Archive

Archives pour 11/2016

Endnotes : « LA theses »

24/11/2016 2 commentaires

Un texte qui, bien qu’ancien, vient s’articuler de façon étonnamment actuelle aux problématiques qui agitent le « milieu » depuis quelques mois: segmentation de la classe, problématique et articulation classe/genre/race, tension à l’unité de la classe et programmatisme, unité de la classe dans la confrontation des différentes identités qui résultent de la segmentation, affrontements récents autour de la racisation, etc, etc….. Donc, on publie!!

HTTPS://ENDNOTES.ORG.UK/OTHER_TEXTS/EN/ENDNOTES-LA-THESES

« Dans cette société l’unité apparaît comme accidentelle, la séparation comme normale »

-Marx, Theories of Surplus Value

   1- Nous vivons dans une ère de crise sociale, qui dure depuis longtemps et qui est fondamentalement la crise des sociétés du mode de production capitaliste. En effet, les relations de travail qui régissent la production et la consommation dans les sociétés capitalistes se dégradent. Le résultat en est la réapparition d’une situation structurelle que Marx appelait « le capital excédentaire au côté de la population excédentaire ». Les transformations technologiques continuent d’évoluer malgré la stagnation économique, donnant lieu à une situation où il y a trop peu d’emplois pour trop de monde. Pendant ce temps, d’énormes réserves d’argent labourent la planète à la recherche de profits, conduisant à l’expansion périodique de bulles qui éclatent en éruptions massives. La montée de l’insécurité et de l’inégalité de l’emploi sont des symptômes de l’impossibilité croissante de ce monde en tant que tel.

2- Dans le moment présent, ces contradictions, contenues dans les sociétés capitalistes, sont prêtes à exploser. La crise de 2008 en est une manifestation. Elle a donné lieu à une vague mondiale de luttes qui continuent encore aujourd’hui. Afin de garder un certain contrôle sur une crise en ébullition, les États ont organisé des plans de sauvetage coordonnés des sociétés financières et d’autres sociétés. La dette de l’État a atteint des niveaux inconnus depuis la Seconde Guerre mondiale. Le sauvetage des capitalistes devait donc s’accompagner d’une cure d’austérité pour les travailleurs, car les États cherchent à gérer leurs bilans tout en recréant les conditions de l’accumulation. Pourtant, ces actions de l’État n’ont été que partiellement couronnées de succès. Les économies riches continuent de croître de plus en plus lentement, même si elles absorbent d’énormes quantités de dettes à tous les niveaux. Les économies pauvres sont également vacillantes. Nous appelons cette situation globale la structure d’attente (the holding pattern) et nous affirmons que d’autres turbulences économiques sont susceptibles d’advenir lors d’un crash capitaliste.

Lire la suite…

« Un parfum d’insurrection anarchiste en Algérie »?

22/11/2016 4 commentaires

Un nouveau blog sur « Lutte des classes / Guerre civile / Communisation »

21/11/2016 Aucun commentaire

Carbure

https://carbureblog.com/

Lutte des classes / Guerre civile / Communisation

Que dire ?

L’objet de ce blog, outre rassembler des textes épars écrits sur une quinzaine d’années – ça ne fait pas lourd – est de poser au fil du temps quelques balises critiques et théoriques, qui pourront peut-être servir à alimenter les réflexions personnelles de quelques personnes, ou dans le meilleur des cas donner des pistes pour des travaux ultérieurs.

Notes sur les classes moyennes et l’interclassisme

https://carbureblog.com/2016/11/21/notes-sur-les-classes-moyennes-et-linterclassisme/

Gilles Dauvé, à propos de « Solitude de la théorie communiste » (août 2016) de Bruno Astarian.

21/11/2016 Aucun commentaire

LPR / Sommes-nous seuls dans l’univers ?

https://t.co/3cfaQJ5d7O

Bruno Astarian, Solitude de la théorie communiste, août 2016.

« Comment demeurer révolutionnaire sans révolution ? », demandait Maresia Dalua1. Pour répondre, il faut aller en amont: comprendre ce que peuvent faire « les révolutionnaires » suppose de s’interroger sur quelle révolution on envisage, sur ce que serait son « contenu ». C’est ce que fait Bruno Astrarian en se demandant à quoi sert la théorie communiste.

