Archive

Archives pour 08/2015

Méthode dialectique : un gros malentendu ?

29/08/2015 Aucun commentaire

Introduction de la rédaction de « Il Lato Cattivo » à la traduction en italien de « Sur la méthode du Capital » de Roman Rosdolsky (1968)

illatocattivo

http://illatocattivo.blogspot.fr/2015/08/sul-metodo-del-capitale.html

« Etant donné ces circonstances, un exposé succinct et systématique de nos rapports avec la philosophie hégélienne, de la façon dont nous en sommes sortis et dont nous nous en sommes séparés, me parut s’imposer de plus en plus. » (Friedrich Engels, Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande)

Les raisons d’exhumer cet essai presque inconnu de Roman Rosdolsky dépassent de beaucoup l’intérêt et la pertinence de son contenu. La volonté, pourtant louable, d’attirer un peu l’attention, contre l’oubli dans lequel il est tombé, sur l’œuvre de cet auteur auquel on doit non seulement reconnaître le mérite d’avoir largement participé à la « découverte » et à la diffusion des Grundrisse, à partir des années 1960, mais aussi celui d’avoir écrit d’importantes contributions théoriques : en premier lieu le jamais réédité Genèse et structure du « Capital » de Marx, mais aussi ce Friedrich Engels et le problème des peuples « sans histoire », entre tous notable, et malencontreusement publié dans sa traduction italienne par un éditeur malheureux (Graphos, Gênes, 2005), cette volonté ne serait pas à elle seule suffisante. En réalité, ce qui nous intéresse le plus est de revenir sur la question de la dialectique et de la méthode dialectique, en la soustrayant à cet air d’évidence et de fausse familiarité qu’elle semble avoir, autant parmi ses rares partisans que ses nombreux ennemis. D’un côté, dans le cadre de la soi-disant « pensée critique » (lire : le crétinisme universitaire), la vogue post-moderne a prétendu classer une fois pour toutes l’aspiration marxiste au dépassement, avec l’équation dialectique = téléologie[1], en faveur d’une multitude de conceptions anti-dialectiques – nietzschéisme plus ou moins anarchisant, idéologie frenchy des micro-conflits (Foucault), du désir (Deleuze-Guattari) ou de l’événement (Badiou), ou encore, dans le meilleur des cas, des dialectiques repliées sur la négativité permanente (Adorno et Horkheimer) – qui sont autant de réformismes plus ou moins radicaux, tout comme le fut la pensée d’un autre champion oublié de l’anti-hégélianisme : ce Lucio Coletti de triste mémoire, d’abord partisan du PCI puis de Berlusconi, qui opposa l’ « opposition réelle » de Kant à l’unité des contraires hégélienne. D’un autre côté (le « nôtre », si on peut dire), si certains – en attendant des temps meilleurs – se sont contentés de ce que dans leur jeunesse on leur avait expliqué de la « négation de la négation », pour la plus grande gloire de la Doctrine éternelle, d’autres se sont réfugiés dans un hégéliano-marxisme ascétique, dans lequel le prolétariat est dissous dans l’automouvement du capital[2] (ce qui, si possible, est encore pire). Lire la suite…

Liban : la crise des ordures

24/08/2015 un commentaire

La crise des ordures est devenue le signe le plus flagrant – au moins dans les sens de la vue et l’odeur – de la paralysie politique qui accable aujourd’hui la nation et a unifié de nombreux Libanais, habituellement divisé par la secte, la religion et la région, dans ce que les manifestants appellent la « Tu pues » campagne.

beirut

Lebanese activists started to paint the wall eracted by the police to protect the cabinet

« Masked infiltrators » is indeed a pretty nice metaphor for the pauperised proletarian youth:

http://t.co/8ubLtlcvGA

http://www.liberation.fr/monde/2015/08/24/liban-les-manifestants-expriment-un-ras-le-bol-general_1368749

Au Liban, les manifestations sont le plus souvent organisées à l’appel de partis politiques et très rarement dirigées contre la classe dirigeante et en faveur de revendications sociales.

«Les gens sont dans la rue car ils sentent que plus personne ne les écoute», affirme à l’AFP Maha Yahya, chercheuse au Centre Carnegie Moyen-Orient à Beyrouth. «Les services de base se sont dégradés: les gens sont très préoccupés par l’électricité, l’eau, l’emploi, l’éducation ou la santé».

Le mouvement protestataire a commencé à prendre forme le 17 juillet, après la fermeture de la principale décharge et l’accumulation d’ordures dans les rues de Beyrouth et du Mont-Liban (centre).

«Je ne suis pas du tout attachée à ce régime pourri, mais c’est pour avoir quoi à la place? Le chaos», explique à l’AFP Fadia Kiwane, professeur de sciences politiques à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth.

Categories: Nouvelles du monde Tags:

UK : retour vers le futur

17/08/2015 Aucun commentaire

http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/famished-woman-fined-330-for-stealing-a-75p-pack-of-mars-bars-after-benefits-stopped-10455635.html

juge anglais

Une femme a reçu une amende de £ 330 ( 465 euros) pour avoir volé un paquet de barres « Mars » après que ses prestations ont été arrêtées. Elle n’avait pas mangé depuis des jours quand elle a volé la nourriture la moins chère qu’elle pouvait trouver dans le magasin

Categories: Nouvelles du monde Tags:

132 manifestants arrêtés lors de la seconde journée de manifestations à Ferguson

11/08/2015 Aucun commentaire

http://francais.rt.com/international/5480-direct–seconde-journee-manifestations

extrait

Des manifestations ont repris à Ferguson, après la nuit agitée qui a suivi le premier anniversaire de la mort du jeune noir tué par un policier blanc. La police menace d’utiliser des gaz lacrymogènes pour tenter de calmer la foule.

