilier.

– « Nous les adorons, car ils sont une partie aussi importante de nos vies … Nous les nourrissons d’abord et mangeons ensuite. Je lui donnerais du thé avant de lui faire faire ses corvées.

– « Je pense qu’ils nous détestent. Il existe une réelle division de classe . Ils nous déteste pour notre argent. « 

– Le responsable de la sécurité à Mahagun Moderne : « En ce moment, les résidents sont très en colère et choqués. Mais avant longtemps, ils devront trouver de nouvelles servantes. Comment la vie pourrait elle être autrement? « 

– Le surintendant de la police de Noida: «Il est frappant de voir la vitesse à laquelle les propriétaires ont changés d’avis sur leurs employés, les accusant faussement …»

– La police a arrêté 78 travailleurs dans la nuit du 12 juillet. Aucun des résidents de la société n’avait souffert d’une égratignure, mais 13 des travailleurs furent accusés de tentative de meurtre.

– Un représentant syndical est venu à Mahagun Moderne pour un rendez-vous avec les résidents des sociétés de cette région. Assurant leur sécurité aux résidents , le représentant a déclaré que les 13 travailleurs arrêtés «ne recevront pas de caution pour les années à venir».

Au lieu de s’asseoir sur le sol, les travailleurs domestiques sont maintenant assis sur des canapés.

Ils sont assis sur des chaises, même si leurs employeurs sont là.Ils répondent.

Riddle: Pourquoi les pauvres ne tuent-ils pas les riches?

Ces ouvriers invisibles, ces nombreux domestiques sont des bombes à retardement …..

Des syndicats contre eux : Au tribunal de district, un avocat a déclaré que les agents de police devaient recevoir 600 roupies en pot-de-vin pour obtenir des copies des rapports contre les 13 travailleurs arrêtés.

Un syndicat de Delhi est intervenu pour recueillir 1000 roupies des travailleurs sous prétexte de corruption de la police …

(Information obtenue à partir de rapports de Mme Suhasini et Mme Ellen au New York Times, Mme Anumeha au Caravan Magazine, Mme Kalpana dans Scroll, M. Manu à Mint)

La société de téléphonie mobile, Vivo India, sponsor officiel de l’IPL cette année ( tournoi de cricket), possède une unité de fabrication au World Trade Center du Grand Noida. Vivo India a acheté le titre de sponsor d’IPL pour les cinq prochaines années pour 22 milliards de Roupies Vivo est également le sponsor de la ligue Pro Kabaddi (un sport).

La demande pour les téléphones Vivo est retombée après la saison IPL. La majorité des quinze mille travailleurs qui assemblent les combinés sont des travailleurs temporaires. Les travailleurs de la ligne de production reçoivent un salaire mensuel de 7000 roupies (109 $). Conformément à sa politique, la société a commencé à licencier des travailleurs. 500 à 1 000 travailleurs ont été congédiés et des pourparlers ont été lancés contre plus de 2000 travailleurs. Le 25 juillet, à 8 heures du matin, 20 travailleurs qui étaient venus à l’usine furent tenus de s’asseoir dans la salle de thé pour régler leurs droits. Pendant la pause déjeuner, 100 autres travailleurs temporaires sont arrivés. Tout à coup, les ouvriers se sont rebellés. Les fenêtres ont été brisées. Les unités d’assemblage de téléphones portables ont été démolies. La direction terrorisée appelait la police. Des gardes supplémentaires ont été dépêchés par les compagnies de sécurité. Six travailleurs ont été arrêtés et la société a déposé un avis d’opération de suspension le 26 juillet.

La frénétique équipe de direction de Vivo a eu deux sons de cloche:

Extrait :

La violence est due à un malentendu. Les travailleurs n’étaient pas licenciés, ils étaient envoyés dans une autre section pour s’entraîner. « Les travailleurs ont confondu ‘déplacer’ et ‘supprimer' ».

C’est la politique de l’entreprise de renvoyer les travailleurs pour maintenir et améliorer la productivité.

Secoués par la révolte ouvrière, la direction de Vivo, ainsi que des représentants de l’ambassade de la République populaire de Chine, ont rencontré des policiers dans le district. La police les a assurés de la sécurité et a demandé à la compagnie d’informer la police à l’avance de ses plans de retrait, afin que la police puisse être vigilante en empêchant une répétition du 25 juillet.

Le 26 juillet, les travailleurs de l’usine de Majestic Auto dans le Grand Noida ont arrêté la production pour protester contre le licenciement de 8 travailleurs par la direction.

2500 travailleurs de l’usine de biscuits Priyagold à Surajpur se sont rebellés le 29 juin à 20h. La police est venue à l’usine dans plus de 20 véhicules pour contrôler les travailleurs. Le lendemain, le 30 juin, les travailleurs ne sont pas allés à l’usine.

La mobilisation croissante des travailleurs a été observée en mars 2017 dans l’usine mobile d’Oppo à Noida.

Trois mille travailleurs de l’usine de vêtements Orient Craft à Noida, Secteur 63 se sont révoltés le 1er octobre 2016. Les forces de nombreux postes de police devaient être appelées à contrôler les travailleurs.

Défis ouvert aux travailleurs de l’usine LG India au Greater Noida en juillet 2016 …

180 millions de téléphones portables sont fabriqués chaque année dans la région de Noida-Greater Noida dans près de 25 usines telles que Samsung, Lava, Intex, Oppo, Vivo, etc. Les entreprises sont extrêmement préoccupées par les révoltes croissantes des travailleurs dans la région. Le dirigeant indien d’une société de mobile a déclaré qu’une réunion d’éminents fabricants de combinés mobiles à Noida-Greater Noida est prévue pour élaborer des stratégies pour faire face aux rébellions.

(Information obtenue à partir des rapports de M. Vinit dans l’Hindustan Times, M. Arnab in Business Standard et M. Shafaque au Times of India.)

Traduit à partir du numéro d’août 2017 de Faridabad Majdoor Samachar.

Categories: Nouvelles du monde Tags:
  1. Pas encore de commentaire

%d blogueurs aiment cette page :