Le marxisme – et souvent l’anarchisme – ont longtemps cru que renverser le capitalisme, c’était instaurer le pouvoir des producteurs (incluant le métallo, l’infirmière, l’institutrice…) et leur travail en commun. Dans cette vision, les luttes quotidiennes préparent la révolution, l’autonomie dans l’action aujourd’hui (contre l’Etat, les patrons, les syndicats, les partis, toutes les institutions soutiens de la société actuelle) préparant l’autonomie individuelle et collective dans la gestion de l’ensemble de la vie après-demain. Par conséquent, la grève, l’émeute, l’insurrection, voire la coopérative ou la scoop, sont comme un apprentissage du futur travail associé. La théorie communiste aurait pour rôle de mettre en valeur tout ce qui favorise l’action autonome des prolétaires, et d’aider ainsi à son intensification, à son propre dépassement.

Pour Bruno Astarian, cette vision méconnait la rupture qualitative entre la lutte revendicative, où le travail s’efforce de modifier à son avantage la répartition du salaire et du profit, et l’insurrection communiste. Dans celle-ci, les insurgés forment « entre eux un rapport interindividuel qui n’a plus le travail pour contenu », et « les éléments de capital dont le prolétariat insurgé s’empare sont transformés par l’insurrection. De moyens de production, ils deviennent moyens de lutte, voire de divertissement. »2

Lire la suite…

« La cigarette sans cravate » à la radio

18/11/2016 Aucun commentaire

Emission de radio sur « Offensive sonore » avec
un des camarades du collectif auteur du bouquin.

Cliquer sur l’image pour y accéderarton17-509x800

A propos de l’élection de trump

16/11/2016 Aucun commentaire

Second texte sur l’élection étasunienne emprunté au blog « le cours des choses »

« les comptes non soldés de l’échec du cycle de lutte des années 60 et 70 »

Notes sur trump (2)

http://www.lecoursdeschoses.com/2016/11/remarques-sur-trump-2.html

Publié le 14 Novembre 2016

Back to 65 ?

L’enquête annuelle sur les « valeurs des américains » menée par l’institut public de recherche sur la religion et publiée le 25 octobre, portait ce titre assez révélateur : « La grande division sur l’avenir de l’Amérique : 1950 ou 2050 ? ». L’étude indiquait que pour 92% des républicains interrogés, le pays allait dans la mauvaise direction et ce – pour la moitié d’entre eux- depuis au moins 1950.

Sans aller jusque là, plusieurs livres récents font de 1965, année des émeutes de Watts, de la marche de Selma, du tournant de la guerre du Vietnam et de la politique volontariste du président Johnson, l’année charnière à laquelle ramènent beaucoup de phénomènes contemporains. Comme l’écrit Bill Bishop dans The Big Sort (paru en 2009): «  C’était 1965. Chaque événement représentait le début d’alignements politiques qui allaient s’étendre sur les quarante années suivantes. » Il note ainsi que c’est à partir de cette année là que les affiliations traditionnelles aux deux grands partis commencent à se réduire et se modifier et que s’effondre littéralement la confiance dans le gouvernement, notamment dans la classe ouvrière blanche qui était pourtant sensée profiter le plus du projet de « grande société » de Johnson. De même, le chercheur sur les religions Martin Marty décrit 1965  comme « l’épicentre d’un tremblement de terre dans la vie religieuse » avec le début du déclin des églises protestantes classiques et l’essor des congrégations indépendantes et évangélistes, qui deviendront bientôt les fourriers du néo-fondamentalisme. Enfin, Nicolas Ebersatdt dans Men’s without work  date précisément de la même année le début de la fuite devant le travail d’une partie des mâles américains et l’explosion de la criminalité.

Bien évidemment, ce qui s’engage plus généralement en 1965, c’est pour les noirs, la récolte des quelques fruits de la lutte pour les droits civiques et, pour les femmes, le début d’une série de mouvements qui leur permettront de bousculer l’ordre patriarcal. Bref, avant même la fuite du capital des années 70 en réponse à l’insubordination ouvrière de ces années là, le début de la fin de la mouture américaine du compromis fordiste. Dans le délitement actuel du compromis néo-libéral, il semblerait donc que les comptes non soldés de l’échec du cycle de lutte des années 60 et 70 continuent à projeter leur ombre portée sur l’époque, le « whitelash » électoral n’étant qu’un épisode de plus d’une contre-révolution qui n’en finit plus. Et si la rétro-utopie du « great again » keynésiano-raciste d’un Trump et de ses électeurs risque fort de se faner bien vite, le message envoyé aux minorités remuantes de toutes sortes est quant à lui bien concret : ils seront plus que jamais la variable d’ajustement.

Un nouveau blog d’analyses…

09/11/2016 Aucun commentaire
Categories: Nouvelles du monde Tags:

Sur le mouvement contre la « loi travail » – Traductions

02/11/2016 Aucun commentaire

De débordements en imbordements jusqu’à l’épuisement
Traduction anglaise/English translation

Débordements, imbordements et épuisement (suite)
Traduction anglaise/English translation