55c8ec95c46188f5438b463a

Environ 132 manifestants ont été arrêtés, dont le célèbre militant et intellectuel Cornel West, relâché depuis, lors de la manifestation pacifique qui s’est déroulée devant la Cour fédérale de Saint Louis.

Les manifestants s’étaient rassemblés devant la cour fédérale de Saint Louis où ils scandaient des slogans antiracistes et contre la violence policière, avant de se mettre en marche et de parcourir les rues de la ville. Sommés par les hauts parleurs des autorités de se disperser, les manifestants ont refusé d’obéir aux injonctions policières. Les forces de police ont alors pris l’initiative de procéder à des arrestations.

Categories: Nouvelles du monde Tags:

A propos de « la relève de la garde »

05/08/2015 Aucun commentaire

Traductions de dndf des  remarques critiques de TH et de Ady Amatia, membres du collectif Sic

Remarques sur « la relève de la garde »

1) L’insuffisance de la notion de négociation purement spectaculaire

– Si nous voulons poursuivre la compréhension machiavélique d’une négociation jouée, nous sommes incapables de comprendre ce que notre camarade décrit: « Et lorsqu’en mai Syriza est venu avec une proposition de quarante-sept pages déclarant officiellement sa volonté de continuer avec l’austérité, les négociations se sont effondrées  après que les contre-propositions de  l’Eurogroupe  ont exigé de nouvelles réductions à un niveau jamais atteint dans les cinq dernières années d’austérité non négociée « . Si la poursuite de l’austérité en Grèce était le but, alors pourquoi cette proposition a-t-elle été rejetée? Syriza avait déjà capitulé, et ce fut tout simplement une proposition, le document de 47 pages pouvait en devenir un de 55 pages sans problème. Le Capital européen, et le Capital allemand en particulier, n’auraient même jamais pu rêver une telle chance d’appliquer l’austérité dans un pays ravagé avec un maximum de tolérance populaire.

2 La spécificité de la situation actuelle en Grèce

– Comprendre Syriza comme une autre Gauche destinée à faire le sale boulot comme d’habitude c’est sous-estimer à la fois la crise mondiale et la destruction de l’économie et de la société grecque. Bien sûr, un Jedi doit faire ce qu’un Jedi a à faire, et nous sommes en mesure de savoir une chose ou deux au sujet de tout gestionnaire d’un morceau du capitalisme mondial avec quelques traces de visage humain. Mais la critique radicale doit comprendre ce qui est nouveau, différent, spécifique, et comment tout cela tient dans la configuration inter et intra-classe locale et mondiale. Elle ne peut pas prendre le  risque d’être comprise comme une dénonciation gauchiste habituelle.

Lire la suite…

« La relève de la garde »

02/08/2015 Aucun commentaire

RECTIFICATION :

Comme les deux précédents du même auteur déjà repris sur dndf; cet article a été écrit pour le Brooklyn Rail ( Changing of the Guards )  il a également fait l’objet d’une publication, critiquée et discutée, sur le site de la revue SIC : http://sicjournal.org/a-discussion-of-syrizas-referendum-in-the-current-crisis/

Textes déjà publiés sur dndf

« Si la réponse est Syriza, alors ce n’était pas la bonne question » http://dndf.org/?p=14088

Grèce : Est-il possible de gagner la guerre après avoir perdu toutes les batailles? http://dndf.org/?p=14068

Les remarques critiques de TH et de Ady Amatia, membres du collectif Sic, seront publiées en français prochainement.

La relève de la garde

par  Cognord

Traduction du collectif « les ponts tournants »

La saga interminable des négociations entre le gouvernement Syriza et les créanciers européens paraissait tirer à sa fin. Au bout de cinq mois de retournements brutaux, de suspense et de frayeurs, un semblant d’accord avait été atteint. La presse mondiale, les technocrates et les bureaucrates d’État propageaient un sentiment de soulagement. Cependant, l’évaluation des chances de réussite ou d’échec de cet accord différait selon les interlocuteurs. Ceux qui voulaient s’assurer d’une poursuite de l’austérité y étaient bien entendu  favorables. Curieusement, ceux qui prétendaient tout faire pour en finir avec l’austérité lui étaient également favorables. Quant à ceux qui allaient  être directement affectés par les mesures proposées, il semblait qu’il n’y avait pas grand-chose de changé pour eux. On dit parfois que le diable se cache dans les détails, et nombreux sont ceux qui auraient préféré voir ces détails se perdre parmi les obscurs points techniques. Malheureusement pour eux, cependant, même Lorca savait que, « […] sous les multiplications, les divisions et les additions […] il y a un fleuve de sang ». Le soulagement et la satisfaction suscités  par l’accord  ne pouvaient être que de courte durée. En fait, pour apporter une quelconque satisfaction, il eut fallu qu’il  reste sur le papier. Dès lors que les mesures qu’il préconisait auraient été mises en application, cela aurait été la fin de la fête. Lire la suite…